Les erreurs et instabilités de l’hébergeur Blogger (Google) :

Liens internes (menus et notes maintenant inopérants sur certaines pages ; sélectionnez le point à atteindre, et recherchez la cible... Patience… ! Pour atteindre les notes (vous pouvez faire copie de la page) cherchez : ♣

Perte d’une page par Blogger, message « Désolé, la page que vous recherchez dans ce blog n'existe pas. », recherchez le titre avec lien valide ici : Nos divers documents. Si nous ne l’avons pas encore détecté nous en faire part ici orfaep@gmail.com, merci.

jeudi 19 mars 2009

DP-10, Les épreuves, tribulations et afflictions, l’Espérance (I).

Table de ce chapitre…

Du : 19.03.2009, existe1 en PDF ici : ND. Actualisé : ven. 15 avr. 2011, 15.24.

10 -
Les épreuves, tribulations et afflictions, l’Espérance (I).

10.A - Propos préliminaires. 572

10.A.1.a - Sujet de ce chapitre : Les épreuves, tribulations et afflictions, l’Espérance (I). 572

10.B - Non non, je ne divorce pas, je me sépare ! 573

10.B.1 - Qu’est-ce donc que le divorce ? 573

10.B.2 - Qu’est-ce donc que la séparation ? 574

10.B.3 - La question est, est-il donc permis de se séparer ? 576

10.B.3.a - L’inverse de séparer, son antonyme, c’est unir ! 577

10.B.3.b - Quelle Personne, de ce Dieu d’Amour, a uni les époux ? 578

10.B.3.c - Ce que Dieu le Père a uni, que l’homme ne le sépare point ! 578

10.B.3.d - Dieu le Père engendre, l’Esprit uni, et le Fils règne ! 580

10.B.3.e - La séparation des époux, un péché qui ne sera jamais remis ! 582

10.B.3.f - Précision très importante au sujet du : Non serviam mon Pape ! 587

10.B.3.g - Le premier synonyme de séparer est : diviser ! 588

10.B.3.h - C’est soit une trahison, ou soit une trahison ! 589

10.C - L’Église catholique et ladite séparation matrimoniale… 593

10.C.1 - L’Église, peut-Elle permettre la séparation matrimoniale ? 593

10.C.2 - L’Église, permet-Elle la séparation matrimoniale ? 593

10.C.2.a - Pie XII ‘permet’-Il que les époux se séparent ? 593

10.C.2.b - Damnés pour n’avoir point respecté cette Parole. 595

10.C.2.c - Que nous dit Pie XI ? 596

10.C.2.d - Que nous dit l’abbé Dehaut sur ce sujet ? 597

10.C.2.e - Où nous revenons à la constitution du Sacrement de Mariage. 598

10.C.3 - Voici, Je vais faire toutes choses nouvelles… 600

10.C.3.a - Avant la venue du Christ : 602

10.C.3.b - Du temps du Christ : 602

10.C.3.c - Depuis la venue du Christ : 602

10.C.3.d - Le stade final de la déliquescence de toutes les sociétés. 604

10.A - Propos préliminaires.

Ce présent chapitre est confié à Saint Joseph, Chef de la Sainte-Famille, Patron et soutien des Chefs de Famille…

10.A.1.a - Sujet de ce chapitre : Les épreuves, tribulations et afflictions, l’Espérance (I).

L’hypocrisie de la séparation, ‘alternative’ au divorce

L’Église et la séparation matrimoniale, Elle l’interdit !

Ce que Dieu a uni,
que l’homme ne le sépare donc pas.2

Oui, tout tourne autour d’une révolte, d’une immense hypocrisie en ce qui regarde la destruction de la Famille : la séparation-divorce !

Maintenant donc nous allons dénoncer plus particulièrement la séparation-divorce et révéler les principaux instigateurs de cette destruction en tête de qui se trouve essentiellement, ô douleur pour l’Époux et les enfants : l’épouse !

10.B - Non non, je ne divorce pas, je me sépare !

Dans le monde, il y a belle lurette que l’on divorce allégrement !

Mais dans certains milieux dits ‘pures’, ‘craignant Dieu’ qu’ils disent, et donc par là contraints et forcés de maintenir une façade, de garder le masque, ne pouvant ‘malheureusement’ pas divorcer, on a inventé un mot-paravent d’une parfaite hypocrite : la ‘séparation’.

Dans ces milieux, même les plus traditionnels, qu’ils disent, tel celui de la Trahition, l’on connait bien ce terme, et l’on joue allègrement sur une distinction que l’on prétend exister entre divorce et séparation, ou divorcer et se séparer.

Ainsi, et toute honte bue, plein d’hypocrisie l’on dit : Non non…, je ne divorce pas car c’est interdit par l’Église, mais je me sépare de mon Époux car Elle le permet ! C’est chaque fois le même refrain que nous entendons, et même répété par des prêtres des sectes FSSPX3 et consœurs, même par les quatre fripouilles en chef de celle-ci, les Mgrs Alfonso de Galarreta et Bernard Fellay, Bernard Tissier de Mallerais et Richard Williamson : l’Église interdit le divorce, mais permet la séparation !

10.B.1 - Qu’est-ce donc que le divorce ?

Le divorce, en ce qui regarde le Mariage, inutile de le définir plus que cela car tout le monde le sait : il est le prétendu anéantissement du lien matrimonial.

Le divorce est impossible, vu qu’il revient purement et simplement à tronçonner4 un seul et même corps Époux-épouse en deux ! De fait oui, l’on aurait anéanti le lien du Mariage car en effet ce lien ne subsiste pas à la mort d’un des deux époux, mais l’on aurait rien arrangé car nous n’aurions au sol que deux moitiés d’un même cadavre, un même corps fendu de par le haut ou transversalement ! Mais comme personne ne s’aventure à lancer le moteur de la tronçonneuse et à passer effectivement à l’acte, alors le lien subsiste : pas moyen de s’en, le conjoint, séparer !

Aux Hommes, Époux, Chefs de Famille qui, tout en étant pour le divorce en général, déploreraient celui qu’Ils subissent, même peut-être très amèrement, voici la sentence de Jésus-Christ, leurs dit :

Vous m’avez méprisé pendant votre vie, vous vous êtes raillés de mes lois, mais maintenant que vous voulez avoir recours à moi, que vous me cherchez, je vous tournerai le dos pour ne pas voir vos malheurs1 ; je me boucherai les oreilles pour ne pas entendre vos cris ; je m’enfuirai loin de vous, crainte de me laisser toucher par vos larmes.5

On ne peut soutenir l’œuvre du Malin, ‘défendre’ le ‘droit’ au divorce, et le déplorer pour soi-même !

10.B.2 - Qu’est-ce donc que la séparation ?

La séparation,
un crime d’une totale hypocrisie !

Comme le terme le laisse entendre, la ‘séparation’ est la volonté d’au moins une des deux parties (Époux ou épouse) de liquider l’union tout en prétendant garder le lien, voici du reste ce que l’on dit couramment pour se donner bonne conscience : on peut se séparer, mais on ne peut pas se remarier !

L’hypocrisie consiste donc à ne pas dire tout haut ce que l’on réalise bien en son cœur et en son Âme : je suis contre le divorce, sauf pour moi ! Alors, ne pouvant l’avouer, l’on joue sur les mots comme un maestro de l’hypocrisie, un pharisien, et l’on dit : je me sépare !

Cette séparation de toit, de table, de lit, et de tout du reste, peut arriver à l’instigation :

  • D’un des deux époux ; mais c’est la femme qui le demande (80%) ou l’instigue (20%) ! (Re)Voyez ND : le point très important pour bien connaître le lèse incroyable de l’Époux DP-6.D.2.c, L’origine du drame, la trahison de l’épouse.

Le tableau de ce lèse doit être ainsi complété : l’Époux s’est aussi marié pour avoir un remède à la concupiscence6 (3ème fin du Mariage) n’est-ce pas ? Et maintenant, Il fait quoi sans Son, Ses remèdes, Ses biens ? (Re)Voyez ND : Attentions conjugales de l’épouse envers l’Époux.

Non, l’épouse ne se sépare pas, elle trahit son Époux et donc ainsi aussi son Dieu ! À son Époux, elle a volé tous Ses biens et Ses remèdes ! Quelle responsabilité incroyable elle a prise ! Quelles foudres elle a accumulées sur sa pauvre tête creuse !

  • Des deux époux, d’un ‘commun’ accord ; mais pour la responsabilité objective de cet ‘échec’, c’est la femme qui en est la ‘seule’ responsable. (Re)Voyez ND : DP-5.C.1.a, Voyons donc ce que ce prêtre disait, voici des notes prises par l’un de nous : ; DP-7.E.8, Notre Seigneur Jésus-Christ dit-Il autre chose ?

Comme le terme le laisse entendre, la ‘séparation’ est une ‘séparation de corps’ qui implique une séparation d’habitat et de bien. Cette séparation est maintenant systématiquement accompagnée de la garde des enfants, qui n’appartiennent7 qu’à l’Époux !, par l’épouse qui est rappelons-le la ‘seule’ et ‘unique’ demandeuse d’une telle destruction de ce lien. Elle est donc la seule responsable de toutes les conséquences si douloureuses et scandaleuses pour l’Époux et les enfants, comme nous allons continuer à le vérifier…

10.B.3 - La question est, est-il donc permis de se séparer ?

Nous avons déjà pulvérisé, entre de nombreuses autres, les fables :

  • du viol de l’épouse par l’Époux. (Re)Voyez ND : tout DP-4.H.5, 3ème fin - peut-on refuser l’acte conjugal ?

  • de la limitation du devoir d’obéissance en toutes choses de l’épouse à son Époux. (Re)Voyez ND : DP-6.C.2.d, Qu’elle est donc l’ampleur du devoir d’obéissance pour l’épouse ?

  • de ‘la femme en danger’ physiquement, soit ‘la femme battue’, ‘la femme séquestrée’, etc. (Re)Voyez ND : DP-8.E, La femme, en ‘danger’, ce qu’elle doit considérer… ; et aussi ce document important : Valérie Létard veut susciter une réaction ?, la voici !

  • de ‘la femme en danger’ moralement, soit ‘la femme anéantie’, sous la tyrannie d’un ‘despote domestique’, etc. (Re)Voyez ND : idem ci-dessus.

  • de ladite intuition féminine, son fameux ‘6ème sens’. (Re)Voyez ND : DP-6.F.1, L’intuition féminine, son 6ème sens, une gigantesque escroquerie !

Voici certaines autres escroqueries que nous avons dévoilées : le prêtre (Imam, Pope, Rabbin, etc.) directeur spirituel de l’épouse et des enfants (faire de recherches sur : direction spirituelle), la ‘nécessaire’ limitation des naissances (faire de recherches sur : limitation naissance. (Re)Voyez ND : aussi DP-4.H.3.b, Essayons, tels des fils candides, de ‘comprendre’ Dieu !), etc.

Maintenant : nous allons pulvériser la fable de la prétendue permission donnée par Dieu (Père, Fils et Saint-Esprit) de se séparer… Sachant que ces Trois Personnes ne peuvent qu’être accordées ; et que l’Église ne peut qu’être accordée à son Époux : le Fils, Notre Seigneur Jésus-Christ.

10.B.3.a - L’inverse de séparer, son antonyme, c’est unir !

Nous allons voir que dans cette Union inséparable, le Mariage, les Trois Personnes de la Très-Sainte Trinité, et le Père et le Fils et le Saint-Esprit : interviennent !

  • Dieu le Père intervient : Il a uni les premiers époux8, la femme à Adam, et tous les suivants. C’est Lui le réel et unique9 inventeur (institution) du Sacrement de Mariage comme nous allons le vérifier magistralement ensuite…

  • Dieu le Saint-Esprit intervient : Il maintient unis les époux, Il donne vie et vigueur continuellement à ce Sacrement d’Union, le Mariage ; Il le fait perdurer, car c’est Lui qui tient unies toutes choses, donc qui tient unis les époux ! Lisons ceci, et nous allons le développer ensuite :

L’Esprit du Seigneur a envahi l’étendue de la terre, alléluia ; et lui qui tient unies toutes choses perce le secret de chaque parole, alléluia, alléluia, alléluia • Dieu se lève, que ses ennemis se dispersent ; que ceux qui le haïssent fuient devant sa face.10

  • Dieu le Fils intervient : Il était, est et sera le vengeur de toute atteinte à cette Union, de toute séparation, car, Lui-même a dit : Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare point !11

Tout ceci, nous allons maintenant le vérifier, le développer…

10.B.3.b - Quelle Personne, de ce Dieu d’Amour, a uni les époux ?

Le Fils vient de dire : Ce que Dieu a uni…

Quelle est donc la Personne de ce Dieu, dont parle le Fils : Dieu a uni ?

  • Les trois Personnes ?, non, car à ce moment là Il aurait dit, il nous semble : Nous avons uni.

  • Le Fils ?, non à ce moment là Il aurait dit : J’ai uni.

  • L’Esprit-Saint ?, non car comme pour annoncer la Pentecôte où Il disait le Paraclet que Je vous enverrai12, Il aurait dit : Le Paraclet a uni.

  • Le Père, alors ?, oui, en effet c’est bien Lui qui institua ce sacrement : Il [Dieu le Père] les bénit et dit : Croissez et multipliez-vous, et remplissez la terre, et assujettissez-là à votre empire13.

10.B.3.c - Ce que Dieu le Père a uni, que l’homme ne le sépare point !

Si c’est Dieu le Père qui a institué le Sacrement de Mariage, et qui donc unit les époux par ce Sacrement, comment le Fils peut-Il d’autorité interdire de séparer les époux alors qu’Il n’est pas l’inventeur de ce Sacrement d’Union ?, car en effet c’est bien Lui qui d’Autorité dit : Ce que Dieu a uni, que l’homme de le sépare point…

Le Fils parle d’autorité !, Il interdit de séparer ce qu’Il n’a pas uni ! Question : comment le peut-Il ? Réponse : Il le peut car c’est à Lui que le Père a donné de juger, venger et rétribuer :

Au Fils revient de juger :

Car le Père ne juge personne ; mais il a remis tout le jugement au Fils.14

Je t’adjure, devant Dieu et Jésus-Christ, qui doit juger les vivants et les morts, par Son avènement et par Son règne.15

Au Fils revient donc de venger ou rétribuer :

Ne vous vengez point vous-mêmes, mes bien-aimés, mais laissez agir la colère ; car il est écrit : A Moi la vengeance ; c’est Moi qui rétribuerai, dit le Seigneur.16

Ce Fils acquit très chèrement son titre de Roy en prenant notre condition humaine par obéissance à Dieu le Père17, et en mourant ignominieusement sur la Croix dans cette même obéissance pour nous sauver. Voici ce que dit Pie XI :

Quant au fondement de cette dignité et de cette puissance de Notre-Seigneur, saint Cyrille d’Alexandrie l’indique très bien : « Pour le dire en un mot, dit-il, la souveraineté que Jésus possède sur toutes les créatures, il ne l’a point ravie par la force, il ne l’a point reçue d’une main étrangère, mais c’est le privilège de son essence et de sa nature » (22). En d’autres termes, son pouvoir royal repose sur cette admirable union qu’on nomme l’union hypostatique.

(22) S. CYRILLE D’ALEXANDRIE, In Lucam X, PG LXXII 666.18

Et revient donc au Roy, à l’Aîné19 : de nous, les fils adoptifs du Père, juger afin d’être vengés et rétribués, ou châtiés éternellement !

10.B.3.d - Dieu le Père engendre, l’Esprit uni, et le Fils règne !

  • Le Père engendre, ou créé selon le cas :

    Paternité

    Fruit

    Tenu uni par

    Le Père engendre

    Le Fils de toute éternité

    L’Esprit les maintient unis

    Le Père créé

    Adam en soufflant sur Lui un Souffle de vie20

    L’Esprit maintient l’Âme unie à Dieu et à son corps

    Adam aidé par Dieu le Père engendre21

    La femme (Ève) qui reçoit non un Souffle de vie, mais une Âme du Père22

    L’Esprit maintient l’Âme unie à Dieu et à son corps

    Le Père présente (propose23) la femme en Mariage à Adam

    Le Sacrement de Mariage est réalisé par Adam qui la prend pour épouse

    L’Esprit les maintient unis dans ce Sacrement qui vient d’être institué

    L’Époux qui est l’Image de Dieu le Père engendre en Son épouse, et pour Lui24

    Un fils (ou fille) qui reçoit non un Souffle de vie, mais une Âme du Père

    L’Esprit maintient l’Âme unie à Dieu et à son corps

  • L’Esprit unit, Il a toujours uni et unira toujours, Il ne peut qu’unir !

  • Le Fils règne, Il règne de toute Éternité ; et comme c’est les Attributs du Souverain, Il commande !, et donc peut commander que l’on reste unis dans le Mariage, et c’est pour cela qu’Il peut dire : Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare point !

Ses Attributs de Roy Lui donnent de juger les vivants et les morts, comme vu ci-dessus, et donc à Lui aussi appartiennent vengeance et rétribution ou condamnation selon le cas, comme Il nous l’a dit Lui-même : A Moi la vengeance ; c’est Moi qui rétribuerai !

Ainsi nous avons bien vu que :

  • Dieu le Père ne peut qu’unir (engendrer ou créer),

  • Dieu l’Esprit ne peut que tenir uni,

  • Dieu le Fils ne peut que rétribuer cette unité, ou venger celui qui aura subi une désunion, une séparation !

10.B.3.e - La séparation des époux, un péché qui ne sera jamais remis !

Attention !

Mais était-il besoin de le préciser ?, la partie qui subit la séparation, soit l’Époux dans au moins 80% des cas comme nous venons de le voir, n’est nullement responsable de celle-ci !

Dans ce qui suit, nous allons condamner gravement ceux qui instiguent, réalisent, soutiennent, préconisent, etc. la séparation des époux, aussi l’Époux (Chef de Famille, l’Homme) qui est essentiellement victime de ces séparations n’est point visé !

En continuation du point précédent, nous osons affirmer que ceux qui instiguent, réalisent, soutiennent, préconisent, etc. la séparation, comme ‘solution’ à un ‘problème’ matrimonial dû du reste qu’à l’épouse comme nous allons encore le voir, font un péché contre L’Esprit du Seigneur qui tient unies toutes choses !

Lisons : C’est pourquoi Je vous dis : Tout péché et tout blasphème sera remis aux hommes ; mais le blasphème contre l’Esprit ne sera pas remis.25

  • Blasphème : Parole, discours outrageant à l’égard de la divinité, de la religion, de tout ce qui est considéré comme sacré.

Or, de dire que l’on peut se séparer est bien une parole contre une chose considérée comme sacrée : le Sacrement de Mariage originel. C’est bien un discours outrageux26 pour l’Esprit qui tient unies toutes choses !, donc un blasphème !

Et quiconque aura parlé contre le Fils de l’homme, il lui sera pardonné ; mais si quelqu’un aura parlé contre le Saint-Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle, ni dans le siècle à venir.27

  • Contre : Exprime l’opposition. A.− Exprime une relation d’hostilité, de lutte. 1. Contre + subst., nom propre ou pron. Le plus souvent contre exprime l’idée d’hostilité ou de menace conjointement avec le verbe, le syntagme verbal ou le subst. qui précèdent. Il s’emporte contre qqn; il proteste contre le projet.

La suite que nous venons de lire nous le confirme bien : mais si quelqu’un aura parlé contre le Saint-Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle, ni dans le siècle à venir. Or, de dire que l’on peut se séparer est bien : parler contre l’Esprit qui tient unies toutes choses !; c’est bien : s’opposer à l’Esprit, être hostile à l’Esprit, lutter contre l’Esprit, contrecarrer l’Esprit, menacer l’Esprit !

Quant aux marigots de la chrétienté (chrétienté ici veut dire, non pas du Christ, mais se prétendant du Christ), la secte visible à Rome et tous ceux qui lui sont apparentés, cela est patent depuis belle lurette, ils ont fait : le péché contre l’Esprit.

Quant à la FSSPX, nous osons dire, et ne parlons pas de ses prêtres qui sont ‘moins’ responsables, que les quatre Évêques-cloaques d’impureté de la FSSPX, que les Mgrs Alfonso de Galarreta et Bernard Fellay, Bernard Tissier de Mallerais et Richard Williamson ont fait depuis plusieurs années, quant au Mariage au moins : le péché contre l’Esprit.

Ce qui explique aussi la déliquescence28 de plus en plus visible de cette secte appelée FSSPX et de ses consœurs ; de la trahison, de la corruption de la ‘Tradition’ que nous appelons du reste Trahition !

  • Ces quatre cloaques d’impureté sont tous quatre effectivement acteurs, à différents titres mais bien effectivement, de séparations conjugales, nous pouvons le prouver !

  • À la remorque de ces quatre pervers, ayant des paroles de serpents, de très nombreux prêtres sont aussi acteurs bien actifs !, et ce, aussi, nous pouvons le prouver !

  • À la remorque de ces quatre Évêques-Loups déguisés en brebis, de très nombreuses communautés religieuses (Hommes ou femmes29), toujours dans cette même mouvance, sont acteurs tout aussi prenantes de séparations conjugales, et ce encore, nous pouvons le prouver !

De lutter contre l’Esprit qui tient unies toutes choses, en disant (ou en le préconisant, ou en aidant à, ou en se taisant ce qui est complicité objective) que les époux peuvent se séparer ou être séparés est un péché contre l’Esprit, comme nous venons de le voir, péché qui ne sera pardonné ni dans ce siècle, ni dans le siècle à venir !

Oui, conjugalement parlant, en se séparant ou en disant qu’on peut le faire, ou en le laissant le faire alors que l’on devrait le dénoncer, on lutte bien frontalement contre l’Esprit qui Lui dans le même temps travaille à cette unité, qui charitablement tient unies toutes choses !

La séparation des époux est une révolte frontale contre l’Esprit, un péché contre l’Esprit ! Une épouse qui se sépare de son Époux commet bien le péché contre l’Esprit ! ; et aussi tous les acteurs de ce meurtre par séparation d’une seule chair Époux-épouse, d’une Union, d’un Mariage !

Donc, et au moins sur ce plan :

La FSSPX a fait le péché contre l’Esprit !

Oui, la FSSPX, comme presque tous ses nombreux satellites, a bel et bien fait le péché contre l’esprit, au moins sur la question du Mariage en validant, et pire, en préconisant et même en imposant ! oui oui, la ‘séparation’ des époux qui est aussi dans ce milieu : uniquement instiguée par l’épouse !

Et, le Fils vengera toutes ces séparations qui auront contrecarré ces Unions conjugales, ces Mariages maintenus par l’Esprit qui tient unies toutes choses !, c’est ce que nous allons voir ensuite…

Du reste il y a un parallèle fort instructif à faire entre :

  1. Le Mariage :

La révolte de l’épouse contre son Époux, révolte qui s’appelle séparation de corps, et soi-disant permise par l’Église, et préconisée puis validée, et même imposée par les sectes FSSPX et consœurs, révolte qui lui fait dire : je reste mariée mais je ne puis plus Lui obéir, donc je dois m’en séparer !

Ou soit : épouse, vous devez obéir, sauf30 Le ‘Oui, mais’ purement luciférien opposé au ‘Oui’ exigé par Notre Seigneur Jésus-Christ : Que votre langage soit : Oui, oui ; Non, non ; car ce qu’on y ajoute vient du mal(Math. 5, 37).

Ou soit encore : le vous êtes unie à votre Époux, mais vous pouvez vous en séparer, opposé à L’Esprit qui tient unies toutes choses.

Pécher contre l’Esprit qui tient unies toutes choses, est une révolte purement luciférienne : Non serviam mon Époux !

Ainsi, à l’épouse qui a parlé contre le Saint-Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle, ni dans le siècle à venir !

  1. L’Église :

La révolte des sectes FSSPX et consœurs qui se disent de l’Église (épouse), mais qui préconisent la résistance, la désobéissance au ‘Pape’ Benoît XVI (Le vrai Pape est représentant de Notre Seigneur Jésus-Christ, l’Époux de l’Église) !

Ou soit : Église, Vous devez obéir sauf… Le ‘Oui mais’ purement luciférien opposé au ‘Oui’ exigé par Notre Seigneur Jésus-Christ : Que votre langage soit : Oui, oui ; Non, non ; car ce qu’on y ajoute vient du mal(Math. 5, 37).

Ou soit encore : le vous êtes soumis au Pape mais vous pouvez vous en séparer31, opposé à L’Esprit qui tient unies toutes choses.

Pécher contre l’Esprit qui tient unies toutes choses, est une révolte purement luciférienne : Non serviam mon Pape !

Ainsi, à cette secte FSSPX (de fait donc à ses membres, et à ceux de ses consœurs aussi, ne les oublions surtout pas !) qui a parlé contre le Saint-Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle, ni dans le siècle à venir !

10.B.3.f - Précision très importante au sujet du : Non serviam mon Pape !

Nous disons ci-dessus mon Pape, car nous parlons à la place de la secte FSSPX qui le reconnaît comme tel !

Pour nous, disant et ne voulant dire que oui, oui ou non, non, nous disons que ce n’est pas l’Église catholique que l’on voit à Rome, et donc ce n’est que le ‘Pape’ de cette dite Église qui est sur le Siège apostolique romain volé, usurpé !

C’est à ses fruits que vous reconnaitrez la véritable Église :

Gardez-vous des faux prophètes, qui viennent à vous sous des vêtements de brebis, et qui au dedans sont des loups ravisseurs. Vous les connaîtrez par leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des ronces ? Ainsi, tout bon arbre produit de bons fruits ; mais le mauvais arbre produit de mauvais fruits. Un bon arbre ne peut produire de mauvais fruits, ni un mauvais arbre produire de bons fruits.32

Ainsi en se reportant qu’au Mariage, l’Église ne peut dire contre l’Esprit qui tient unies toutes choses : vous pouvez vous séparer ! Or le disant, cette Église et cette secte FSSPX, et ses satellites, ne peuvent être la véritable Église, car : Un bon arbre ne peut produire de mauvais fruits !

Nous rappelons aussi que nous ne sommes pas du tout sédévacantistes ; le sédévacantisme est une autre errance que nous ne pouvons prouver ici pour l’instant… Par contre, quant à la destruction de Mariages (séparation) nous pouvons déclarer des crimes33 soit par action ou validation, ou soit par ‘silence’ : Un prêtre, d’aventure, descendait par ce chemin ; il le vit, prit l’autre côté de la route et passa34.

Ces sédévacantistes n’ont rien, mais alors rien à envier à la secte FSSPX, particulièrement les ‘Italiens’ et tous leurs satellites en France ou ailleurs, les ‘Guérardiens’ et autres marigots ! Vous les connaîtrez par leurs fruits ! Un bon arbre ne peut produire de mauvais fruits ! Mais aussi, un bon arbre ne peut pas non plus ne pas en produire !, en effet, une ‘absence’ de fruits, est bien de fait une production de mauvais fruits !

Une de leurs ‘œuvres’ en le Mariage qu’ils n’ont pas le droit de toucher comme quiconque, c’est justement la raideur-révolte de l’épouse soutenue par ces prêtres pour imposer forcément illégalement (soumises en toutes choses) à son Époux les ‘thèses’ sédévacantistes !, ce qui emmena une séparation demandée par l’épouse ! Une autre consista à ne point désavouer une épouse parce que les parents sont un de leurs principaux soutiens !, ce qui est pile la caractéristique d’une secte !, toujours le même clientélisme ! Une autre encore… etc. ;

Nous, ici, nous nous voulons que de l’Église catholique, la véritable il s’entend, et nous reconnaissons Son Pape pour successeur de Pierre… L’on peut même dire que l’Église sera reconnaissable, aussi, à ce que Son Pape dira comme Notre Seigneur Jésus-Christ : Ce que Dieu a uni, que l’homme, laïc ou d’Église, ne le sépare point !

Nous prions intensément, et souffrons généreusement pour qu’Il ait, de là où Il est : le courage de se déclarer ! Nous ne pouvons le faire à sa place, mais nous ne demandons qu’à pouvoir L’aider !

10.B.3.g - Le premier synonyme de séparer est : diviser !

Dieu unit,
la séparation n’est que du Malicieux !

Lucifer est le prince des ténèbres, Le révolté par excellence, Son cri fameux était, est et sera éternellement, celui qu’Il susurra35 à Ève, et qu’Il fait dire à toute épouse qui se sépare, s’écarte36 peu ou prou de son Époux : non serviam !

Pour Lui ce fut non serviam mon Dieu !

Pour l’épouse c’est non serviam mon Époux !

Le mot diable veut dire : diviseur, séparateur ! Et pour cela le Malicieux utilise éhontément le mensonge, la séduction, la tentation, la calomnie, la malignité, etc. ; soit de façon très troublante les leviers que l’épouse utilise dans son action : séparation-divorce !

10.B.3.h - C’est soit une trahison, ou soit une trahison !

Pour en finir avec l’analyse du mot ‘séparation’ nous rappelons que pour ‘se séparer’, bien qu’impossible ne faisant qu’une seule chair et bien qu’interdit par NSJC, il faut que les deux époux soient d’accord37, or dans :

  • 80% des cas c’est l’épouse qui impose cette séparation, donc le terme ‘séparation’ est dans ce cas là bien impropre, il s’agit : d’une trahison !

  • 20% des cas c’est l’épouse qui instigue cette séparation, donc le terme ‘séparation’ est tout aussi impropre, il s’agit aussi : d’une trahison !

En effet, dans le deuxième cas, les 20% restants et instigués par l’épouse, l’Époux en est arrivé là pourquoi ? Peut-on dire que vous avez donné spontanément votre portefeuille à la personne qui dans la rue vous menace d’une arme à feu en vous criant la bourse ou la vie ! Si l’atmosphère devient irrespirable en la Maison, si l’Époux est ‘obligé’ d’en sortir pour reprendre son souffle et ses esprits38, à qui la faute ?

Notez bien ! Que cet argument ne peut pas s’appliquer à l’épouse qui est bel et bien la seule39 à mettre le bazar dans la Maison, en effet qu’à elle revient le devoir de tout supporter40 comme nous allons encore le vérifier.

Évidemment, nous ne nions pas que l’Époux pourrait aussi ne point reculer devant la possibilité de gagner héroïquement son Ciel !

Il n’en reste pas moins que l’épouse est la seule et unique responsable de la séparation, relisons ces quelques textes que nous avons vus plus haut dans notre étude :

  • Notre Seigneur Jésus-Christ : Si les époux ne vivent pas en bonne intelligence, si le mariage n’atteint pas son but, qui est de procréer des enfants bons et purs, la faute en est presque toujours à la femme. Son devoir est de tout supporter et de souffrir41.

  • Dom Bernard Maréchaux : elle lui est assujettie plus strictement encore, en ce que, séduite et l’ayant entraîné au mal, elle a une réparation à lui faire et une punition de son péché à subir42.

  • L’abbé Philibert Rigaud : La décadence touche les meilleures familles. Deux familles identiques : l’une est paisible, l’autre est difficile. Un seul responsable mesdames, je suis désolé, c’est la femme, l’épouse, la mère43.

À l’Époux, Son Seigneur Dieu a donné des moyens : Sa voix grave qui en impose à Sa criarde d’acariâtre, Sa hauteur physique et de vue qui domine facilement cette tête de linotte hystérisée par le Malicieux, Sa puissance tant corporelle que morale qui lui permet de régler le problème vite fait et bien fait, etc. ; ce, afin d’obtenir la paix matrimoniale, et même par la correction44 si elle ne veut point entendre la raison de l’Époux, comme nous le lisons ici :

Il y a trois choses, dit le Sage (Prov. XXVII, 15), qui font de la maison un désert, ce sont la fumée, la pluie et une femme acariâtre. Or, comment le négligeant pourrait-il s’en garder ? Celui qui se néglige, n’a pas soin de chasser la fumée, de corriger sa femme, et de réparer le toit de sa maison…45

Mais maintenant où tout est renversé, que faire ?, comme nous disions plus haut46. La talocher de main de maître, car elle ne veut plus rien entendre ? La battre comme de fait elle le réclame à cor et à cris47 ?, car c’est sûr elle vous l’embouche bien copieusement son cor afin d’essayer de vous sonner, elle vous crie même vas-y, tu n’attends que cela !, histoire de vous pousser à bout et de vous faire ainsi passer à l’acte ‘fatal’, devant témoins si possible !

Dans ces fameux 20% restants, il est bien évident que c’est une violence caractérisée sur une personne (l’Époux !) ne pouvant plus se défendre, à qui ‘on’ a enlevé les moyens de Son Autorité ! Comme disait le Capitaine Collins commandant de la canonnière du San-Pablo48 : Je n’ai que l’autorité sur ce bâtiment, que dans la mesure où je ne tente pas de l’exercer ! En effet si l’Époux bat sa femme comme Il le peut, et comme il le doit si nécessaire, et ce, sans avoir de compte à rendre à quiconque sur terre, Il se retrouve en ‘justice’ qui en ‘affaire’ familiale est totalement illégale, incompétente, criminelle !

Oui, à 80% ou à 20%, c’est comme vous le voulez, donc à 100% : une femme insensée la [maison] renverse de ses propres mains49 !

Nous vous l’avions promis :
sans langue de bois !

L’épouse est donc bel et bien la seule et unique responsable de la séparation-divorce !

10.C - L’Église catholique et ladite séparation matrimoniale…

10.C.1 - L’Église, peut-Elle permettre la séparation matrimoniale ?

Non !, en aucun cas l’Église ne peut permettre la séparation des époux ! Elle ne peut, comme l’État, que constater la nullité d’un Mariage :

  • défaut de consentement, Mariage forcé,

  • liens de parenté prohibitif,

  • erreur sur la personne : défaut de virginité de l’épouse, etc.,

  • consanguinité : frère et sœur, etc.

  • etc.

En aucun cas Elle ne peut, une fois ce Mariage validement contracté devant les Hommes50, ordonner ou permettre une séparation !, c’est ce que nous allons voir maintenant.

10.C.2 - L’Église, permet-Elle la séparation matrimoniale ?

L’Église, humble et docile Épouse de Notre Seigneur Jésus-Christ, ne peut aller contre la Volonté de son Époux qui a dit, comme nous venons de bien le voir : Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare point !

Ceci devrait nous suffire n’est-ce pas ?, mais ‘vérifions’ maintenant nos derniers propos qu’avec ces quelques textes seulement :

10.C.2.a - Pie XII ‘permet’-Il que les époux se séparent ?

Mais contre toutes ces insanités se dresse, Vénérables Frères, une loi de Dieu irréfragable, très amplement confirmée par le Christ, une loi qu’aucun décret des hommes, aucun plébiscite, aucune volonté des législateurs ne pourra affaiblir : « Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare point. »51

Nous faisons bien remarquer que Pie XII confirme bien qu’aucun décret des hommes, ni même d’Église donc, aucun plébiscite, aucune volonté des législateurs, donc ceux de l’Église aussi, ne pourra affaiblir cette loi !

Nous insistons encore ici pour faire remarquer que Notre-Seigneur Jésus-Christ commande que : Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare point !

Prenez garde, chers Chefs de Famille, à ces paroles de serpents(Pie XII) venant principalement de ces prêtres corrompus, les cloaques d’impureté(ND de La Salette) qui vous diront que NSJC voulait seulement interdire le divorce, mais que la séparation est permise et même hautement souhaitable parfois, vous vous souvenez…, ‘pour sauver les enfants’ par ex. !

Non !, NSJC a dit :

2. Et s’approchant, les pharisiens Lui demandèrent, pour Le tenter : Est-il permis à un homme de renvoyer sa femme ?

3. Mais Il leur répondit : Que vous a ordonné Moïse ?

4. Ils dirent : Moïse a permis d’écrire un acte de divorce, et de la renvoyer.

5. Jésus leur répondit : C’est à cause de la dureté de votre cœur qu’il a écrit pour vous cette ordonnance.

6. Mais au commencement de la création, Dieu fit un homme et une femme.

7. C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et il s’attachera à sa femme,

8. et ils seront deux dans une seule chair. Ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair.

9. Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare donc pas.52

Ainsi, la question de ces pharisiens est ‘peut-on divorcer ?’, n’est-ce pas ?, et que répond NSJC ? Il répond tout de suite à la deuxième question qui n’aurait pas manqué de venir si Il S’était contenté de dire non à la première : alors peut-on se séparer ? Et que répond-donc NSJC ? Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare donc pas !

Ainsi donc à la première question ‘peut-on divorcer’, NSJC répond immédiatement à la deuxième : que l’homme ne le sépare pas !

10.C.2.b - Damnés pour n’avoir point respecté cette Parole.

Voici ce que dit le Saint Curé d’Ars de ceux qui non point respecté la Parole de Dieu, et donc celle-ci aussi : Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare donc pas ; lisons :

Mon Dieu, que votre sainte parole, qui ne nous est donnée que pour nous aider à nous sauver, précipite d’âmes dans les enfers ! Je vous ai bien dit, en commençant, que la parole de Dieu porte toujours du fruit bon ou mauvais, selon nos dispositions. […]

Combien de personnes qui sont allées au ciel sans avoir reçu le sacrement de Pénitence ! Combien d’autres sans avoir reçu celui du Corps adorable et du Sang précieux de Jésus-Christ ! et combien d’autres qui sont dans le ciel, qui n’ont reçu ni celui de la Confirmation ni celui de l’Extrême-Onction ! Mais pour l’instruction qui est la parole de Dieu, dès que nous avons l’âge capable de nous faire instruire, il nous est aussi difficile d’aller au ciel sans être instruits que sans être baptisés. Hélas ! M.F., nous verrons malheureusement au jugement que le plus grand nombre des chrétiens damnés, l’auront été parce qu’ils n’ont pas connu leur religion.53

Oui, l’on peut se sauver sans aucun de ces sacrements précités, mais pas sans la Parole de Dieu ! L’on peut se confesser, communier, faire tout ce que l’on peut pour ‘bien’ suivre les préceptes de la Religion catholique, être ‘Traditionaliste’, Lefévriste, sédévacantiste, ou ‘autre-chosiste’ !, si l’on ne respecte pas la Parole de Dieu, soit ce qu’Elle nous dit au Mariage, Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare point, l’on ne peut pas se sauver ! Une épouse peut être très ‘pieuse’, très ‘sainte’, si elle s’est séparée, et ce, même avec ‘permission’ de l’Église qui du reste ne peut donner cette permission qu’illégalement comme nous venons de le voir : l’épouse ne peut que se perdre éternellement !

10.C.2.c - Que nous dit Pie XI ?

Mais contre toutes ces insanités se dresse, Vénérables Frères, une loi de Dieu irréfragable, très amplement confirmée par le Christ, une loi qu’aucun décret des hommes, aucun plébiscite, aucune volonté des législateurs ne pourra affaiblir : « Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare point. » […] ces paroles du Christ s’appliquent à n’importe quel mariage, même seulement naturel et légitime ; car cette indissolubilité convient à tout vrai mariage, qui, par elle, pour ce qui est de la rupture du lien, est soustrait au bon plaisir des parties et à toute puissance séculière. […]54

Nous remarquons que Pie XI confirme bien que :

  • les époux ne peuvent être séparés : … une loi qu’aucun décret des hommes, aucun plébiscite, aucune volonté des législateurs ne pourra affaiblir : « Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare point. » Et nous constatons bien qu’Il ne dit pas : une loi qu’aucun décret des hommes sauf ceux d’Église, aucun plébiscite sauf venant de l’Église, aucune volonté des législateurs sauf ceux de l’Église, ne pourra affaiblir…

  • le Mariage naturel a la même indissolubilité que le Mariage religieux, car il est le vrai Sacrement de Mariage : ces paroles du Christ s’appliquent à n’importe quel mariage, même seulement naturel et légitime.

Par contre, remarquons encore une fois le SAV en tenue de camouflage : est soustrait au bon plaisir des parties et à toute puissance séculière. Pie XI aurait dû dire à toute puissance quelle quelle soit !, ou à toute puissance séculière et ecclésiastique !

Toujours la même contradiction interne, toujours la chose et son contraire :

  • l’on lit ci-dessus à toute puissance séculière, donc Pie XI laisse entendre, et de fait Il dit bien : à toute puissance séculière, mais la puissance ecclésiastique le peut !

  • alors que Lui-même disait juste avant : une loi qu’aucun décret des hommes, aucun plébiscite, aucune volonté des législateurs ne pourra affaiblir !

Notre Seigneur Jésus-Christ a bien dit : Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare point !, et point à la ligne.

Il n’a pas dit : … que l’homme séculier ne le sépare point, mais l’ecclésiastique le peut.

10.C.2.d - Que nous dit l’abbé Dehaut sur ce sujet ?

Ce point, et ses suivants, est très important, il va bien préciser certaines caractéristiques du Sacrement de Mariage.

le mariage chrétien est un sacrement qui met à l’union de l’homme et de la femme un sceau de perpétuité que nulle puissance, même l’Église, ne peut plus rompre ; il n’est que l’écho véridique de la parole de Jésus-Christ lui-même, reconstituant le mariage tel qu’il fut établi au commencement : (c Non legistis quia qui fecit hominem ab initio… ? Quod ergo Deus conjunxit, homo non separet. »55

L’abbé Dehaut dit bien très précisément, que nulle puissance, même l’Église, ne peut plus rompre, donc ni divorce ni séparation qui sont bien une seule et même chose comme nous l’avons bien étudié ; sauf d’être particulièrement, comme les scribes et pharisiens : hypocrite !

Oui, si un prêtre (Évêque, et même Pape) dit que des époux peuvent se séparer, alors c’est à lui aussi que s’applique cette parole de Notre Seigneur Jésus-Christ : Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous fermez le royaume des Cieux devant les hommes ; car vous n’y entrez pas vous-mêmes, et vous ne laissez pas entrer ceux qui désirent entrer56.

10.C.2.e - Où nous revenons à la constitution du Sacrement de Mariage.

Vous souvenez-vous que depuis le début de cette étude nous nous battons57 ‘bec et ongles’ contre ceux qui affirment malicieusement que le Sacrement de Mariage a été institué par Notre Seigneur Jésus-Christ Lui-même, ce afin de faire accroire que l’Église (de fait des vicieux pour certains, mais majoritairement des trompés s’étant laissés emporter par un zèle quelque peu intempestif en la matière) pouvait légiférer en matière de Mariage ?

Mais aucune personne n’a jamais, et du reste ne donnera jamais, ne serait-ce que le début d’une preuve de cette institution du Sacrement de Mariage par Notre Seigneur Jésus-Christ ! Nous attendons très sereinement le premier suicidaire qui oserait s’y aventurer !

Nous avons du reste bien vu les numéros de funambulisme, conscients ou inconscients, de divers auteurs et Saints, et même Pie XI58 comme nous venons de le voir.

Rien de plus faux ! Revoyons pour confirmation ce que l’abbé Dehaut dit bien plus haut, … Jésus-Christ lui-même, reconstituant le mariage tel qu’il fut établi au commencement.

  • Reconstituer : Constituer, former de nouveau (un tout, quelque chose disparu récemment), à l’aide d’éléments épars. Reconstituer sa fortune.

L’abbé Dehaut dit-il que Jésus-Christ constitua le Sacrement Mariage ?, non Il ne le constitua pas, ne l’institua pas plus qu’Il ne l’améliora !, Il ne le modifia pas non plus. Jésus-Christ reconstitua le mariage tel qu’il fut établi, donc constitué, au commencement ! On ne peut être plus clair, l’abbé Dehaut dit bien tel qu’il fut établi au commencement, donc par Dieu le Père, et Jésus-Christ lui-même, reconstitua[nt] le mariage tel qu’il fut établi !

Le Mariage dit catholique est exactement le même Mariage, et avec toutes les mêmes prorogatives, que le Mariage dit naturel qui fut institué par Dieu le Père dans l’Éden, par unir Ève à Adam !

Le Sacrement de Mariage dit naturel est le Sacrement de Mariage par excellence, Il est le seul et unique Sacrement de Mariage, et Il fut incorporé par l’Église à Son catalogue de Sacrements : Jésus-Christ lui-même, reconstitua[nt] le mariage tel qu’il fut établi, … et c’est uniquement comme cela qu’Il est devenu Sacrement de l’Église catholique !

Le Sacrement de Mariage dit naturel fut incorporé par l’Église catholique à ses autres Sacrements que bien bien tardivement59, vers le XIIème ou XIIIème siècle, ce qui est fort ‘négligeant’ de la part de l’Église catholique si ce Sacrement de Mariage avait été réellement institué par Notre Seigneur Jésus-Christ !

Oui !, c’est :

  • Dieu le Père qui inventa, créa, institua le Sacrement de Mariage, et ce Sacrement ne fut que très tardivement homologué par l’Église Catholique ;

  • Dieu l’Esprit-Saint qui tient unis les époux comme toutes choses, dans ce Sacrement de Mariage ;

  • Dieu le Fils qui après avoir restauré, reconstitué le Sacrement de Mariage le rétribuera ou le vengera !

10.C.3 - Voici, Je vais faire toutes choses nouvelles…

Renouveler : Dans son film La Passion du Christ, Mel Gibson fait dire(1 :15 :07) par la Très-Sainte Vierge Marie à Son Fils, alors que Jésus rencontre sa Très-Sainte Mère nous dit le Chemin de Croix (1Vème Station), très tendrement, toute pleine d’Amour et de Compassion : Je suis là ! Et à ceci le Christ répond du fond de Son Âme si douloureuse : Vois, Mère : Je rends toute chose nouvelle.

  1. Renouveler : Ce que Mel Gibson fait dire au Christ c’est ce que nous trouvons au Livre de Apocalypse de saint Jean, Chapitre 19, 5 : Voici, Je vais faire toutes choses nouvelles.

  2. Restaurer : Dans notre missel, celui de l’Église Catholique il s’entend, celui d’avant Son éclipse60, à l’offertoire nous lisons : Dieu qui d’une manière admirable avez créé la nature humaine dans sa noblesse, et qui l’avez restaurée d’une manière plus admirable encore…

  3. Reconstituer : Et que nous disait plus haut l’abbé Dehaut ?, que la parole de Jésus-Christ lui-même, reconstituant le mariage tel qu’il fut établi au commencement.

Renouveler, restaurer, reconstituer sont des synonymes, comme revigorer, réparer, rétablir, remonter, etc. Aucun ne veut dire : changer, créer, constituer, inventer, instaurer, innover, instituer, etc. !

  • Renouveler : Faire renaître. 1. a) Faire que quelque chose reparaisse, se manifeste de nouveau dans toute sa force, sa fraîcheur. […] Faire reprendre à quelque chose, à quelqu’un toute sa force, sa vigueur, générer.

Remarquons bien ci-dessus : se manifeste de nouveau ; comme la Parole de NSJC : faire […] nouvelle !; c’est renouveler, manifester de nouveau et comme avant !

  • Restaurer : Remettre en bon état une chose dégradée.

  • Reconstituer : Reproduire quelque chose appartenant au passé, le tablir dans sa forme originale, à l’aide d’éléments nouveaux, de recherches diverses.

Le préfixe re ne veut, et ne voudra jamais dire nouveau, mais il veut bien dire de nouveau nouveau, comme avant, comme au commencement, comme au début :

Le préfixe " re- " est rattaché à des racines pour donner le sens de " en arrière " ou " de nouveau ". Exemple : réflexe (effectuer une flexion ou un mouvement vers l’arrière, par exemple en réponse à un stimulus important).61

Parmi les nombreux préfixes que comporte notre langue, un des plus courants est sans conteste le préfixe re- : accolé à quelque verbe que ce soit, il en modifie le sens, exprimant généralement la répétition (refaire, redire, repeindre, recompter, relire, etc.) ou le retour au point de départ (revenir, reconduire, recoucher, redescendre, redonner, etc.)62

Ainsi donc : Renouveler, restaurer, reconstituer, n’ont jamais voulu dire : nouveler (DMF 1330-1500), instaurer, constituer, mais bien : nouveler comme au commencement, instaurer comme commencement, constituer comme au commencement !

Ceci prouve encore, donc, que NSJC n’est pas venu constituer (point 3, ci-dessus) le Sacrement de Mariage, mais bien le reconstituer, et pour qu’il y ait pas confusion, l’abbé Dehaut confirme bien, comme au commencement : Jésus-Christ reconstitua[nt] le mariage tel qu’il fut établi au commencement !

10.C.3.a - Avant la venue du Christ :

Il est vrai que le Sacrement de Mariage, au cours des siècles qui ont précédés la venue du Christ, a subi de grands dommages à cause des attaques répétées du Malicieux qui commencèrent du reste au pied de fameux Arbre de Vie. Nous remarquons bien que cette première attaque, car le Malicieux ne peut rien directement et doit donc utiliser un traître, se fit par une femme, la femme, Ève !, ce comme dans la séparation-divorce !

10.C.3.b - Du temps du Christ :

Les ennemis de tous les Hommes*, qui avaient déjà en leur cœur trahi leur mission divine et élaboré la plan Malicieux de Son Immolation, l’Holocauste par excellence, virent demander comme vu plus haut si l’on pouvait se séparer, ce à quoi Notre Seigneur Jésus-Christ répondit : Ce que Dieu a uni, que l’homme de le sépare point ! Et donc ainsi Il a renouvelé, restauré, reconstitué, le Sacrement de Mariage qui existait depuis le commencement : au Jardin d’Éden !

10.C.3.c - Depuis la venue du Christ :

L’Église, bien que très très tardivement comme nous l’avons vu plus haut, homologua ce Sacrement de Mariage, voulu légitimement le magnifier.

Elle se le devait comme Épouse de ce Jésus, mais des Hommes d’Église, et de plus en plus nombreux et hautement placés, troublés par leur impureté voulurent mettre une main profanatrice sur ce Sacrement qu’Ils ne pouvaient manipuler à leur guise : rentrer dans la Famille afin d’avoir par l’épouse un levier sur les Chefs ‘indociles’.

Le Sacrement de Mariage est pastoral, et le Seul et Unique Pasteur et Législateur de la Famille était, est et sera que l’Époux, qui est revêtu de la double autorité du sacerdoce et de l’empire63 ! et que Sa Puissance en Sa Famille est beaucoup plus large que celle du législateur64 !

L’Église devait être une Tigresse vigilante protégeant jalousement le Sacrement de Mariage qu’Elle hérita du Père et que Son Époux renouvela ! Elle aurait aussi ainsi attiré à Elle des infidèles qui auraient vu en Elle une garante de la pérennité de leur propre Sacrement Mariage dit naturel, mais bien effectivement tout aussi religieux que le dit Sacrement de Mariage de l’Église catholique !

Mais de mauvais prêtres (et non l’Église !) en vinrent à ‘permettre’ à l’épouse de se séparer de son Époux, et ainsi ces cloaques d’impureté firent penser que l’Église luttait contre la Parole de Son propre Époux : Ce que Dieu a uni, que l’homme de le sépare point, et aussi contre l’Esprit du Seigneur qui tient unies toutes choses !

Ce péché contre l’Esprit, qui sera pardonné ni dans ce siècle, ni dans le siècle à venir, peut aussi expliquer le recul de l’Église partout dans le monde, et ce, donc par la seule et unique responsabilité des prêtres ! (Re)Voyez ND : DP-9.C, Les mauvais prêtres, accablante majorité avant Vatican II…

10.C.3.d - Le stade final de la déliquescence de toutes les sociétés.

Voici plus d’un an, le 11 mars 2008, nous disions au tout début de cette étude65 :

  • Tout s’écroule !, tout est ruiné, c’est une évidence qui crève les yeux, sauf pour ceux qui obstinément veulent rester aveugles ; nous pouvons même affirmer que nous sommes dans les convulsions signe évident de la phase terminale1.B.1.c

  • Pour tout restaurer, ne faut-il pas commencer par le début, la base, et la fin ne viendra-t-elle pas d’elle-même1.B.1.e ?

  • C’est bien faux !, c’est vouloir reconstruire la famille-État et la famille-Église, sans aucune fondation, sans arrêter le travail de sape de nos Familles qui se fait le plus souvent de l’intérieur même1.B.1.f.

  • Le Chef de Famille est donc la base exclusive de la Famille, qui est Elle-même la base exclusive de l’État et de l’Église1.B.1.i.

La restauration de toutes les sociétés,
passe par celle du Chef de Famille !

Souvent ceux qui sont soucieux de la Famille, qu’ils prétendent, disent : La restauration des sociétés passe par celle de la Famille66 ! Ceci est totalement faux ! La restauration des sociétés passe par celle du Chef de Famille ! Et, en effet, Celui-ci étant restauré, la Famille se portera à merveille et ainsi la société sera guérie ! Nous le disons depuis le début : L’association de ces premiers Chefs de Famille constitua la première grande Société, la Société des Pères de Famille, l’État1.B.1.h.

Tous hypocrites, fanatiques destructeurs, révoltés :

  • Les gens du monde qui s’agitent et veulent sauver leurs petits intérêts67, mais qui acceptent au moins pour les autres la séparation-divorce : pour eux point de rédemption, même dans les évènements monstrueux qui sont là, juste derrière cette porte toute prête à voler en éclats sous la pression des cataractes qui s’accumulent depuis si longtemps derrière ! Il y a La Justice de Dieu, aussi appelée Justice immanente ! On ne peut impunément détruire la Famille par la séparation-divorce sans entrainer à très très brève échéance la destruction de toutes les sociétés. Pour reconstruire les sociétés, il faut donc commencer par la restauration du Chef de Famille, le reste est utopie, gesticulations !

  • La soi-disante Église catholique fait semblant de tirer des sonnettes d’alarme mais laisse les épouses (80% directement et 20% indirectement) réaliser la séparation-divorce. Elle ment, Elle est complice de ‘eux’ !

  • Les sectes FSSPX et consœurs, qui reconnaissent, acceptent, préconisent et même imposent au nom de l’obéissance68 la séparation-divorce, et qui dans le même temps font semblant de maintenir la flamme de la Tradition en l’‘Église’ : mentent ! Elles détruisent elles-mêmes les sociétés Église et État en détruisant des Chefs de Famille ! La Colère vengeresse de Dieu est sur leurs têtes : les prêtres sont devenus des cloaques d’impureté. Oui, les prêtres demandent vengeance, et la vengeance est suspendue sur leurs têtes69.

  • Les sédévacantistes et autres marigots-cloaques d’impureté dissidents ou connexes qui au moins par clientélisme, comme vu plus haut, se taisent et acceptent l’inacceptable au confessionnal et au banc de communion (péchés contre l’Esprit comme vu plus haut), soit la séparation-divorce, mentent aussi lorsqu’ils font semblant d’être purs en dénonçant ce qu’ils croient être leur aile gauche : la secte de Rome et ceux qui s’y sont ralliés : FSSP, FSSPX, Fraternité de la Transfiguration, Les moines de Morgon et les Dominicains d’Avrillé, les Dominicaines-harpies, etc., etc., etc. Oui !, ces sédévacantistes et leurs complices détruisent eux-mêmes frénétiquement ce qu’ils prétendent défendre, les sociétés civiles et religieuses, en détruisant des Chefs de Famille ! Complices du Malicieux, qui détruisez la Société de base, la Famille, en sapant son unique fondement, le Chef de Famille, pour vous aussi la vengeance est suspendue sur leurs têtes.

En conclusion de ces deux derniers points :

L’on ne peut prétendre Tout restaurer dans le Christ, alors que dans le même temps l’on détruit ardemment le premier maillon de toutes les sociétés : Le Chef de Famille !

L’on ne peut prétendre protéger la Famille, comme la FSSPX notamment, alors que l’on préconise comme ‘solution’ à un ‘problème’ conjugal : la séparation-divorce !

L’on ne peut avoir la prétention de rétablir les sociétés Église et État, et comble de l’hypocrisie la Famille, et dans le même temps saper la seule et infrangible Autorité de cette dernière en prétendant pouvoir la limiter et la contrôler, et ce avec la menace permanente pour le Chef de Famille : la séparation-divorce !

2Jésus-Christ. Év. saint Marc ~ Chapitre 10, 9. « Nouveau Testament - Traduction catholique de Fillion », page : Livres & sources

3Pour ce sigle, (Re)Voyez note 47, ch. 9.C.13, page 558.

4(Re)Voyez ND : DP-6.D.2.c, L’origine du drame, la trahison de l’épouse.

1 - Jer, xvii, 17.

5Sermon Mercredi des Cendres, sur la Pénitence. « Le Saint Curé d’Ars, ses sermons - ± 1830 », Livres & sources

6(Re)Voyez ND : DP-4.H.2, Peut-on se marier pour une seule de ces fins du Mariage ? ; et tout le point très important DP-4.H.5, 3ème fin - peut-on refuser l’acte conjugal ?

7Rechercher le terme ‘appart’ (pour : appartenir, appartient, appartiennent, etc.) dans toute notre étude pour confirmation de ce que nous disons ici !

8(Re)Voyez ND : DP-3.C, L’Homme, épouse la femme, Il est son Maître.

9(Re)Voyez ND : DP-4.H.3.c, Revenons au Mariage naturel qui est constitué par un Sacrement ! ; et divers…

10Propre de la Pentecôte, d’après le Livre de la Sagesse.

11Parole de Notre Seigneur Jésus-Christ. Évangile selon saint Marc ~ Chapitre 10, 9. Nouveau Testament page Livres & sources

12Mais, lorsque le Paraclet que Je vous enverrai de la part du Père, l’Esprit de vérité qui procède du Père, sera venu, Il rendra témoignage de Moi.

Évangile selon saint Jean ~ Chapitre 15, 26. « Nouveau Testament - Traduction catholique de Fillion », réf. page 664

13(Re)Voyez ND : DP-4.H.3, 1ère fin - Le petit catéchisme du Mariage, l’abbé Joseph Hoppenot.

14Évangile selon saint Jean ~ Chapitre 5, 22. « Nouveau Testament - Traduction catholique de Fillion », réf. page 664.

152ème Épitre de saint Paul à Timothée, ch. 4,1. « Nouveau Testament - Traduction catholique de Fillion », réf. page 664.

16Épitre de Saint Paul aux Romains, ch. 12, 19. « Nouveau Testament - Traduction catholique de Fillion », réf. page 664.

18QUAS PRIMAS. LETTRE ENCYCLIQUE DE SA SAINTETÉ LE PAPE PIE XI. DE L’INSTITUTION D’UNE FÊTE DU CHRIST-ROI. http://www.vatican.va/holy_father/pius_xi/encyclicals/documents/hf_p-xi_enc_11121925_quas-primas_fr.html

19Notre Seigneur Jésus-Christ, l’Aîné :

C’est Lui qui est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute créature ; car en Lui toutes choses ont été créées dans le Ciel et sur la terre, les visibles et les invisibles, soit les trônes, soit les dominations, soit les principautés, soit les puissances : tout a été créé par Lui et pour Lui, et Il est avant tous, et toutes choses subsistent en Lui.

C’est Lui aussi qui est le chef du corps de l’Église ; Lui est les prémices, le premier-né d’entre les morts, afin d’être en toutes choses le premier ; car il a plu à Dieu que toute plénitude résidât en Lui ; et il Lui a plu de réconcilier par Lui toutes choses avec Lui-même, soit celles qui sont sur la terre, soit celles qui sont dans le Ciel, en établissant la paix par le sang de Sa Croix.

Épître st Paul aux Colossiens ~ Chapitre 1, 15-20. « Nouveau Testament - Traduction catholique de Fillion », réf. page 664.

20(Re)Voyez ND : DP-3.A.3, Adam est engendré, formé par Le Seigneur Dieu.

21(Re)Voyez ND : DP-3.B, L’Homme, engendre la femme, Il est son Maître.

22Idem note 20 ci-dessus.

23(Re)Voyez ND : DP-3.C, L’Homme, épouse la femme, Il est son Maître.

24(Re)Voyez ND : DP-3.D, L’Homme, engendre Son enfant, Il est son Maître.

25Évangile selon saint Matthieu ~ Ch. 12, 31-32. « Nouveau Testament - Traduction catholique de Fillion », réf. page 664.

  • 26Outrageux : Rem. Outrageant s’emploie en concurrence avec outrageux, ce dernier étant cependant de plus en plus inus. et vieilli; outrageant insiste sur l’action, outrageux sur la nature de l’action (d’apr. Dupré 1972).

27Idem citation précédente.

28En effet, en tant que personnes nous serons jugés à notre jugement particulier et au jugement dernier ; et nous aurons la cas échéant notre punition (rédemptrice au purgatoire ou fatale en enfer) parfois dès ici-bas mais en tous les cas dans l’au-delà.

Mais, comme le disait Mgr Jean-Joseph Gaume, les sociétés (pays, états, institutions, confréries, communautés, fraternités, etc.) qui évidemment n’existeront plus au jugement dernier auront, car il convient que leurs crimes en tant que sociétés soient aussi punis : leur punition ici-bas !

29Il est du reste vraiment frappant que ces femmes-religieuses-passionnarias-viragos de ces couvents de femmes de la Trahition, qui vous balancent du ‘mère’ à tout-va, soient si excitées et si prenantes au point de soutenir (et ce, forcément sans aucun discernement, ce qui est l’apanage de la femme en général et des aveuglés par le Malicieux en particulier) des épouses en déshérence ; et ce, au point de s’impliquer physiquement et intellectuellement dans ces ‘drames’ conjugaux, jusqu’à déposer dans des postes de police ou de gendarmerie et divers : contre l’Époux ! Quelle folle responsabilité ! Ceci aussi, nous pouvons le prouver !, en tous les cas cela sera très bientôt publié par la Grâce de Dieu !

Dans seulement que quelques tout-petits petits temps, car évidemment les ‘temps’ sont là, elles vont hurler au viol lorsqu’elles auront la meute d’instruments du Malicieux qui vont leurs tomber dessus pour les détrousser ! Et alors, criant au secours, leur Seigneur Dieu leurs répondra : Vous m’avez méprisé pendant votre vie, vous vous êtes raillés de mes lois [ne pas aider l’épouse à se séparer de son Époux, ne pas violer le Sacrement de Mariage], mais maintenant que vous voulez avoir recours à moi, que vous me cherchez, je vous tournerai le dos pour ne pas voir vos malheurs ; je me boucherai les oreilles pour ne pas entendre vos cris ; je m’enfuirai loin de vous, crainte de me laisser toucher par vos larmes. Oui, il existe bel et bien une justice immanente, tout se paie : Voici que Dieu vient à mon aide, et que le Seigneur se fait le soutien de mon âme. Fais retomber le mal sur mes ennemis, dans ta fidélité qu’ils soient anéantis, Seigneur qui me protèges. Ô Dieu, par ton nom sauve-moi ; en ta force fais-moi justice.

30(Re)Voyez ND : tout le point DP-6.C, Seul Il a Pouvoir de discipliner son épouse, seul Il le Peut.

31Qu’ils ne viennent pas, ces évêques et prêtres corrompus, ces cloaques d’impureté, ergoter que ce n’est pas eux qui ont quitté cette dite Église, mais que c’est le ‘Pape’ qui les a chassés (excommuniés). Cet argument est faux !, car en effet si Il est bien le ‘Pape’, ils doivent Lui obéir !, sinon, ce n’est ni le Pape, ni l’Église ! Donc désobéir ou séparer sont la même chose dans ce cas !, en effet si l’on désobéit, on se sépare bien ; si l’on se sépare l’on désobéit bien !

32Évangile selon saint Matthieu ~ Chapitre 7, 15-18. « Nouveau Testament - Traduction catholique de Fillion », réf. page 664.

33Nous connaissons plus d’un cas qui peuvent être imputés à ces sédévacantistes.

34Évangile selon St Luc 10.31, ou 12ème dim. après Pentecôte dans votre missel.

35Recherchez dans toute cette étude : ‘susurr’…

36Recherchez le mot écarter dans toute notre étude, (Re)Voyez ND : DP-4.J.4, Catastrophe !, lorsque l’épouse ne regarde pas son Époux.

37(Re)Voyez ND : DP-6.D.2.c, L’origine du drame, la trahison de l’épouse.

38(Re)Voyez ND : DP-8.D.1, L’épouse insensée renverse sa Maison de ses propres mains…

39(Re)Voyez ND : DP-5.C.1.a, Voyons donc ce que ce prêtre disait, voici des notes prises par l’un de nous : ; DP-8.E, La femme, en ‘danger’, ce qu’elle doit considérer…

40(Re)Voyez ND : DP-4.H.5.f, Revenons sur la consolation de l’Homme : ; vous pouvez aussi chercher dans cette étude le terme ‘supporte…’.

41(Re)Voyez ND : DP-7.E.8, Notre Seigneur Jésus-Christ dit-Il autre chose ?

42(Re)Voyez ND : DP-7.E.9, Allez, une petite dernière pour la route…

43(Re)Voyez ND : DP-5.C.1.a, Voyons donc ce que ce prêtre disait, voici des notes prises par l’un de nous :

44(Re)Voyez ND : DP-6.C, Seul Il a Pouvoir de discipliner son épouse, seul Il le Peut.

45(Re)Voyez ND : DP-8.D.2, Il y a trois choses qui font de la maison un désert…

46(Re)Voyez ND : DP-6.D.2, Certes, elle doit plier, mais maintenant que faire ?

48Vers la 120ème minute du film : La Canonnière du Yang-Tse :

http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Canonni%C3%A8re_du_Yang-Tse

49(Re)Voyez ND : DP-6.C.1, Propos préliminaires : cessons de pratiquer la langue de bois. ; et DP-7.B, La femme, son insoumission, origine de tous nos maux…

50(Re)Voyez ND : tout DP-4, Le Mariage, définition, célébration, règles et usage. ; et plus particulièrement DP-4.F.1.c, Quels sont les ministres du Sacrement de Mariage ? et points suivants.

51« Casti Connubii - 1930 - Pie XI », réf. page 667.

52Évangile selon saint Marc ~ Chapitre 10. « Nouveau Testament - Traduction catholique de Fillion », réf. page 664.

53Sermon de la Sexagésime, sur la parole de Dieu, « Le Saint Curé d’Ars, ses sermons - ± 1830 », réf. page 666.

54« Casti Connubii - 1930 - Pie XI », réf. page 667.

55Tome 3 de « L’Évangile expliqué, défendu médité… - 1904 - abbé Dehaut », réf. page 667.

56(Re)Voyez ND : DP-8.C.2, Saint Pie X : la femme dans les lieux saints.

57(Re)Voyez ND :

  • DP-4.A.1, Préambule à l’étude du Mariage.

  • DP-4.B.3, Le ministre du Sacrement de Mariage est l’Homme, non le prêtre !, et suite

  • DP-4.F.1, Graves aberrations lors de la cérémonie du Mariage !, et suite

  • DP-4.F.1.f, Concluons, tant d’aberrations prouvent le sabotage de la Famille par l’Église aussi.

  • DP-6.B.2, L’Époux doit sanctifier son l’épouse.

  • DP-8.E.3.c, Un petit retour sur : le Sacrement de Mariage. ; etc. !

58(Re)Voyez ND : (bien qu’il existe d’autres sources)

  • Saint Curé d’Ars : DP-4.B.6, Le Curé d’Ars parle du Mariage naturel.

  • Léon XIII : DP-4.H.3, 1ère fin - Le petit catéchisme du Mariage, l’abbé Joseph Hoppenot.

  • Pie VI : DP-4.B.5, Le Mariage naturel a tous les caractères de celui de l’Église…

Nous remarquons aussi que Pie XI ne dit pas que c’est Notre Seigneur Jésus-Christ qui l’institua !

59(Re)Voyez ND :

  • note 32, ch. 4.C.1.a, page 154 et contexte ;

  • DP-6.B.2, L’Époux doit sanctifier son l’épouse. ;

  • DP-8.E.3.c, Un petit retour sur : le Sacrement de Mariage.

60(Re)Voyez ND : DP-9.D.2.a, Au sujet de l’excommunication des quatre mousquetaires de la secte FSSPX.

63(Re)Voyez ND : DP-5.C.9, L’autorité du Père est la plus complète : sacerdoce et empire.

64(Re)Voyez ND : DP-5.C.10, L’autorité du Père plus large que celle du Législateur. et divers…

65(Re)Voyez ND : DP-1.B.1.c, Tout s’écroule !, et suivants.

67Cocasse, nous fignolons ce document qui va être déposé dans quelques instants sur notre site, et sur tous les ‘médias’ l’on entend parler que d’inquiétude pour le ‘pouvoir d’achat’, le chômage, etc. Tout cela ne servira à rien, restaurons le Chef de Famille le reste suivra forcément ! Et si vous êtes de ceux qui pensent que nous sommes de doux illuminés, alors, continuez comme cela…, ne changez surtout pas !, mais ne venez pas vous plaindre…

68(Re)Voyez ND : DP-3.B.10.c, Avertissement à ceux qui n’ont pas encore été touchés, croient-Ils… ; et recherchez ‘au nom de l’obéissance’.

69(Re)Voyez ND : DP-9.C.13, ±1846 - La Très-Sainte Vierge Marie à La Salette.