Les erreurs et instabilités de l’hébergeur Blogger (Google) :

Liens internes (menus et notes maintenant inopérants sur certaines pages ; sélectionnez le point à atteindre, et recherchez la cible... Patience… ! Pour atteindre les notes (vous pouvez faire copie de la page) cherchez : ♣

Perte d’une page par Blogger, message « Désolé, la page que vous recherchez dans ce blog n'existe pas. », recherchez le titre avec lien valide ici : Nos divers documents. Si nous ne l’avons pas encore détecté nous en faire part ici orfaep@gmail.com, merci.

vendredi 3 avril 2009

CN-2009-08, Le Salon Beige : De la démocratie en Afghanistan.

Le Salon Beige : De la démocratie en Afghanistan.

Du : 03.04.2009, existe1 en PDF ici : ND. Actualisé : sam. 5 mars 2011, 16.26.

Saint Sixte I, 6ème Pape, martyr,
France, le 3 avril 2009.

Chers Chefs de Famille, chers Hommes de ‘bonne volonté’,

Nous venons de lire ceci, le 2 avril 2009, sur Le Salon Beige2 l’article nommé :

Début de l’extrait →

De la démocratie en Afghanistan :

Une loi sur les droits des femmes, "pire qu’à l’époque des talibans", selon la sénatrice afghane Humeira Namati, a été signée par le président Hamid Karzaï. Ce texte légalise le viol sur sa conjointe et interdit aux femmes de sortir, de travailler ou d’aller chez le médecin sans la permission de leur mari. La loi n’accorde la garde des enfants qu’aux pères et aux grands-pères. Michel Janva.3

← Fin de l’extrait

Nous aurions pu mettre ce message en commentaire…

sur Le Salon Beige, mais de précédents messages furent effacés au bout de quelques heures…, nous reviendrons sur ceci à la fin !

Reprenons l’article que nous venons de lire.

Maintenant, nous allons être nettement plus incisifs…

Nous nous élevons le plus catégoriquement possible contre cet article véritable concentré de désinformation, ou devrions-nous dire de mensonges par, et pour le moins, ignorance crasse ! Voici ce que le Saint Curé d’Ars disait : Ô mon Dieu ! que l’ignorance damne du monde4*. [Lisez-moi]

Cet article forme un tissu de mensonges, de manipulations, et c’est le même procédé qu’avait utilisé Rivarol et que nous avions dénoncé comme ceci : Femme en islam et Le Rivarol, complément5. Nous vous engageons très fortement à lire cette dénonciation, elle contient toutes les réfutations de ce qu’avance Michel Janva dans son article criminel. Visiblement il ne connaît rien, ou pire ne veut rien connaître du Mariage, de la Famille !

Ce que Michel Janva dénonce comme ‘crimes’ de ces afghans, est de fait parfaitement conforme à la Loi naturelle (Sa photo est là pour créer une émotion, un réflexe, recherchez : scaphandrier*, apiculteur*), Loi naturelle qui fut appuyée et défendue par l’Église catholique, plus particulièrement par le Concile de Trente* !

Voilà où même le conformisme le plus vil : on aboie avec les ‘bonnes’ consciences style ‘Amnesty International’ et autres officines du même marigot ; et toutes du Malicieux en chef !

Ainsi donc Michel Janva, dans cette critique, a diffamé l’Église catholique, Épouse immaculée de Notre Seigneur Jésus-Christ (NSJC) ! De fait il a certainement fait le péché contre l’Esprit* !

Oui oui… !, nous le savons, nous sommes fous !, pas la peine de nous le rappeler nous le savons ! Cette étiquette, que nous partageons du reste avec NSJC, fit dire au Pape Grégoire VII : S’il en est quelques-uns qui, pour l’amour de la loi chrétienne, osent résister en face aux impies, non seulement ils ne trouvent pas d’appui chez leurs frères, mais on les taxe d’imprudence et d’indiscrétion, on les traite de fous.

De la démocratie, et pas seulement en Afghanistan.

Rien que le titre, et nous somme déjà dans le mensonge perlé, fait accroire que :

  • l’on serait ‘vertueux’, ‘propre’, ‘bon’, etc., rien qu’en étant ‘démocrate’ !

  • l’on serait courageux, en aboyant avec la meute des ‘démoncrates’ !

La démocratie est un vaste mensonge, une fumisterie, une vaste escroquerie que n’importe quelle personne un tant soit peu honnête et ayant quelque peu étudié sait ! Bien que nous ne soyons pas très en pointe pour ce sujet, vous pouvez lire les points, (Re)Voyez ND :

Pourquoi Michel Janva veut-il imposer de force à son prochain cette crasse innommable appelée démocratie ?, cette anti-Ordre divin par excellence ? Où est la sacro-sainte liberté des peuples à s’auto-déterminer ?

Mais ce n’est pas sa complaisance malicieuse envers la démoncratie, qui est purement luciférienne, que nous désirons pointer, continuons.

Au sujet des autres insinuations malicieuses de cet article

Nous vous engageons, ne pouvant toujours réécrire les mêmes choses, à lire toute notre étude et la réponse à Rivarol vue précédemment.

Nous vous le demandons, faites-le vraiment !, c’est un peu ardu, fouillé, mais sachez que ce fut bien plus ardu pour nous ! Cette étude représente des années de travail : lectures, recoupements, analyses, compréhension, discutions avec des ‘contradicteurs’, et des collaborateurs pendants de longues soirées, rédaction, etc.

Nous pouvons vous assurer que vous n’en reviendrez pas de ce que vous y lirez ; et encore à ce jour, et ce depuis bien plus de 20 ans, pas une personne n’apporta ne serait-ce que le début d’une contradiction, la plus petite fut-elle !, mais c’est chaque fois la même chose, et principalement des cloaques d’impureté*, jusqu’à ceux de la Trahition* et principalement ceux de la FSSPX* : insultes ‘sale musulman*’, etc. ; hurlements, menaces diverses, expulsions diverses (comme le Salon Beige !), coups, etc.

Ainsi en va-t-il aussi avec d’autres sujets très ‘sensibles’, quand on n’a rien à réfuter et que l’on ne peut se permettre de perdre son hochet chéri, sa ‘petite’ compromission de confort ; alors, on jette l’anathème sur celui que l’on veut faire taire, on le dit : musulman*, révisionniste, fou*, obsédé, misogyne, voyeur (oui, oui ! de prêtres : circulez, ce n’est pas des textes pour vous, etc.), etc.

Si vraiment vous êtes honnêtes, et si vraiment vous désirez connaitre quelque chose d’essentiel (le Mariage regarde bien le plus grand nombre) qui fut ‘perdu’ (notice d’utilisation*, manuel du Maître*) ou plutôt caché intentionnellement, alors lisez toute notre étude !, lisez plus particulièrement :

  • Pour répondre au propos malicieux : Une loi sur les droits des femmes ; recherchez : est Droit*, soumise en toutes choses*, soumissions*, jusque dans les choses qui lui semble les plus déraisonnables et les plus impossibles*, etc.

  • Pour répondre au propos malicieux : "pire qu’à l’époque des talibans" ; recherchez : talibans*, Afghanistan*, afghan*, musulman*, moyen-âge*, Sarkozy*, Obama*.

  • Pour répondre au propos malicieux : Ce texte légalise le viol sur sa conjointe ; recherchez : son corps*, devoir conjugal* ;

(Re)Voyez ND :

(Re)Voyez ND : Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (II) ; point DP-6D1, Femme en islam, sujet développé par l’hebdomadaire Rivarol ; ou DP6D, Femme en islam et Le Rivarol, complément.

  • Pour répondre au propos malicieux : D’aller chez le médecin sans la permission de leur mari., idem ci-dessus ; (Re)Voyez ND : DP-05, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (I) ; point DP-5B3, L’Homme soigne, comme Époux, Père, Prêtre, Médecin…

  • Pour répondre au propos malicieux : La loi n’accorde la garde des enfants qu’aux pères ; idem ci-dessus et recherchez : appartenir*, appartient*, et surtout : appartiennent*.

Revenons à notre premier commentaire effacé sur le Salon Beige.

Regardez vous-même si notre propos était injurieux ou déshonnête ! Ainsi, vous avez la mesure de l’honnêteté de ce site qui prétend informer, alors qu’il désinforme à grandes brasses !

Voici le titre de l’article incriminé : Liberté aux mères d’élever leurs enfants6, du 23 février 2009.

Rien que le titre était un concentré de désinformation, un petit bijou de subversion !, et ce n’est qu’en regardant ce titre, et que sur lui que nous avions mis un message que voici (c’était la 1ère réaction) :

Début de l’extrait →

Vous dites dans votre titre : ’Liberté aux mères d’élever leurs enfants’

Ceci, bien que nous comprenions votre désir de défendre la Famille, est faux dans ce qu’il induit !

En effet c’est qu’au Père qui revient d’élever ses enfants, comme le dit le Concile de Trente et le disent de très nombreux saints dont vous pourrez découvrir les noms et les textes dans notre étude. Lisez-là entièrement avant de ‘réagir’, en voici l’adresse de la page ‘notre vocation’ :

http://restaurationdelafamille.blogspot.com/2008/01/vocation-de-ce-site-ce-site-est-en.html

Mais par contre en effet, comme il revient au Père de choisir ses aidants, et que l’épouse Lui fut donnée par Dieu pour cela aussi, c’est la mère en sa maison qui en est chargée par son Époux de cela…

Bien à vous tous…

Tout prêts à apporter n’importe quelle précision nécessaire,

Pour la Vérité,

QJSIOJC

← Fin de l’extrait

À ce message, Michel Janva, répondit en mettant une note à la fin de notre propre message, malheureusement nous ne l’avions pas ‘sauvée’. C’était plus ou moins ceci : C’est bien ce que nous voulions dire ! Sauf, que c’est mieux de le bien dire !

À ce premier commentaire, nous en avions ajouté un autre en réponse à un intervenant, lisons-le au préalable, c’est maintenant le 2ème sur la liste :

C’est quand même lamentable de parler de gâchis, lorsque les femmes élèvent leurs enfants. Car finalement la maman est l’âme du foyer. Notre société est vraiment malade. C’est désespérant7.

À ce commentaire nous avions répondu ainsi, mesurez vous-même notre courtoisie, voici notre message, 3ème sur la liste avant cet effaçage :

Début de l’extrait →

Cher Berg, [nous nous étions trompés, le nom du correspondant est le plus souvent mis avant le message, mais là il était après ; par soucis de rigueur nous laissons donc cette erreur de nom !]

Vous dites « Car finalement la maman est l’âme du foyer » ; or, comme l’on peut, par imprécision (voir notre précédent message) induire des choses fausses, il convient de rectifier ce que vous venez de dire dans votre enthousiasme à vouloir, et c’est votre gloire, défendre le vrai !

Nous sommes plus que lessivés par les « ennemis de tous les homme » (Saint Paul) !, non ce n’est pas du tout, et loin de là, la femme, l’épouse qui est le centre de la Famille, donc encore moins son ‘âme’ !

Nous vous conseillons de lire le plus attentivement possible l’étude visible à notre précédent message. Certain cela sera un peu ardu mais bien nécessaire, vous ‘n’en reviendrez pas’… Vous pouvez déjà lire ce tout petit extrait, qui fut dit par l’abbé Rigaud (FSSPX) : « Le centre de la famille est le père ; la mère est son associée, sa subordonnée ; les enfants sont la conséquence, et non le centre. La femme est pour son époux et non pour les enfants comme fin première [de la femme] »

((Re)Voyez, ND : DP-5C1a, Voyons donc ce que ce prêtre disait, voici des notes prises par l’un de nous)

Cher Berg, bien à vous pour n’importe quelle précision nécessaire,

Pour la Vérité,

QJSIOJC

← Fin de l’extrait

Ainsi, pouvez-vous comprendre que ces messages aient été enlevés ? Quel souci d’information !, où devrions-nous dire quelle volonté opiniâtre de désinformer !

Toujours la même chose, et ce n’est pas ‘Jano’ qui est en cause, ni ‘Berg’ du reste, mais Michel Janva et le Salon Beige !

Pour finir…

Nous vous engageons aussi à lire d’autres magistrales réfutations de tout ce qu’avance malicieusement Michel Janva ; (Re)Voyez ND : CN-2009-07, Le Salon Beige : Favoriser le Bien Commun au niveau local. et CN-2009-19, Le Salon Beige – Le rôle éducatif des grands-parents.

Bonne lecture !, et bien à vous pour répondre courtoisement et avec arguments à vos questions courtoises et honnêtes d’Hommes de ‘bonne volonté’.

Chefs de Famille, que le Bon Dieu Vous bénisse, Vous et les Vôtres !

Pour la Vérité,
QJSIOJC

4Le Saint Curé d’Ars et la famille, fin du chapitre II.

mercredi 1 avril 2009

CN-2009-07, Le Salon Beige : Favoriser le Bien Commun au niveau local.

Le Salon Beige : Favoriser le Bien Commun au niveau local.

Du : 01.04.2009, existe1 en PDF ici : ND. Actualisé : sam. 5 mars 2011, 16.25.

Nous venons de lire ceci (30.03.2009) sur Le Salon Beige2 se faisant l’écho Civitas3 :

Dans un entretien accordé à Présent, Alain Escada, secrétaire général de l’Institut Civitas, présente "un projet de grande envergure" […] Nous lançons un appel à la reconquête du pouvoir local. C’est à l’échelon local qu’il nous faut commencer à œuvrer. En nous organisant de façon à influencer la vie culturelle, associative et politique des municipalités. Voilà un objectif qui, sans être démesuré, offre de nombreuses perspectives intéressantes, notamment dans les petites communes4.

Nous aurions pu mettre ce message en commentaire sur le site précité, mais un précédent message fut effacé au bout de quelques heures, bien qu’il ne comporta comme à notre habitude aucun propos injurieux ou déshonnête ! Voici donc notre réaction à cet article précité.

Bien ‘vrai’ Alain Escada !, encore faut-il aller jusqu’au bout du raisonnement pour être vraiment cohérent, crédible, il faut commencer par la Famille qui est bien le Bien Commun le plus basique et le plus local possible (pour la bonne compréhension voyez toute étude).

Pour faire la reconquête du pouvoir local, de cette Base de toutes les sociétés, la Famille, il faut restaurer Son Chef, l’Époux et Père, unique Base et raison d’être de Celle-ci !

La Reconquête de l’Autorité de ce Chef de Famille est bien un projet de grande envergure !, puisqu’à travers la restauration de ce Chef l’on restaura la Famille qui est un Échelon on ne peut plus local !, la Famille est bien la plus petite commune !

Puis du Chef de cette première commune, la communauté appelée Famille, on passera aisément à la première association des Chefs de Famille : les villages ; ou comme dit Alain Escada : les petites communes ; ce qui permettra, de contagions en contagions, d’atteindre l’État ! Oui, restaurer le Chef de Famille de façon à influencer la vie culturelle, associative et politique des municipalités !

Reconquête de l’Autorité la plus basique :
le Chef de Famille !

L’Institut Civitas a bien raison !, pour restaurer la société dans son ensemble, il faut commencer par la base, par ce qui est de fait le plus important ! Or papillonnant en chemin, Alain Escada oublia son objectif final, il s’arrêta à l’avant-avant-dernière étape : les petites communes !

Alain Escada, cessez d’être la tête dans les étoiles, sortez votre esprit du brouillard, la tête du sable, votre cerveau de la laveuse-conditionneuse ! et là, vous verrez qu’il reste encore deux Échelons à pratiquer : la Famille, puis le Chef de Famille !

Voyons cela :

  • La Base de toutes choses c’est la Parole de Notre Seigneur Jésus-Christ :

Et quiconque entend ces paroles que Je dis et ne les met pas en pratique, sera semblable à un homme insensé, qui a bâti sa maison sur le sable5.

  • La Base de toutes sociétés, et plus particulièrement Église et État, c’est l’avant dernier Échelon :

La famille n’est pas seulement la plus ancienne des sociétés, elle est encore, dans un sens du moins, la plus importante. Et d’abord, elle est la base de toutes les autres, la base de l’État et de l’Église. En effet, qu’est-ce que l’État ? sinon la réunion d’un certain nombre de familles sous l’autorité d’un chef commun, pour la conservation et le développement de leur existence et de leur bien-être. L’Église elle-même, qu’est-ce autre chose ? que la réunion de toutes les familles chrétiennes sous l’autorité d’un Père commun, pour la conservation et le développement de leur vie spirituelle. Ainsi, ce que la racine est à l’arbre, la source au fleuve, la base à l’édifice, la famille l’est à l’État et à l’Église : des mains de la famille le premier reçoit ses citoyens, la seconde ses enfants.

Dans un sens plus intime encore et pour une raison plus profonde, la famille doit être appelée la plus importante des sociétés6.

Mais la Base de cette Base, la Famille avant-dernier Échelon, la réunion d’un Homme et d’une femme évidemment !, c’est le denier Échelon :

  • son Chef, l’Homme : Car l’homme n’a pas été tiré de la femme, mais la femme a été tirée de l’homme ; et l’homme n’a pas été créé pour la femme, mais la femme pour l’homme7.

  • son Chef, l’Homme : Le centre de la famille est le père ; la mère est son associée, sa subordonnée ; les enfants sont la conséquence, et non le centre. La femme est pour son époux et non pour les enfants comme fin première [de la femme]8.

Ainsi la Base de base, l’Échelon de base, est non : les petites communes, mais : le Chef de Famille !, ce qui donne :

  • La communauté appelée État, posée sur →

  • Les communautés appelées provinces, posées sur →

  • Les communautés appelées cantons, posées sur →

  • Les communautés appelées villages, posées sur →

  • Les communautés appelées Familles, posées sur →

  • La Base la plus basique : les Chefs de famille, centre et unique raison d’être de Celles-ci !

Ainsi donc, pour conclure, nous répondons tout-à-fait favorablement à l’appel de l’Institut Civitas qui dit : Nous lançons un appel à la reconquête du pouvoir local.

Oui ! à la reconquête du pouvoir local, uniquement dans la Vérité, soit : les Chefs de Famille !

Comme promis !,
sans aucune langue de bois !

Et la première mesure symbolique de cette reconquête, devra être : évincer Jeanne Smits qui a co-recueillit cet appel !

Oui, sans complexe et en Vérité, soit de Droit divin, et gaillardement nous en convenons : bobonne présente non en ce journal Présent où elle pontifie, ce qui est révolte !, mais à sa place, soit rebridée9 aux fourneaux, comme : St Paul enseigne : « Que les femmes se taisent dans les assemblées » (I Cor. XIV, 34) et « Je ne permets point à la femme d’enseigner ni de dominer sur l’homme » (I Tim. II, 12).  parce que la femme doit être soumise à l’homme, comme on le lit dans la Genèse (Gen. 111, 16).  St Thomas ajoute : « les femmes qui ont reçu le don de sagesse et de science peuvent faire usage pour l’enseignement privé, mais non pour l’enseignement public » (ad.3)10.

5Mat. 7, 26.

6Idée générale de la Famille. -Son origine. -Son importance. -Ses caractères primitifs. « Histoire société domestique – 1844 – Mgr Gaume », Chapitre premier, réf. ici Livres & sources.

8(Re)Voyez ND : DP-05, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (I) ; point DP-5C1a, Voyons donc ce que ce prêtre disait, voici des notes prises par l’un de nous.

9Pour la bonne compréhension de ce mot bien pesé et bien mesuré, attendez un peu !, vous ne serez pas déçus à la lecture du prochain chapitre de notre étude devant paraître fin avril 2009.

10(Re)Voyez ND : Erreur : source de la référence non trouvée, La petite Sainte Thérèse, une femme !, docteur de l’Église… ; ou : La petite Sainte Thérèse, une femme !, docteur de l’Église….