Les erreurs et instabilités de l’hébergeur Blogger (Google) :

Liens internes (menus et notes maintenant inopérants sur certaines pages ; sélectionnez le point à atteindre, et recherchez la cible... Patience… ! Pour atteindre les notes (vous pouvez faire copie de la page) cherchez : ♣

Perte d’une page par Blogger, message « Désolé, la page que vous recherchez dans ce blog n'existe pas. », recherchez le titre avec lien valide ici : Nos divers documents. Si nous ne l’avons pas encore détecté nous en faire part ici orfaep@gmail.com, merci.

lundi 20 septembre 2010

CN-2010-14, Hommes, ils Vous ont rééduqués afin de Vous dépouiller entièrement !

Du : 20.09.2010, existe1 en PDF ici : ND. Actualisé : lun. 31 mars 2014, 16.54.
Table de cette nouvelle, CN-2010-…
14 - Hommes, ils Vous ont rééduqués afin de Vous dépouiller entièrement !
14.A - Préambule : (re)précisons bien la différence qu’il existe entre croire et accroire
14.A.1.a - Dans nos documents nous utilisons certains termes…
14.A.1.b - Nous venons d’écrire : Gloutonnement, les gents…
14.A.1.c - En cas de tromperie sans complicité de la victime – l’on dit croire
14.A.1.d - En cas de tromperie avec complicité de ladite victime – l’on dit accroire
14.B - Le déclencheur que nous attendions, une persuasion de dame Isabelle
14.B.1 - Ils Vous ont spolié du réel ; et Vous ont refilé l’irréel, du vent !
14.B.1.a - Ils Vous ont spolié du réel…
14.B.1.b - … et Vous ont refilé l’irréel, du vent.
14.B.2 - Regardons cette auto-émasculation au travers d’autres points
14.B.2.a - Dans le temps, c’était le Père qui présentait Son enfant !
14.B.2.b - Avertissement au sujet des couches-culottes !
14.B.3 - Un autre exemple de mensonge perlé, de lavage de cerveau !
14.B.3.a - Deux mensonges !, escroqueries, grugeries…
14.B.4 - C’est comme l’histoire du « Papy René Galinier »
14.B.5 - Vous admirez les fesseurs, et dans le même temps vous les condamnez !
14.B.5.a - Voyons maintenant le film : Le Grand McLintock
14.B.6 - Au sujet de Romain Gary, livre de chevet d’Alain Fillion…, auteur !
14.C - Au sujet dudit racisme, extensions…
14.C.1 - Animaux et végétaux venus d’ailleurs – Dans nos milieux naturels : l’autre invasion
14.C.2 - Digression au sujet de la parité, du racisme, de l’adoption, etc.
14.A - Préambule : (re)précisons bien la différence qu’il existe entre croire et accroire
Commencée mi-août…, cette nouvelle est enfin publiée,
en la Saint Eustache, le lundi 20 septembre 2010,
elle Lui est confiée.
S’en laissant accroire gourmandement,
il serait dommage que ‘eux’
se privassent de les gruger !
Gloutonnement, les gents s’en laissant accroire* tous les mensonges, même les plus éhontés, il serait en effet ‘dommage’ que ‘eux’ se privassent de les gruger2
Note après publication : Ce document à une suite : CN-2010-15, Hommes, ils Vous ont rééduqués afin de Vous dépouiller entièrement ! II
14.A.1.a - Dans nos documents nous utilisons certains termes…
Dans nos documents nous utilisons certains termes peu connus, intentionnellement…, non pour tromper ou troubler, mais au contraire pour essayer d’être percutants, très précis… ; or, nous nous apercevons, quoique donnant au moins à chaque première utilisation de ceux-ci une définition bien utile, que généralement nos lecteurs ne lisent pas !
Pour : au moins à chaque première utilisation :
D’où, la nécessité, et au moins pour cela, de lire tous nos documents que vous trouverez ici : ND.
14.A.1.b - Nous venons d’écrire : Gloutonnement, les gents…
s’en laissant accroire tous les mensonges, même les plus éhontés, il serait en effet dommage que ‘eux’ se privassent de les gruger…
Redéfinissons le terme ‘accroire’ :
-Accroire : [Usité seulement à l'inf., précédé d'une forme du verbe faire ou plus rarement du verbe laisser] Croire quelque chose qui n'est pas vrai en se laissant influencer à tort.
A.3.b) S'en faire accroire − Se laisser tromper
B.− Rare. Laisser accroire (qqc. à qqn). Laisser croire à quelqu'un une chose que l'on sait n'être pas vraie; permettre sciemment qu'il soit trompé. (P. oppos. à faire accroire, l'accent n'est pas mis sur l'action de celui qui trompe, mais sur la défaillance de lucidité ou de volonté chez celui qui est trompé).3
Ainsi, ce terme accroire veut dire : vouloir être trompé par les mensonges d’autrui ; se tromper soi-même avec les mensonges d’un autre, d’un trompeur ! ; soit accepter par lâcheté, conformisme les escroqueries que l’on sait pertinemment telles !, où, une certaine forme de péché contre l’esprit* : oui c’est un mensonge, mais par lâcheté, conformisme, non je ne réagit pas et j’en fais donc objectivement ou effectivement ma ‘vérité’.
14.A.1.c - En cas de tromperie sans complicité de la victime – l’on dit croire
Deux acteurs : le trompeur, et le trompé…
Lorsqu’il s’agit d’une tromperie ‘simple’, sans complicité passive ou active de la victime l’on dit croire, toutefois, il faut souvent remarquer que la victime est souvent passablement niaise4 en l’affaire :
→ Niaisement : Le camelot bonimente → la victime, niaise, a cru imprudemment  elle se fait extorquer son argent.
→ Honnêtement : Le voleur perce → le propriétaire se croyant honnêtement à l’abri s’absente  il s’est fait voler des biens…
→ Etc.
14.A.1.d - En cas de tromperie avec complicité de ladite victime – l’on dit accroire
Deux acteurs : le trompeur, et ledit trompé…
Lorsqu’il s’agit d’une tromperie avec complicité passive ou active de la victime l’on dit accroire :
→ Le Malicieux promet toutes les jouissances temporelles et n’en donne que de très fugaces, et toujours avec au moins un arrière goût très amère → Les méchants accroient ses mensonges  ils seront punis éternellement et très souvent déjà si cruellement dès ici-bas.
→ Le séducteur baratine → la fille légère s’en laisse accroire  elle est effectivement complice du vol de son innocence, de sa vertu5.
→ Les laveurs de cerveaux disent que la femme est l’égale de l’Homme, qu’elle ne doit pas être asservie* → l’Homme l’accroyant  Il est complice objectif, passif, mais maintenant de plus en plus actif, de la destruction de toutes Ses sociétés : Famille, villages, entreprises, etc.
Pour : l’Homme l’accroyant :
En effet ceci est tellement contre naturel, que personne ne peut dire, Homme, et femme aussi du reste !, qu’il croyait réellement que la femme serait l’égale de l’Homme !
→ Les Hommes d’Église disent que le Sacrement de Mariage doit être piloté par eux → les Époux (les Mâles) l’accroient  Ils Se sont criminellement dépossédés de leur Autorité de Droit divin !
→ Les vicieux ‘rééducateurs’ cachés derrière l’écran de fumé appelé téloche disent que les Hommes sont violents, etc. → les Époux s’en laissent accroire  Ils sont complices objectifs de Leur défection, de la trahison de Leur mission de Droit divin, de la révolte de Leurs épouses, de la destruction de Leurs Maisons, de la dépossession de tous Leurs biens.
14.B - Le déclencheur que nous attendions, une persuasion de dame Isabelle
Dans son avant-dernier message qui suscita notre dernière Lettre à nos filles, vers la fin de celui-ci, dame Isabelle nous dit : Je suis persuadée que les phrases du style "Combats et deviens un héros !" "Deviens le chef du village" "Sauve la jeune princesse" ne leur sont pas étrangers.
Je les appelle les héros virtuels et je trouve cela vraiment désolant et hypocrite. Car dans le réel, dès qu'ils revendiquent leur place, ils sont traités de tous les noms.
Pour : suscita notre dernière Lettre à nos filles :
Nous avions répondu quelque peu à ce passage au point : 4) Considérons votre persuasion : Je suis persuadée…, mais la lettre étant déjà bien longue, et voulant nous adresser surtout aux Hommes en cela, nous avions remis à plus tard ces réflexions qui viennent maintenant…
14.B.1 - Ils Vous ont spolié du réel ; et Vous ont refilé l’irréel, du vent !
14.B.1.a - Ils Vous ont spolié du réel…
Hommes, Chefs de Famille, ou futurs Chefs !
→ Croyez-Vous, en ce qui regarde que la Famille, que l’on Vous dise de ne pas être ‘violents’ et de libérer Vos femmes, afin de Vous rendre meilleurs ?, croyez-Vous que cela soit pour le bonheur et l’épanouissement des femmes de Vos Maison, épouses et filles ?
Pour : en ce qui regarde que la Famille :
Le Sacrement de Mariage intéresse quiconque, en effet Le sacrement du mariage existe parmi les fidèles et parmi les infidèles ! (Léon XIII)6 , Il est le ciment fondateur de la Famille qui est Elle-même base de toutes les sociétés : Église et États.
Non !, c’est uniquement afin de Vous déviriliser, de Vous émasculer, Vous transformer en bétail doux et docile, Vous déposséder de Votre Autorité sur Vos femmes, Vos Maisons !
→ Croyez-vous que l’on Vous dise qu’il ne faut pas être ‘raciste’ pour Vous rendre meilleurs ?
Non !, c’est uniquement pour corrompre Votre sang, afin de pouvoir Vous déposséder de Vos terres, Vos coutumes, Vos biens.
Pour : uniquement pour corrompre Votre sang :
Attention, nous ne parlons pas uniquement de la race* blanche, mais aussi, avec la toute même Charité, de la noire, de la jaune ; et des peuples par la même occasion, etc.
Réfléchissez donc un peu !, rien qu’un tout petit peu plus qu’une boniche* !
Pourquoi serait-ce bien d’être positivement et effectivement raciste ?, lorsque l’on veut préserver la ligné de son cheval pur-sang n’est-ce pas sieur Édouard de Rothschild*, de son lévrier de course, pour préserver ladite bio-diversité de la faune animale ?
Pour : n’est-ce pas sieur Édouard de Rothschild :
Hommes !, Chefs ou futurs Chefs de Famille !, lisez donc !, regardez donc !, il existe un Prix Rothschild pour les chevaux purs-sangs !, recherchez sur internet : prix Rothschild chevaux purs-sangs courses ! ; ne voulant point encombrer ici, nous avons mis une extension très importante à la fin de ce document : Au sujet dudit racisme, extensions…, Aussi !, (Re)Voyez ND : CN-2009-11, Nous, Rockefeller, Rothschild & Cie, avons ‘libéré’ vos femmes pour saper vos sociétés !
Pourquoi serait-ce mal d’être positivement et effectivement raciste ?, lorsque nous agissons de même par exemple avec nos filles :
→ le sain Chef de Famille bantou qui veut que Sa fille n’épouse qu’un Homme de la religion de Ses Pères et de Sa race ;
→ le tout aussi sain Chef de Famille français qui veut que Sa fille n’épouse qu’un bon chrétien et de Sa race ;
→ le tout aussi sain Chef de Famille algérien qui veut que Sa fille n’épouse qu’un bon musulman et de Sa race ?
14.B.1.b - … et Vous ont refilé l’irréel, du vent.
En effet, il faut occuper les gogos afin qu’ils ne se réveillent surtout pas, il faut les occuper, les bercer… Du temps de la Rome antique, il y avait les jeux de cirque ; maintenant ils ont cent fois mieux, la téloche laveuse de cerveaux, et en tout dernier en effet, comme le dit dame Isabelle, ils ont, grâce aux consoles de jeux, remplacé l’épée du Chevalier qui pourfendait dans le réel les méchants, par la manette de jeux !
Ce afin que l’émasculé puisse s’‘affirmer’ comme ils disent, en pourfendant du vent, de l’irréel, des fantômes tel un Don Quichotte7 poursuivant des moulins ! ; et ainsi donc, de lui faire accroire qu’il est undit Super-Homme…
Super-Homme est incapable de tenir sa femme, mais Super-Homme est capable de changer les couches comme Super David Cameron (voir plus loin), ou de faire la vaisselle comme de passer l’aspirateur !
Et, si Super-Homme imaginaire est bien sage, ‘cool’ avec sa femme, soit la rende totalement libre ; libre de renverser la maison de ses propres mains, et donc de se perdre éternellement, alors bobonne donnera à Super-Homme la permission de quitter son tablier de soubrette afin d’aller jouer avec la console de jeux qu’elle acheta bien intentionnellement pour le distraire de ses Devoirs et le remercier pour sa servilité !, alors là le grand benêt Super-Homme pourra :
Pour : renverser la maison de ses propres mains :
Livre des Proverbes XIV, I : une femme sensée bâtit sa maison et une femme insensée la renverse de ses propres mains.
→ Combattre et être un héros ! ; alors que Super-Homme est totalement incapable d’être le Héros de Son épouse…
→ Devenir le chef du village ! ; lui, le Super-Homme totalement incapable d’être le Chef de Son village propre, soit Sa Famille, Sa Maison…
→ Sauver la jeune princesse ! ; alors que Super-Homme est totalement incapable de sauver Sa propre épouse de ses errances : S’il devait compatir, donc ici la sauver, à sa femme, il devait la discipliner, puisqu’elle était son inférieure, car l’homme est le chef de la femme
Pour : à sa femme, il devait la discipliner :
(Re)Voyez ND : DP-06, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (II) ; point DP-6C5, Saint Bernard : Adam n’a pas discipliné Ève, il ne l’aimait pas !
14.B.2 - Regardons cette auto-émasculation au travers d’autres points
14.B.2.a - Dans le temps, c’était le Père qui présentait Son enfant !
Dans toutes les races, les tribus, sous toutes les latitudes, en toutes les religions, c’est le Père qui toujours présentait Son Fils (ou Sa fille…) au vrai Dieu, ou auxdits dieux ; à Sa Maison, ou aux gents de Son entourage ; au peuple s’Il était Seigneur, ou Prince ou Roy !
Et dernièrement, nous avons pu voir la déchéance de l’Homme en action avec le David Cameron accompagnant, tel un prince consort, genre de machin positivement insortable, sa femme qui présentait, elle !, sondit bébé !
Sur les photos (comme ci-contre) l’on voit cette femme, un poupon dans les bras, et un autre en retrait et à ses pieds tenant fermement ses jupes ! Oui, il fut un temps, souvenez-vous…, où il y avait des Hommes sur terre…, et non : rien que du féminin ou du ramené au féminin…
Pauvre monde, il mesure la capacité de gouverner, pour le compte des tireurs de ficelles qui sont derrière le rideau médiatique, du David Cameron à l’aune de son courage à demander un congé de ‘paternité’ et à sa prestance à changer des centaines de couches ; lisez : Aux journalistes qui lui demandaient combien de couches il avait changé à l'occasion de son congé paternité, David Cameron a répondu "des centaines"8.
Pauvre dit Homme !, sachant que ledit congé paternité est de 15 jours (d’après BFM-TV), et que le David moderne aurait changé des centaines de couches, soit donc au moins 200 !
Cela fait qu’il aurait changé 13.33 couches par jour ! L’on ne change pas un enfant 13 fois par jour, mais un maximum 8 fois, peut-être 10 au grand maximum !
Et de plus, comme c’est le partage des tâches qui est prôné pour les gents vivant en ‘couple’ (Souvenez-vous !…, dans le temps l’on disait : mariés), et donc par lui aussi très certainement, il n’a donc changé que la moitié des couches !, cela fait que ce bébé serait ainsi changé 26 fois par jour !
Et c’est à ce pantin tenant dans sa petite menotte, en guise de fronde, ce que sa femelle lui a arraché…, ce petit sac contenant ce qui faisait dans le temps la Puissance des Hommes ; c’est à ce pantin disions-nous, sachant changer des couches tout en étant bien incapable de les compter !, mais toutefois bien capable de réclamer vaillamment sondit droit audit congé paternité, que seraient confiés les rênes de l’Angleterre !
Pour : sachant changer des couches :
Quel défit ce David des temps moderne n’a-t-il pas relevé avec sa petite fronde, tout blotti derrière les jupes de sa femelle !
14.B.2.b - Avertissement au sujet des couches-culottes !
Attention ! Au sujet des couches-culottes, Chefs de Famille, voulez-Vous que votre Fils soit plus tard un vrai Homme ?, contrairement au David en question, alors, ne détruisez pas physiquement sa virilité avec les couches en cellulose recouverte de plastique ; les couches jetables du commerce sont des autoclaves !, elles destruisent les testicules par température trop élevée !
Pour : votre Fils soit plus tard un vrai Homme :
Des points supplémentaires non négligeables : financier et gâchis ; et éducatif : l’enfant plus au sec est propre nettement plus tardivement.
Rappelez-Vous que tout ce que fait le Bon Dieu est Bon, Sage : Et Dieu vit que cela était bon. (Gen. 1, 4…, les testicules sont hors du corps, dans une bourse qui doit pendre et donc ne pas être serrée ; pire, ces couches-culottes contiennent des produits chimiques très dangereux, recherchez sur internet : couche culotte danger pour les garçons !
Pour : bourse qui doit pendre […] ne pas être serrée :
Les slips des Hommes, et donc des petits Hommes après le temps des langes, doivent être amples ; les pantalons moulants sont à exclure radicalement, de plus ils sont positivement indécents, vous savez les Lewis et Cie, ou Lévis ou Lévi… ; de plus, les testicules doivent avoir ‘froid’ !
Faites faire des langes en coton par Votre épouse !
14.B.3 - Un autre exemple de mensonge perlé, de lavage de cerveau !
Nous venons de dire juste au-dessus que dans le temps c’était le Père qui présentait Son enfant, enfant que Son épouse eut l’honneur de porter pour Lui pendant neuf mois…, nous induisons donc ainsi que l’enfant n’appartient* qu’au Père, comme du reste tous nos documents le montrent…
Nous vous disons tout le temps que tout ce qui est écrit, fait, montré maintenant, n’a qu’un but : tromper, tromper, tromper !, mais aussi, ce que nous vous disons toujours avec la même insistance, c’est que ces escroqueries ne peuvent fonctionner, vu leur grossièreté et leur évidente contre-naturalité, qu’à la condition que ledit grugé soit objectivement et même effectivement complice du grugeur !, qu’il accroit ce que le Malicieux lui susurre…
Nous sommes tombés lors de recherches sur la recension d’un film, peu importe lequel, voici l’extrait qui nous intéresse : Seule ombre à ce tableau presque idyllique : l'absence d'un enfant. Elle n'a, hélas, pas encore trouvé la perle rare qui saurait être un père parfait pour ses descendants.
Croyez-vous que cette recension soit innocente ?, oui ?, alors c’est que vous vous en laissez accroire !, vous êtes bien le complice du grugeur !
14.B.3.a - Deux mensonges !, escroqueries, grugeries…
→ Première escroquerie : elle serait, cette triste femelle, le pivot dudit couple, c’est elle qui choisit ledit complément, grugerie9 : Elle n'a […] pas encore trouvé […] un père !, alors que l’Homme est le centre du foyer ; le pivot de la Maison, son Âme ; l’élément de référence, la raison d’être de la femme… ; c’est Lui qui trouve femme !
→ Deuxième escroquerie : elle veut, cette pauvresse, un enfant pour avoir unedite descendance…, or, ceci est impossible, en effet l’enfant ne vient que du Père, n’appartient* qu’au Père qui seul donne la Vie, même dans ledit cadre d’un partenariat pervers pour ‘faire un enfant’ !, et ainsi il ne peut qu’avoir une seule et unique généalogie : celle du Père… Cette pauvresse n’aura jamais de descendance, car cela est biologiquement impossible, elle n’aura été que porteuse d’un descendant d’un Homme !
Pour : qu’avoir une seule et unique généalogie :
DP-07, Restaurer la dignité de la femme, par sa soumission (I) ; point 3.D.7 - Des ‘aberrations’ incroyables, inouïes, en la Très-Sainte Famille.
14.B.4 - C’est comme l’histoire du « Papy René Galinier »
Voici un Homme, René Galinier10, que des biens intentionnés ont surnommé « papy René », qui défend Son bien, Sa Maison, quand bien même ce serait que Son lopin de terre !, et qui se fait embastiller après avoir tiré pour sauver Sa vie !, il a fait partiellement mouche sur une agresseuse et a eu la ‘faiblesse’ de laisser l’autre s’enfuir.
Il est embastillé pour avoir mis en danger la vie d’autrui !, en effet selon ces tordus dedits Juges, Il ne se serait pas trouvé en légitime défense ! Selon ces pervers dedits Juges, il faut attendre d’avoir le couteau entre les deux omoplates pour pouvoir arguer de cette légitime défense !
Et encore là, n’étant pas effectivement mort, l’agressé ne pourra pas, aux yeux de ces tordus dedits Juges, dire que c’était pour défendre sa vie qu’il aurait tiré !
Pour pouvoir invoquer la légitime défense il faut attendre d’être mort !, et même, par précaution, bien refroidi pour avoir le droit de se défendre !
14.B.5 - Vous admirez les fesseurs, et dans le même temps vous les condamnez !
Chefs de Famille, oui !, Vous admirez les fesseurs décomplexés, mais dans le même temps ‘eux’, par médias interposés, Vous ont appris à les réprouver !, ils Vous ont fait accroire que cela était mal de fesser Son épouse si la nécessité était là, alors que de fait Vous applaudissez si Vous voyez le faire par un véritable Héros !
Pour : admirez les fesseurs décomplexés :
Décomplexé veut dire qu’ils n’ont pas été contaminés par les mensonges de ‘eux’, du genre : femme opprimée, ou violentée psychologiquement ou physiquement, ou dite brimée ou enfermée, en danger de se faire battre, ou soi-disant abattue selon le matraquage actuel à raison d’une tous les 2 jours ½ par leur compagnons ; etc.
Pour : contaminés par les mensonges de ‘eux’ :
Pour : soi-disant abattue selon le matraquage :
En nos documents nous avons déjà parlé de divers films13 qui sont absolument à voir !
14.B.5.a - Voyons maintenant le film : Le Grand McLintock
Dans ce film, Le Grand McLintock14, regardez la scène (1:26:35), se déroulant sous vos yeux qui ne voient malheureusement plus :
Un Fiancé, Devlin, excédé par les changements constants de l’humeur de sa donzelle veut régler une bonne fois pour toute le problème, Il lui dit : vous mériteriez une bonne fessé !, la donzelle Rebecca ‘scandalisée’ répond : Dev !, ô papa ! Le Père de celle-ci, présent à ce moment, rétorque en faisant des pas en arrière et des signes de dénégation avec ses mains : laissez-moi en dehors de tout cela !
Puis s’en suit un échange au cours duquel le Fiancé passe enfin à l’action, attrape la donzelle, la couche sur ses genoux et s’apprête à lui donner une bonne fessée.
Le Père de celle-ci, attrape la main justicière du Fiancé non point pour l’empêcher d’opérer cette salutaire action, mais pour y placer la pelle à cendre qui se trouvait près de la cheminée, ce afin d’éviter que ce fesseur héroïque ne se fasse mal aux mains, et certainement pour que par la même occasion la punition soit plus sensible à ce charmant fessier !
Ce très digne Père, impassible comme de Droit, laisse la donzelle rouspéter, crier à qui mieux-mieux ; et s’en va saisir sur le guéridon un cigare qu’il allume et fume tout en admirant l’œuvre de Charité qui s’accomplit sous ses yeux admiratifs !
Pour : laisse la donzelle rouspéter, crier :
À cette époque, point encore de voisins vicieux, ‘eux’ disent rééduqués !, écoutant ‘citoyennement’ au travers des cloisons, afin débusquer la bête moyenâgeuse, ce pauvre et brave Homme, et de la dénoncer aux ‘commissaires* du peuple’ !
Le même genre de scène15 se produit plus loin (2:00:17), mais là, c’est le Père qui fesse, enfin !, sa propre donzelle d’épouse afin de lui remettre quelque peu les idées en bonne place, ce devant tout le monde, assemblé dans la rue où cette scène se déroule, ce monde non encore lessivé qui L’admire et L’approuve. Le Père, Sa bonne œuvre finie, tend ensuite cette pelle à cendre au Fiancé en Lui disant : tiens ça, ça pourra encore te servir…
Qu’avons nous vu : 1) refus implicite par le peuple, non encore conditionné, du divorce, 2) absence totale de réprobation du peuple, et même approuvement16 très chaleureux, de la correction martiale.
14.B.6 - Au sujet de Romain Gary, livre de chevet d’Alain Fillion…, auteur !
Faisant de nouvelles recherches sur le fameux Romain Gary tant vanté par Alain Fillion, auteur ! n’oublia-t-il pas de bien nous préciser afin de bien appuyer la leçon qu’il nous fit au sujet de notre expression qui serait généralement fantaisiste17 et sur laquelle nous tâchâmes de le détromper, nous sommes tombés sur cet article : Fdesion en chute libre18, du site : Comprendre le projet politique juif, Site déconseillé par le CRIJF, le MRAP, la LICRA et Fdesouche19, voici l’extrait qui nous intéresse ici au sujet de cet amoureux exemplaire et très fidèle de la patrie que serait Romain Gary selon Alain Fillion, auteur :
Voici ce que nous écrivions sur Romain Gary dans le Fanatisme juif. Nous ne citons ici que l’un des passages où nous évoquons cet auteur juif, dont le vrai nom est Romain Kacew :
Romain Gary était d’abord et avant tout un intellectuel juif, à en juger par sa production littéraire. Tulipe, son second roman, qui paraît en 1946, est dédié à Léon Blum. Gary y dénonce « les atrocités du nazisme, le nationalisme, l’indifférence, la réécriture de l’histoire, le rôle des médias, l’enseignement de la haine », lit-on dans les Cahiers de l’Herne. Le romancier s’y exprime par la bouche de son héros : Tulipe « critique le concept d’État souverain comme une vache sacrée ignoble. » (Tulipe, p. 53). Dans un autre de ses ouvrages, L’Homme à la colombe (1958), le héros Johnny plaide pour un « gouvernement mondial » (p. 44 du roman). Dans Lesracines du ciel (1956), et dans Les Mangeurs d’étoiles (1966), il dénonce l’homme blanc oppresseur dans les colonies. Romain Gary s’affirme donc comme un véritable intellectuel juif, manifestant les mêmes obsessions que la quasi totalité de ses congénères, ainsi que nous l’avons démontré dans Les Espérances planétariennes (2005) et Psychanalyse du judaïsme (2006).
En 1967, Gary entra au cabinet du ministre de l’Information du général De Gaulle. « Gaullien, il se sentait néanmoins homme de gauche ». En 1968, effectivement, il ne se reconnaissait plus dans la majorité au pouvoir, et se prononça donc en faveur de François Mitterrand en 1974. Pétri de cosmopolitisme, il se plaisait à retourner les valeurs traditionnelles de la société européenne : « La résistance aux hiérarchies sociales et à la culture officielle… le retournement des valeurs, le rabaissement des idéaux les plus nobles, la permutation constante du haut en bas », constituent la trame de fond de ses ouvrages : « Pour Sganarelle (essai, 1965) est à cette égard un véritable manifeste, lit-on encore dans les Cahiers de l’Herne… A lui seul, un livre comme Lady L. (roman, 1963) est exemplaire de ce retournement carnavalesque, qui place au faîte de l’aristocratie anglaise une ancienne prostituée. » (p. 295). On reconnaît encore ici parfaitement l’estampille de l’intellectuel juif, obsédé par la subversion des valeurs traditionnelles. Il était évidemment « américanophile » et passionnément « antiraciste ». Aux États-Unis, il s’était inscrit à 23 mouvements américains antiségrégation et avait pris fait et cause pour les Blacks Panthers.”
14.C - Au sujet dudit racisme, extensions…
14.C.1 - Animaux et végétaux venus d’ailleurs – Dans nos milieux naturels : l’autre invasion
Algues tueuses envahissant les fonds bretons et méditerranéens, grenouille-taureau dont les mugissements portent à deux kilomètres du côté de Bordeaux, tortue de Floride pointant son nez à la surface de nos plans d'eau, buddleia aux allures de faux lilas désormais banal dans nos squares, chien viverrin asiatique, bernache du Canada, sargasse japonaise, silure géant du Danube…
Cet inquiétant cosmopolitisme qui menace l'équilibre écologique de nos mers, de nos étangs et de nos villes n'est pas sans en rappeler un autre. Aussi vaut-il la peine de s'interroger sur un tel bouleversement de l'ordre naturel. En fait, retracer l'histoire d'une espèce animale ou végétale est toujours difficile, surtout en Europe où l'homme, par les transformations qu'il a fait subir aux milieux naturels, a beaucoup influé sur la répartition des espèces. Ainsi, pour prendre un exemple, le moineau domestique a été favorisé par la culture du blé, la construction des premiers édifices et l'élevage du cheval.
Chez eux chez nous
Les navires puis les avions décuplèrent le processus. A l'avant-garde de l'invasion qui commençait, deux noms célèbres : le phylloxéra et le doryphore. Originaire d'Amérique du Nord, le premier ravagea les vignobles français à partir de 1862. Arrivé de son lointain Colorado, durant la Grande Guerre, le doryphore, pour sa part, causa dans nos pommes de terre les dégâts que l'on sait.
Puis vinrent d'autres envahisseurs qui se trouvèrent chez eux chez nous : le crabe chinois, qui investit nos eaux douces en 1937, l'écrevisse américaine qui supplanta les espèces autochtones, toute une kyrielle de poissons, le rat musqué et le ragondin, dont les destinées furent parallèles. Echappés d'élevages pour la fourrure, ils ont tous deux colonisé nos marais : rappelons que le premier est nord-américain et le second sud-américain.
Donc, au total, des importations accidentelles, des introductions délibérées dans des buts variés (sentimentaux, ornementaux, cynégétiques, etc.) et des cas intermédiaires.
La guerre des deux écureuils
De semblables exemples se retrouvent dans le monde végétal. Le buddleia, ou arbre aux papillons, aux fleurs roses, originaire de Chine, omniprésent dans les terrains vagues, a essaimé dans les décombres dus aux bombardements de la dernière guerre. Plus redoutable, l'algue Caulerpa taxifolia elle aussi nord-américaine a d'abord été signalée près de Monaco en 1984 avant de recouvrir les fonds méditerranéens sur de vastes surfaces.
Le plus grave est que l'espèce allogène risque d'éliminer les espèces homologues « de souche » en occupant leur « niche écologique ». Un cas exemplaire et déjà ancien est celui de l'écureuil gris d'Amérique du Nord qui, introduit en GrandeBretagne, y a refoulé l'écureuil roux indigène : quand des spécimens de l'une et l'autre espèces se battent, c'est le gris qui l'emporte.
Des conflits identiques sont apparus ces dernières années en France. Achetées sous l'effet de la mode puis abandonnées par leurs propriétaires, les tortues de Floride ont envahi nos plans d'eau, constituant une menace pour la cistude, notre tortue aquatique autochtone.
L'érismature à tête blanche est un drôle de petit canard à queue rigide, des régions méditerranéennes, qui nichait jadis en Corse. Or, l'on a importé en Angleterre une espèce parente nord-américaine, 1'érismature rousse. Celle-ci s'est multipliée, a franchi la Manche et s'est propagée vers le sud au point de mettre en péril sa consoeur européenne.
« L’Attila du littoral »…
Etranges mollusques gastéropodes marins, les crépidules ont soumis notre littoral à un assaut franc et massif, et fructueux, puisque leur « biomasse », dans la baie du Mont-Saint-Michel, se chiffre par dizaines de milliers de tonnes ! Elles concurrencent dangereusement les huîtres car elles se nourrissent, comme elles, de plancton. Les crépidules sont venues, elles aussi, d'Amérique du Nord via la Grande-Bretagne. On a accusé les péniches de débarquement américaines d'avoir importé chez nous ces mollusques auxquels leurs moeurs sexuelles ont valu l'appellation scientifique de Crepidula fornicata. La revue Sciences et Avenir (février 1994) avait préféré titrer un article sur la crépidule : « L'Attila du littoral ».
Le même surnom pourrait être donné au bigorneau japonais qui, lui, perfore sans façon la coquille des huîtres pour en aspirer la substance. Apparu en 1995 en Charente-Maritime, il a suscité une vive inquiétude chez les ostréiculteurs.
Avec cet animal, c'est une redoutable prédation qui se profile : en Gironde, un « amateur » a cru bon, en 1960, d'importer des grenouilles-taureaux nord américaines. Pesant parfois 600 grammes, elles se sont révélées d'insatiables croquemitaines dévorant tout, jusqu'aux oiseaux. Aussi le ministère de l'Environnement a-t-il décrété la guerre sainte contre les oeufs, têtards et adultes de ces coassants clandestins.
Autre danger présenté par toutes ces espèces : l'introduction de maladies et de parasites risquant de contaminer les animaux autochtones ou… les humains. Et puis également la pollution (ou dilution) génétique par hybridation. En Italie, les chiens errants constituent ainsi une menace pour l'intégrité de l'espèce Canis lupus, le loup. Les lâchers de gallinacés pour la chasse sont de même préjudiciables à l'identité de nos perdrix autochtones.
Sans doute, de tels scénarios se sont-ils déjà déroulés à travers le monde, et dans lesquels les Européens ont leur part de responsabilités - que l'on pense aux lapins en Australie, aux cerfs en Nouvelle-Calédonie, aux mangoustes aux Antilles… Mais les leçons du passé n'ont pas servi.
Peut-on lutter efficacement contre de telles invasions ? Ce n'est guère évident. Parce que les défenseurs des équilibres écologiques sont également sensibles à l'aspect éthique et répugnent à détruire brutalement des animaux qui, eux, n'ont pas demandé à venir chez nous. Ainsi, l'utilisation de poison contre les ragondins a été l'objet de protestations. De rares succès ponctuels ont certes été remportés. Les Anglais ont éradiqué la grenouille-taureau dans l'Essex. En France, les quelques castors canadiens lâchés dans nos eaux douces ont été capturés, puis remis en liberté une fois stérilisés.
Chez les hommes : des conflits identiques
Dans le fond, les diverses situations observables dans nos forêts ou nos étangs - compétition, prédation, dilution, épidémies - ne sont-elles pas celles qui ont marqué l'histoire des hommes, pour peu que l'on remplace ces termes par ceux de conflits, massacres, métissage et pandémies ?
Même si, dans le second cas, une seule espèce est en cause. Rappelons que, classiquement, avant qu'on ne conteste stupidement la notion de race, l'espèce humaine était divisée en races, ou mieux, en quatre grand-races (australoïde, blanche, jaune et noire), elles-mêmes réparties en races, certaines de celles-ci étant divisées en sous-races. Rien que de très normal dans tout cela : une espèce animale à vaste répartition géographique est divisée en sous-espèces ou races géographiques, homologues des races humaines.
Autrement dit, les affrontements sont interspécifiques dans la nature, et intraspécifiques chez Homo sapiens. Lequel avait commencé par refouler et éliminer l'homme de Néanderthal, considéré soit comme une sous-espèce de notre espèce, soit comme une espèce à part entière. Par la suite, les races migrèrent, se combattirent, se supplantèrent ; l'une d'elles disparut, la race tasmanienne, tandis que maintes installations se révélèrent profitables aux anciens occupants.
Alors, que conclure ? La nature, si elle accepte les longues migrations ou les lentes transformations, ne tolère pas les invasions brutales. Sans doute toutes ces espèces s'adaptent-elles, et même trop bien, à nos écosystèmes, mais ne s'assimilent pas à une nature qui, globalement, reste fidèle à la règle d'or de l'écologie : chacun chez soi.20
14.C.2 - Digression au sujet de la parité, du racisme, de l’adoption, etc.
Extrait d’un article publié par nous, ailleurs…
Voulant comprendre, il faut que l’on nous explique pourquoi vouloir protéger une race donnée serait la haine d’une autre race ; ou, comme ‘eux’ hurlent malicieusement au ‘racisme’ ?
Mais aussi, pourquoi alors autorise-t-on les élevages divers et variés où l’on cultive systématiquement la race : chiens de race, chevaux pur-sang, vaches charolaises, poissons d’agrément, etc. ? Pourquoi aussi s’alarme-t-on à voir disparaître la pureté de certaines races animalières ? Pourquoi par ex. vouloir sauver du métissage des races de tortues21 et autres autochtone menacées par des envahisseurs de pays étrangers serait du racisme ? Pourquoi, que de rechercher des bêtes à pedigrees, n’est-ce pas du racisme ?, et donc ainsi pourquoi des arabes, noirs, talibans, etc. n’aurait pas le droit de vouloir vérifier le pedigree de celui qui fréquente la petite sœur afin de protéger leur race ?
Pourquoi ‘eux’ sont-ils ‘anti-racistes’ ?, uniquement parce que ce sont les seuls et bien réels racistes dans le sens dialectique qu’ils donnent malicieusement à ce mot ! Il veulent la destruction des races, sauf pour eux ! Leur haine du Blanc est bien visible et bien patente ; mais quand, ô mes Frère en Notre Seigneur Jésus-Christ, Noirs, Jaunes, voudrez-Vous enfin voir que ‘eux’ Vous haïssent même peut-être encore plus qu’ils haïssent les Blancs ? Quand voudrez-Vous Vous réveiller enfin de voir que le métissage participe à la même haine de tout ce que Dieu a permis dans Sa Bonté infinie ? ‘Eux’ veulent la destruction des races comme des sexes, sauf pour eux !, ainsi ‘ils’ ont inventé le ‘racisme’ et la ‘femme opprimée’ ?
Quand Benetton, bien connu pour ses publicités scandaleuses à tous niveaux, vous montre un étalon noir monté sur une pouliche blanche (voir photo : 22), ça c’est du racisme ! En effet, Benetton aurait dû montrer un sang-mêlé monter une sang-mêlé ! Cela aurait été de l’‘antiracisme’ ! Benetton, dans sa folie d’‘antiracisme’, meurtrier et criminel, a de fait fait la promotion de la race : un splendide étalon noir monter une splendide pouliche blanche. Benetton a magnifié la race !
Ce qui aurait été encore plus parfait, c’était de montrer la jument-sang-mêlé monter sur l’étalon-sang-mêlé ! Cela aurait été la promotion de la femelle, car dans le cas de Benetton, la femelle est dominée ! Il faut aller jusqu’au bout de la logique !
Pire, et il n’y a pas de solution, si la femelle monte le mâle, sachant de plus qu’il n’y aura pas d’aboutissement à une telle aberration, c’est encore une domination : en effet la femelle ‘domine’, monte sur un mâle ! La publicité de Benetton a donc fait ‘choux blanc’ sur toute la ligne, elle est effectivement ‘raciste’ et ‘sexiste’ !
L’antiracisme dialectique est la haine de toutes ces belles choses permises par notre Dieu d’Amour, les races et les sexes entre autres, ledit antiracisme est la vraie haine des races, des sexes, et des distinctions diverses !
Le Sacrement de Mariage est la vraie conjugaison des différences, mais celle-là ‘ils’ la refuse, ‘ils’ veulent la détruire. Avec la femme ‘libérée’ il n’y a plus de différence, il n’y a qu’un vague CDI, un ‘Pacs’ entre un efféminé et une ‘libérée’, ainsi plus de conjugaison possible ! Ils conjuguent tellement bien ces tarés que cette ‘conjugaison’ finit chaque fois dans le caniveau de la séparation-divorce.
Et si nous parlions de l’adoption d’enfants venant des régions pillées par ‘eux’, adoption qui laisse entendre que leurs parents sont incapables d’élever leurs propres enfants, ça c’est du racisme ! Pourquoi ‘on’ a organisé méthodiquement depuis plus de 60 ans l’assistanat de ces pauvres Pères ayant une dignité découlant de ce Dieu qui leurs céda cette paternité ? La Vengeance divine est suspendue au-dessus de ces criminels !
« En temps voulu j’agirai vite ! »,
a dit le Seigneur !
* - Pour connaître la raison de cet astérisque et des suivants, veuillez lire : Nos documents comportent des astérisques ‘*’…
2-Gruger : verbe trans.
A. − Vieux
B. − Au fig.
1. Vx. Gruger son fait. Procéder à des dépenses auxquelles ses moyens ne permettent pas de faire face. Il aura bientôt grugé son petit fait (Ac. 1798 et 1878).
2. Fam. Dépouiller quelqu'un de son bien en l'exploitant habilement. Synon. duper (fam.), escroquer, filouter (fam.), flouer (fam.), rouler (fam.), spolier. Elle se laissait impudemment gruger par les fournisseurs d'objets de luxe, acceptait, sans sourciller, les livres du vieux maître d'hôtel (Mirbeau, Journal femme ch., 1900, p. 343). Ces pauvres gens sont exploitables à merci et (…) incapables de la moindre défense contre le commerçant qui les gruge (Gide, Retour Tchad, 1928, p. 969) :
tout le monde le gruge, tout le monde le vole, sans qu'il s'en soucie. mariana. − Vous savez bien qu'il éprouve du plaisir à être dépouillé.
Montherl., Maître Sant., 1947, I, 1, p. 601.
http://www.cnrtl.fr/definition/gruger
4-NIAIS, NIAISE, adj. et subst.
I.Adjectif
A.Vieilli, CHASSE. [En parlant d'un rapace, en partic. d'un faucon] Qui est encore au nid, qui ne sait pas voler. Un oiseau niais (Ac.).
B.1. [En parlant d'une pers., parfois d'un groupe de pers.] Qui est sans expérience, qui a un comportement gauche, qui est sot. Si Mercanson était un méchant homme, s'il était niais ou rusé, je ne l'ai jamais distingué clairement (Musset, Confess. enf. s., 1836, p.228). Donner aux foules niaises l'illusion d'une vérité nouvelle (Adam, Enf. Aust., 1902, p.217).
[Dans un cont. métaph.] Je me repus de belladone, de ciguë frite, sûre qu'elles ne contenaient qu'un sucre niais et docile (Giraudoux, Suzanne, 1921, p.86). Cette chambre (…) si niaise avec son lit de bonne, sa cuvette et son pot (Bernanos, M. Ouine, 1943, p.1362).
2. [En parlant d'un attribut de la pers. ou d'un fait, d'une oeuvre humaine] Qui est empreint de sottise; qui marque la bêtise, la gaucherie. Air, regard, sourire niais; bouche niaise; histoire, question niaise. Je fus reçu avec cette jovialité niaise qui le caractérise (Marat, Pamphlets, À MePétion, 1792, p.343).
http://www.cnrtl.fr/definition/niais
5-Vertu + adj. ou déterm. indiquant le domaine, l'espèce d'actes auxquels elle s'applique. Vertus chrétiennes, civiles, privées, morales, sociales. Vertus cardinales. V. cardinal1 II A 1. Vertus théologales*.
Loc. proverbiale. Faire de nécessité vertu. V. nécessité II B 3.
En partic., vieilli ou plais. [À propos d'une femme] Retenue, chasteté; fidélité conjugale. À Séville, à Cadiz et à Grenade, il y avait de mon temps des bohémiennes dont la vertu ne résistait pas à un duro [douro] (Mérimée, Lettres ctesse de Montijo, t. 1, 1845, p. 135). La chasteté, pour la femme, est synonyme de vertu, comme pour l'homme la justice et le courage, car le milieu de l'homme est la cité, le milieu de la femme est la famille (Ménard, Rêv. païen, 1876, p. 113).
http://www.cnrtl.fr/definition/vertu
-VERTU, subst. fém. FEW XIV virtus
[T-L, GD, GDC : vertu ; FEW XIV, 517b : virtus ; TLF XVI, 1071b : vertu]
I. - [Comme principe de puissance]
A. - [Dans les êtres et les choses en général]
1. PHILOS. En vertu. "En puissance, virtuellement"
2. "Pouvoir, dans une chose, de produire son effet, pouvoir agissant ; propriété, effet"
3. [Dans les êtres vivants] "Pouvoir de génération"
4. [À propos d'une pers.]
5. [À propos du corps social] "Pouvoir détenu par l'autorité publique"
B. - [Dans le corps humain et dans l'âme ; langue scientifique, surtout médicale]
1. "Pouvoir de résistance physique, constitution physique"
2. MÉD. PHILOS. "Faculté du corps (et de l'âme)"
C. - [Dans l'ordre surnaturel]
1. "Puissance divine"
2. "Pouvoir surnaturel"
3. Au plur. RELIG.
II. - [Comme qualité humaine, en partic. morale]
A. - Telle vertu
1. "Force de caractère, maîtrise de soi, énergie, courage"
2. Vertus theologales / theologiques / theologiennes / divines / vertus cardinales / morales. "Chacune des trois vertus (vertus theologales / theologiques / theologiennes / divines) que sont la foi, l'espérance et la charité, qualités infuses par la grâce divine ; chacune des quatre vertus (vertus cardinales / morales) que sont la prudence, la justice, la force, la tempérance, qualités que l'homme est en mesure d'acquérir"
3. "Qualité d'une personne, en partic. morale"
B. - [P. oppos. au vice] (La) vertu. "Disposition constante à pratiquer le bien, à agir comme il convient, à éviter le péché"
http://www.cnrtl.fr/definition/dmf/vertu
6(Re)Voyez ND : le point nouvellement ajouté : DP-4K, L’Église catholique, principal ennemi du Sacrement de Mariage ?!
8Idem ci-dessus
13Voici où nous parlons de ces films :
→ DP-06, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (II) ; point DP-6C13, L’Homme tranquille, bon… bat sa femme s’il le faut !
Lisez aussi, au sujet de la correction maritale forcément légitime, ces diverses nouvelles :
→ DP-06, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (II) ; point DP-6C11, Un Seigneur justifie ses garçons qui ont mis leur mère au cachot.
→ Idem ; point DP-6C12, Église de Brou : correction maritale, ou la ‘femme battue’.
→ Etc., etc., etc.
15Image venant d’une photo d’écran rognée, source :
16APPROUVEMENT, subst. masc.FEW XXV approbare[TL, GD : aprovement ; FEW XXV, 52b : approbare]A. - [À propos de Dieu] "Fait de trouver bon, d'agréer qqc." (anton. reprobation) B. - "Preuve" P. Cromer
20Jean-Jacques Barloy - Rivarol n° 2559 du 25 janvier 2002, page 13.
21Bien qu’il existe de très nombreux autres cas, oiseaux du terroir Anglais détruits par de perruches importée et lâchées dans la nature, etc., voici : Très grave problème pour la préservation de la race française ! Des Français achètent des tortues exotiques, et au bout de 2 à 3 ans, celles-ci ayant grandies, ils s'en débarrassent en les lâchant dans la nature. Or, c’est là que réside le très grave problème… ces tortues immigrées s’accouplent avec nos braves tortues hexagonales et engendrent des tortues hybrides (métissées donc !). Notre race française, par la même, est en très grand danger de disparaître ! Elle est gravement menacée, d’autant plus que ces tortues exotiques sont particulièrement agressives [elles sont racistes] et s’attaquent aux françaises ! (Textuel !).
Europe I, le 23 juillet 1999 à 12:25…