Les erreurs et instabilités de l’hébergeur Blogger (Google) :

Liens internes (menus et notes maintenant inopérants sur certaines pages ; sélectionnez le point à atteindre, et recherchez la cible... Patience… ! Pour atteindre les notes (vous pouvez faire copie de la page) cherchez : ♣

Perte d’une page par Blogger, message « Désolé, la page que vous recherchez dans ce blog n'existe pas. », recherchez le titre avec lien valide ici : Nos divers documents. Si nous ne l’avons pas encore détecté nous en faire part ici orfaep@gmail.com, merci.

mardi 25 août 2009

CN-2009-26, Quel lien entre les mots : pseudonyme, appartenir, obsession ?

Du : 25.08.2009, existe1 en PDF ici : ND. Actualisé : ven. 30 oct. 2015, 10.49.
Achevé en la Saint Louis (IX), roy de France,
le mardi 25 août 2009,
publié en la Saint Barthélemy,
le lundi 24 août 2009,
cette nouvelle Leur est confiée.
Quel lien entre… ?, aucun !, si ce n’est qu’ils sont tous trois, sujet à critiques pour nos détracteurs !
Table de cette nouvelle, CN-2009-…
26 - Quel lien entre les mots : pseudonyme, appartenir, obsession ?
26.A - Critiquer l’utilisation d’un pseudonyme, pourquoi ?
26.A.1.a - Voyons des pseudonymes particulièrement malicieux
26.A.1.b - Revenons au pseudonyme, ordinairement honnête…
26.A.1.c - L’anonymat, en ce qui regarde notre étude.
26.A.1.d - Venons-en au nom de plume qui pose problème : QJSIOJC
26.A.1.e - Libre à vous de supputer !
26.A.1.f - Lorsque le Bon Dieu le permettra, cela se saura !
26.A.1.g - Ajouté en la Saint Raphaël, le 24 octobre 2015
26.B - Se scandaliser du terme ‛appartenir’, pourquoi ?
26.B.1.a - L’épouse n’appartient qu’à son Époux, soumise entièrement et pour tout !
26.B.1.b - L’enfant, n’appartient qu’à son Père, à qui il doit être soumis révérencieusement !
26.B.1.c - Tous les autres biens, n’appartiennent qu’au Chef !
26.B.1.d - Toute la Puissance et ses prérogatives n’appartiennent qu’au Chef !
26.B.1.e - Ainsi donc, visiblement, tout tourne autour du verbe : appartenir
26.B.1.f - Tournons autour des dérivés du verbe appartenir
26.B.1.g - Soit nos détracteurs nous signalent nos erreurs, ou soit ils circulent
26.C - Se scandaliser de notredite obsession, pourquoi ?
26.C.1.a - Nos détracteurs se scandalisent par malicerie.
26.C.1.b - Ceux qui devaient nous aider comme des Frères nous traitent de fous !
26.C.1.c - Car enfin, interpréter il le faut !, tout est là même !
26.C.1.d - Complices, vous n’entrerez point dans le Royaume des cieux !
26.C.1.e - Se prétendant anti-libéraux, ils chérissent jalousement leur petit libéralisme !
26.C.1.f - QJSIOJC et ses collaborateurs du site Restauration de la Famille par l’Autorité, des fous !
26.C.1.g - Nous attendons toujours un Frère nous montrant enfin ne serait-ce qu’une seule erreur !
26.C.1.h - Ils se scandalisent alors que c’est eux qui produisent le scandale !
26.C.1.i - Oser ?, rien que ce terme prouve la malice !
26.C.1.j - Vous voulez oser ?, oser transgresser ?
26.C.1.k - Vous, les réactionnaires par opportunisme, à géométrie plus que variable !
26.A - Critiquer l’utilisation d’un pseudonyme, pourquoi ?
-Pseudonyme : Subst. masc. Nom d’emprunt (le plus souvent d’une personne appartenant au monde littéraire artistique ou commercial). Synon. faux nom2.
26.A.1.a - Voyons des pseudonymes particulièrement malicieux
Ainsi, un pseudonyme est un nom d’emprunt, un faux nom, comme par exemple pour ce bien triste personnage particulièrement corrompu :
L’abbé Grégoire Celier (FSSPX) :
Lisez bien cet extrait et même si possible tout l’article !
C’est ainsi que, sous ses nombreux pseudonymes, il diffuse sa pensée sournoisement moderniste.
Un exemple : dans un article paru dans le n°163 de Fideliter, l’abbé Celier sous son pseudonyme d’abbé « Michel Beaumont » (qui est, lui-même, un des pseudonymes d’Arsène Lupin dans l’œuvre de Maurice Leblanc !), renie tout le combat des papes et de Mgr Lefebvre pour le Règne de Notre Seigneur Jésus-Christ. La revue Lecture et Tradition, publiée par les éditions de Chiré, dans son numéro 349 de mars 2006, lui adressa une juste réplique en dénonçant son « étrange théologie » ! Déjà au premier semestre 2005, l’article de l’abbé Beaumont-Celier avait été réfuté par Mr Arnaud de Lassus. […]
[…] En novembre 2003 en effet, l’abbé Celier allait reprendre ce travail, sous le pseudonyme de Paul Sernine (anagramme d’Arsène Lupin !), en publiant « La Paille et le sycomore ». Ce pamphlet, publié par les éditions Servir de l’abbé de Tanoüarn (cousin germain de Mr l’abbé de Cacqueray et propriétaire de l’hebdomadaire Minute !) […]3
Pour ceux qui connaissent un peu la secte* FSSPX, et satellites consœurs, cette secte n’est là que pour faire accroire à unedite résistance auxdites dérives de ladite Église Catholique de Rome, faire accroire à unedite suppléance auxdits manquements de cettedite Église !
Ces prêtres-cloaques d’impureté, Celier, de Cacqueray, de Tanoüarn, Pivert, etc., ne faisant certainement pas partie de l’Église éclipsée, sont des acteurs ô combien prenants de la destruction d’Unions Conjugales, de Mariages !, en cette mouvance appelée la malicieusement Tradition !
Pour : certainement pas partie de l’Église éclipsée :
ND à La Salette : Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’antéchrist… L’Eglise sera éclipsée, le monde sera dans la consternation.
Ce terme Tradition ne veut du reste rien dire, en effet, le Malicieux en Chef Lui-même, Lucifer, a aussi sesdites traditions !, et donc aussi sesdits traditionalistes : les lucifériens !
Si vous saviez combien cette racaille, cette coterie, cette meute de loups ravisseurs, se tenant si fraternellement par la main !, ces prêtres absolument corrompus, ces cloaques d’impureté comme les appelait la Très-Sainte Vierge Marie (TSVM) à La Salette, se chamaillant si bien comme les démons le font constamment en Enfer, se réconcilient instantanément dès le premier coup de téléphone apportant le cri de détresse convenu : Au secours mes Frères du Goupillon Malicieux !
Nous vous engageons très fortement à lire tout :
Poursuivons avec un extrait ne dénotant nullement d’avec le premier :
L’abbé Célier, écrivant dans la revue Certitudes de l’abbé de Tanoüarn, sous le pseudonyme de Paul Sernine (anagramme d’Arsène Lupin, référence à Rennes-le-Château qui n’est pas inconnue d’Emile Poulat, ni des loges rose-croix de la FM, à en croire sa conférence en 1995 à Politica Hermetica)4
26.A.1.b - Revenons au pseudonyme, ordinairement honnête…
L’usage du pseudonyme est bien répandu et ordinairement accepté non comme pour cacher une intention malhonnête, mais pour :
→ éviter une confusion de genre, par exemple : un très grand et célèbre chirurgien voulant publier un livre de ses recettes culinaires (éviter le mélange de genre).
→ préserver sa modestie, par exemple : une personne ne voulant pas faire ombrage à une très belle prière à la Très-Sainte Vierge Marie, dont il serait l’auteur (souci d’humilité).
→ préserver sa sécurité et/ou son intimité, comme le fait honnêtement le El Cristero du site Les Intransigeants5 ; ou, comme le ferait un grand patron ayant essuyé des revers de fortune, et voulant avertir des postulants au patronna des erreurs à ne pas faire, sans mettre en danger de risée sa Famille (protection et/ou modestie, etc.…).
→ etc.
Vous pouvez connaître de nombreux pseudonymes ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_pseudonymes.
Le pseudonyme n’est donc pas à priori un acte malveillant, une malhonnêteté ! Donc pourquoi s’en offusquer hypocritement ?
26.A.1.c - L’anonymat, en ce qui regarde notre étude.
Il est bon, ayant des doutes sur l’opportunité d’écouter une parole, un avis, etc., de connaître l’auteur de ces paroles (texte, citation, affirmation, etc.). Surtout si l’on connaît peu le sujet et qu’ainsi l’on ait peur de se fourvoyer !
Par contre, il est inutile que vous connaissiez le rapporteur d’une parole, car le rapporteur n’est en effet nullement l’auteur !
Dans notre étude nous ne sommes jamais que des rapporteurs et non des auteurs ! Sauf de quelques raisonnements, mais qui ne sont toutefois que des développements autour de l’énoncé d’un texte d’auteur.
Il est en effet vicieux d’accepter ou pas, selon le crédit supposé, bon comme mauvais du reste, du rapporteur : une parole d’un auteur donné ! Souvent même, malicieusement l’on s’obstine à confondre le rapporteur et l’auteur. Si vous êtes par exemple un voleur connu mais repenti, peut-être qui si vous rapportez le Commencement de Dieu, tu ne voleras point…, vous risquez de provoquer la risée, et qu’à cause de cela vous préfériez garder l’anonymat.
Par contre, que vous vouliez connaître de l’auteur de cette parole : ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare point !, peut être tout-à-fait nécessaire ! En effet, par exemple, étant peu versé en cette matière si grave, le Sacrement de Mariage, sacrement qui ne regarde pas que le Catholique, mais tout un chacun comme nous vous le rappelons dans toute notre étude !, et ayant peur de vous fourvoyer, vous préférez vous en remettre à un auteur bien sûr…, ici Notre-Seigneur Jésus-Christ (NSJC) !
Pour : vous le rappelons dans toute notre étude :
Recherchez bien dans toute notre étude : Sacrement de Mariage. Le Sacrement de Mariage n’a pas été institué par NSJC, mais par Dieu le Père dans l’Éden.
Le Sacrement de Mariage n’est pas un Sacrement que de l’Église catholique, qui du reste ne l’incorpora que très très tardivement au catalogue de ses Sacrements !
Revoyez bien bien notre étude !, ce n’est point des supputations mais des faits attestés par des textes de Papes et de Saints !
En voici certains, voici ce qu’ils disent du Sacrement de Mariage :
→ Genèse : Et Dieu les bénit, et Il leur dit : Croissez et multipliez-vous, remplissez la terre. Les bénit !, les bénit alors qu’Ève, par son oui, dans ce cas uniquement implicite, a déjà validé le Sacrement de Mariage, proposé par Adam en la prenant pour femme !
- DP-03, Le Mariage, son origine, sa Mission divine ; point 3C2, Adam, reconnaît la femme, sa fille, la nomme et l’épouse ;
- DP-08, Restaurer la dignité de la femme, par sa soumission (II)… ; point 8E3, Sainte Clothilde mariée à un païen et barbare par les Évêques…
→ Pie XI à la suite de Pie VI, confirme bien que le Sacrement de Mariage est contracté pour tous ceux qui s’unissent honnêtement : … ce caractère de lien perpétuel qui, depuis l’origine, est de droit divin, tellement inhérent au mariage qu’aucune puissance politique n’a de prise sur lui. Aussi bien, quel que soit le mariage que l’on dit contracté, ou bien ce mariage est contracté en effet de façon à être effectivement un mariage véritable, et alors il comportera ce lien perpétuel inhérent, de droit divin, à tout vrai mariage ; ou bien on le suppose contracté sans ce lien perpétuel, et alors ce n’est pas un mariage, mais une union illicite incompatible comme telle avec la loi divine : union dans laquelle, en conséquence, on ne peut ni s’engager ni demeurer.
→ Saint Curé d’Ars : C’est pour tous, infidèles et chrétiens, un contrat indissoluble que la mort seule peut briser.
Avec Notre Seigneur Jésus-Christ,
point de doute !,
Sa Parole est La plus sûre !
Généralement, comment connaître si l’auteur d’une parole (ou texte) est bien sûr ?, voici !, et c’est justement l’Auteur de la Parole précédente qui nous en donne la recette infaillible : Gardez-vous des faux prophètes, qui viennent à vous sous des vêtements de brebis, et qui au dedans sont des loups ravisseurs. Vous les connaîtrez par leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des ronces ? Ainsi, tout bon arbre produit de bons fruits ; mais le mauvais arbre produit de mauvais fruits. Un bon arbre ne peut produire de mauvais fruits, ni un mauvais arbre produire de bons fruits.
Pour : [développement sur cette citation] :
Afin que vous soyez absolument sûrs de ce que nous rapportons dans toute notre étude, nous vous donnons systématiquement toutes nos sources, les auteurs, et cela de la façon la plus complète !
26.A.1.d - Venons-en au nom de plume qui pose problème : QJSIOJC
Le pseudonyme, appelé du reste couramment nom de plume, qu’utilise en notre site celui qui a la responsabilité peu enviable et fort astreignante de coucher6 le fruit commun de nos cogitations, recherches, confrontations, discussions, etc. n’est pas un pseudonyme, un ‛faux nom’, comme Paul Sernine que l’abbé Celier utilise comme vêtements de brebis, mais plutôt un :
-Acronyme : subst. Masc., Groupe d’initiales abréviatives plus ou moins lexicalisé. On les prononce comme s’il s’agissait d’un nouveau mot, «prononciation intégrée» (l’/Urs/) ou en considérant chaque lettre séparément, «prononciation disjointe» (/U.R.S.S./)`` (Dupr. 1980).
Ce que veut dire l’acronyme QJSIOJC ne peut vous être dévoilé sans nuire à l’anonymat recherché ; anonymat bien nécessaire pour préserver nos vies de Famille, nos intimités !
26.A.1.e - Libre à vous de supputer !
Sachez toutefois, que :
1. l’acronyme QJSIOJC est positivement honnête, il est là pour obtenir ce que précisément il veut dire ;
2. le pseudonyme QJSIOJC est là pour préserver nos vies de Famille !
Du reste il est particulièrement hypocrite de se scandaliser de ce pseudonyme, sachant que pratiquement tout le monde utilise un pseudo sur n’importe quel forum ou autres lieux similaires !
26.A.1.f - Lorsque le Bon Dieu le permettra, cela se saura !
Il vaut mieux, pour cette coterie de prêtres corrompus, pour ce marigot de loups ravisseurs que nous dénonçons tout au long de nos documents, que pour l’instant l’on ne connaisse pas celui (mais aussi nos collaborateurs !) qui se cache derrière le pseudonyme-acronyme QJSIOJC !; car, si un jour, avant le Jugement Dernier !, le Bon Dieu devait le permettre dans sa Toute-Puissante et Aimable Volonté, dans son Infinie Miséricorde : ce serait la panique dans cette Confraternité du Goupillon Malicieux, FSSPX et consœurs et autres marigots.
Pas un de cette multitude de pervers n’en sortirait indemne !
26.A.1.g - Ajouté en la Saint Raphaël, le 24 octobre 2015
Depuis, en cette page nous avons apporté des précisions sur ce pseudonyme, notamment ce qu’il veut dire : RH-2015-04 - Cher Sieur Jean Mahezic, vous répondre quant-à la vocation religieuse ! ; point 4.B.2 - Que veut dire l’acronyme de notre pseudo : QJSIOJC…
26.B - Se scandaliser du terme ‛appartenir’, pourquoi ?
Nous disons dans toute notre étude, preuves de Droit à l’appui, que rien ne peut contre l’Autorité de l’Époux et Père, parce que :
26.B.1.a - L’épouse n’appartient qu’à son Époux, soumise entièrement et pour tout !
Tout au long de notre étude nous disons sans ambages que l’épouse ne s’appartient nullement, mais qu’elle appartient pleinement et irrévocablement qu’à son Époux !, et ce dans toute l’étendue de la Puissance que cela suppose. Nous disons même, appuyé énergiquement par Pie XI, sa digne et totale servitude !
Pie XI : Nombre d’entre eux poussent l’audace jusqu’à parler d’une indigne servitude d’un des deux époux à l’autre ; ils proclament que tous les droits sont égaux entre époux ; estimant ces droits violés par la « servitude » qu’on vient de dire, ils prêchent orgueilleusement une émancipation de la femme, déjà accomplie ou qui doit l’être. (Casti Connubii - 1930)
Voir : DP-07, Restaurer la dignité de la femme, par sa soumission (I) ; point DP-7D6, Pie XI confirme : la dignité de la servitude de l’épouse.
26.B.1.b - L’enfant, n’appartient qu’à son Père, à qui il doit être soumis révérencieusement !
Tout au long de notre étude nous disons la même chose pour l’enfant, sauf que cette appartenance est plus limitée dans ses prérogatives et dans le temps que celle de l’épouse ; nous insistons surtout en disant que les enfants n’appartiennent nullement à l’épouse-mère, mais bien qu’à l’Époux-Père !
26.B.1.c - Tous les autres biens, n’appartiennent qu’au Chef !
Tout au long de notre étude nous disons rien d’autre que ceci : tous les autres biens, les matériels et autres, n’appartiennent qu’au Chef de Famille qui ne peut être que l’Époux-Père !
26.B.1.d - Toute la Puissance et ses prérogatives n’appartiennent qu’au Chef !
Tout au long de notre étude nous disons rien d’autre que ceci : toute la Puissance, et tout ce que cela implique, n’appartient qu’à l’Époux-Père ; car cette Puissance Lui est inhérente et Il en est Le seul détenteur. Ainsi, Il est Le seul législateur, bras séculier, et directeur spirituel de Sa Maison !
26.B.1.e - Ainsi donc, visiblement, tout tourne autour du verbe : appartenir
C’est donc bien autour du terme appartenir, qui donne tant de boutons particulièrement proéminents et suppureux à tous nos détracteurs, que tout tourne !
Ce verbe appartenir est bien le pivot d’entente de tous nos contempteurs.
Pourtant, il suffit de rechercher ce terme appartenir et tous ses dérivés dans notre étude pour voir qu’il est copieusement développé et prouvé, et surtout radicalement innocenté7 ; ce, dans la largeur, et la longueur, et la hauteur, et la profondeur.
Mais nos contempteurs continuent à jouer hypocritement à la vierge effarouchée, alors qu’ils picorent eux-mêmes allégrement et à tout va : soit n’importe où !
Ceci veut simplement dire que ces primaires volontaires ont lu un mot, tel appartiennent, dans un contexte donné, par exemple : les enfants n’appartiennent qu’au Père, et, tels des pavloviens bien conditionnés, dressés, ont immédiatement criés : au scandale !
Pourquoi crient-ils hypocritement au scandale ?, soit :
→ parce que, primaires volontaires qu’ils sont, ils n’ont pas voulu lire le (ou même les) contexte des emplois de ce terme appartenir en notre étude ; et les preuves que cette dernière apporte quant-à cette appartenance de l’épouse et des enfants qu’à l’Époux-Père ; ou
→ parce que ils ne veulent pas voir et/ou entendre !, ce, comme le dit ce proverbe : Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre8. Proverbe qui du reste ne fait que reprendre ce que disait Notre Seigneur Jésus-Christ (NSJC) : regardant ils ne voient point, et qu’en écoutant, ils n’entendent et ne comprennent pas (Mat 13, 13).
26.B.1.f - Tournons autour des dérivés du verbe appartenir
Les adjectifs possessifs, mon, ma, mes, marquent la possession, indiquent : qui est à moi, qui m’appartient, etc. ; par exemple :
→ ceci est Mon corps […] car ceci est Mon sang = le corps et le sang qui m’appartiennent.
→ Je veux sauver mon Âme = l’Âme qui m’appartient.
→ Je m’appelle Untel = Untel est mon nom, il m’appartient.
→ L’enfant dit c’est mon école = l’école qui m’appartient.
→ Il dit aussi voici mes parents = les parents qui m’appartiennent.
→ l’Époux dit voici mon épouse = épouse qui m’appartient.
→ L’épouse dit cet Homme est mon Mari = le Mari qui m’appartient.
Dans ces exemple, mon (mes…) marque bien toujours une appartenance, mais cette appartenance varie d’importance ou de signification selon le cas :
→ Ainsi, l’enfant qui dit c’est mon Âme, déclare bien une appartenance absolue ; mais s’il dit c’est ma maison, il déclare une appartenance relative. Il signifie de fait j’habite dans cette Maison, la Maison de mon Père ! S’il dit c’est mon école, là aussi l’appartenance n’est pas absolue, mais relative ; il dit de fait c’est l’école où mon Père m’a inscrit !
→ Par contre s’il dit c’est mes parents, cette appartenance est bien absolue, mais ce sans qu’il en soit la cause ; il en est plutôt l’effet !, ainsi lorsqu’il dit c’est mes parents, il déclare de fait son appartenance à ses parents !
→ Lorsque le petit chien court au devant de son maître, que dit-il en tournant autour de cet Homme, la queue toute agitée de bonheur ?, il dit c’est mon maître !, mais de fait il dit bien c’est le maître à qui j’appartiens !
→ Lorsqu’un Époux vous déclare fièrement c’est ma femme !, il marque bien une appartenance des plus absolues !
→ Mais, comme pour l’enfant, une femme qui dit toute émue c’est mon Mari !, dit aussi une appartenance des plus absolues, mais toutefois de conséquence, elle dit de fait : c’est le Mari à qui j’appartiens !
Pour : c’est le Mari à qui j’appartiens :
DP-04, Le Mariage, définition, célébration, règles et usage… ; point 4I1, Qui prend, qui est pris, qui porte l’anneau nuptial ?
26.B.1.g - Soit nos détracteurs nous signalent nos erreurs, ou soit ils circulent
Soit nos détracteurs lisent effectivement toute notre étude, et recherchent le verbe appartenir avec tous ses drivés (par exemple : appartient, appartiennent, appartiens, etc.) et viennent avec des arguments, non de boniches, mais d’Hommes, avec preuves ou sources à l’appui pour nous montrer notre (nos) erreur(s) ; ou soit : ils circulent !
Avant donc de réagir impulsivement, ou plutôt, bien pavloviennement9, ces détracteurs devront au moins lire les textes suivants, en leur entièreté :
→ DP-03, Le Mariage, son origine, sa Mission divine ; les points :
- DP-3A, L’Homme est établi Propriétaire, Maître de toute la création !;
- plus particulièrement, DP-3A2, Définition des termes nommer et appartenir.
- DP-3B, L’Homme, engendre la femme, Il est son Maître.
- DP-3C, L’Homme, épouse la femme, Il est son Maître.
- DP-3D, L’Homme, engendre Son enfant, Il est son Maître.
- DP-4I, Autour de la célébration du Mariage.
- DP-4J, Exclusivité du lien du Mariage, surtout pour l’épouse.
- DP-5B2, L’Homme seul porte la bourse, donc seul Il la remplie et la vide…
- DP-5C, Restaurer l’Homme en tant que Chef de Famille, sa Puissance.
- DP-6, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (II)…
→ Etc., etc., etc.
26.C - Se scandaliser de notredite obsession, pourquoi ?
26.C.1.a - Nos détracteurs se scandalisent par malicerie.
Nos détracteurs, ennemis de tous les Hommes, ou leurs imbéciles utiles selon le cas, se scandalisent, par jouissance et par haine ; ou uniquement par envie de se scandaliser !, comme certains s’arrachent les vêtements en vociférant devant undit scandale qu’ils s’empressent toutefois de monétiser ad vitam æternam, ne voulant jamais connaître le pardon desdites offenses !
Ils se scandalisent parce que dans notre étude nous énonçons des règles, et dénonçons des escroqueries en pointant leurs auteurs : en matière de Mariage-Famille ! Et ce, non sur base de supputations ou de divagations, mais sur base de textes anciens sains et saints, et de faits !
Ils se scandalisent que parce qu’ils sont totalement incapables d’avancer la plus petite réfutation ou le plus petit raisonnement contredisant notre étude. Ils enragent de notre source d’inspiration : la Vérité et Sa Source, NSJC qui disait : Je vous donnerai une bouche et une sagesse auxquelles tous vos adversaires ne pourront résister et contredire.
26.C.1.b - Ceux qui devaient nous aider comme des Frères nous traitent de fous !
Et, ceux qui devraient être nos amis, nos aidants ?, ils nous taxent de fous !, au lieu de nous aider en ce combat vraiment essentiel, qui est :
→ la Vraie défense de toutes Nos Sociétés, principalement Église et État ; en passant donc au préalable par
→ la Vraie défense de la Famille leur unique base et raison d’être ; en passant donc au préalable par
→ la Vraie défense de l’unique pivot et raison d’être de Celle-ci, le Chef de cette Famille : l’Époux-Père !
Pour : [développement de tout ceci] :
De ces Frères, de qui nous devrions avoir secours, aides et réconforts, nous n’essuyons, dans le meilleur des cas que des silences entendus, lourds de réprobations ; et, le plus ordinairement nous recevons l’insulte : au fou !…
C’est ce gendre d’attitude qui fit dire au Pape Grégoire VII : S’il en est quelques-uns qui, pour l’amour de la loi chrétienne, osent résister en face aux impies, non seulement ils ne trouvent pas d’appui chez leurs frères, mais on les taxe d’imprudence et d’indiscrétion, on les traite de fous.
Nous entendons des réflexions, dans les plus charitables, de fait les plus vachardes car venant de nosdits frères, telles : - exaltés… ; - porté à l’exagération… ; - bonnes citations, mais plus de notre temps… ; - ce n’est pas la bonne interprétation de ce que cela voulait dire…, etc.
26.C.1.c - Car enfin, interpréter il le faut !, tout est là même !
NSJC ne connaissait pas le poids des mots !?, en tous les cas pas de ceux de notre année 2009, année éclairée parmi les éclairées !? Année carrément Illuminée par le Malicieux, oui !
Comment ?, NSJC ne savait pas ce qu’Il disait en disant : ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare point ! Comment ?, il faut interpréter ce que NSJC disait ? Sépulcres blanchis, cloaques d’impureté et Cie : Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous êtes semblables à des sépulcres blanchis, qui, au dehors, paraissent beaux aux hommes, mais qui, au dedans, sont pleins d’ossements de morts et de toute sorte de pourriture.
- 10.B, Non non, je ne divorce pas, je me sépare !
- 10.C, L’Église catholique et ladite séparation matrimoniale…
Non !, NSJC s’adressait aussi aux hypocrites anti-libéraux-garantis-libéraux !
Et lorsque l’on leur dit que ces quatre Mousquetaires-Évêques (ne parlons même pas de ladite Église de Rome !) poussent au nom d’unedite obéissance, quel culot !, des épouses à la séparation-divorce, ces anti-libéraux-garantis-libéraux, vous disent de ce pervers de Mgr Richard Williamson : s’il l’a fait, c’est qu’il devait avoir de bonnes raisons !
Pour : quatre Mousquetaires-Évêques poussent :
Vite !, un Chef des Chefs de Famille !,
maintenant !, réagissez donc !
Comment ?, ce Mgr Richard Williamson avait raison d’interpréter, ou plutôt d’enfreindre frontalement ce que NSJC a dit : ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare point !, comment ? Ce pervers de Williamson avait sesdites raisons ?, ou plutôt sa déraison à opposer à la Raison de NSJC ?
Oui, M.F., si tant de maux nous accablent dans ce monde, cela vient de ce que nous violons les commandements de Dieu. (Curé d’Ars)10.
Oui !, la corruption est tout-à-fait générale, en effet, pas un n’ose briser le silence, et crier au sacrilège !, et tous en cœur, cesdits réactionnaires, ces anti-libéraux-garantis-libéraux continuent à faire semblant de s’offusquer de la dégénérescence de toutes nos sociétés, et hypocritement à se pencher lamentablement sur la Famille qu’ils ont amenée eux-mêmes en phase terminale !
Oui !, ils continuent à enfoncer les clous dans l’adorable Corps de notre doux Sauveur, rassurés qu’il sont de ne point utiliser un marteau comme les Romains, mais en bons chrétiens qu’il se prétendent : un goupillon dégoulinant de malice !
Oui !, tous les prêtres de la Trahition sont bel et bien des Frères du Goupillon Malicieux !, et tous ceux qui se taisent au lieu de crier haut et fort, et partout et constamment leurs dénonciations, sont complices objectifs de ces violations de l’Autorité infrangible et inaliénable, inamissible et inabdicable de ces pauvres Chefs de Famille : ils sont complices de ces profanations du Sacrement de Mariage, de ces destructions de Familles !
26.C.1.d - Complices, vous n’entrerez point dans le Royaume des cieux !
Et ainsi, organisant ou validant, ou préconisant par susurration ou pas : des séparations-divorces, ce en infraction frontale et objective à ce que NSJC a le plus formellement et inéquivoquement interdit : ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare point !; voici ce qu’ils encourent d’après ce Même Jésus : Celui donc qui aura violé un de ces moindres commandements, et appris aux hommes à faire de même, sera tenu pour le moindre dans le Royaume des cieux ; mais celui qui les aura pratiqués et enseignés, sera tenu pour grand dans le Royaume des cieux. Car je vous dis que si votre justice ne surpasse celle des Scribes et des Pharisiens, vous n’entrerez point dans le Royaume des cieux. (Mat 5, 19.-20)
Pour : Dieu a uni, que l’homme ne le sépare point :
- 10.B, Non non, je ne divorce pas, je me sépare !
- 10.C, L’Église catholique et ladite séparation matrimoniale…
26.C.1.e - Se prétendant anti-libéraux, ils chérissent jalousement leur petit libéralisme !
Pourquoi cela ?, parce que nous sommes tous, plus ou moins contaminés par le libéralisme insufflé par le Malicieux, et colporté principalement par eux ; ainsi, l’on veut, comme :
Les Intransigeants, luttant contre ceux qu’ils persistent à appeler sionistes, alors que dans le même temps l’on dorlote son petit libéralisme chéri qui consiste à faire travailler avec sois la Schtroumpfette Alice (qui ne semble plus pontifier maintenant… !?), ou à accepter des intervenantes (commentaires).
Pour : ceux qu’ils persistent à appeler sionistes :
Quel fourvoiement opiniâtre et mortifère de vouloir absolument faire un distinguo hypocrite entre sionisme et juiverie, étant tous deux les ennemis de tous les hommes comme nous le rappelle fermement Saint Paul qui ne s’embarrassait point de subtilités malicieuses : des Juifs, qui ont tué même le Seigneur Jésus, et les prophètes, et qui nous ont persécutés à notre tour ; qui ne plaisent point à Dieu, et qui sont les ennemis de tous les hommes ; nous empêchant de parler aux gentils pour qu’ils soient sauvés, afin de combler en tout temps la mesure de leurs péchés ; car la colère de Dieu est arrivée sur eux définitivement. (Tes II, 14-16.)
Nous y reviendrons plus tard si le Bon Dieu le Veut !, en attendant nous vous engageons très chaudement à bien lire tout le livre 2000 ans de complots contre l’Église que vous trouverez à notre page .
Le Salon Beige (et Cie : Présent, Rivarol, etc.), qui prétend vouloir favoriser le bien commun au niveau local tout en se fourvoyant scandaleusement au niveau de la Famille, laisse pérorer-enseigner des femmes, telle la Jeanne Smits, ce en violation de ce que dit le Droit naturel que Saint Paul rappelait ainsi : Que les femmes se taisent dans les assemblées (I Cor. XIV, 34), Je ne permets point à la femme d’enseigner ni de dominer sur l’homme (I Tim. II, 12), parce que la femme doit être soumise à l’homme, comme on le lit dans la Genèse (Gen. 111, 16).
Pour : favoriser le bien commun au niveau local :
C’est particulièrement hypocrite et malfaisant de prétendre que d’écrire ou enseigner serait différent !, si l’on écrit, c’est bien pour renseigner ou influencer, donc enseigner !, et c’est donc bien violer la Loi naturelle !
Saint Thomas d’Aquin précise, quant à l’enseignement, la (co-)écriture d’un article par une femme, que : les femmes qui ont reçu le don de sagesse et de science peuvent faire usage pour l’enseignement privé, mais non pour l’enseignement public (ad.3) !
Pour : [tout ce paragraphe] :
Il serait particulièrement inintelligent de nos contempteurs de se pointer avec des écrits de Sainte Catherine de Sienne par exemple ! Sainte Catherine n’a pas pontifié sur des Hommes, mais écrit privément comme nous venons de lire avec Saint Thomas. Ce qui n’empêche pas des Hommes, comme nous ici, de la lire avec grand profit.
Et comme l’on a à faire à desdits anti-libéraux, à géométrie plus que follement variable, qui chérissent tellement leur petit libéralisme personnel (c’est bien connu, le bon libéralisme c’est le sien ; et le mauvais c’est celui des autres !) apportons cette réfutation à ce qu’ils vont nous avancer malicieusement : vos journaux et vos sites, vos articles, etc., s’adressent à des Hommes et à des femmes (quant bien même s’adresseraient-ils qu’à des femmes !) !, n’est-ce pas ?, alors ces femmes enseignent donc bien aussi des Hommes !
Ainsi donc, ces pauvresses, comme la Jeanne Smits et Cie, qui enseignent des Hommes, agissent : contre-naturellement ! (comme tous les autres pervers en d’autres matières : sodomites, etc .), car elles (et tous leurs complices Hommes : Père, Frère, Époux, collaborateurs, Patrons, subordonnés, etc.) enfreignent le Droit naturel rappelé ainsi par Saint Paul : je ne permets point à la femme d’enseigner ni de dominer sur l’homme (I Tim. II, 12.), point à la ligne !
Voici ce que disait NSJC : Que votre langage soit : Oui, oui ; Non, non ; car ce qu’on y ajoute vient du mal (Math. 5, 37.). Donc ainsi, la Jeanne Smits, enseigne-t-elle des Hommes, oui ?, ou non ?
Insistons : enseignant des Hommes, donc transgressant allégrement, voici ce que ce même Jésus dit à la Jeanne Smits, et à ses complices Hommes : Ce ne sont pas tous ceux qui Me disent : Seigneur, Seigneur, qui entreront dans le royaume des Cieux ; mais celui qui fait la volonté de Mon Père qui est dans les Cieux, celui-là entrera dans le royaume des Cieux. Beaucoup Me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé en Votre nom, et chassé les démons en Votre nom, et fait de nombreux miracles en Votre nom, écrit des articles pour Favoriser le Bien Commun au niveau local (Le Salon Beige ) ? Et alors Je leur dirai hautement : Je ne vous ai jamais connus ; retirez-vous de Moi, vous qui commettez l’iniquité ; notamment l’iniquité qui consiste à faire dominer (enseignement, etc.) des Hommes par des femmes11.
26.C.1.f - QJSIOJC et ses collaborateurs du site Restauration de la Famille par l’Autorité, des fous !
Oui vraiment, ce qui disait NSJC est fort juste : Et ils prenaient de Lui un sujet de scandale. Mais Jésus leur dit : Un prophète n’est sans honneur que dans son pays et dans sa maison.
Ou, comme le dit à Sa suite le proverbe : Nul n’est prophète en son pays.
Signification : Il est plus difficile d’être apprécié ou reconnu chez soi qu’à l’étranger. Les talents de quelqu’un ne sont jamais assez reconnus par les siens.
Origine : Il nous faut remonter loin pour trouver l’origine de cette expression, puisqu’on en trouve la trace dans les évangiles de Luc et Matthieu12.
26.C.1.g - Nous attendons toujours un Frère nous montrant enfin ne serait-ce qu’une seule erreur !
Ils nous critiquent sans jamais nous avoir ponté une seule des erreurs que nous aurions faites, ils se scandalisent comme des catins complètement décrépies se scandalisent du chaste baiser qu’une tendre vierge poserait sur la joue de son Bien-Aimé !
Leur envie de prendre à défaut, de piéger comme le faisaient continuellement et obsessionnellement13 les pharisiens et les docteurs de la loi, est sans bornes, et toujours inassouvi !
Pour : les pharisiens et les docteurs de la loi :
Malheur à vous, docteurs de la loi, parce que vous avez pris la clef de la science ; vous-mêmes, vous n’êtes pas entrés, et vous avez arrêté ceux qui voulaient entrer. Comme Il leur disait ces choses, les pharisiens et les docteurs de la loi commencèrent à Le presser vivement et à Le harceler par une multitude de questions, Lui tendant des pièges, et cherchant à surprendre quelque parole de Sa bouche, afin de L’accuser. (Luc, 11, 52-54)
26.C.1.h - Ils se scandalisent alors que c’est eux qui produisent le scandale !
Ils nous traitent d’obsédés alors que c’est contre leurs maliceries, leurs obsessions, leurs attaques du Droit naturel que nous luttons !
Que dit le Malicieux en Chef depuis la nuit des temps, depuis le Jardin d’Éden ?: coll comme ils disent maintenant, sois pas stressé, ose transgresser !, mange de ce fruit, et vous serez comme des dieux !
Pour : et vous serez comme des dieux :
Le serpent repartit à la femme: Certainement vous ne mourrez point. Mais c’est que Dieu sait qu’aussitôt que vous aurez mangé de ce fruit, vos yeux seront ouverts, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. (Gen 3,4-5)
Faites attention, ce n’est que cela dans les publicités, dans les discours politiques, etc. : oser ! Tels : - oser la différence ; - oser la transgression ; - oser porter plainte contre son Époux ; - oser etc. !
26.C.1.i - Oser ?, rien que ce terme prouve la malice !
Toutes les campagnes malicieuses n’ont que cela comme moteur : oser !, oser transgresser, regardez (nous avons supprimé les adresses, les listes viennent d’une recherche Google) :
Oser transgresser, porter plainte contre son Époux établi de Droit divin :
→ Violences conjugales, osez en parler !
→ Il faut oser en parler… [Violences conjugales]
→ Pour quoi ne pas oser parler? [des violences conjugales]
→ Valérie Létard : Les femmes osent se déclarer victimes…
Etc., etc., etc ., ce n’est que cela : oser transgresser !
Oser transgresser le Droit divin par le travail féminin :
→ Belgique - Les femmes osent les ’métiers d’hommes’
→ Les femmes osent le bâtiment - Le Moniteur.fr
→ Les femmes osent et proposent : investissement économique, participation citoyenne, solidarité intergénérationnelle et Nord Sud, créativité culturelle,
→ En janvier 1789, bravant l’interdit qui leur est fait d’exprimer leurs doléances, les femmes osent faire entendre leur voix. De Normandie, Madame B*B* écrit
→ Dans l’ignorance d’une loi rarement appliquée au niveau national, peu de femmes osent dénoncer les cas de harcèlement dont elles peuvent
Etc., etc., etc ., ce n’est que cela : oser transgresser !
Oser la turpitude, l’impureté, la transgression, etc. :
→ Le Matin > Fantasmes: les femmes osent en parler
→ Combien de femmes osent dire qu’elles ne portent pas de…
→ pourquoi les femmes osent ou n’osent pas réaliser leurs fantasmes.
→ Avec le changement des mentalités et des mœurs de la société actuelle, les femmes osent se libérer de plus en plus sur le plan sexuel sans avoir peur d’être
→ Retrouvez l’entretien croisé titré « oser la transgression »
→ La crainte et la peur d’oser dire sont encore tenaces. La loi du silence prévaut le plus souvent. Oser transgresser l’ordre institutionnel est plus
→ en matière d’échangisme. …. Oser aller dans un club,
→ Livre - Osez… L’Echangisme - Hélène Barbé
Etc., etc., etc ., ce n’est que cela : oser transgresser !
Oser le métissage, ladite différence :
→ pour oser penser ainsi. "C’est dans le métissage, qu’on fait les plus beaux assemblages"
→ J’ai toujours pensé que le métissage faisait partie de notre culture. Lorsqu’on a un but il faut oser prendre des risques avant de tendre la main et
→ Dire que le métissage culturel n’est pas encore une réalité est un constat. …. Les pauvres pleutres du"fer de lance" n’ont même pas oser
Etc., etc., etc ., ce n’est que cela : oser transgresser !
Oser faire sauter lesdits tabous, transgresser :
→ Stratégie 2010 des employeurs - Oser voir plus loin et sans tabous.
→ Oser briser le tabou des problèmes au boulot… - Paperblog
→ D’autres rappers vont oser briser le tabou des tabous au Sénégal
→ Les relations entre professeur et élève : oser évoquer le tabou …
→ Le suicide sans ses tabous. Oser le questionnement, oser le dialogue
→ Les temps ont changé nous dit on et aujourd’hui nous pouvons oser en débattre même si ce sujet est encore tabou.
Etc., etc., etc ., ce n’est que cela : oser transgresser !
26.C.1.j - Vous voulez oser ?, oser transgresser ?
Tout est là !, en commençant à transgresser sous l’arbre, Ève nous a tous entraîné à transgresser !, et maintenant, en ce moment, nous transgressons comme jamais !
→ Transgresser l’interdit de séparer ce que Dieu a unit.
→ Transgresser la barrière des races que Dieu voulue.
→ Transgresser la belle et noble ordonnance des sexes, tant par la pseudo libération des femmes que par des comportements contre-nature.
→ Transgresser le repos dominical ordonné (imposé, pour ceux qui ne veulent pas entendre) par Dieu.
Pour : Transgresser le repos dominical :
Il est flagrant que pour lutter contre leur, le leur de fait car votant !, gouvernement, Le Salon Beige et Cie, disent, ils veulent toucher à la vie de Famille, ou au repos dominical, ou appauvrir les gents, etc. ; mais pas un ne dit la seule et unique raison valable, les autres ne faisant qu’en découler, le Commandement de Dieu : Souvenez-vous de sanctifier le jour du sabbat. (Ex 20,8), et repris par la Véritable Église ainsi : Tu sanctifias les fêtes d’obligation ! Point, à la ligne !
→ Transgresser, etc., etc., etc.
26.C.1.k - Vous, les réactionnaires par opportunisme, à géométrie plus que variable !
Comme les sectes FSSPX et consœurs, vous Les Intransigeants, Le Salon Beige, Présent, Rivarol, etc., vous voulez transgresser !, être anti-libéraux-garantis-libéraux ?, avoir illégitimement des femmes comme collaboratrices ; des femmes sous vos ordres, ou pire vous acceptez d’être avilis au point d’être sous les ordres d’une femme !; vous faites, ou laissez faire, enseigner des Hommes par des pauvresses ; vous faites pontifier des femmes sur des Hommes ?…
Pour : des femmes sous vos ordres :
Sauf, évidemment : l’épouse de l’Artisan faisant Son secrétariat ; l’épouse du Boulanger servant les clients de son Époux ; l’Écrivain dont l’épouse fait la relecture des épreuves ; etc. !
Alors, transgressez !, mais ne venez pas pleurer hypocritement sur la grande transgression de votre, car vous êtes des complices ô combien prenants, monde que vous avez poussé à la phase terminale !
2Toutes nos définitions sont de notre dictionnaire habituel, sauf spécification contraire : http://www.cnrtl.fr/definition/.
* - Nous vous conseillons de rechercher ces mots ou petites expressions écrits en rouge en tous nos documents pour d’éventuels développements.
6--Coucher qqc. par écrit, sur le papier. Mettre, consigner quelque chose par écrit. Coucher qqc. noir sur blanc; coucher une clause, un article dans un contrat, dans un acte.
7Innocenter : 2. [Correspond à innocent B 1 b] Faire considérer comme non-blâmable, enlever à quelque chose son caractère blâmable, faire admettre.
[Le compl. désigne une chose qui est condamnable dans certaines conditions] M. Druey cherche à innocenter ses opinions du temps jadis (Gobineau, Corresp. [avec Tocqueville], 1850, p. 117)
http://www.cnrtl.fr/definition/innocent%C3%A9
10Sermon du Saint Curé d’Ars, 12ème dimanche après la Pentecôte, I, sur le premier Commandement de Dieu. Lisible :
11Matthieu, 7, Sermon du Saint Curé d’Ars, 12ème dimanche après la Pentecôte, I, sur le premier Commandement de Dieu. Lisible : Livres & sources