Les erreurs et instabilités de l’hébergeur Blogger (Google) :

Liens internes (menus et notes maintenant inopérants sur certaines pages ; sélectionnez le point à atteindre, et recherchez la cible... Patience… ! Pour atteindre les notes (vous pouvez faire copie de la page) cherchez : ♣

Perte d’une page par Blogger, message « Désolé, la page que vous recherchez dans ce blog n'existe pas. », recherchez le titre avec lien valide ici : Nos divers documents. Si nous ne l’avons pas encore détecté nous en faire part ici orfaep@gmail.com, merci.

samedi 15 septembre 2012

RH-2012-01, Sieur Luryio, oui !, le mot fratrie est imaginé lucifériennement, et opposé à la Famille…

Du : 15.09.2012, existe1 en PDF ici : ND. Actualisé : mar. 9 juin 2015, 17.52.
Table de cette réponse, RH-2012-…
1 - Sieur Luryio, oui !, le mot fratrie est imaginé lucifériennement, et opposé à la Famille…
1.A - Sieur Luryio, voici notre réponse annoncée.
1.A.1.a - Nous réclamons votre bonne indulgence…
1.A.1.b - Lecture aisée des notes, sur le site.
1.B - Ladite fratrie, sape, négation de la Famille !
1.C - Mots et expressions faussés, détournés, inventés.
1.C.1.a - Préalable à ce point, et rappels.
1.C.1.b - Et Le Salon Beige et Civitas, dits bons, font le travail de Lucifer !
1.C.1.c - Précision au sujet du sacrilège de Civitas.
1.C.1.d - Vous avez évidemment entendu aussi ces expressions :
1.C.2 - Expressions : famille recomposée, famille monoparentale, parent isolé.
1.C.2.a - Acceptation mensongère de : Famille recomposée.
1.C.2.b - Acceptation vraie de : Famille recomposée.
1.C.2.c - Mensonges : famille monoparentale, et parent isolé.
1.C.3 - Expression : faire bouger les mentalités.
1.C.4 - Expression : Aller vers plus de tolérance.
1.C.5 - Expression : faire évoluer les mentalités.
1.C.6 - Expressions : autour de vie, vivre.
1.C.7 - Mots creux, vicieux, etc.
1.D - Venons-en enfin au mot luciférien objet de cette réponse : fratrie !
1.D.1 - Ouvrons au préalable des dictionnaires, consultons certains sites.
1.D.1.a - Centre National de Ressources Textuelle et Lexicales (CNRTL).
1.D.1.b - Petit Larousse en couleur, édition 1972.
1.D.1.c - Le Petit Robert – édition 1967.
1.D.1.d - Regardez bien la malice en action du CNRTL.
1.D.1.e - Continuons à découvrir leur définition de fratrie.
1.D.2 - Qui conçut ce mot fratrie ?, les ennemis de tous les Hommes !
1.D.2.a - Devoir de philosophie.com.
1.D.2.b - La psychanalyse et ses compères, une gigantesque imposture !
1.D.2.c - Les termes maintenant sont ou inexistants ou chargés de mensonges.
1.D.3 - Nous ne sommes pas d’un groupe, mais d’une lignée !
1.D.3.a - Ladite fratrie est la négation d’un référant.
1.D.3.b - Ladite fratrie est le dé-lignage des enfants.
1.D.3.c - Ladite fratrie est un pot pourri d’enfants sans lignée !
1.E - Concluons cette réponse, au moins pour l’instant !
1.E.1.a - Nous avons bien prouvé la perfidie du terme fratrie.
1.E.1.b - Résumé de ce que nous avons vu du mot fratrie :
1.E.1.c - Sur ce, cher Sieur Luryio, nous vous quittons.
1.F - Annexes diverses
1.F.1.a - Luryio5 septembre 2012 17:49
1.F.1.b - Pour l'ŒRFAEP : QJSIOJC, 5 septembre 2012 18:34
1.F.1.c - Venez, Esprit-Saint…
1.F.1.d - Contradictions, mensonges des ennemis de tous les Hommes
1.F.1.e - Le bûcher des homophobes
1.F.1.f - Le rôle joué par Freud dans notre possession satanique
1.A - Sieur Luryio, voici notre réponse annoncée.
Publiée en la Notre-Dame des Sept Douleurs,
le samedi 15 septembre de l’an 2012,
cette réponse Lui est confiée.
Cher Sieur Luryio,
Nous vous remercions pour votre message fort courtois, c’est si rare, nous le retranscrivons les Annexes diverses, point Luryio5 septembre 2012 17:49, pour la facilité de nos autres lecteurs ; et, comme annoncé, idem, point Pour l'ŒRFAEP : QJSIOJC, 5 septembre 2012 18:34, voici notre réponse.
Vous auriez pu nous poser une autre question, il y en a tant d’autres, mais il fallut que ce soit une fort embarrassante que vous choisîtes ; embarrassante parce que notre dénonciation, et bien que bien sûre pour nous, est ardue à démontrer.
Cette dénonciation sera plus complète que celle entamée en les deux lettres que vous citez, mais elle sera certainement perfectible, si des lecteurs pouvaient nous donner des éléments probants, nous sommes hautement preneurs, et sommes tout prêts à écrire une suite à cette réponse, en les citant ou non.
Cette réponse est nécessairement longuette, pour les bons cela ne posera aucun de problème, aux mauvais qui ne sont même plus capables d’enchaîner plus de vingt lignes de lecture, nous leur conseillons de laisser ce document qui va leur donner encore plus d’urticaire* et de retourner bien vite à leurs chères petites démangeaisons* !
Pour nous, allons-y, courage !, tout pour la plus grande Gloire de notre Seigneur Dieu, pour la Vérité.
1.A.1.a - Nous réclamons votre bonne indulgence…
Nous manquons de temps pour la relecture, et ne voulant pas vous faire attendre plus, nous publions ce document qui sera ensuite encore relu et corrigé si nécessaire…
Veuillez pardonner nos fautes…, veuillez accepter ceci comme excuse en attendant : Si vous rencontriez par hasard une erreur d’impression, veuillez la considérer comme intentionnelle. Notre maison souhaite satisfaire les goûts de tout le monde, or il se trouve toujours des gens pour désirer trouver des fautes.2
1.A.1.b - Lecture aisée des notes, sur le site.
Nous vous rappelons que vous pouvez faire très aisément une copie de cette page en tirant vers la droite le présent onglet avec le pointeur de la souris et ce en pressant en même temps CTRL.
Puis sur cette nouvelle page vous cherchez la signature : QJSIOJC, les notes suivent.
Ainsi, il ne vous reste plus qu’à passer, basculer du texte aux notes en cours de lecture.
Bonne lecture.
1.B - Ladite fratrie, sape, négation de la Famille !
Cher Sieur Luryio, nous avions écrit en ces documents précités : ce terme fratrie est purement luciférien, au moins dans l’acceptation actuelle !, vous aviez certainement bien remarqué notre au moins dans l’acceptation actuelle !
Vous allez voir maintenant que de fait nous avions plus que raison !, il ne s’agit pas d’une acceptation actuelle, mais carrément d’une invention et comme nous le disions : luciférienne !
Depuis bien longtemps, au moins 50 ans, mais maintenant comme jamais, tous les mots ou expressions, même si ils ne sont pas pervers à la base, en leur fabrication, sont tous détournés, et donc bel et bien ainsi pervertis ; aussi, avant de poursuivre avec fratrie, nous allons considérer le détournement d’autres mots ou expressions afin de nous familiariser à la décortication3.
1.C - Mots et expressions faussés, détournés, inventés.
1.C.1.a - Préalable à ce point, et rappels.
Pour commencer, nous allons rappeler ce que nous avons déjà cité en certains de nos documents :
→ Lénine, un des ennemis de tous les Hommes*, discoure, harangue : faites-le et cela se fera, dites-le et cela se dira !4
→ Lénine encore : Gardez les mots, videz-les de leur sens, gardez l’œuf, videz-le de sa substance. […] Ainsi il deviendra impossible à nos ennemis de communiquer avec nous !5
L’on vous pipeaute* un terme ?, l’on le vous susurre, le serine à flot continu ?, par ex. comme l’agitateur d’idées appelé FNAC, l’on le vous rabâche tel un leitmotiv ?, alors il est très hautement suspect !, recherchez s’il existait il y a 50 ans, et son ancienne définition, réfléchissez ! Les mots ont un sens, une âme nous pourrions dire, ils engendrent une émotion…, il ne sont jamais anodins !, dans le Bien ou dans le mal !
Pour cela en effet, il faut avoir au préalable fait taire depuis plusieurs mois :
→ cette perverse téloche laveuse de cerveaux, et tous les jeux électroniques abrutisseurs et tout aussi perfides ;
→ toutes vos femmes (mère et sœurs, épouse et filles) presque toujours sans cervelle et suivant si bêtement leur cocasse et bien mortifère sixième sens* ! ;
DP-06, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (II)…; point 6F1, L’intuition féminine, son 6ème sens, une gigantesque escroquerie !
→ et tous les bruits et bruissements extérieurs, brouilleurs !
Méditez !, méditez fenêtres fermées, ou à la campagne sous la voûte étoilée tel Adam, faites-le très honnêtement…, demandez avec insistance à votre Seigneur Dieu toutes les Lumières dont nous avons tous tant besoin, récitez cette prière que vous trouverez en fin : Venez, Esprit-Saint……
1.C.1.b - Et Le Salon Beige et Civitas, dits bons, font le travail de Lucifer !
Sans commentaire, uniquement avec des renvois, deux exemples parmi tant et tant d’autres :
1- Voyez Le Salon Beige copieusement féminisé et donc en pleine confusion mentale, qui prétend définir le mot Patrie, en ouvrant son dictionnaire luciférien audit mot matrie, même pas encore inventé, lui !, pour retranscrire l’esprit de cettedite définition derrière Patrie ! Vous y verrez, de même que vous allez découvrir que le mot fratrie est une pure invention malicieuse car n’existant pas, que le mot Patrie est vicieusement détourné, vidé de son sens, renversé !, révolutionné.
2- Voyez Civitas tout aussi féminisé et donc en une même confusion mentale, qui prétend que :
→ quelque chose de sacré est pire qu’une des plus horribles perversions : l’homosexualité ;
→ quelque chose de pour le moins naturel (union Homme-femme, même hors Sacrement de Mariage) est pire que la pire des contre-naturalités !
Ainsi, pas étonnant que le travail de destruction des méchants avance si facilement et si vite !, lorsque l’on voit lesdits bons travaillant ardemment et hardiment, de toute l’hardiesse des inconscients volontaires, à la sape des mots, des termes ou expressions !
1.C.1.c - Précision au sujet du sacrilège de Civitas.
Venant de parler d’eux, nous informons nos lecteurs que Civitas, et tous ses sacrilèges relais, n’a toujours pas du tout corrigé et dénoncé son crime, son sacrilège ; ce, bien que nous les ayons avertis de notre publication susdite. Civitas n’a fait que changer subrepticement son étiquette-slogan incriminée. Civitas, et Cie, est donc toujours dans le sacrilège, le péché mortel irrémissible* !, et ce quoi qu’en disent ces pervers de prêtres, ces cloaques d’impureté* qui sont certainement leurs mentors !
Pas d’accord les pervers ?, notamment des sectes FSSPX* et FSSP*, et FdlT* et Cie, pas d’accord les cloaques d’impureté* ?
→ nous médirions selon vous ?, alors ce que nous disons de vous est donc vrai !, et… nous devrions le taire ?
→ nous calomnierions selon vous ?, alors ce que nous disons de vous est donc faux !, et… nous devrions réparer ?
alors, dans l’un ou l’autre cas nous vous attendons toujours tout aussi sereinement que de pied ferme, ce dans le cadre de ce document : DP-07, Restaurer la dignité de la femme, par sa soumission (I) ; point DP-7E9b, Si nous devions avoir fauté…, couards !, loups qui avez peur d’être démasqués !
Vous allez certainement minauder, parfaits hypocrites tels des Raminagrobis* que vous êtes, afin de rassurer, ou plutôt d’endormir devrions-nous dire !, les Civitas et Cie, où Les Intransigeants qui viennent de réapparaître6, pour qu’ils puissent continuer à glisser sans heurt, bien sagement, vers leur réprobation éternelle…, que vous installez consciencieusement, fielleusement et déterminément en leurs pauvres Âmes immortelles faites de fait que pour leur Dieu seulement et ce pour l’Éternité, et qui coûtèrent, chacune d’Elles séparément, isolément et passionnément, ce qui est le plus bien vraiment possible tout le cas de le dire : tout le Très-Précieux Sang de NSJC !
1.C.1.d - Vous avez évidemment entendu aussi ces expressions :
→ Le faire bouger les mentalités, du reste presque toujours accompagné de vers plus de tolérance ;
→ Le changer le regard [sur un chose, un fait], et…, pourquoi doit-il changer ?, est-il oui, oui, ou non, non, bien ou mal, là doit être l’unique question !
Pour : est-il oui, oui, ou non, non, bien ou mal :
Notre-Seigneur Jésus-Christ (NSJC) : Je suis venu en ce monde pour rendre témoignage de la Vérité7. - Celui qui agit selon la vérité vient à la lumière8. - Que votre langage soit : Oui, oui ; Non, non ; car ce qu’on y ajoute vient du mal9. ;
→ Le faire tomber les barrières, ou faire tomber les tabous, c’est nécessaire selon eux, sauf…!, évidemment…!, au sujet de ce qu’ils nous disent être l’holocauste* du peuple déicide ! ; des ennemis de tous les Hommes qui commirent seuls le seul et véritable Holocauste : la mise à mort par crucifixion de NSJC ! Lisez cette annexe très importante et très instructive : Contradictions, mensonges des ennemis de tous les Hommes
Nous relisons ce document, le vendredi 14, et c’est justement la fête de l’Exaltation de la Sainte Croix ! Voir avec les réserves d’usage : Fête de l'Exaltation de la Sainte Croix.
Tout ce conditionnement, la téloche, le petit écran (comme… écran de fumé !), vous le rabâche ; et si vous ne la regardez pas, votre entourage bien conditionné qui la boit goulûment en est le relais bien fanatique en vous transmettant le ‛virus’. Si vous réagissez si peu que cela soit au conditionnement direct ou indirect, vous êtes immédiatement déclaré associable, ennemi du peuple comme l’on disait chez les commissaires du peuple de la feue (si peu, si peu !) URSS !
Voici donc quelques expressions ou slogans bien mortifères, lucifériens au point suivant.
1.C.2 - Expressions : famille recomposée, famille monoparentale, parent isolé.
Pour toutes ces expressions, il fallut attendre les années 1970, voire même 1980, mais guère avant, pour voir leur géniale (du génie Lucifer) éclosion !, vérifiez !
1.C.2.a - Acceptation mensongère de : Famille recomposée.
La famille recomposée, comme l’on l’entend maintenant, c’est unedite Famille formée avec des morceaux de Familles, ou plutôt des éléments éparts de Familles détruites, décomposées préalablement et qui sont agglutinés au sein d’un CDD, d’un Contrat (lorsqu’il y en a un !) à Durée plus que Déterminée , soit jusqu’au premier changement de marotte, d’humeur ; mais non une Famille !
Ce du reste avec des enfants qui viennent de-ci ou de-là, et même parfois l’on ne sait d’où, et qui forment un fatras tout à fait hétérogène, hétéroclite appelé justement dialectiquement : la fratrie !
La famille dite recomposée est une famille extrêmement décomposée, un tas de fumier de Lucifer, un assemblage en un seul tas de différentes déjections de Satan.
Un site, parmi tant d’autres, dit que les familles recomposées bousculent les schémas traditionnels de la famille, ainsi donc ils reconnaissent que la famille dite recomposée est la négation de ce qui est traditionnel (plus de 6’000 ans !), naturel, et donc que c’est effectivement révolutionnaire, luciférien !
Ladite famille recomposée est un amalgame de décompositions, soit unedite famille plus que décomposée !, car évidemment, il devient bien difficile de véritablement recomposer la vraie Famille si l’on a été papillonner ailleurs :
→ pour la femme, et que les mauvais hurlent tant qu’ils le veulent, cette recomposition est en principe irréalisable, en effet elle s’est retrouvée ainsi ensemencée par une ou des semences autre(s) que la seule légitime : celle de son Époux !
→ pour l’Homme, il Lui suffit de sérieusement regretter et de s’amender, et de chercher à saintement recomposer sa Famille comme nous allons le voir maintenant !
1.C.2.b - Acceptation vraie de : Famille recomposée.
La Famille, c’est un Homme ayant choisi une femme vraiment libre de toutes attaches qui lors de son Oui valide le Sacrement de Mariage que l’Homme lui a proposé !, c’est, non un CDD, mais un CDI !, un Contrat à Durée Indéterminée, et donc irrévocable : jusqu’à ce mort vous sépare !, donc pas même unedite séparation de corps !
En complément : DP-04, Le Mariage, définition, célébration, règles et usage… ; tout le point : 4B, Le Mariage naturel, définition et caractéristiques.
Pour : jusqu’à ce mort vous sépare :
Ajouté en la Saint Jules, le samedi 12 avril 2014 :
De fait, pour répondre à une inquiétude légitime dont notre Sieur Luryio nous a entretenue privément, nous devrions développer ce point qui formulé bien raccourciment10 ainsi : jusqu’à ce mort vous sépare !, est inexacte, mais correspond bien au rabâchage nullement innocent des Ecclésiastiques de l’Église Catholique qui accaparèrent scandaleusement le Sacrement de Mariage, ce au lieu d’œuvrer à ce que l’Église en fut et en soit le Champion de Sa défense !
Prudentiellement, nous aurions donc dû écrire : jusqu’à ce qu’au moins mort vous sépare !
Après mûres réflexions et bonnes discutions avec notre Sieur Luryio et d’autres interlocuteurs bien sérieux, nous pouvons, et cela devrait être développé, dire que les époux, légitimes donc, ne seront jamais séparés par la mort !, ce qui du reste ne pose aucun problème pour le survivant des deux :
→ Si c’est la femme, veuve comme l’on dit improprement donc, elle ne peut se remarier comme le dit bien pusillanimement11, timorément12 (toujours une même imprécision si dommageable, voire coupable !) Saint Paul, et comme le prouverait notre développement que nous pourrions faire.
→ Si c’est l’Homme, et ce comme nous l’avons déjà copieusement laissé entendre, et comme nous pourrions encore plus le définir, Il peut sans problème S’octroyer, S’adjoindre une seconde épouse, puis une... ; et ce donc du vivant ou pas de Sa première épouse !
Une vraie Famille recomposée est une Famille qui a subit un drame conjugal, dont nous vous le rappelons la femme est la seule et unique responsable (80% directement, initiatrice – 20% indirectement, instigatrice), et dont cette femme s’est réconciliée, ravigotée avec son Époux. Nous pouvons alors dire qu’elle a réactivé son Sacrement de Mariage, qui n’a du reste jamais cessé d’exister.
1.C.2.c - Mensonges : famille monoparentale, et parent isolé.
Ô mon Dieu, ils sont si bêtes qu’ils ne s’entendent même plus parler !
Une Famille est formée d’adultes, un Homme et une (ou plus) femme(s) !
Une famille monoparentale, serait une famille qu’avec un seul ‛parent’ !, et…, la semence vient d’où (Mâle) ?, ou.., quelle est le jardin fermé* (femelle) ayant accueilli cette semence ?
Baliverne que ladite famille monoparentale !
Dans le bien, s’il n’y a qu’un adulte :
→ C’est une Famille : un veuf élevant seul et courageusement Ses enfants.
→ C’est une Famille : un pauvre Époux qui fut abandonné par son épouse, avec en plus peut-être une séparation-divorce sur la tête, et qui élève seul et très courageusement Ses enfants.
→ C’est une Famille : une veuve fidèle élevant seule et courageusement les enfants de son Époux.
→ C’est une Famille : un oncle seul ou marié, etc., élevant (adoption ou tutelle) les enfants de leur Père.
→ Etc.
Dans le mal, s’il n’y a qu’un adulte :
→ Ce n’est pas une Famille : une pauvresse de fille-mère, qui élève courageusement, espérons-le dans un esprit de réparation de son crime, le(s) enfant(s) qu’elle eut en faisant tomber un (des) Homme(s) dans ses filets. À tout péché miséricorde !
→ Ce n’est pas une Famille : une pauvresse de femme qui a très scandaleusement largué son Époux par une séparation-divorce et élève seule et très scandaleusement les enfants de Celui-ci après les Lui avoir volés avec l’aide irremplaçable de l’injustice, ladite Justice !, et ce afin qu’ils deviennent de bons petits ‛refoulés’ (invention freudienne, juive que ce terme !), et très souvent pour le moins féminisés, dévirilisés physiquement et surtout intellectuellement, voire même carrément efféminés !, de braves petits spécialistes de la reptation devant au moins les femmes, soit de beaux petits Flambys plus mous que les originaux, comme le Flamby-Président de la Flanbytrie, ladite France…
Quel contraste entre ces mollusques et ces rudes pères de famille à l’autorité absolue et incontestée, gardiens fidèles de leur gens, totalement dévoués au service de la chose publique ; et à leurs côtés vous les avez vues, noblement soumises, ces matrones irréprochables, consacrées aux soins de leur maison.
DP-11, Les épreuves, tribulations et afflictions, l’Espérance (II) ; point 11C11, Et bien que Pie XII nous soit pas si cher, voici un bon texte :
1.C.3 - Expression : faire bouger les mentalités.
C’est vraiment n’importe quoi !, le but est-il de bouger ?, et alors, bouger dans quel sens ?
→ Pourquoi ne pas faire bouger les mentalités vers le refus total, non pas dudit mariage homosexuel, çà c’est trop peu faire bouger les mentalités !, mais vers le refus total de voir vivre en nos citées ou campagnes de tels pervers afin de ne point finir comme Sodome !, de ne point être engloutis avec eux dans des déluges de feu qui somme toute sont à nos portes !
Paris (mais aussi toute la France avec ses nouvelles lois ‛spéciales pervers’ qui se profilent à l’horizon, et ce comme toutes les diverses sociétés de quelque ordre que ce soit) !, nous t’avertissons solennellement !, tremble !, tremble fort à cause du maire (entre autres) que tu as placé à ta tête, le fol Bertrand Delanoë dit Maire de Paris !, tes jours sont plus que comptés !, tes bons doivent le chasser si si loin, ou doivent partir urgemment et sans se retourner comme Loth pour se sauver et sauver leur Famille ! Paris (et France et Cie), nous t’avons averti !
→ Pourquoi ne pas faire bouger les mentalités vers le refus total de la séparation-divorce, ou de la contraception-avortement, çà au moins c’est un bon faire bouger les mentalités !
En Vérité, notre site est de fait est un très bon faire bouger les mentalités !, vers le Vrai, le Beau et le Bon !
Nous profitons de ceci pour nous faire le relais d’un bon article : Le bûcher des homophobes ! Certes il est bien perfectible, mais la direction est bien bonne, afin de ne pas surcharger ici, veuillez lire cette annexe : Le bûcher des homophobes, sachez que selon le faire bouger les mentalités, c’est un bon départ, bien qu’il reste du chemin à faire : vers la réformation !
Voulez-vous remarquer que le faire bouger les mentalités est, évidemment, pour ‛eux’, à sens unique, soit vers toujours plus de permissivité, de perversions ?
-Permissivité, subst. fém.Non-directivité radicale impliquant la suppression de toute autorité, de toute contrainte (d'apr. Leif 1974).
Le but n’est pas de bouger, comme l’on le fait déhanchément* dans les discothèques du Maître de ce monde, Lucifer qui les fait danser sur le bord friable du gouffre éternel, mais de rechercher la Vérité, et pour ce de se former afin de pouvoir l’atteindre ; ou, de réformer ce qui a été perverti ! ; c’est ce que nous faisons passionnément en ce site au sujet de la Famille, du Sacrement de Mariage, entre-autres ; et que quiconque peut imiter afin de réformer toutes choses en Notre-Seigneur Jésus-Christ (NSJC) qui a dit : Voici, Je vais faire toutes choses nouvelles.
DP-10, Les épreuves, tribulations et afflictions, l’Espérance (I) ; point 10C3, Voici, Je vais faire toutes choses nouvelles…
Savez-vous pourquoi le mur de Berlin est tombé ?, certes pas pour ceux de l’est, mais pour nous, l’ouest !, voyez :
→ pour ceux de l’ouest, la téloche, terreur intellectuelle, boîte à mensonges de Lucifer, chère petite machine personnelle que les ennemis de tous les Hommes* ont installée dans toutes les maisonnées à la place de l’Autel familial, et qui traite si joliment et sans douleur apparente les cerveaux en y déversant sa soupe nauséabonde à longueur de journée, lave aussi bien que…
→ pour ceux de l’est, qui subirent la terreur physique des ennemis de tous les Hommes*, par leurs procès publics pour débusquer les propriétaires terriens dits accapareurs et lesdits ennemis du peuple, par leurs caves ruisselantes de sang et de cris lors d’interrogatoires si convaincants, et dans le meilleurs des cas ses charmants camps forcés dedite rééducation.
Le mur de Berlin est tombé parce qu’il n’y avait plus de différence entre l’est ou à l’ouest où nous étions arrivés au même état de décomposition, ce par deux chemins parallèles :
→ à l’est : par la terreur intellectuelle et physique des commissaires du peuple pour le compte de ‛eux’ ;
→ à l’ouest : par la terreur intellectuelle (et physique) de la téloche et autres médias pour le compte de ‛eux’ aussi.
La terreur des ennemis de tous les Hommes* à l’est était (est) le faire bouger les mentalités que la téloche des mêmes ennemis de tous les Hommes* réalisa (réalise) à l’ouest !
Au sujet des ennemis de tous les Hommes :
→ Voici ce que dit Saint Paul : Car, frères, vous êtes devenus les imitateurs des églises de Dieu, qui, en Judée, sont à Jésus-Christ, puisque vous avez souffert, vous aussi, de la part de vos concitoyens, les mêmes choses qu’elles ont souffertes aussi de la part des Juifs, qui ont tué même le Seigneur Jésus, et les prophètes, et qui nous ont persécutés à notre tour ; qui ne plaisent point à Dieu, et qui sont les ennemis de tous les hommes ; nous empêchant de parler aux gentils [téloche ou camps de rééducation !] pour qu’ils soient sauvés, afin de combler en tout temps la mesure de leurs péchés ; car la colère de Dieu est arrivée sur eux définitivement.13
→ Lisez !, lisez notamment Deux siècles ensemble (1795-1995) d’Alexandre Soljenitsyne  !, vous n’en reviendrez pas !, et pourtant, il y allait mollo14 !
→ Lisez 2000 ans de complots contre l’Église que vous trouverez ici : Livres & sources.
→ Recherchez bien dans le Nouveau Testament que vous trouverez ici : Livres & sources, les termes qui nous pouvons éventuellement développer : synagogue de Satan*, race de vipères*, sépulcres blanchis*pleins d’ossements de morts et de toute sorte de pourriture*, race de vipères*, etc., etc., etc !
1.C.4 - Expression : Aller vers plus de tolérance.
Le aller vers plus de tolérance est le jumeau malicieux du faire bouger les mentalités.
Comme nous allons le faire pour le mot fratrie, ouvrons le dictionnaire, non pas celui de Lucifer !, évidemment, mais le Bon !, ou du moins le moins mauvais maintenant…
Que veut dire tolérance* ?, voici : -Tolérance : Fait de tolérer quelque chose, d'admettre avec une certaine passivité, avec condescendance parfois, ce que l'on aurait le pouvoir d'interdire, le droit d'empêcher.15
Voici par exemple une honnête tolérance : J’ai mal aux dents, le dentiste ne peut me prendre avant deux heures d’ici, pendant ce temps je tolère, supporte mon mal !
Tolérer, c’est supporter un mal dans l’attente de pouvoir l’éradiquer totalement, par ex. : aujourd’hui, l’heure de la vengeance de Dieu n’étant point encore, et n’ayant point de Pouvoir de Lui pour les éradiquer radicalement, nous sommes bien obligés de tolérer ces pervers, les homosexuels, l’homosexualité !, çà, c’est tolérer !
Mais tolérer, ce n’est certainement pas d’accepter de taire leur perversion, la Vérité, et pire de promouvoir de tels pervers !
Quel aveu du reste : ils nous demandent de tolérer !, ainsi donc ils avouent bêtement que c’est mal, en effet, personne ne se demande s’il faut tolérer le bien : Sacrement de Mariage, etc. !
Voyez-vous, le aller vers plus de tolérance, comme le faire bouger les mentalités, c’est de fait promouvoir forcenément16 le mal, de forcer à l’accepter puis à le faire ; c’est promouvoir le mensonge, la perversion, c’est forcer à la transgression* de la Loi de ce Dieu d’Amour.
Transgresser !, encore un slogan luciférien : oser transgresser*, et oser la transgression* !, recherchez en notre site : ose(z/r), transgress(er/ez/ion) !
Il faut aller vers plus de tolérance ?, alors, pourquoi en parallèle toutes ces lois de plus en plus liberticides ?, notamment au sujet de ladite homophobie ?,
La tolérance pour eux est évidemment toujours à sens unique, pour le mal mais jamais vers le Bien : L'intolérance à l'égard des défenseurs des principes est, avec la tolérance pour les patrons de l'erreur, un des symptômes les plus caractéristiques de la contagion libérale. (R.P. Ramière)
Voici une assez bonne tolérance : Saint Louis Roy de France toléra, eh oui quelle faiblesse nous en convenons !, les maisons closes, les maisons de tolérance, mais que hors les murs des villes !, lisons :
Louis IX essaie dans un premier temps d'interdire la prostitution par une ordonnance de décembre 1254. Pour se faire, le décret royal prévoit de punir les personnes prostituées(4) et les proxénètes(5). Seulement, face à l'impossibilité d'appliquer ce décret, une seconde ordonnance de 1256 va faire jurisprudence en Europe pour réglementer la prostitution: les "ribaudes" sont reléguées hors des murs de la cité et loin des cimetières, des églises, des lieux saints et des lieux de rassemblement.17
4) "Item soient boutés hors communes ribaudes tant des champs comme des villes et faites monitions ou défenses, leurs biens soient pris par les juges des lieux ou par leur autorité et si soient dépouillées jusqu'à la cote ou au pélicon" in "Les chrétiens et la prostitution" Charles Chauvin. Cerf, 1983. p.31
5) "Qui louera maison à ribaude ou recevra ribauderie en sa maison, il soit tenu de payer au bailli du lieu ou au prévôt ou au juge autant comme la pension vaut en un an." Charles Chauvin. Cerf, 1983. p.31
1.C.5 - Expression : faire évoluer les mentalités.
Voyez-vous, lisez leur plan satanique : il faut faire évoluer la formation de tous les professionnels de la petite enfance pour les sensibiliser à la question.18
Et ladite évolution, c’est quoi ?, nous direz-vous, c’est : faire comme la crèche Bourdarias de Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis [qui] ne fait pas la différence entre filles et garçons.19
L’évolution luciférienne des mentalités amènera fatalement, ensuite, rien que dans quelques temps, au tronquage physique de tous les petits garçons, en-bas ; et de toutes les petites filles un peu plus tard, vers le haut !
La folie de l’indifférenciation !, ce rien que pour luter, se révolter contre le Seigneur Dieu, contre la divine différenciation du Seigneur Dieu, ici, rien qu’ en la question des sexes : Dieu créa donc l’homme à Son image ; Il le créa à l’image de Dieu, et Il les créa mâle et femelle. (Gn 1,27)
Idem du reste pour les races, non créées et non voulues, mais permises, comme punition…
Énigme : Permettre ce n’est pas vouloir, mais vouloir !
1.C.6 - Expressions : autour de vie, vivre.
Nous ne les développerons pas, cela en devient lassant et long pour tous :
→ le refaire sa vie, comment ?, là il faut nous l’expliquer, en effet comment rembobiner le fil afin de pourvoir renaître !
→ le vivre sa vie, incompréhensible, indécomposable, à quand le vivre la vie d’autrui ?, ou de son chien ?
→ le vivre ses projets, venez vivre vos projets en notre zone industrielle, comme le placardent certaines villes !
→ le vivre ensemble, qui du reste n’est pas pour ce qui doit vivre ensemble !, tel un Époux et Son épouse qui ne peuvent être séparés, et que ‛eux’ s’ingénient à en faire un vivre séparément ; mais c’est pour ce qui ne peut pas vivre ensemble, tels : les races, ou peuples trop distincts (religion, coutume, éducation, etc.), ou pire ce qui ne doit pas vivre ensemble tels : les pervers contre-nature (homosexuels), ou les humains et les animaux (zoophile), etc. !
→ les etc., etc., etc.
1.C.7 - Mots creux, vicieux, etc.
Nous ne pourrons les passer tous en revues sans nous détourner de notre propos qui est le mot fratrie, écoutez-les, apprenez à les détecter, décortiquez-les, et ils vous montreront toute leur malice !
Par ex. les mots vicieusement utilisés :
→ Questionner : ils arrivent, les pauvres, à questionner un budget, questionner un roman, questionner le questionnement (réel !), questionner le millimètre, questionner le contexte, questionner le racisme (mais surtout pas holocauste !, attention, sauf dans ledit bon sens), questionner le travail, questionner le discours, questionner le tourisme rural, questionner la pendule, questionner le temps qu’il va faire, etc., etc., etc. !
Vous nous croyez pas, recherchez sur internet !, cela vaut le déplacement…
Nous, nous nous voudrions bien vous voir devant le comique de la chose : Budget… !, vient ici que je te questionne, réponds-moi franchement, es-tu sincère en tes lignes, tes chiffres ?
→ S’inviter : par exemple les journalistes voient régulièrement la pluie s’inviter sur le court de tennis !, idem, etc., etc., etc. : Bonjou…r, je suis la plui…e (comme disent ces présentateurs efféminés aux informations météo ou autres de certaines chaînes), est-ce que je peux venir ?
→ Etc.
1.D - Venons-en enfin au mot luciférien objet de cette réponse : fratrie !
1.D.1 - Ouvrons au préalable des dictionnaires, consultons certains sites.
1.D.1.a - Centre National de Ressources Textuelle et Lexicales (CNRTL).
Le dictionnaire, Académie 9ème édition :
-Fratrie : XXe siècle. Dérivé savant du latin frater, « frère ». DÉMOGR. L'ensemble des frères et des sœurs d'une même famille. Une fratrie de quatre enfants. • On ne doit pas confondre Fratrie et Phratrie, dont l'origine et la signification sont complètement différentes.20
1- Le dérivé savant, ici, veut dire le dérivé tarabiscoté !
2- Ce dérivé savant, tarabiscoté, fut lancé depuis les gouffres sulfureux, les enfers, au XXe siècle. De fait, comme nous allons le voir plus loin : à la toute fin de ce siècle, vers les années 80 !
C’est pour le dérivé savant, le on ne doit pas confondre et le XXe siècle que nous avons commencé par cette définition.
Cher Sieur Luryio, nous pensons que vous devez être jeune, moins de 30 ans certainement, faisons-nous erreur ?, aussi, ce mot fratrie n’ayant pas plus de 32 ans, il a votre âge, il est même votre aîné. Aussi donc, nous ne serions point étonnés si vous nous disiez l’avoir toujours entendu, et ce évidemment dans le sens pervers qu’il ne peut qu’avoir et que nous allons découvrir ensemble.
Gardons bien sous le coude que l’on ne doit pas confondre Fratrie et Phratrie !, ce qui veut dire en bon français qu’ils n’ont pas du tout la même signification !
1.D.1.b - Petit Larousse en couleur, édition 1972.
Nous sommes donc dans les années 1970 !, n’est-ce pas ?
Nous cherchons fratrie, et à la page 393, 2-3ème colonne, nous trouvons : , Frasque, Fraternel, Fraternellement, Fraterniser, Fraternité, Fratricide, Fraude, , mais point fratrie !
Or, sachant que Phratrie existe, nous sommes aller voir la page 696, bas de la 2ème colonne, où nous l’avons trouvé :
-Phratrie : Antq. gr. Subdivision de la tribu. || Dans une société hiérarchique, réunion de plusieurs clans, le plus souvent totémiques.
Ainsi donc, la Phratrie est une ensemble, la réunion de plusieurs clans, mais pas d’enfants !, soit la réunion (Phratrie) d’une réunion (clan) d’Hommes !
1.D.1.c - Le Petit Robert – édition 1967.
Nous cherchons fratrie, et à la page 746, 1ère colonne, nous trouvons : , Frasque, Frater, Fraternel, Fraternellement, Fraternisation, Fraterniser, Fraternité, Fratricide, Fraude,, mais toujours point fratrie !
Et, sachant toujours que Phratrie existe, nous sommes aller voir la page 1296, 2ème colonne, où nous l’avons trouvé :
-Phratrie : n. f. (1842 ; phratriarque « chef d’une phratrie » », XVIIIe siècle ; gr. Phratria). 1° Antiq. gr. Division de la tribu chez les Athéniens. 2° Sociol. Groupe de clans, dans une tribu ou un groupe de tribus. Les phratries sont généralement fondées l’exogamie.
Là encore, la Phratrie est une ensemble, un groupe de clans, dans une tribu ou un groupe de tribus, mais pas d’enfants !, soit la réunion (Phratrie) d’une réunion (clan ou tribus) d’Hommes !
1.D.1.d - Regardez bien la malice en action du CNRTL.
Le CNRTL, nous disait plus haut que l’on ne doit pas confondre Fratrie et Phratrie, dont l'origine et la signification sont complètement différentes.
Or, voyez donc vous-même, en une seule et même définition, ce qu’ils définissent ensemble et donc en pleine contradiction interne : -PHRATRIE, FRATRIE, subst. Fém.21
Ils ont vicieusement associé les deux mots sur une même définition, PHRATRIE, FRATRIE, afin de les faire confondre !, alors qu’eux-mêmes nous disait plus haut : Fratrie et Phratrie, dont l'origine et la signification sont complètement différentes.
Comment peuvent-ils donc définir deux mots que l’on ne doit pas confondre Fratrie et Phratrie, dont l'origine et la signification sont complètement différentes, sur une seule définition ?, CNTRL trompeurs !, CNTRL menteurs, CNTRL malicieux !
Puis le CNTRL, dit, toute honte bue, dans la confusion la plus totale donc, que :
Le dictionnaire, TLFI :
Et ce sans savoir s’il définit phratrie ou fratrie : -1. DÉMOGR. Ensemble des frères et soeurs d'une même famille.
Et ce toujours sans savoir s’il définit phratrie ou fratrie : -2. ETHNOL. ,,Groupe formé de plusieurs clans dont les membres se considèrent comme liés les uns aux autres par une règle de filiation unilinéaire`` (Banque Mots 1974 no8, p.143).
Confusion satanique quand tu nous tiens !
Reprenons, le CNTRL nous dit que ces deux mots n’ont rien à voir et ne sont pas à confondre, et dans le même temps il les définit ensemble par deux points indistingués22 et indifférenciés !
1.D.1.e - Continuons à découvrir leur définition de fratrie.
Cairn.info (chercher, repérer, avancer) dit : Dès le début du XXe siècle, la famille a fait l’objet de recherches. Il a fallu attendre néanmoins la fin du XXe siècle pour voir les premiers travaux réalisés sur la fratrie.23
Cairn.info nous dit bien dès le début du XXe siècle !, soit qu’au début de ce siècle, desdits chercheurs (objet de recherches) se penchent sur la Famille !, pauvres types, l’on devine pourquoi ! Pourquoi ?, eh bien voici, pour enfin inventer notamment fratrie à la fin du XXe siècle, soit, vous en conviendrez, pas avant les années 1980 !
1.D.2 - Qui conçut ce mot fratrie ?, les ennemis de tous les Hommes !
Devant une si grave accusation, avançons par étape, Regardons ce qui se dit de-ci de-là…
Pour le Ennemis de tous les Hommes, voir : CN-2010-14, Hommes, ils Vous ont rééduqués afin de Vous dépouiller entièrement !
1.D.2.a - Devoir de philosophie.com.
Le Devoir de philosophie.com dit : FRATRIE (sib, sibling : vieux mot signifiant parent ou apparenté): Mot dont se servent les psychologues et les sociologues pour éviter d'avoir à entrer dans le détail des frères et soeurs du sujet.24
De dire vieux mot signifiant parent ou apparenté, est particulièrement mensonger, en effet, comme nous venons de le voir en les dictionnaires :
→ Premier mensonge : fratrie n’est pas un vieux mot, en effet il n’exista que pour des détraqués et que vers la toute fin du XXème siècle !
→ Deuxième mensonge : phratrie, existait en effet, mais ne voulait certainement pas dire parent ou apparenté comme les dictionnaires viennent de nous le confirmer !
Mais ce n’est pas pour cela que nous avons pris ce texte, texte écrit par une pauvresse de Justyne du reste (et après l’on nous parlera d’intelligence féminine !), semble-t-il, poursuivons-le : Mot dont se servent les psychologues et les sociologues.
La psychanalyse, et tous les compères en ‛logues’, a, mais qui le dit encore maintenant ?, été condamnée par l’Église (La véritable, évidemment, par L’éclipsée*.), car démoniaque. C’est une gigantesque imposture !, vérifions cela !
1.D.2.b - La psychanalyse et ses compères, une gigantesque imposture !
Pour vous en convaincre, lisez !,
→ lisez Pierre Debray-Ritzen, La psychanalyse cette imposture, chez Albin Michel.
→ Lisez aussi Le livre noir de la psychanalyse25 qui est un corpus d'articles publié sous la direction de Catherine Meyer, condensant des critiques émanant de plusieurs auteurs et reprenant notamment les critiques des Freud scholars formulées depuis les années 80.26
→ Lisez Le rôle joué par Freud dans notre possession satanique, et qui vous révélera que Freud était un obsédé sexuel, un pervers et promoteur de mœurs contre-nature (Homosexualité, zoophilie, etc.), bien possédé par son Maître Lucifer, car faisant partie de la Synagogue de Satan* ; que toute sadite œuvre, la psychanalyse et ses malicieux dérivés (ladite psychologie, ladite sociologie, etc.), fut uniquement inventées pour laver le cerveau des Chrétiens en premier, mais aussi de tous les goys !
Lisez Le rôle joué par Freud dans notre possession satanique en cette annexe si vous le voulez : Le rôle joué par Freud dans notre possession satanique
→ Voici aussi un résumé d’un commentateur externe, Kain : La culture moderne est contrôlée par une secte satanique, dont le but est de dégrader et asservir l’humanité. Nous avons été trompés au nom de la science et de la médecine.27
1.D.2.c - Les termes maintenant sont ou inexistants ou chargés de mensonges.
Tous les mots ou termes maintenant, et que ce soit dans leur élaboration laborieuse (souvenez-vous du dérivé savant !) comme fratrie, ou dans leur nouvelle acceptation (redéfinition, manipulation), sont ou carrément menteurs ou positivement porteurs de ‛messages subliminaux’, ils provoquent la réactivation du conditionnement ambiant.
Tout !, les termes (mots, expressions manipulatrices, etc.), mais aussi la médecine, l’information, la culture , l’enseignement, la politique, etc., est orienté, manipulé par le Maître de ce monde et ses suppôts terriens au premier rang duquel se trouve le peuple ‛désÉlu28’ par le Seigneur Dieu Lui-même, la Synagogue de Satan* !
Ayant donc bien vu que le mot fratrie n’existait pas avant les années 80 !, ayant tout aussi bien vu qu’il fut laborieusement insufflé par des lucifériens qui détournèrent le mot phratrie ayant une toute autre définition, rappelez-vous le On ne doit pas confondre Fratrie et Phratrie…, poursuivons :
1.D.3 - Nous ne sommes pas d’un groupe, mais d’une lignée !
Nous, comme tout un chacun :
→ Nous n’appartenons pas à un groupe, un ensemble, un fatras, ou fratrie !
→ Nous appartenons à notre Père qui est sur terre, à une lignée ; nous sommes d’un lignage ; au Père de notre Père, et donc en remontant à Adam.
→ Nous appartenons surtout à notre Dieu !, notre Père qui êtes aux cieux
De Dieu, nous sommes les enfants et non une fratrie, nous fils de Dieu par la création et surtout par l’élévation de toute l’humanité à la cohérité du Fils de Dieu qui nous est proposée, et que nous sommes dramatiquement libres de l’accepter et d’y correspondre ou de la refuser en nous révoltant !
Nous sommes Frères, nous les Hommes, du Fils de Dieu, enfants du Seigneur Dieu, mais non en fatras d’Hommes. Notre définition ainsi, est enfants de Dieu !, ou enfants d’une Famille élevée à la divinité par cette cohérité proposée, mais non fratrie de Dieu !
Le référant est non le groupe anonyme, l’amalgame forcément manipulable car sans lignée, séparé de sa ligne conductrice ; mais : le Père qui est sur terre, l’Engendreur ; ou, le Père qui est aux Cieux, le Créateur !
Faites-vous partie d’une fratrie, ou d’une Famille ? ; d’un congloméra hétérogène, hétéroclite et horizontal, ou d’une lignée, une filiation, une verticalité ?
1.D.3.a - Ladite fratrie est la négation d’un référant.
Ladite fratrie ce n’est même pas des orphelins, c’est : rien ! ; en effet, l’orphelin a un référent, son Père mort ! Il est impossible de comprendre unedite fratrie qui… viendrait d’où au fait ?
Ladite fratrie est à la génération spontanée d’enfants ce qu’est ledit big-bang à leurdite création du monde :
→ Ladite fratrie est la négation d’une filiation : moi et mes frères et sœurs sommes les enfants de notre Père
→ Le big-bang est notamment la négation d’une autre filiation : moi en tous les autres humains sommes les enfants de Dieu !
Ladite fratrie est la négation de l’individu qui est noyé dans une masse, un groupe, un fatras :
→ diriez-vous : moi et ma fratrie ?, non !, en effet, il n’est alors notamment pas possible de savoir si vous parlez de vos propres enfants, où des enfants de votre Père !
→ vous diriez : moi et mes Frères et sœurs !
Vous pourriez alors dire pour essayer de distinguer :
→ moi et la fratrie de mon Père !, mais alors vous n’êtes pas plus avancé, vous êtes devant le même problème : s’agit-il de Ses enfants, ou de Ses Frères et sœurs ?
Idem, le Père, parlant de ses enfants :
→ dit-il : voici ma fratrie ?, et alors dans ce cas-là s’agit-il de ses propres Frères et sœurs, ou de ses propres enfants ?!
→ ou bien dit-Il : Mes enfants, Ma progéniture ?!
Nous ne sommes pas tous frères (sauf dans le sens strictement chrétiens, voir ensuite), mais enfants d’un Père, et cousins d’autres enfants, ou voisins, ou allant à la même école, etc.
1.D.3.b - Ladite fratrie est le dé-lignage des enfants.
Ladite fratrie est la considération d’enfants amalgamés en un groupe, ce en opposition à des enfants faisant parti d’une lignée, d’un lignage29, d’une Famille : enfants de la Famille Unetelle ; ou plus précisément, véridiquement : enfants de Sieur Untel !
Vérifions cela…
Volonté de détacher les enfants d’une Famille, en considérant le groupe seul, ladite fratrie, distingué dialectiquement du groupe parents : Lorsqu’elle met en cause un enfant, la question de la vie familiale se pose d’une part dans les relations entre un adulte et un enfant et d’autre part dans les relations des enfants d’une même fratrie.30
Vous aurez remarqué que ces pervers disent, mais en premier, pourquoi regardent-ils en la Famille ?, ces voyeurs, violeurs de l’Autorité sacrée et tout aussi infrangible* qu’inaliénable*, inamissible* qu’inabdicable* de l’Époux-Père :
→ ils disent : d’une part dans les relations entre un adulte et un enfant,
→ au lieu de : d’une part dans les relations entre les parents et leur enfant.
Ainsi donc ils ont nié bien intentionnellement une filiation, l’existence du Père notamment !
Vous noterez que lorsque ledit mariage de pervers et ladite adoption d’enfants par eux (vol caractérisé d’enfants !) seront dits légaux, pas un mot ne devra être changé !, tout est de fait déjà très bien en place ! ; ils pourront tout pareil débiter leur même jargon luciférien : d’une part dans les relations entre un adulte [à ce moment là un homosexuel] et un enfant [sans lignée, volé].
Poursuivons, car tout est en place pour la totale subversion, ensuite ces pervers disent : les relations des enfants d’une même fratrie. Pourquoi ne disent-ils pas : les relations des enfants d’une même Famille ?, parce qu’ils avaient déjà préparé le terrain pour lesdites familles recomposées, les extrêmement décomposées, et le collage des pervers, ledit Mariage homosexuel.
Nous devons constater que la simple prononciation du sain (et saint du reste de par son fondement : le Sacrement de Mariage) mot Famille leur fait le même effet que l’eau bénite sur les démons !, ils hurlent, crient au moyen-âge*, etc.
→ Le des enfants d’une même fratrie est une considération horizontale des enfants ainsi déconnectés diaboliquement d’une lignée, d’une Autorité, afin, étant indépendants mais finalement non autonomes, de permettre au pouvoir occulte, ce par les commissaires du peuple, de mettre la main sur cet amalgame, ce fatras d’enfants devant être ‛protégés’, car… etc.
Certains commissaires du peuple de nos contrées :
- lesdits Juges et avocats auxdites affaires familiales, notamment, presque exclusivement femelles (Justice féminisée*) pour les besoins de la subversion !, pesant (charges et jugement) contre-naturellement des Hommes !
- les assistantEs socialistes ditEs socialEs, rien que des femelles la bave à la lèvre, toujours bien enférocées* contre l’Homme en général et surtout contre l’Époux déclaré dialectiquement violent et/ou violeur, etc.
- les gendarmes gros-bras bien prêts à intervenir pour protéger les gendarmettes qui sont en avant uniquement pour humilier l’Homme.
- les psychiatres et autres tordus du même tonneau.
→ Tandis que des enfants d’une même Famille est une considération verticale de ceux-ci, et les relies donc à une lignée à travers un Père, seul responsable de ces, Ses enfants.
Le groupe fratrie étant autonome, car dissocié des parents, ceci lui ouvre donc des droits opposables en premier à ses parents, dit groupe des adultes.
Et qui doit ‛protéger’ les droits du groupe fratrie ?, évidemment ledit État paravent du pouvoir occulte, les ennemis de tous les Hommes*, qui haïe en tout premier et au plus haut point la base de toutes les sociétés de quelque ordre que ce soit : la Famille !, et en premier en Elle, son unique base et pivot, son unique raison d’être : l'Époux-Père !
Cette ingérence monstrueuse est appelée dans leurs officines sulfureuses du maître de ce monde, Lucifer: « La notion d'intérêt supérieur de l'enfant » (Enfants confiés, enfants placés : défendre et promouvoir leurs droits)31.
Voilà le pourquoi de l’invention malicieuse du mot fratrie !
Une notion d'intérêt supérieur ?, supérieur à quoi ?, décrété par qui ?, pas par le Seigneur Dieu en tous les cas !
1.D.3.c - Ladite fratrie est un pot pourri d’enfants sans lignée !
Ladite fratrie est une agglutination d’enfants venant de-ci de-là, d’un lit, d’une coucherie, d’un échangisme avec ou sans pseudo contrat, ladite famille recomposée, etc.
Voyez-vous, cher Sieur Luryio, dans ladite fratrie rentre immanquablement, forcément la petite fille de sa compagne (l’on utilise ce terme compagne ou concubine par opposition à épouse) du moment dont on a hérité avec celle-ci, et dont on est bien obligé de s’occuper… une fratrie est un fatras !, un pot pourri d’enfants !
Vérifions cela à travers une recherche internet sur la chaîne fratrie dynamique de groupe, nous ne faisons que très peu de commentaire, en effet soit l’on veut comprendre ou soit l’on ne le veut pas, et alors ce dans l’attente de ne plus le pouvoir ; admirez aussi le jargon creux et purement révolutionnaire :
→ fratrie, groupe : des groupes thématiques « parents-enfant-fratrie », dont les thèmes sont choisis par les familles.
→ groupe de parole (dynamite de groupe), psychologues (tordus) et éducateurs (manipulateurs, redresseurs) : des groupes de parole animés [orientés donc] par les psychologues et éducateurs. Il s’agit de lieux d’écoute, d’échanges et d’information. Du blablabla, de la ‛dynamique de groupe’, de déballage de ‛vécu’ entre les psychologues et éducateurs, et les parents (pardon, nous n’avons pas l’habitude : les adultes !). Psychologues et éducateurs formatés à la déstructuration de la Famille où la règle suprême est : tout permis et rien d’interdit, il faut faire causer !, causer ladite fratrie contre les adultes.
→ « Groupes fratries » d'enfants ayant un frère ou une sœur handicap.32
→ Le groupe parole des fratries d'enfants hospitalisés en – Cairn33 ; groupe = dynamite de groupe, parole = endoctrinement.
→ Comment organiser un accueil de la fratrie en réanimation34 ; vous remarquez bien qu’il ne s’agit pas des parents avec leurs enfants, mais uniquement d’un paquet autonome, d’un groupe d’enfants sans lignée !
→ Etc., etc., etc !
1.E - Concluons cette réponse, au moins pour l’instant !
1.E.1.a - Nous avons bien prouvé la perfidie du terme fratrie.
Par cette réponse vous aurez remarqué que tous les mots, termes ou expressions sont maintenant soit carrément inventés, ou soit redéfinis, afin de les orienter dans une direction diamétralement opposée à leur véritable définition, à la Vérité !, ils sont là pour provoquer une émotion, une activation d’un conditionnement qui est maintenant total, totalement luciférien !
1.E.1.b - Résumé de ce que nous avons vu du mot fratrie :
→ Élaboration du mot fratrie :
En cette réponse, vous aurez découvert avec stupéfaction, nous le supposons, que le mot fratrie n’existait pas du tout avant les années 80, et qu’il fut laborieusement fabriqué, dérivé savant nous dit le CNRTL, de toute pièce en tordant carrément un autre mot, le mot phratrie n’ayant aucun lien de signification ou autre : Phratrie, dont l'origine et la signification sont complètement différentes nous spécifie toujours le CNRTL !
→ Élaboration d’une définition du mot fratrie :
Ce mot inventé sert à définir un groupe, un amalgame, un fatras d’enfants venant de tous horizons, donc sans lignée, et dont l’on distingue même plus les garçons des filles (revoir plus haut : la crèche [ …] ne fait pas la différence entre filles et garçons, et assemblées très provisoirement, lors d’un CDD ou pas, en une maison où un autre groupe tout à fait aussi distinct appelés groupe des adultes (formé d’undit Mâle et d’une femelle, ou de deux fols (M+M) ou de deux folles (f+f)) cohabite un temps donné !
→ Chargement dialectique du mot fratrie :
À ce groupe informe et détaché de véritables parents (Un Époux-Père ayant une épouse à Lui asservie, étant ainsi la seule Autorité, le seul Législateur* et le seul Bras justicier*, de Droit divin en Sa Famille, en Sa Maison), ladite fratrie à qui l’on a pernicieusement donné desdits droits et suggérés des revendications à faire valoir, l’on lui propose pour le défendre du groupe adultes qui s’opposeraient à lui ou pas (pensez audit droit d’ingérence en la maison, et chez les autres, par ex. en tout dernier en Syrie !, ce après l’Irak et la Libye, et l’Afghanistan, etc.) : des psychologues et psymachins, des sociologues et machinlogues, qui ouvriront des tables rondes ou groupes de dialogue ou de groupes de parole, qui entameront des séances d’éveil pour les adultes afin de leur faire connaître et accepter lesdits droits des enfants. Et en cas ou cette sensibilisation forcenée à la notion d'intérêt supérieur de l'enfant échoue, en cas donc de réaction (dramatiquement tardive mais en principe salvatrice !) du groupe adultes, les instances haddock seront alertées afin de prendre des mesures énergiquement coercitives contre ces derniers !
1.E.1.c - Sur ce, cher Sieur Luryio, nous vous quittons.
Vous avez remarqué cher Sieur Luryio que nous n’avons pas lésiné dans l’élaboration de cette réponse, nous avons essayé d’être bien complets, bien précis, nous nous sommes bien dépensés.
Dans l’attente de vos aimables et attendues considérations…
Que le Bon Dieu Vous bénisse, Vous, et à travers Vous, tous les vôtres !
Pour la Vérité,
QJSIOJC
1.F - Annexes diverses
Bonjour,
voilà j'ai pu constater dans ces deux articles :
que le mot 'fratrie' était en réalité luciférien.
Je cite :
"Vous dites : « les filles d'une fratrie », sachez, Lucie, que ce terme ‘fratrie’ est purement démoniaque, l’on dit ‘Famille’ !, l’on dit « les filles d’une Famille ».

Nous devons aller à l’essentiel, aussi nous devons nous limiter, ce terme fratrie est purement luciférien, au moins dans l’acceptation actuelle !, car son unique but est l’ensemble (concubinages successifs, vagabondages divers, etc.) et non la Famille.

Ainsi dans cet ensemble l’on met n’importe quoi !"
"‘Fratrie’, comme les mots (au moins dans leur acceptation actuelle et vicieuse) sont tous des mots n’ayant pas plus de 60 ans, la charnière est ledit concile Vatican II ou la moitié du siècle dernier, eh oui !, tout se tient ! : tolérance, fraternité, parentalité, ledit viol conjugal, etc., etc., etc."
"Nous manquons de temps pour l’instant pour développer ce point ‘fratrie’ ; sachez, que n’avançant jamais rien sans preuve, nous avons tout ce qu’il nous faut sous la main pour votre démontrer plus tard l’horribilité de ces nouveaux mots, de ces nouveaux ‘concepts’."

Or ayant toujours utilisé le mot 'fratrie', j'aurais aimé avoir l'explication complète, le but, l'origine etc…
Pour moi [fratrie] cela désigne tout simplement un ensemble de frères et/ou soeurs incorporé à une même famille.
N'étant pas encore au courant je n'ai jamais rien vu en ce mot, un sens luciférien ou quoique ce soit de malsain.
En plus, je voudrai savoir si ce mot a déja eu un autre sens, et alors quel serait donc ce sens ?
Cher Luryio,
Veuillez nous laisser quelques temps afin de vous répondre, de répondre à vos légitimes interrogations…, en une page de ce site.
Vous serez personnellement averti de la publication celle-ci, et, dans cette attente,
Que le Bon Dieu vous bénisse, vous et tous les vôtres.
Pour la Vérité,
QJSIOJC
1.F.1.c - Venez, Esprit-Saint…
Venez, Esprit-Saint, venez ; / Et du haut des cieux lancez / Un rai de votre lumière.
Venez, ô père des pauvres, / Venez apporter vos dons, / Venez éclairer les cœurs.
Consolateur souverain, / Hôte bienfaisant de l’âme, / Du cœur douce quiétude !
Dans notre labeur, repos ; / Dans nos fièvres, accalmie ; / Dans nos larmes, réconfort !
Ô lumière bienheureuse, / Illuminez les replis / De l’âme de vos fidèles.
Sans votre divin secours, / Rien ne subsiste dans l’homme, / Rien qui ne soit pas péché.
Lavez toutes les souillures, / Arrosez les sécheresses, / Et guérissez les blessures.
Assouplissez les raideurs, / Incendiez les froideurs, / Et redressez les erreurs.
Accordez à vos fidèles, / Qui s’abandonnent à vous, / Les sept dons qui font les saints.
Donnez l’ardente vertu, / Donnez l’accès du salut, / Donnez la joie éternelle.
Ainsi soit-il. Alléluia.
1.F.1.d - Contradictions, mensonges des ennemis de tous les Hommes
→ Ils nous disent que nous sommes crédules parce que notamment nous croyons à la mort et à la résurrection de NSJC vrai Dieu et vrai Homme, chose que l’Église nous propose de croire et que nous n’avons pas vue en effet de nos propres yeux, et dont la négation conduit en effet à l’excommunication d’office ! ;
→ or, il se fait que dans le même temps un acte de foi obligatoire nous est imposé par eux, et dont le refus est passible des pires poursuites et conduit tout droit à de très graves conséquences et à la mort civile pour le moins : croire à leur holocauste !
→ Attention ! Il ne s’agit pas là de l’Holocauste véritable, celui qui fut réalisé par ce peuple déicide en exigeant des Romains la crucifixion de NSJC comme Victime expiatoire parfaite !
→ mais de l’holocauste, qui du reste n’en est pas un !, et que nous n’avons pas vu non plus et qui se serait passé en 39-45, selon leurs dires !
Note au sujet de « l’holocauste qui n’en est du reste pas un », lisez, lisez donc !, lisez notamment : DP-03, Le Mariage, son origine, sa Mission divine ; point 3D4, Abraham offre Son fils en holocauste. Vous y découvrirez qu’un holocauste, un sacrifice :
1- ne peut être réalisé qu’avec un sujet Mâle, mammifère, humain ou bête !
2- qu’il doit être offert, réalisé formellement en sacrifice à Dieu, ou une divinité pour les suppôts conscients ou pas de Satan !
Or, dans ledit holocauste de 39-45 :
1- il y avait environ 50% de femelles, donc pour elles il ne peut s’agir d’un holocauste !, mais, le cas échéant, de tout juste un génocide…
2- les Mâles ne furent certainement pas offerts en sacrifice à Dieu !, en effet il faut connaître l’intention formelle du sacrificateur ! (Cf. Abraham avec son fils Jacob, voir renvoi susdit) ; ni offerts en sacrifice à Satan ?, nous n’en avons pas connaissance, ainsi donc pour ces Mâles il ne peut non plus s’agir d’un holocauste !, mais, le cas échéant, de tout juste un génocide…
D’un génocide…, comme ceux-ci :
→ des centaines et centaines de milliers de morts par la traite négrière (devrions-nous aussi parler de la traite des blanches !) perpétrée par les ennemis de tous les Hommes et leurs complices le petit doigt tout tremblant sur la couture du pantalon afin de préserver, croient-ils, leur gamelle et leur vie ;
→ idem celui de plusieurs centaines de milliers de Vendéens et d’autres lieux en France à la même époque ;
→ idem, un nombre innombrable, plusieurs centaines de milliers de morts au Mexique, les Cristeros ;
→ idem, des centaines de millions de morts du communisme en divers pays ;
→ idem, le million ou plus de morts Arméniens ;
→ idem, des milliards de morts ou d’empêchés de vivre par contraception, avortements, vols d’organes, vaccinations et dites médicamentations, etc. ;
→ idem, des centaines de milliers de morts en Palestine et aux alentours ;
→ idem, des millions et des millions de morts par malnutrition notamment, à cause de la spéculation boursière ou autre, sur : les terres, l’eau et l’alimentation, etc. ;
→ idem, pour toutes les guerres : de14-18 et 39-45 ; et de très très nombreuses avant et ce en remontant jusqu’au moins à NSJC ; et toutes les incessantes depuis et de par tout le monde ; et les futures comme celle de l’Iran que se profile semble-t-il ; et toutes les suivantes ;
→ idem, pour les plans sataniques d’extermination (régulation disent-ils, voir : Les « Pierres Guides » de la Géorgie) de milliards d’êtres humains qui semblent êtres tout proches de leur exécutions,
Alors, il faut reconnaître que les Allemands, selon le croyance obligatoire actuel (dogme de foi oblige !!!), sont de lamentables et petits amateurs en terme d’extermination !
→ Ils se moquent de la multiplication des pains notamment en nous disant que nous croyons bêtement ce que nous n’avons pas vu de nous-mêmes ;
→ alors qu’eux, et chose que nous n’avons pas vue du tout de nous-mêmes, nous commandent de croire mordicus et ce sous peine de poursuites féroces aux six millions de juifs (attention !, et pas un de plus et pas un de moins !) qui auraient été exterminés en 39-45 alors que notamment le Rabbi Heller nous dit qu’à cette époque il n’y avait que deux millions de juifs en Europe ! Voici un extrait :
Une vidéo qui manifeste un étonnement certain, par une répétition volontaire. Elle présente cette partie d'un document déclassifié du FBI dans lequel on peut lire notamment la crainte des Juifs anti-sionistes de la double loyauté, mais aussi qu'en 1943 en Europe, il y avait 2 millions de Juifs (page 7). Comment tuer 6 millions de personnes quand il y en a 2 ?
→ Ils nous disent, etc., etc., etc. ;
→ alors qu’eux font, etc., etc., etc !
1.F.1.e - Le bûcher des homophobes
Voici un article que nous relayons bien volontiers, il veut réformer, dire la Vérité :
Par Eric Martin le 4 sept, 2012 @ 15:58
Tribune libre de Falk van Gaver et Jacques de Guillebon* pour Nouvelles de France
L’homosexualité est un désordre : un désordre mental, comportemental, moral, social, un désordre sentimental, un désordre amoureux. L’homosexualité est un mal, un mal social, un mal spirituel, un mal existentiel, et rien ne nous empêchera de le penser et de le dire – comme de penser et dire que deux et deux font quatre. La vérité – et la liberté avec, et la liberté donc – ou la mort. Car qui n’est pas vrai est déjà mort. Qui ne vit pas vraiment, en vérité, dans la vérité, est comme mort : sa vie n’est pas vraie vie, elle est simulacre. Et même la mort ne nous ravira ni liberté ni vérité. Nous sommes prêts au martyre – c’est-à-dire au témoignage à temps et contretemps. Personne n’ose faire une attaque en règle de l’homosexualité. Personne n’ose aborder le sujet, attaquer la question de front, ni aller au fond des choses. Personne n’ose parler franc. Tout le monde emploie de prudentes circonvolutions pour ne pas choquer le siècle, s’adonne à de pusillanimes tergiversations. Pardon si ces propos choquent. Nous ne voulons blesser personne. Mais il faut couper court à cette pudibonderie ambiante, souvent oppressante et tyrannique, qui règne dès qu’il s’agit de parler de l’homosexualité. Nous savons bien que nous risquons l’opprobre public et médiatique, si ce n’est pénal (quel scandale !). Mais nous ne pouvons nous taire davantage ni jouer plus avant le jeu de cette terreur morale, de cette conspiration du silence. Bien sûr, il ne s’agit pas pour nous d’éradiquer l’homosexualité ni de discriminer les homosexuels. Mais nous entendons garder notre liberté de pensée – et de parole. Libres de penser et parler et dire ce que nous pensons. Tant que l’homosexualité est moralement réprouvée, légalement ignorée, socialement contenue et discrètement vécue, tout va bien, ou presque : c’est un équilibre satisfaisant. L’ivraie pousse avec le bon grain, inutile de l’arracher – mais de l’encourager non plus. Mais quand elle prétend sortir du domaine strictement privé de la vie affective et sexuelle, personnelle et individuelle, et envahir la sphère publique, l’espace social, collectif, et se met à revendiquer une reconnaissance légale et sociale, une promotion morale, voire à s’imposer comme modèle existentiel, alors ça va très mal. Que l’on souffre donc que l’on critique librement l’homosexualité ! On souffre bien que l’on critique ouvertement la religion… Et qu’en lieu et place des cris et accusations qui pleuvront, l’on donne des arguments contraires, des raisons opposées. Car si l’on nous attaque sans raison, nous traitant de tous les noms, voire nous traînant devant les tribunaux, on aura beau jeu de rétorquer : si nous avons mal parlé, pourquoi ne nous montre et démontre-t-on pas en quoi nous avons mal parlé, en quoi nous avons tort ? Sinon, pourquoi nous attaquer, nous frapper, nous condamner ? Précisons tout de suite – et ce ne sont ni de belles paroles ni des gages données à l’air du temps – que nous avons comme tout le monde des amis homosexuels que nous aimons et respectons, de même que des amis athées, par exemple – sans pour autant partager ni leurs pratiques ni leurs opinions et sans qu’ils partagent les nôtres. Mais si condamner une « communauté » dans ses agissements pervers est une phobie selon le langage psychiatrisant contemporain, alors nous sommes homophobes comme le Christ était pharisianophobe : « race de vipères », « sépulcres blanchis », « hypocrites », tout cela ne vous dit rien ? Comme le Christ était donc méchant. Comme il était phobe.
Verrons-nous donc se déchaîner contre nous l’ire des homosexuels ou des athées parce que l’on attaque frontalement, sincèrement et franchement leur vision du monde ? Une inquisition aurait-elle chassé l’autre ? Nous en voudront-ils, nous tiendront-ils rigueur d’être un brin rentre-dedans, un tant soit peu provocateurs ? Auraient-ils donc le monopole de la provocation, de la désacralisation ? Ces propos seront-ils donc à leur goût sacrilèges, impies, blasphématoires ? Revendiquons-le : nous sommes des mécréants des valeurs contemporaines, des credos relativistes. Va-t-on nous traiter en hérétiques ? Catholiques, n’aurions-nous pas voix au chapitre ? Ce serait le comble, en cette époque de religion de la sacro-sainte tolérance. Le nihilisme éthique supporterait-il tout discours, à l’exception de celui qui le critique ? Nous verrons bien.
*Jacques de Guillebon est un écrivain, essayiste et journaliste français. Il écrit dans La Nef, Permanences et Témoignage chrétien. Falk van Gaver est un journaliste et un écrivain français. Il écrit dans La Nef et a co-signé avec Jacques de Guillebon L’Anarchisme chrétien, aux éditions de L’Œuvre (2012). Cf. Nouvelles de France n°7, mai 2012.
Cette tribune libre est publiée en réponse à celle de Philippe Ariño qui répondait elle-même à une première tribune de Jacques de Guillebon et de Falk van Gaver. Nouvelles de France ne souhaite pas prendre position dans cette disputatio mais, partisan d’une liberté d’expression totale, se réjouit de l’ouverture de ce débat.
1.F.1.f - Le rôle joué par Freud dans notre possession satanique
29 août 2010 - Par Henry Makow Ph.D
La carrière de Sigmund Shlomo Freud illustre comment un culte satanique, les Illuminati, jette son sort morbide sur l’humanité.
Les Illuminati sont le fruit de l’hérésie juive sabbatéenne du 17e siècle.
Sigmund Freud (1856-1939) était un sabbatéen qui a vendu ses croyances satanistes perverties au monde sous le couvert de la science et de la médecine. Les médias et le système éducatif contrôlés par les Illuminati l’ont salué comme un grand prophète.
Les sabbatéens étaient un culte sexuel qui se livrait à toutes les perversions sexuelles imaginables, dans le but de cracher à la face de Dieu. C’est ce que les satanistes pratiquent: l’inceste, la pédophilie, les orgies, l’homosexualité, tout ce qui n’est pas naturel et sain.
Freud et ses soutiens du B’nai Brith (Illuminati) ont convaincu le monde que le désir sexuel (libido) est la principale motivation de la vie humaine, et que le sexe est une panacée universelle. Il ont enseigné que la répression des pulsions sexuelles est nuisible et se traduit par des névroses. Il ont enseigné que les hommes souffrent de l’ « angoisse de castration » , et les femmes de l’ « envie du pénis ».
Comme initiation à l’inceste et à la pédophilie, il a enseigné que les enfants ont des désirs sexuels pour leur parent du sexe opposé, et ressentent de l’hostilité pour leur parent du même sexe. À l’extrême, son « complexe d’Œdipe » , dit qu’un garçon veut inconsciemment tuer son père et violer sa mère.
Le philosophe Karl Popper a déclaré que la psychanalyse freudienne était aussi peu scientifique que la lecture des lignes de la main. Il a dit que le complexe d’Œdipe freudien n’avait absolument aucun fondement scientifique.
Typique d’un sataniste, Freud a nié la dimension spirituelle de l’homme, notre soif de Dieu, qui est illustrée par des absolus spirituels tels que l’harmonie, l’amour, la vérité et la beauté. La Kabbale enseigne que Dieu n’a pas de caractéristiques. Influencé par la Kabbale, Freud a enseigné que Dieu n’est que la projection d’une figure paternelle imaginaire conçue dans le but de nous amener à refouler nos pulsions sexuelles.
Selon Wikipedia, Freud « est considéré comme l’un des plus importants penseurs de la première moitié du 20e siècle, en termes d’originalité et d’influence intellectuelle. »
APPRENDRE D’UN SATANISTE (ou LECONS TIREES D’UN SATANISTE)
Après avoir rejoint le maçonnique B’nai Brith en 1897, la carrière avortée de Freud a connue une ascension fulgurante.
Le professeur de psychologie David Bakan décrit la psychanalyse freudienne comme un dérivé de la Kabbale Lurianique et du Zohar. La Kabbale Lurianique est une formulation gnostique du 2ème siècle qui a été reprise par l’hérétique juif Sabbataï Tsevi. [Sigmund Freud and the Jewish Mystical Tradition, (Beacon Press, Boston 1958), pour la version française de cet ouvrage aller ici]
Freud a discuté de Kabbale avec un rabbin nommé Chaim Bloch en 1920. Le rabbin a dit au professeur Bakan que les deux hommes ont commencé à débattre lorsque Freud a suggéré que Moïse avait été un pharaon égyptien, et non un Juif. Freud est parti en claquant la porte, laissant le rabbin seul dans son cabinet. C’est alors que Bloch a repéré des livres sur les étagères qui permettaient d’identifier Freud comme un disciple de Sabbataï Tsevi, (le fondateur des sabbatéens.)
Freud a remercié les membres de la Loge B’nai Brith pour leur soutien. En effet, plusieurs membres de la loge ont fourni le cadre qui a fondé la fraude appelée psychanalyse.
Selon E. Michael Jones, l’Association psychanalytique de Freud a été structurée comme une société secrète. (Libido dominandi, p. 122) Il est probable qu’elle poursuivait les mêmes buts secrets que le B’nai Brith, à savoir subvertir, exploiter, et asservir.
Les lettres de Freud ont révélé qu’il prenait ses clients pour des cons.
Il s’est comparé lui-même au lion qu’il avait vu dans un dessin animé. Le lion jette un oeil à sa montre au moment du repas et demande: « où sont mes nègres? » Freud disait que ses patients étaient ses « nègres ». (Jones p. 116)
Refusant une invitation à voyager, Freud a écrit qu’une cliente riche « pourrait aller mieux en mon absence. »
« Mon humeur dépend en grande partie de mes gains. L’argent c’est du gaz hilarant pour moi », écrit-il. (116)
Surnommée la « cure parlante », la psychanalyse était une escroquerie. Comme l’écrit Michael Jones, moyennant paiement, des gens riches recevaient l’absolution pour leur plaisirs coupables et la permission de continuer.
Jones estime que la psychanalyse est fondée sur le rituel initiatique Illuminati, et est une forme de contrôle mental.
« Les deux étaient fondées sur le fait que les patients ou adeptes se livrent à un examen de conscience approfondi, quasi-confessionnel, au cours duquel ils donnaient aux contrôleurs Illuminati, ou au psychothérapeute, des détails sur leur vie personnelle qui pourraient ultérieurement être utilisés contre eux. Tant l’illuminisme que la psychanalyse aboutissaient à une forme dissimulée de contrôle mental, par laquelle le contrôleur s’informait de la passion dominante des adeptes et les manipulaient en conséquence. » (p.127)
L’essentiel ici est que les psychiatres, qu’ils le sachent ou non, font partie de cette société secrète satanique. Le véritable objectif des Illuminati c’est de rendre les gens malades et de leur soutirer leur argent. Cela expliquerait pourquoi les psychiatres mettent des millions de personnes, y compris les enfants, sous calmants. Voir aussi: « L’art soviétique du lavage de cerveau. »
Le modèle de la société secrète peut s’appliquer à la profession médicale dans son ensemble, ainsi qu’à d’autres professions.
Freud a été un précurseur d’Alfred Kinsey, le pervers qui s’est tué en essayant de se masturber. Kinsey remplissait son célèbre rapport parrainé par Rockefeller avec les modèles de comportement de ses collègues homosexuels. Ainsi, il convainquit les Américains que la promiscuité et la déviance étaient la norme.
De même Freud a eu une aventure avec la sœur de sa femme, Minna Bernays, qui est tombée enceinte. Ses théories psychiatriques à propos de l’inceste et du sexe ont été des tentatives de se disculper. De façon ironique, Adam Weishaupt, l’organisateur des Illuminati, a également mis sa belle-sœur en cloque.
Freud a traversé une période où il a été séduit par les effets bénéfiques de la cocaïne. Lorsqu’il s’est aperçu que des amis étaient devenus dépendants, il y aurait renoncé. Cependant Wikipédia rapporte (voir également la version française): « Certains critiques ont suggéré que la plus grande partie de la théorie psychanalytique de Freud était un sous-produit de son addiction à la cocaïne. »
CONCLUSION
L’exemple de Sigmund Freud montre que la culture moderne est contrôlée par une secte satanique, dont le but est de dégrader et asservir l’humanité. Nous avons été trompés au nom de la science et de la médecine.
Les satanistes promeuvent les excès sexuels et la perversion dans le but d’asservir l’humanité. « Tout est acceptable », est le mot d’ordre sataniste. Freud a donné à la société carte blanche pour se comporter comme une meute de porcs sauvages.
Le sexe libre foule aux pieds le mariage et la famille, institutions indispensables à la stabilité sociale et à la santé. Il avilit toute relation humaine au plus bas dénominateur commun, le sexe. Il présente le sexe et la « promiscuité » comme des passerelles uniques vers le développement personnel et le bonheur.
Durant les 200 dernières années, le « progrès » et les « lumières » ont été mesurés en termes d’augmentation de la licence sexuelle, jusqu’à aujourd’hui, nous nous prosternons devant les bouffonneries obscènes des manifestants gays obèses, et dénudés des « Gay Pride ».
C’est ce qu’on appelle le « progrès » en termes sataniques. Nous sommes les victimes d’un complot diabolique multi-générationnel qui devient de plus en plus insolent à mesure que le temps passe.
* - Pour connaître la raison de cet astérisque et des suivants en nos documents, veuillez lire : Leur mode d’emploi…, point Nos documents comportent des astérisques ‘*’…
2Vue par une revue d’Europe du nord. Référence perdue. Retranscrit exactement.
3Décortication : Sens 1 Acte d'examiner quelque chose [Figuré]
http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/definition/decortication/
4Cité de tête, source oubliée, certifié véritable dans l’esprit.
5Idem ci-dessus.
6Les Intransigeants, après environ 18 mois de disparition involontaire viennent de réapparaître, que le Seigneur Dieu leur vienne en aide !
Ils ont fini leur tout premier article ainsi : Cette fois-ci, afin d’assurer la crédibilité de nos écrits, Dieu a mis à notre disposition de bons Prêtres qui nous superviseront dans cette tâche.
Les pauvres, quand voudront-ils enfin admettre ce qu’ils ne veulent pas voir ! Ainsi ils vont avoir de bons cloaques d’impureté* (cf. : Notre Dame de La Salette !) qui vont les tromper totalement !, pourquoi alors ne pas demander carrément à Lucifer de les conseiller ?, ne vaut-il pas mieux s’adresser directement à Lui, qu’à ses féaux serviteurs ?
Nous profitons tout de même de ceci, s’ils devaient avoir connaissance de cet article, pour saluer El Cristero, d’une certaine heureuse mémoire.
Les Intransigeants : http://www.les-intransigeants.com/
7Math. 18, 37. Nouveau Testament que vous trouverez ici : Livres & sources.
8Jean 3, 21. Idem ci-dessus.
9Math. 5, 37. Idem ci-dessus.
11-- Pusillanimement : (pu-zil-la-ni-me-man) adv. : D'une manière pusillanime.
-Pusillanime : Littér. [En parlant d'une pers. ou, p. méton., d'un élément de la pers.] Qui est timide, qui craint le risque, les responsabilités; qui manque d'audace, de courage, de fermeté.
12Exemple d’utilisation : Et quand il se souleva cette prétention de royaume en de république fut elle autre chose qu une vieillerie timorément arborée par des conspirateurs de cabinet ? (Occident et Orient. Études politiques, morales, de Pierre Ange Casimir Émile BARRAULT - 1835)
Autre utilisation : Quant au continuo : on apprécie l'indéfectible soutien du violoncelle de Denis Vigay. Mais on regrette que le clavecin timorément tenu par Nicholas Kraemer n'apparaisse aussi poétique et imaginatif que celui du pétillant George Malcolm, tellement expressif, notamment grâce au recours bienvenu du registre luthé pour les mouvements lents (merveilleux adagio, plage 36 du CD2).
13Première épître de saint Paul aux Thessaloniciens ~ Chapitre 2, 14-16. Nouveau Testament que vous trouverez ici : Livres & sources.
14-Mollo : Pop. et fam. Y aller mollo. Agir doucement ou plus lentement, avec prudence et discrétion.
Nous rappelons que par défaut nos définitions viennent des dictionnaires du CNRTL ; ou alors, nous spécifions toujours la provenance.
16Forcenément : 1843 - «FORCENEMENT, adv. d'une manière forcenée. [Corneille] (inus.).» Boiste, Dict. - TGLF
19Idem ci-dessus.
22-Indistingué : Qui n'est point distingué, séparé.
28DésÉlu : mot inventé par nous pour mettre en évidence ici que ce peuple qui fut Élu, choisi par le Seigneur Dieu Lui-même pour être le ‛berceau’ de Notre-Seigneur Jésus-Christ notre Sauveur, eut cette élection retirée par Celui qui la lui donna : déchéance du peuple qui fut élu !
29-Lignage : XIe siècle. Dérivé de ligne.
1. Ensemble des ancêtres dont on descend, des parents issus d'une souche commune ; famille plus ou moins anciennement connue. Un homme de haut lignage. Ils sont de même lignage. Tous ceux de son lignage.
http://www.cnrtl.fr/definition/academie9/lignage