Les erreurs et instabilités de l’hébergeur Blogger (Google) :

Liens internes (menus et notes maintenant inopérants sur certaines pages ; sélectionnez le point à atteindre, et recherchez la cible... Patience… ! Pour atteindre les notes (vous pouvez faire copie de la page) cherchez : ♣

Perte d’une page par Blogger, message « Désolé, la page que vous recherchez dans ce blog n'existe pas. », recherchez le titre avec lien valide ici : Nos divers documents. Si nous ne l’avons pas encore détecté nous en faire part ici orfaep@gmail.com, merci.

samedi 9 avril 2011

RH-2011-01, Sieur Ferdinand, oui !, bien vraiment, loin de Leurs Hommes, elles ne sont rien !

Du : 09.04.2011, existe1 en PDF ici : ND. Actualisé : mar. 29 déc. 2015, 11.31.
Table de cette réponse, RH-2011-…
1 - Sieur Ferdinand, oui !, bien vraiment, loin de Leurs Hommes, elles ne sont rien !
1.A - Préambule
1.B - Sieur Ferdinand, voici notre réponse annoncée.
1.B.1 - Mépris du sexe opposé ?, ou, de l’Homme dont on dérive ?
1.B.1.a - La femme ?, non point ‘opposé’, mais ‘dérivant’ de l’Homme !
1.B.1.b - La femme n’est pas l’opposé de l’Homme, mais son image.
1.B.1.c - L’Homme n’est pas l’opposé de la femme, mais son origine, sa source.
1.B.1.d - Il comprend et doit comprendre, elle ne doit pas forcément comprendre
1.B.1.e - Être féminin, pour un Homme c’est révoltant, pour une femme honnête c’est nécessaire.
1.B.2 - La première surprise d’une conversation.
1.B.2.a - Le moindre bobo pour Eux, c'est la fin du monde.
1.B.2.b - C’est la femme qui fit entrer le mal en ce monde !
1.B.2.c - Bobos des Hommes, qui Eux se taisent…
1.B.2.d - Les femmes plus courageuses que les Hommes ?!
1.B.2.e - Insensibilité ordinaire et particulière de la femme ordinaire.
1.B.2.f - La femme plus dure à la douleur !… des autres !
1.B.3 - La seconde surprise d’une conversation.
1.B.3.a - Lui, votre chien, vous aime, vous suit, et ne vous trahit pas…
1.B.3.b - Elle n’est plus capable d’avoir la fidélité du chien !
1.B.3.c - Il n’y a pas de moralité chez la femme débridée.
1.C - Quelques autres réflexions connexes…
1.C.1 - Oui !, bien vraiment, loin de Leurs Hommes, elles ne sont rien !
1.C.1.a - Jeux concours : recherche de l’auteur de ce texte.
1.C.2 - Le Salon Beige, vieux routier de la subversion, dit encore oui mais non !
1.C.2.a - Nous insistons, les menaçons patiemment, les reprenons, les instruisons.
1.C.2.b - Le Salon Beige dans la confusion la plus totale !
1.C.2.c - Et ce pauvre Sieur Lahire ne s’arrête pas là, Il calomnie l’Église !
1.C.3 - Le Salon Beige : Il faut privilégier le mariage au Pacs !
1.C.3.a - Rien que le titre, un bijou de désinformation.
1.C.3.b - Considérations à la grosse brosse sur le texte.
1.C.4 - Incapables dans de petites choses, donc incapables dans de plus grandes !
1.D - Concluons cette lettre.
1.A - Préambule
Cette lettre est dédiée, est en l’honneur de Sieur Ferdinand2, l’Époux de dame Isabelle, tous deux lecteurs assidus, selon elle, de notre site, soutiens extérieurs parmi les plus notoires, les plus actifs.
Dame Isabelle vient de déposer, encore, un nouveau commentaire3, si seulement celui-ci pouvait enfin faire rougir, et décider ceux et celles qui se taisent criminellement ; surtout, sachant ce que disait à ces aphones Notre Seigneur Jésus-Christ (NSJC) : C’est pourquoi, quiconque Me confessera [confesser, veut dire témoigner, dire, écrire, publier ce témoignage, comme nous ici] devant les hommes, Je le confesserai aussi Moi-même devant Mon Père qui est dans les Cieux. Mais quiconque Me reniera [soit se taire, laisser dire le mensonge, ou pire, contredire, etc.] devant les hommes, Je le renierai aussi Moi-même devant Mon Père qui est dans les Cieux.4
Nous n’avons pas le droit de nous taire, en effet, comme le disait Léon XIII répétant Félix III : L’erreur à laquelle on ne résiste pas, on l’approuve, et la vérité que l’on ne sert pas, on l’opprime.5
Gloire à Sieur Ferdinand, notamment pour Sa femme Isabelle : Son mari [à dame Isabelle] est illustre aux portes de la ville, lorsqu’il est assis avec les anciens du pays.6
1.B - Sieur Ferdinand, voici notre réponse annoncée.
Publiée en la Sainte Valtrude,
le 9 avril de l’an 2011,
cette réponse Lui est confiée.
Cher Sieur Ferdinand,
Vous avez fait écrire (copie en note : 7) Votre ‘petite plume’, Votre bonne dame Isabelle et, comme nous lui annoncions8, voici notre réponse ; réponse à laquelle nous ajouterons ensuite quelques autres réflexions…
Vous verrez vers la fin de ce document que tout le drame actuel, et final semble-t-il, peut être résumé par cette démoniaque confusion que veut obstinément faire le site Le Salon Beige, vieux routier de la subversion non avouée, par la vicieuse voix du Sieur Lahire, parlant de l’humain, de l’Homme et de la femme : l’égalité peut s’inscrire dans la différence, ou le Oui mais non dans toute son horreur !
1.B.1 - Mépris du sexe opposé ?, ou, de l’Homme dont on dérive ?
Votre charmante petite plume finit son premier paragraphe ainsi : … et mépris du sexe opposé.
Oh oui !, cher Sieur Ferdinand, nous le savons !, d’elle point de mauvaises intentions, bien au contraire que de bonnes. Mais il n’en reste pas moins qu’elle a fait une erreur qui de fait conditionne tout le reste !
1.B.1.a - La femme ?, non point ‘opposé’, mais ‘dérivant’ de l’Homme !
Gardons, gardons bien à l’esprit que la femme dérive de l’Homme, comme dans toute la création : la femelle du Mâle !
Cf. toute notre humble étude bien perfectible ; principalement (Re)Voyez ND :
Où les lecteurs (re)verront que la femme fut engendrée par l’Homme, ce donc sans aucunement Le diminuer ; et qu’elle fut engendrée non point Homme (complet), mais femme (dérivant, ordonnée).
Insistons bien, nous n’insisterons pas de trop :
→ Il ne s’agit pas d’une duplication, d’un clonage comme l’on dirait maintenant, mais d’une génération ! ; un clonage aurait donné un autre Homme !, un identique, une copie conforme.
→ Il ne s’agit pas d’une génération du même genre que le générateur (Homme → Homme), mais d’une génération d’un genre ‘diminué’, ordonné : Homme (xy) → femme (x, ou xx si l’on préfère).
→ Il ne s’agit pas d’un arrachement, d’une ablation du féminin de l’Homme, comme l’on séparerait des siamois par exemple, où vous auriez ensuite undit homme (y) d’un coté et une femme (x) d’un autre, mais d’une génération par l’Homme (xy) d’une femme (x).
Ou, comme le rappelle Saint Paul : … l’homme n’a pas été tiré de la femme, mais la femme a été tirée de l’homme ; et l’homme n’a pas été créé [ici, dans le sens engendré] pour la femme, mais la femme pour l’homme.9
Ainsi donc, la femme fut engendrée, ce sans aucune sorte de diminution pour Celui-ci, par l’Homme ; elle n’est que femme (x) née d’un Homme (xy) ; elle n’est que fille (x) d’un Homme (xy) ; elle n’est que l’extériorisation du féminin de l’Homme sans que Celui-ci ne soit aucunement diminué ; elle est l’image du féminin de l’Homme que l’Homme peut ainsi contempler (se complaire), aimer, et se le réapproprier (mariage) pour sa consolation, sa satisfaction comme le rappelle Saint Jean Chrysostome : Car c’est pour la consolation de l’homme que la femme a été formée ; aussi l’Apôtre dit-il que l’homme n’a pas été créé pour la femme, mais la femme pour l’homme. (I Cor. II, 9.)10
1.B.1.b - La femme n’est pas l’opposé de l’Homme, mais son image.
Ainsi donc, la femme n’est pas le sexe opposé à l’Homme, mais l’image du féminin de l’Homme, l’image ‘imparfaite’ de l’Homme ! Cette image permet, si l’on voit la femme seule, d’imaginer l’Homme ! ; comme l’Homme du reste n’est pas la copie conforme de Dieu, mais Son image, l’Homme permet d’imaginer Dieu ; ce, comme le rappelle Saint Paul : … il [l’Homme] est l’image et la gloire de Dieu ; mais la femme est la gloire de l’homme.11
Reprenons :
La femme n’est pas le sexe opposé à l’Homme, elle est son féminin extériorisé, visible, ‘utilisable’ (servante) en toutes choses : génération, consolation, remède à la concupiscence…
1.B.1.c - L’Homme n’est pas l’opposé de la femme, mais son origine, sa source.
L’Homme, donc pareillement, n’est pas le sexe opposé à la femme, Il est son principe, son tout !, en Lui elle trouve tout ce qui lui ‘manque’.
L’Homme, en Lui, maîtrise (en principe !) parfaitement son coté féminin, Il l’asservit complétement, Il en est effectivement son Chef… Ainsi l’on disait au garçon douillé, se comportant comme une fille : Mon gars !, comporte-toi comme un Homme !
L’on peut dire que les garçons dans le temps, en apprenant à se comporter comme des Hommes, en maitrisant leur côté féminin enfermé au profond d’Eux-mêmes, qui en cas de mauvaise éducation pouvait les porter à geindre, à se plaindre, ou à ragoter et chicaner, étaient préparés à, plus tard, soutenir, maitriser, gouverner, corriger, guider une femme !
1.B.1.d - Il comprend et doit comprendre, elle ne doit pas forcément comprendre
Vous comprendrez ainsi qu’il devient insoutenable de dire qu’un Homme ne peut comprendre une femme, Lui qui est XY !
Par contre, la femme ne peut comprendre l’Homme, elle ne peut aborder* Sa sphère* ; d’où, son devoir d’obéissance en toutes choses, sans nécessité de comprendre…
Entre autres, (Re)Voyez ND :
→ DP-02, La Loi, le Droit ; point 2C2c, Donc, elle devait obéir aveuglément, et ce sans avoir besoin de comprendre.
→ LF-2010-09, Lettre à nos filles : Dame Isabelle, oui, la religion est une affaire d’Hommes !; notamment le point : Pourquoi les Hommes considèrent-ils les activités religieuses comme une atteinte à leur virilité ?
1.B.1.e - Être féminin, pour un Homme c’est révoltant, pour une femme honnête c’est nécessaire.
L’Homme : Il n’y a pas si longtemps, l’on en faisait des Hommes !, et maintenant, des garçons, l’on en fait des efféminés, des mollusques, des carpettes !, tellement, que l’on dit changer de sexe pour les plus tordus. L’on dit changer de sexe, car quand bien même l’on en aurait toutes les affreuses, démoniaques apparences, il n’en reste pas moins que l’on est undit Homme, mais undit Homme à faire vomir quiconque de normal.
La femme : Le côté ≡ elle est du reste sorti du côté d’Adam ! ≡ féminin engendré par l’Homme, soit la femme, doit se comporter comme une femme, et ne pas tenter désespérément de singer l’Homme ! Qu’elle laisse voir sa féminité dans toute sa splendeur !, en tout bien tout honneur, rien de plus beau, de plus émouvant pour l’Homme ! ; et cette petite merveille trouve auprès de son Époux tout ce qui lui manque : son épine dorsale*, son guide, son Chef, sa Tête, sa Vie, son ensemencement* tant intellectuel que physique !, etc.
1.B.2 - La première surprise d’une conversation.
Nous passerons sur la ‘vente de l’enfant’, laissons, laissez les morts ensevelir leurs morts12 ! Dieu n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants13
(Re)Voyez ND : LF-2010-10, Lettre à nos filles : Dame Isabelle, voici notre analyse de la vidéo de KTO, point 10B, Ne cherchez pas la Vérité chez les morts !
1.B.2.a - Le moindre bobo pour Eux, c'est la fin du monde.
La caissière a dit à Votre épouse : on voit bien que c'est pas eux qui les portent et surtout qui accouchent ,de toute façon ça risque pas vu que le moindre bobo pour eux ,c'est la fin du monde …alors un accouchement ,ils ne supporteraient pas les pauvres "…
Encore une escroquerie : la femme plus forte que l’Homme devant la souffrance ou l’adversité ! Là-dessus, nous n’allons point trop nous étendre ; ce que Votre petite plume a dit se suffit.
Mais puisque Vous nous demandez : Qu’en pensez-vous ?, nous allons faire de rapides considérations.
1.B.2.b - C’est la femme qui fit entrer le mal en ce monde !
Considérons que ses bobos à elle, sont une très juste punition car venant d’une sentence de Dieu même : Dieu dit aussi à la femme : Je multiplierai vos maux et vos grossesses. Vous enfanterez dans la douleur : vous serez sous la puissance de votre mari, et il vous dominera.14
(Re)Voyez ND : DP-03, Le Mariage, son origine, sa Mission divine ; point DP-3C4e, Et c’est la femme qui se plaint du mal entré en ce monde !
Nous disons aux mauvaises femmes, l’immense, immense majorité, à ces plaignantes professionnelles : devant de toutes les façons vous taire, taisez-vous d’autant plus que vous êtes responsables par votre transgression* de vos propres malheurs, ainsi que ceux des Hommes !
1.B.2.c - Bobos des Hommes, qui Eux se taisent…
Votre petite plume a fait un résumé bien beau des peines des Hommes dans cette vallée de larmes que la femme suscita par sa transgression de l’interdit d’Adam… Son résumé trouve un écho en cette page :
Avez-vous entendu, entendez-vous les Hommes se plaindre à longueur de journée de ceci de cela ?, rien de plus féminin !, les jérémiades !, les plaintes lancinantes, incessantes, et souvent si mordantes, méchantes…
Avez-Vous entendu, entendez-Vous les Hommes rappeler constamment aux femmes leur responsabilité dans le malheur qui les accablent aussi ?, nous, pas !, alors que ceci serait bien Droit de le faire.
De leur bouche sort le plus souvent que compassion, attentions pour les bobos des femmes.
Mais maintenant, puisqu’elles se plaignent, alors allons dans leur sens !, c’est elles qui ont péché, mais ce péché se serait arrêté, nous en convenons, à Ève ! Mais pour son malheur et pour celui d’Adam, et de toutes les générations depuis, il, ce malheur se répand avec la semence d’Adam, ce uniquement parce que Adam ne voulut point corriger la femme dont le Seigneur Dieu l’avait rendu responsable de par au moins Son Mariage ; ce comme nous le rappelle Saint Bernard de Clairvaux, Docteur de l’Église : Son Époux, s’il devait compatir à sa femme, il devait la discipliner, puisqu’elle était son inférieure, car l’homme est le chef de la femme.
(Re)Voyez ND : DP-06, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (II) ; point DP-6C6, Saint Bernard : Adam n’avait pas faim et soif de Justice…
La seule plainte que l’on devrait entendre de leur bouche est celle-ci : Ô mon vénéré Époux, pourquoi n’êtes-Vous point plus sévère avec moi ?, pourquoi contre toute attente me laissez-Vous si souvent Vous malmener ? ; pourquoi, comme notre pauvre Père Adam, me laissez-Vous glisser sur la pente dangereuse où je me trouve ? ; pourquoi dès le premier écart, après l’avertissement suivant, ne relevez-Vous pas Vos manches et de Votre Bras très juste et vénéré, pourquoi n’écraseriez-Vous point héroïquement ce début de révolte que le Malin fait gronder en moi ? ; m’aimez-Vous ô mon Époux ? ; avez-Vous compassion pour cet être faible et inconstant que Dieu dans Son infinie Miséricorde confia à Votre Puissance, Vous ô mon Chef ? Alors ô mon Bien-aimé, par compassion pour ma faiblesse, disciplinez-moi, me voici à genoux prosternée devant Vous, la robe relevée, pour sentir Votre très juste courroux sur le bas de mes reins. (voir : photo 'correction maritale')15
1.B.2.d - Les femmes plus courageuses que les Hommes ?!
Alors, comment se fait-il, notamment, se disant elles-mêmes, et quel orgueil !, plus courageuses et moins sensibles à la douleur, qu’elles soient quasiment (80%) les seules à trouver leur union sacrée et donc indissoluble, insupportable au point de se parjurer en demandant la séparation-divorce* ?
1.B.2.e - Insensibilité ordinaire et particulière de la femme ordinaire.
Votre petite plume, votre Isabelle a écrit : … les SDF actuels, les chômeurs (grace à l'arrivée massive des femmes sur le marché du travail…
Là, vous voudrions ajouter quelque-chose qu’elle n’ignore pas, ni Vous non plus, c’est que de fait le chômage ne peut exister ! Il défit l’entendement ; et, s’il existe, c’est simplement que quelqu’un pique dans la caisse !, mais de développer ceci est ici hors propos.
Par contre, il existe bien des facteurs aggravants ou plutôt masquants, qui empêchent, pour ceux qui le veulent bien, de voir plus loin la main cachée, c’est en effet le travail de la femme, mais aussi les déplacements et mélanges scandaleux de populations, de races, etc.
En effet, regardez, ouvrez les yeux, lecteurs, maintenant :
→ L’on sépare ce que Dieu a uni : Époux et épouse, Père-source et enfants, etc.
→ L’on unit ce que Dieu a séparé : races, peuples à certains égards, dits Hommes et Hommes, ou femmes et femmes, etc.
Le travail de la femme aide en effet à générer les désordres voulus par la main cachée16 qui dirige pour le compte du Malin, il génère aussi presque tous les SDF’s !
Relisez ce que nous écrivions notamment en une autre page17 :
D’où, le gigantesque scandale que de quêter et faire quêter pour ce qui est au plus lointain, alors que par exemple des Époux sont abandonnés et trainent dans la rue, sur les routes :
→ Questionnez les vagabonds, les clochards (SDF’s) !, quasiment que des Hommes ≡ Pour les femmes c’est à coup certain que stricte Justice !, si elles étaient totalement inféodées à un Homme comme de Droit, c’est au chaud, à ravauder et à faire la cuisine de leurs Maîtres et Seigneurs, et à les satisfaire en toutes choses, qu’elles auraient le doux plaisir de voir s’égrainer des jours de bonheur ! ≡, ayant, pour la plus grande partie, été trahis pour leurs épouses !
→ Nous avons pris plusieurs fois des chemineaux18, sac au dos, parfois cage à oiseau à la main !, et presque tous vous disent avoir été largués par leurs épouses, et plutôt que de travailler pour entretenir une femme dans le scandale (rente alimentaire, etc.) Ils ont préféré tout abandonner (travail, etc.) et vivre de mendicité !
1.B.2.f - La femme plus dure à la douleur !… des autres !
Il y a un autre aspect, et non des moindres, de l’insensibilité particulière crucifiante de la femme en général : c’est son absence souvent totale de scrupule, de compassion devant la souffrance (nous ne parlons pas de sensiblerie ou de larmes-leurres-paravent19 !) d’autrui : oui, bien vraiment, et nous ne le contesterons certes pas : elle est bien effectivement considérablement plus dure que l’Homme envers la souffrance !
Elle est capable comme personne de cruauté !, ceci est, ou plutôt était, notoirement connu, maintenant c’est tu, féminisme luciférien oblige…
Voyons cela avec deux exemples qui confirment la règle ne souffrant malheureusement que de très marginales exceptions.
1 - Dureté incroyable devant les souffrances de l’Époux.
Comme Votre Isabelle le faisait remarquer, elles n’ont même pas la reconnaissance du ventre bien rempli !, ce, du reste, dans tous les sens du terme… !
Dans nos contacts, bien que nous en connaissions bien d’autres à travers les médias, nous connaissons des cas, et un en particulier, où l’Époux laissé pour mort souffrit et souffre encore cruellement de l’accident de travail qu’Il eut pendant qu’Il gagnait le pain de Sa pauvresse d’épouse ; et, qui essuya le plus souvent que railleries et abandons dans l’handicap profond où Il se trouvait et se trouve encore actuellement, ce au point qu’Il fut abandonné définitivement ≡ sauf intervention de la Justice divine qu’Il appelle de tous ses cris ≡. Il est pratiquement SDF : Il végète douloureusement dans une masure !
Et combien d’autres pauvres Époux douloureusement abandonnés et traînés devant les tribunaux de Lucifer, humiliés sur les places publiques, privés de Leurs enfants, spoliés de tous leurs biens, et principalement du plus cher : de leur Honneur !
2 - Seule responsable de l’assassinat de millions d’enfants.
Nous devrions plutôt la dire seule responsable de l’assassinat de milliards (avortement de par le monde depuis au moins 50 ans et contraception) d’enfants !
Elle est la seule responsable de souffrances indicibles de ces enfants passés au sel, découpés sadiquement, têtes éclatées par écrasement et trépanation, démembrés, etc., et ce jusqu’à enfin l’obtention de leur mort en son propre sein ! Ou achevés à la sortie, et, pendant ce temps là, comme la pauvresse de Brigitte Bardot, elle a le culot d’avoir des sanglots, des trémolos dans la voix devant les ‘souffrances’ des animaux en situation scandaleuses certes !, garces !
Pour vous en convaincre, lecteurs (Re)Voyez ND : CN-2008-16, Valérie Létard veut susciter une réaction ?, la voici !
Très utilement, faites une pose en lisant cet article recopié en cette note : 20 !
Concluons, la femme plus courageuse que l’Homme ?
Non, certes !, considérablement plus cruelle, le plus souvent !, nuance !
1.B.3 - La seconde surprise d’une conversation.
1.B.3.a - Lui, votre chien, vous aime, vous suit, et ne vous trahit pas…
Ce titre est provocateur, et pourtant si vrai !
Sieur Ferdinand, Votre petite plume écrit : Pas étonnant qu'autant de divorces viennent des femmes avec une telle mentalité.
La séparation-divorce* ne vient, de fait, que de la femme !, 80%* directement, et 20%* indirectement !, vérifiez-le, vous autres lecteurs, en lisant nos documents et en ouvrant vos yeux qui ne veulent plus voir !
Vous souvenez-vous que nous avions dit21 que nous allions donner une suite à une information que le site Les Intransigeants avait donnée, et dont le titre était : Il se marie avec son chien !22
Notre titre, Lui, votre chien, vous aime, vous suit, et ne vous trahit pas…, est pourtant bien la vérité ; ces femmes, Nos filles que Nous avons prises pour épouses, ne sont même plus capables d’avoir la fidélité de ce chien !, nous parlons, nous, ici, tout honnêtement d’une relation de l’Homme avec son chien, donc point de relations perverses et finissant même parfois en zoophilie.
Ainsi, de pauvres types comme cet Australien, dedits Hommes, victimes directes d’Eux-mêmes, car ayant évidemment applaudi en leur temps à ladite libération de la femme ; l’ayant par là même rendue carrément invivable, inconsommable car l’ayant débridée, en viennent à peaufiner leur descente dans les bas-fonds infernaux, antichambre si proche de l’enfer, en prenant un chien comme substitut de femme !, voilà encore l’œuvre de la femme perverse, libérée, soit au moins, maintenant, 99% d’entre-elles !
Évidemment, il n’y a pas mariage dans le cas que nous venons de voir, en effet pour qu’il puisse y avoir mariage, il faut :
→ deux humains, un Homme et une femme, et rien d’autre n’est possible ;
→ être libres tous deux d’engagement, soit non mariés ;
→ avoir sa connaissance afin d’exprimer un oui librement ;
→ etc.
Ayant parlé de relations perverses avec un chien, nous voulons conclure ceci en vous disant qu’en tout bien tout honneur, des Hommes n’ayant pas débridé Leurs épouses, véritables victimes de la libération de la femme, donc uniquement par contamination transversale, ont trouvé un très brave ‘compagnon’, pauvre don du Ciel, pour Les aider dans la poursuite de leur vie désertique, un brave chien :
→ Ils partagent les repas : l’Un bien seul à table ; et l’autre aux pieds de son Maître attendant, les yeux pétillants, les reliquats ;
→ Ils agrainent les jours : toujours si longs pour l’Un ; avec toujours l’autre sur Ses talons ;
→ Ils passent leurs nuits : qui n’en portent que le nom pour l’Un, bien seul dans le lit conjugal déserté ; et l’autre montant la garde sur la descente de lit ;
→ Ils disent leurs prières ardentes : l’Un à genoux devant l’autel familial qui vit si souvent l’Époux et l’épouse l’un près de l’autre avec leur ribambelle d’enfants auprès d’eux, versant de pieuses larmes et prières ; et l’autre regardant avec ses yeux inquiets et affectueux, mais impuissant, la détresse de son Maître…
→ Etc.
Oui, un tel chien est alors un don du Ciel, une petite consolation, un ‘palliatif’ à la défection criminelle de la femme, l’épouse.
Résumons :
Si le chien prend la place juste derrière L’Homme, malhonnêtement comme pour cet Australien, ou bellement comme notre exemple ci dessus, c’est uniquement à cause de la défection criminelle de la femme en général, et de l’épouse en la Famille, de son abandon de cette deuxième place par elle, sa place derrière le Maître !
1.B.3.b - Elle n’est plus capable d’avoir la fidélité du chien !
Voici ce que nous dit Saint Astère : elle se montre sa servante assidue et dévouée ; elle est attentive à satisfaire à ses moindres désirs, elle essuie ses larmes, elle répand sur ses plaies un baume salutaire ; elle le suit jusqu’au fond des cachots, et si l’on ne veut pas lui laisser une libre entrée, elle demande à s’enfermer avec lui ; qu’on lui refuse cette faveur, et, comme un chien fidèle, elle ne quitte point les portes de la prison. Nous avons connu nous-même une femme qui s’était fait couper les cheveux et, qui avait pris des habits d’homme pour ne pas se séparer de son mari obligé de s’enfuir et de se tenir caché. Tandis qu’elle se livrait aux pénibles travaux d’un esclave, cette femme admirable obéissait aux affections de son cœur ; elle mena cette pénible vie pendant plusieurs années de suite, changeant continuellement de retraite et allant avec son mari de solitude en solitude.23
1.B.3.c - Il n’y a pas de moralité chez la femme débridée.
Continuons, Sieur Ferdinand, Votre épouse nous écrit : je finirais presque par croire qu'il n'y a plus la moindre once de moralité naturelle chez la femme actuelle.
En effet, et ceci uniquement parce qu’elle a perdu sa Tête, son inféodation en toutes choses à son Époux !, ou la malicieuse hypocrisie luciférienne appelée libération de la femme.
Notamment, (Re)Voyez ND :
→ DP-11, Les épreuves, tribulations et afflictions, l’Espérance (II) ; point 11C, Tant que l’on ne l’aura pas rebridée, rien, rien n’ira !
1.C - Quelques autres réflexions connexes…
1.C.1 - Oui !, bien vraiment, loin de Leurs Hommes, elles ne sont rien !
Dans notre Avis de fin de travaux !24 du samedi 25 décembre 2010, nous avions envisagé un texte dont le titre aurait pu être : Lettre à nos filles : Oui !, bien vraiment, loin de votre Homme, vous n’êtes rien !
Tous nos documents le prouvent, et cette présente lettre le confirme. Nous n’avons rien à ajouter.
Par contre d’où vient ce titre ?
Ce titre est le raccourci d’une citation que nous pourrions développer, elle est tirée d’une œuvre datant de la préhistoire, pour les gens en rupture complète avec la réalité, la Vérité, pensez donc !, vers 1950 !
1.C.1.a - Jeux concours : recherche de l’auteur de ce texte.
Contrairement à notre habitude nous ne donnerons pas la source de cette citation ; mais, nous lançons un ‘jeux concours’ !
Trouvez la source de ce texte : Je suis une femme, je suis faite pour porter tes enfants, faire ta cuisine, te suivre. Si je suis loin de toi, je ne suis rien25.
Cette photo (Si je suis loin de toi, je ne suis rien)26 est un bon indice, le gagnant aura le plaisir d’être cité, et de plus, nous réciterons un chapelet à ses intentions, pour lui en plus de nos dévotions journalières. Si dans un mois personne n’a trouvé, nous donnerons un autre indice en les commentaires de cette page de notre site…
1.C.2 - Le Salon Beige, vieux routier de la subversion, dit encore oui mais non !
1.C.2.a - Nous insistons, les menaçons patiemment, les reprenons, les instruisons.
Saint Paul nous a dit : Je t’adjure, devant Dieu et Jésus-Christ, qui doit juger les vivants et les morts, par Son avènement et par Son règne, prêche la parole, insiste à temps et à contretemps, reprends, supplie, menace, en toute patience et toujours en instruisant.27
La confusion à l’état pur !, tout cela parce que Le Salon Beige ne supporte pas la Vérité en tout, ne supporte pas la saine doctrine28, et plus particulièrement en la Famille : l’infériorité intrinsèque et voulue par le Seigneur Dieu de la femme par rapport à l’Homme !
Lisez comment les gens de ce site, avec le Sieur Lahire en tête, amassent autour d’eux des docteurs selon leurs désirs ; et éprouvant aux oreilles une vive démangeaison, ils détournent l’ouïe de la vérité, et ils la tournent vers des fables29.
Voici ce que ce pauvre Sieur Lahire écrit :
343 femmes célèbres réclameront-elles le congé maternité pour les pères ?
En effet la presse met en avant le manifeste des 343 pour "l'égalité de l'homme et de la femme" : elles se retrouvent aussi peu nombreuses qu'en 1971 à hurler les éternelles ritounelles stupides qui renient la nature même de l'homme et de la femme et leur propre spécificité sur laquelle s'assoient pourtant les indispensables et ô combien souhaitables différences.
Mais voilà, elles n'ont toujours pas compris que l'égalité peut s'inscrire dans la différence.
C'est pourtant cette évidence qui fonde l'enseignement de l'Eglise sur la question.30
1.C.2.b - Le Salon Beige dans la confusion la plus totale !
Le Salon Beige a ‘compris que l'égalité [‘=’] peut s'inscrire dans la différence [‘’ ou ‘<>’] !
Nous vous disons que ces gens étaient de vieux routiers de la subversion !, voici ce que nous écrivions à leur sujet le 22 septembre 2009 :
Le Seigneur Dieu dit : Parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés. C’est pourquoi Dieu leur enverra une puissance d’égarement, pour qu’ils croient au mensonge, afin que tous ceux qui n’auront pas cru à la vérité, mais qui auront consenti à l’iniquité, soient condamnés31.
Même pas le niveau du ‘CP’ !, nous ne pouvons, mais sont-ils récupérables voulant obstinément que ce qui n’est pas soit et que ce qui est ne soit pas, que leur conseiller de consulter cette page d’exercice : http://www.aidemoi.net/math/egal/index.php
1.C.2.c - Et ce pauvre Sieur Lahire ne s’arrête pas là, Il calomnie l’Église !
En effet, Sieur Lahire écrit : C'est pourtant cette évidence qui fonde l'enseignement de l'Eglise sur la question.
Mensonge !, où cela est visible ?, forcené de la contre-naturalité !
Lisons l’enseignement de l’Église clos avec la mort de Saint Jean, et certains saints et sains Hommes qui confirment tous ce qui relève du Sacrement de Mariage qui, rappelons-le, n’appartient aucunement à l’Église, mais qui devait être défendu particulièrement par Elle :
→ Est-Il de l’Église ?, Le Seigneur Dieu, Dieu le Père : Dieu dit aussi à la femme: Je multiplierai vos maux et vos grossesses. Vous enfanterez dans la douleur: vous serez sous la puissance de votre mari, et il vous dominera.32 Sous la puissance, dominée, donc pas égale à l’Homme !
→ Est-Il de l’Église ?, Saint Pierre : Femmes, soyez de mêmes soumises à vos maris. Soumise, donc pas égale à l’Homme !
→ Est-Il de l’Église ?, Saint Paul : Je veux cependant que vous sachiez que le chef de tout homme, c’est le Christ, que le chef de la femme, c’est l’homme, et que le chef du Christ, c’est Dieu. Ayant un Chef, donc pas égale à l’Homme !
→ Est-Il de l’Église ?, Saint Bernard de Clairvaux, Docteur de l’Église : Son Époux, s’il devait compatir à sa femme, il devait la discipliner, puisqu’elle était son inférieure, car l’homme est le chef de la femme. Inférieure, donc pas égale à l’Homme !
→ Est-Il de l’Église ?, Saint Astère : Elle [Votre épouse] se montre sa servante assidue et dévouée. Servante, donc pas égale à l’Homme !
→ Est-Il de l’Église ?, Saint Benoit : [L’épouse] doit obéir encore dans les choses qui lui semblent le plus déraisonnables. Devant obéir, donc pas égale à l’Homme !
→ Est-ce de l’Église ?, Concile de Trente : Ceci est le point capital dans le mariage elles se souviendront qu’elles sont obligées […] de leur être soumises et de leur obéir avec joie et empressement. Soumise, donc pas égale à l’Homme !
→ Est-ce de l’Église ?, Concile de Trente : Elles aimeront aussi à rester chez elles, à moins que la nécessité ne les oblige à sortir, et même alors elles devront avoir l’autorisation de leurs maris. Être autorisée, donc pas égale à l’Homme !
→ Est-Il de l’Église ?, Saint Alphonse de Liguori : [si] après avoir été plusieurs fois avertie, votre femme ne s’est pas corrigée ; seulement alors vous pouvez la châtier. Devant être châtiée, donc pas égale à l’Homme !
→ Est-Il de l’Église ?, Pie XI : Nombre d’entre eux poussent l’audace jusqu’à parler d’une indigne servitude d’un des deux époux à l’autre ; ils proclament que tous les droits sont égaux entre époux ; estimant ces droits violés par la « servitude » qu’on vient de dire, ils prêchent orgueilleusement une émancipation de la femme, déjà accomplie ou qui doit l’être. En servitude, donc pas égale à l’Homme !
→ Est-Il de l’Église ?, Pie XII : [Épouses] Ne vous contentez pas d’accepter et presque de subir l’autorité de votre époux à qui Dieu vous a soumises par les dispositions de la nature et de la grâce. Dans votre sincère soumission, vous devez aimer l’autorité de votre mari, l’aimer avec l’amour respectueux que vous portez à l’autorité même de Notre-Seigneur, de qui descend tout pouvoir de chef. Soumission à autorité, donc pas égale à l’Homme !
→ Etc., etc., etc !
Ce n’est pas la première fois que ce Salon Beige soutient de telles erreurs comme vous le verrez en note33, mais maintenant il vient de carrément aller contre le Sacrement de Mariage, il vient de carrément lutter contre l’Autorité de Droit divin de l’Époux-Père, il vient de carrément faire mentir l’Église en disant, alors que c’est absolument faux comme le prouve la liste précédente : C'est pourtant cette évidence qui fonde l'enseignement de l'Eglise sur la question.
Les gens du Salon Beige, donc, prêchent orgueilleusement une émancipation de la femme, déjà accomplie ou qui doit l’être ! ; comme vient de le dire ci-dessus Pie XI…
1.C.3 - Le Salon Beige : Il faut privilégier le mariage au Pacs !
Cet article est absolument tordu, hautement mensonger, donc mortifère, lisez-le : Il faut privilégier le mariage au Pacs !34
Sans grande rédaction, veuillez accepter ces considérations mises à la volée :
1.C.3.a - Rien que le titre, un bijou de désinformation.
Soit un bijou de mensonge : Il faut privilégier le mariage au Pacs, ce qui revient exactement à dire : Il faut privilégier le bien au mal !, c’est ce que dit Sieur Michel Janva !
Mensonge !, il faut promouvoir le bien et anéantir le mal !, lutter contre le mal !
Que veut dire privilégier ?, cela veut dire traiter d’une façon plus favorable !, ainsi ce que est traité de façon moins favorable est tout de même accepté et bien traité !, le bien et le mal sont mis en regard et non absolument opposé !, l’on privilégie le bien, mais on accepte de mal !, on promeut donc effectivement le mal, mais un peut moins que le bien ! Ou, on privilégie Dieu dans son adoration, mais on adore aussi Lucifer !, un peu moins. Il faut vraiment être pervers pour écrire comme les gens de Le Salon Beige.
1.C.3.b - Considérations à la grosse brosse sur le texte.
Ledit Juge peut regarder en la Famille, Il serait au-dessus de l’Époux !, mensonge !
Ledit Juge intervient dans la rupture !, pervers !
Lisons : Le juge intervient dans tous les cas pour s'assurer que cette rupture n'est pas excessivement préjudiciable à l'un des conjoints et pour protéger les plus faibles (généralement la femme et, dans tous les cas, les enfants).
La femme plus faible, où, l’art de dire la chose et son contraire !, alors qu’ils viennent juste de dire, le contraire : qu’elle est l’égale de l’Homme !, et nous les recitons : l'égalité peut s'inscrire dans la différence.
Protéger la femme !, alors que ce n’est qu’elle (80%* + 20%*) qui met en danger ce mariage, cette famille !
Lisons encore : De nombreuses crises sociales, qui touchent en premier lieu les enfants, sont des conséquences de ce que le mariage n’est pas assez protégé et encouragé.
Protéger le Mariage, la Famille ?, facile !, il suffit juste de les rebrider, ces pauvresses !, et pour ce donc, de rendre toute Sa Puissance à l’Époux ; rendre tous les pouvoirs qui n’appartiennent qu’à l’Époux : à l’Époux !
Les commentaires qui suivent cet article sont positivement surréalistes ; oui vraiment !, bien triste à pleurer…
1.C.4 - Incapables dans de petites choses, donc incapables dans de plus grandes !
Nous venons de passer une période électorale…, et tous d’avoir mis leurs espoirs en untel ; ou pire, contre-naturellement en unetelle !
Nous ne parlerons pas d’une certaine pauvresse dite d’extrême-droite, pion de Lucifer sur son échiquier, qui veut dominer des Hommes. Il est vrai, Marine, que c’est un ramassis de lavettes ! Cette pauvresse n’agit que contre-naturellement, elle qui a déjà pas mal roulé dedits Hommes dans son lit (2 ou 3 dits divorces), et ailleurs.
Nous parlerons desdits Hommes qui pensent pouvoir gérer un pays alors qu’Ils, comme les Sieurs Lahire et Michel Janva ci-dessus, sont totalement incapables de gérer rien qu’une femme !
Qu’a dit NSJC ?, voici : Le premier vint, et dit : Seigneur, ta mine a produit dix mines. Et il lui dit : C’est bien, bon serviteur ; parce que tu as été fidèle en peu de chose, tu auras puissance sur dix villes.35
Ainsi, n’étant même pas capables de tenir rien qu’une femme, comment peuvent-Ils prétendre pouvoir tenir rien qu’une ville !, alors de là à un pays !
C’est bien ce que disons constamment, la Famille est la Base de tout ! ; alors, Chefs de Famille, allez chercher un Homme sachant gérer effectivement sa Famille (Il peut être veuf, ou abandonné, mais Il doit être intraitable, sans compromission sur les principes de base : le Droit régissant la Famille), et nommez-Le alors Chef de Chefs de Famille !
1.D - Concluons cette lettre.
Cher Sieur Ferdinand, veuillez agréer nos salutations les meilleures et notre amitié en Notre Seigneur Jésus-Christ et Notre Dame.
Que le Bon Dieu Vous bénisse, Vous, et à travers Vous, Votre petite Plume et Vos enfants !, qu’Il ait pitié de Nous tous !
Pour la Vérité,
QJSIOJC
1http://restaurationdelafamille.blogspot.com/2011/04/rh-2011-01-sieur-ferdinand-oui-bien.html
2Ferdinand est le prénom que nous Lui avons donné car ne connaissant point le sien.
41 - Évangile selon saint Matthieu ~ Chapitre 2, 32-33. Nouveau Testament que vous trouverez en notre page Livres & sources.
5(Re)Voyez ND : DP-07, Restaurer la dignité de la femme, par sa soumission (I) ; point DP-7B6b, Si nous ne sommes pas vraiment Intransigeants, nous transigeons !
6Proverbes 31,23. Ancien Testament que vous trouverez en notre page Livres & sources.
7De ***. *@* à orfaep@gmail.com, date 3 avril 2011 11:30 :
Pseudo: Isabelle
Page : celle que vous voudrez
Chers amis chrétiens
Je voudrais partager avec vous deux situations dans lesquelles je me suis trouvée la semaine dernière afin que chacun et chacune puisse réfléchir à la mentalité qui est inculquée à la femme actuelle que je résumerais en quelques mots : victimisation systématique d'elle-même, auto-suffisance et mépris du sexe opposé.
Par deux fois je me suis surprise en train d'écouter une conversation à la caisse de deux magasins différents.
La première fois , j'étais passée à la caisse et finissais de ranger mes articles dans le caddie quand arrive un homme âgé poussant une poussette avec un bébé de quelques mois. Cet homme voulant faire un peu d'humour déclare que son petit fils est à vendre car les temps sont durs mais qu'il ne trouve pas preneur car , dit-il avec un sourire " un enfant c'est plus vite fait que vendu !". A quoi la caissière répond en gros "vite fait , c'est vite dit car il faut le porter pendant neuf mois et puis le mettre au monde" et continue de se lamenter en lançant des piques à tous les hommes : "on voit bien que c'est pas eux qui les portent et surtout qui accouchent ,de toute façon ça risque pas vu que le moindre bobo pour eux ,c'est la fin du monde …alors un accouchement ,ils ne supporteraient pas les pauvres "…
La différence qu'il y avait entre la caissière et le client c'est que la caissière elle ne faisait pas d'humour ,elle était au contraire très sérieuse.
C'est tout de même curieux que la femme actuelle en est arrivée à croire qu'elle a toujours souffert plus que l'homme . Certes , l'accouchement est une torture (et encore ,il est apaisé par les techniques modernes) mais qu'en est-il de tous les hommes morts sur les champs de bataille ,qui trimaient et triment encore dans les mines ,dans les hauts fourneaux ,qui étaient enrolés de force dans les armées royales ,les forçats ,les bagnards ,les SDF actuels ,les chômeurs (grace à l'arrivée massive des femmes sur le marché du travail et aux stratégies des grands groupes bulldozers) ,des garçons ,enfants-soldats , dans les pays du tiers monde qui portent des armes dès le plus jeune âge au lieu d'étudier , de tous les gamins privés de père (par toute la débauche et la destruction du mariage) qui grandissent dans la révolte et l'instabilité et finissent sans foi ni loi dans la délinquence ?
C'est bien curieux que face à toute cette misère masculine ,la femme ne sache se concentrer que sur son ventre … Qu'en pensez-vous ?
La deuxième fois ,
Je mets mes articles sur le tapis de caisse et me surprends une fois de plus à écouter une conversation entamée entre une cliente âgée et la caissière . J'entends que cette dernière parle de "tester la marchandise avant de l'adopter". Je croyais bien entendu qu'elle parlait de biens de consommation courante mais quelle ne fut pas ma surprise quand tendant un peu plus l'oreille je compris qu'elle parlait des…hommes !!!!! Et elle continuait en disant qu'il ne fallait pas se marier avant d'avoir testé l'objet en question ,et qu'elle -même avait dit à sa future belle -mère éventuelle que si son fils ne lui plaisait pas ,elle lui retournerait la marchandise. J 'étais sidérée d'entendre cela d'autant plus que la vieille femme approuvait totalement (pourtant une femme âgée devrait donner l'exemple …). Pas étonnant qu'autant de divorces viennent des femmes avec une telle mentalité .
Je me suis fait cette réflexion d'autant qu'on venait de nous bassiner une fois de plus aux infos avec la journée de la femme (inventée par ce cher Lénine …) et toutes ces sornettes de femmes objets dans les pubs et les magazines afin de continuer le travail de sape entre les sexes : comment se fait-il que les femmes osent se plaindre d'être soi-disant considérées comme des objets par les hommes alors qu'elles -mêmes en parlent comme de la marchandise ??? Je peux même vous citer un article paru il y a quelque temps dans un magazine féminin intitulé : "RECYCLONS nos ex , ils peuvent encore servir" . Recycler les hommes comme on recycle de vulgaires bouteilles en plastique ????… je finirais presque par croire qu'il n'y a plus la moindre once de moralité naturelle chez la femme actuelle . C'est effrayant.
Je vous souhaite le meilleur à vous et à tous vos collaborateurs.
Que le Seigneur vous accompagne et vous entoure de sa grâce en ses temps si sombres .
Tous unis dans la Justice , l'Amour et la Vérité.
Isabelle
9Première épître de saint Paul aux Corinthiens ~ Chapitre 11, 8-9. Nouveau Testament que vous trouverez en notre page Livres & sources.
10Saint Jean Chrysostome Homélies sur la Genèse HOMELIES TOME 5 : http://jesusmarie.free.fr/jean_chrysostome_homelies_sur_la_genese_1.html
(Re)Voyez ND : DP-03, Le Mariage, son origine, sa Mission divine ; point DP-3B10, Homélies sur la Genèse de Saint Jean Chrysostome.
11Première épître de saint Paul aux Corinthiens ~ Chapitre 11, 7. Idem note 10.
12Passage exact : Mais Jésus lui dit : Suis-Moi, et laisse les morts ensevelir leurs morts. (Mat. 8, 22)
13Mat. 32, 22.
14Gn 3,16. Ancien Testament que vous trouverez en notre page Livres & sources.
* - Pour connaître la raison de cet astérisque et des suivants en nos documents, veuillez lire : Leur mode d’emploi…, point Nos documents comportent des astérisques ‘*’…
15Texte de notre pauvre cru… La photo 'correction maritale', uniquement visible sur le PDF correspondant à cette page, est une miséricorde de stalle, visible en l’église de Brou, dans l’Ain, France.
Notamment, (Re)Voyez ND : DP-06, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (II) ; point DP-6C12, Église de Brou : correction maritale, ou la ‘femme battue’.
19Au sujet des larmes des femmes, tiré des Règles du discernement des esprits, 1re semaine, 12e règle. Cité par : « Le combat de la pureté. - 1876 Georg Hoornaert » :
Sainte Thérèse mettait en garde son Provincial, le P. Gratien, dans une lettre du 1er septembre 1582 : « Tenez, mon Père ! Souffrez que je vous donne un avis : c’est de ne jamais vous fier à des femmes… lorsque vous verrez de la vivacité dans leurs désirs, car leur envie de réussir leur fera imaginer cent mauvaises raisons, qu’elles croiront admirables » À la page 148, §3, citant Vie de sainte Thérèse, par une Carmélite, T. II, p 433).
Défie-toi des ensorceleuses : de leurs sourires, et aussi de leurs larmes. C’est leur stratagème. Cela leur coûte si peu, ces larmes ! Quand un homme en verse, c’est son âme qui pleure.
Quand une femme en verse, souvent, ses yeux seuls se mouillent. Elle pleure (pas de trop, du reste, pour ne pas enlever le fard) et, de ces pleurs faciles et sans conséquence, elle sort plus fraîche, comme une pelouse après une fine ondée si légère. À la page 149, §5 et s.
Pour bien d’autres extraits, et les sources complètes, (Re)Voyez ND : DP-06, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (II) ; point DP-6F2, La nuit n’avance que parce que le jour recule !
20Bien qu’étant encore loin du compte, voici cet article complet :
La fête à Contraception
VIA E&R
Samedi dernier une manifestation à Paris pour "défendre le droit à l’avortement" (sic), partie de la place d’Italie, a rejoint à la Bastille le défilé contre la réforme des retraites.
Sans le moindre soucis de la contradiction de fond, entre ces deux exigences !
Il fallut endurer des glapissements de timbre suraigu, poussés de conserve par des hordes de vieilles femelles tendues comme des Strings, hors d’elles et dans la rue pour protester contre le nombre insuffisants d’avortement en ex-France.
Mais davantage que l’ouïe ce fut la vue qui en fut affectée !
Seigneur ! Quelle écumante laideur !
Une laideur qui dépasse, et de loin, le quota normal dans un groupe humain, et qui nous met sur la piste d’une prédestination praeter naturalis.
Car dans ces processions, les laides sont, comme les daemons de l’Evangile, légion.
Mon nom est Légion, car nous sommes plusieurs. Marc, V, 9.
La hideur stupéfiante de cette nichée de chiennes de garde, dégoulinant encore de glaires, ne se sentant plus assez rassasiées de sang de chérubins avortés, ces vacheries hystériques tonnant contre : "les difficultés d’accès à l’IVG et à la contraception", avec toutes, les mêmes inflexions de voix, les mêmes mimiques mimétiques (dans lesquelles transparaissent souvent les pénibles évidences d’un génotype commun), aucun spectacle au monde ne me semble plus contraire à la dignité humaine.
Après avoir regardé longtemps, subjugué, ce défilé de vieilles flétrissures clabaudant sur la chaussée comme des étrons mécontents dans des canalisations, ce ramas de tout ce que l’antique humanité tenait pour le rebut, je songeais que le critère révolutionnaire par excellence était l’antiféminisme, primaire, secondaire, jurassique et crétacé.
Auparavant, le dimanche 26 septembre avait été décréte par le Plannning Familial : Journée mondiale de la Contraception et de l’Avortement, et d’autres monstrations avaient eu lieu sur les pavés de Paris au motif de : "l’absolue nécessité d’une éducation à la sexualité", car, tenez vous bien, "La sexualité des jeunes reste, dans notre société, un tabou et la contraception encore une "affaire de filles !" AFP-24/09/10
Et bien soit ! Faisons en donc une mâle affaire, en étudiant rationnellement et généalogiquement ces questions .
La Pilule
Inventée dès le début des années 1950, commercialisée à partir de 1960, et autorisée en France à partir de 1967 (loi Neuwirth), son action consiste à interférer avec le cycle menstruel naturel de la femme.
Les hormones synthétiques apportées par la prise de la pilule empêchent l’ovulation.
Pour faire avaler aux femmes pareille saloperie on parla d’émancipation féminine.
On se mit à leur débiter soir et matin, midi et minuit, des discours sur leur libération.
Tout à coup, l’état de mère fut décrié comme l’aliénation suprême. Rien ne pouvait être jugé pire, ridicule, vulgaire, qu’une famille nombreuse.
La Résistance populaire et chrétienne, sous l’égide et du parti communiste et de l’Église catholique (les extrêmes se touchent tout en s’exécrant) fut stigmatisée comme celle des "Pères lapins".
On décréta qu’en Europe, dans tous les pays industrialisés, le bonheur et la prospérité étaient menacés par un afflux de naissance.
La Pilule devint la Panacée universelle. (Enfin, pas si universelle que ça.) qui devait guérir miraculeusement les symptômes de l’aliénation de la femme et de la pauvreté.
Le résultat ne se fit pas attendre : chute de la Natalité dans une Europe ainsi préparée à recevoir dans son giron des populations substitutives dont la natalité exponentielle s’exhaussera encore par le niveau supérieur de notre médecine et des aides sociales.
On connaît la suite.
Ce qu’on connaît moins bien se sont les conséquences écologiques catastrophiques du flot monstrueux d’urines menstruelles gorgées d’œstrogènes, quotidiennement rejetées dans les eaux usées des sanitaires et non traitées en stations d’épuration.
Le planning, eugéniste et raciste.
Cette organisation eugéniste, anti-pauvres, anti-blanche et anti-mâle, vit le jour lorsque la doctoresse Lagroua-Weil-Hall de la clinique Birth control créée par Abraham Sanger à New York, en mars 1955, lors d’une communication à l’Académie des sciences morales et politiques, préconisa la création de « centres d’eugénétique » où les couples pourraient recevoir conseils et prescriptions de moyens contraceptifs.
Autour de la Lagroua-Weil-Hallé, vont se regrouper toute une camarilla de vieilles femelles appartenant à différents courants franc-maçons, la plupart d’ascendances juives (c’est un fait), des lesbiennes intellectuelles et des gauchistes à l’hygiène douteuse, toutes d’origine bourgeoise.
Ce fut le début d’une propagande sans pareille, dans les média de l’époque, qui ne fit que s’amplifier au cours des années suivantes, et après de multiples rebondissements aboutit à la loi Neuwirth puis à la loi Veil.
Auparavant la commission Marcellin, créée à l’Assemblée pour l’étude des conséquences de la prise de contraceptifs, conclut fin 1965 à son innocuité.
On le voit le combat des avorteuses était bien homogène aux intérêts bien compris du patronnat et de son pouvoir d’Etat.
Les féministes
Pour réussir ce génocide de travailleurs européens, le Capital fit remonter des latrines de l’Histoire une espèce, qui dans l’esprit de personne de sensé n’aurait jamais dû occuper une place de premier plan. Je veux parler des féministes.
Généalogiquement, ce courant ultra-minoritaire, vient de la plus sordide gougnoterie et des bas fonds de culottes douteuses des bas bleus, ces peu ragoûtants déchets de la féminité avortée, et vivant à l’écart des foules.
Ces tchandalas ont toujours macéré dans leur jus un ressentiment agressif pour tout ce qu’il y a de plus beau dans la femme, joint à une pathologique envie du pénal à l’encontre de la virilité.
La sortie à l’air libre de cette infection, eût pour effet de contaminer la féminité par ce qu’elle possède de plus vulnérable, son grégarisme social congénital, et d’exterminer, spirituellement, la race originelle de la femme.
Félix Niesche
22Les site Les Intransigeants ayant été scandaleusement censuré, la source n’existe plus, par contre le site Anti Impérialisme s’en été fait l’écho… Or, celui-ci répond de plus en plus aléatoirement. En ce moment encore s’affiche : La revue de presse Anti-Imperialisme.com est en maintenance. Bizarre, bizarre.
Nous avons retrouvé le texte en ‘cache’, le voici :
4 décembre 2010
Il se marie avec son chien !
Un Australien s’est “marié” avec sa chienne ce 30 Novembre dans un parc de la ville de Toowoomba. L’émouvante “cérémonie” s’est déroulée en compagnie de trente invités, dont la famille et les amis proches du “couple”.
L’animal de cinq ans, un labrador, a été adopté par Joseph Guiso qui en est devenu fou amoureux … Elle est devenue sa “femme”.
Le jeune homme a expliqué aux journalistes qu’il a choisi ce parc parce qu’il a assisté par hasard à un mariage dans ce même endroit, alors qu’il se promenait avec sa chienne : “Cela aurait pu être nous”. Aussitôt dit, aussitôt fait … “Notre amour est pur” …
Lorsque nous évoquons le sujet des “mariages” homosexuels, certaines personnes croient que nous plaisantons quand nous déclarons que bientôt, dans dix ou quinze ans, les progressistes plaideront pour le mariage entre l’homme et l’animal … Nous ne disons pas cela pour rire, nous sommes tout à fait sérieux … Tout le monde nous aurait prit pour des fous si nous avions dit, il y a quinze ans, que les homosexuels pourraient se “marier” entre eux un jour … On entend par là des célébrations officielles, par des Maires ou par des Pasteurs anglicans ou autres protestants … Des “mariages”, bien entendu, qui n’en resteront pas moins toujours invalides devant Dieu (mais pas devant le Diable !) … Ici, Joseph Guiso ne s’est pas “marié” avec des instances officielles mais avec un faux Prêtre … Un jour, par contre, ça pourrait bien arriver … A partir du moment où on dénature le Sacrement du Mariage, tout devient possible dans ce monde de fêlés … Mariages avec animaux, mariages à trois, adoptions d’enfants par les couples pédophiles, … Au train où vont les choses, tout cela sera possible un jour !
Kyrie Eleison
(Merci à Henri pour l’info)
Source : Il se marie avec son chien !
23Pour l’extrait complet, (Re)Voyez ND : DP-07, Restaurer la dignité de la femme, par sa soumission (I) ; point 7D2, Servante de son Époux !, Saint Astère, dit-il autre chose ?
25Source de cet extrait : - Désolé !, mais cette source est bel et bien masquée… -
26Visible uniquement sur le PDF, page (Re)Voyez ND : Réponse aux Hommes – 2011, ou ici : Si je suis loin de toi, je ne suis rien.
27Deuxième épître de saint Paul à Timothée ~ Chapitre 4, 1-2 – Nouveau Testament que vous trouverez en notre page Livres & sources.
28Idem ci-dessus, selon la suite de ce passage de Saint Paul :
3. Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront plus la saine doctrine ;
29Idem ci dessus (3-4) :
mais ils amasseront autour d’eux des docteurs selon leurs désirs ; et éprouvant aux oreilles une vive démangeaison, ils détourneront l’ouïe de la vérité, et ils la tourneront vers des fables.
32Toutes les sources et explications se trouvent dans notre Document principal dont vous trouverez le PDF en cette page : Nos divers documents ; recherchez ces citations…
35Évangile selon saint Marc ~ Chapitre 14, 16-17. Nouveau Testament que vous trouverez en notre page Livres & sources.