Les erreurs et instabilités de l’hébergeur Blogger (Google) :

Liens internes (menus et notes maintenant inopérants sur certaines pages ; sélectionnez le point à atteindre, et recherchez la cible... Patience… ! Pour atteindre les notes (vous pouvez faire copie de la page) cherchez : ♣

Perte d’une page par Blogger, message « Désolé, la page que vous recherchez dans ce blog n'existe pas. », recherchez le titre avec lien valide ici : Nos divers documents. Si nous ne l’avons pas encore détecté nous en faire part ici orfaep@gmail.com, merci.

samedi 22 février 2014

MS-2014-02 - Le CatholicaPedia Blog, l’erreur est certes humaine, y persévérer bien diabolique.

Du : 22.02.2014, existe en PDF ici : ND. Actualisé : sam. 22 févr. 2014, 20.45.
Table de ce document, MS-2014-…
2 - Le CatholicaPedia Blog, l’erreur est certes humaine, y persévérer bien diabolique.
2.A - Préambule
2.B - Ma réponse annoncée
2.B.1.a - Première partie
2.B.1.b - Seconde partie
2.C - Conclusion
2.A - Préambule
En la Chaire Saint Pierre à Antioche,
le samedi 22 février 2014.
Cet article a pour origine mon intervention sur le site Le CatholicaPedia Blog. Il serait heureux qu’au préalable le lecteur puisse revoir la chronologie des événements, qui se retrouve dans les commentaires de cette page.
L’administrateur de ce présent site m’a gentiment proposé de publier sous forme d’article, mon texte qui est la réponse de plusieurs commentaires déposés sur la page indiquée précédemment. Et si je le fais ici, c’est bien parce que je fus refusé par le site dont il est question dans cet article.
Quant-à moi :
Cela fait maintenant un peu plus d’un an que j’ai connaissance du site de l’ŒRFAEP, et je me suis déjà manifesté à divers endroits sous le pseudonyme de Luryio.
Pour récapituler, mon principal contradicteur, sieur Cave Ne Cadas, étant si ce n’est comme je le suppose l’administrateur du blog, au moins un auteur majeur et celui de la page concernée, me laissa d’abord publier plusieurs commentaires. S’échauffant quelque peu dans la conversation, il termina par un commentaire invectif, mais surtout fondé sur une absence totale d’arguments ; pensant peut-être que j’allais réagir de mauvaise manière, et par là me disqualifier. Mais ce qui est clair, c’est que son commentaire appelait une réponse, une réaction de ma part. Or que se passa-t-il lorsque ma réponse, bien plus consistante et argumentée que mes précédentes, à laquelle il ne s’attendait sûrement pas, lui fut communiquée ? Rien ! Si ce n’est qu’il l’ignora royalement. Pourtant, la gravité de mes accusations est en lien direct avec le sérieux du sujet considéré. Nous n’en sommes pas à des discussions de bonnes femmes ! Comment une personne honnête pourrait-elle agir ainsi ?! Dans tout les cas, c’est manquer à la Vérité.
Car, soit comme l’indique le titre et ce que nous croyons sincèrement, il ne veut surtout pas voir ses erreurs et préfère y rester, persister dans le mensonge ; qu’il se rappelle donc de la devise latine disant : « Errare humanum est, perseverare diabolicum. » (L’erreur est humaine, persévérer [dans son erreur] est diabolique)
Soit l’erreur est de mon coté, et il ne peut ni veut la combattre, donc défendre la Vérité, et m’y amener par Charité.
Voilà ce qu’il en est, mais je vais maintenant laisser le lecteur juger ce qui doit l’être.

2.B - Ma réponse annoncée
Je vais commencer à partir du dernier commentaire de sieur Cave Ne Cadas qui m’est adressé. Ce qui suit est donc ma réponse. Mais comme dit plus haut, je vous conseille vivement de relire tous les commentaires précédents.
2.B.1.a - Première partie
Commentaire du sieur Cave Ne Cadas :
À l’intention du sieur Lars
Mon cher monsieur vous êtes complètement TORDU !!!
Êtes-vous catholique ???
Vos propos (et le site dont vous faites la promotion sur notre blogue) sont digne de la secte des Pharisiens…
Notre Seigneur Jésus-Christ est venu abolir l’ancien Testament… et en tant que Catholique (semper idem pour notre cas !) nous vivons sous la loi du Nouveau Testament !!!
Vos réflexions, arguments (!!!) ou propos sur la virginité etc. etc. (qui invaliderai un mariage) sont digne d’un esprit judaïque ou mahométan…
L’Église catholique (l’Église de NSJC), et Elle seule, a donné toute la dignité à la femme en lui donnant une égalité (de dignité) à son mari tout en lui demandant d’être soumise à lui.
Elle est soumise à son mari (non pas esclave ; l’esclavage a toujours été en dehors de l’Église catholique qu’Elle a toujours combattu et proscris…) car il est le lieutenant du Christ (la Tête, le Chef) au niveau de la famille comme le Roi de France est le lieutenant du Christ au niveau de la nation et comme le Pape est le lieutenant (le vicaire) du Christ au niveau de l’Ecclesia… l’assemblée des fidèles.
Pour preuve de leur égalité de dignité, une des raisons (causes) de la VALIDITÉ de leur mariage est « La cause efficiente du sacrement de Mariage est le mutuel consentement exprimé par les époux » quelques soient leur état avant le sacrement de Mariage où ils entrent normalement « en état de grâce » puisque ce sacrement ne peut pas leur être donné sans être passés au préalable par le sacrement de pénitence… (En espérant que ceux-ci ne soient pas sacrilèges en ayant pas avoués toutes leur fautes…mais cela n’enlèverai en rien la validité du dit mariage)
Combien de fois notre cher et regretté abbé Vérité (paix à son âme !) nous disait aux cours de ses Retraites (antilibérale) de St Ignace… que de nombreux couples entraient dans le mariage en état de péché mortel… faisaient leurs noces (mariage) en péchant gravement (péché mortel)… et vivaient leur mariage en état de péché mortel !!!
Bien que je vois que vous ne cherchez même pas à comprendre ce que je dis, j’aimerai poursuivre un peu plus loin, puisque vous m’en donnez l’occasion, et que je vois tant d’aveuglement sur ce site.
Sieur Cave Ne Cadas, non ce n’est pas moi qui suis tordu ! Je fais tout, au contraire, pour ne pas déformer la Vérité, et pour bien rester Droit ! Je cherche, avec ma raison et mon cœur, ainsi je trouverai. Comme l’a dit Notre-Seigneur : Cherchez, et vous trouverez. (Luc 11, 9)
En revanche, je veux bien vous montrer, au moins sur quelques points que c’est vous qui êtes tordu, soit non Droit, pas en accord avec la Vérité.
Ce qui suit est une accusation bien vicieuse sous le couvert d’une question. Suis-je catholique ? Comme on le voit dans la suite de votre message, vous répondez mensongèrement à ma place ; or moi je dis que je le suis, et rien que cela ! De plus, c’est bien vous-même qui vous discréditez juste après, révélant une monstrueuse contradiction d’avec la Foi catholique.
C’est que vous dites est bien énorme, et le fait que personne ne vous ait repris, corrigé, charitablement et énergiquement, prouve que vous n’êtes pas le seul qui êtes endurci. Donc d’après vous, Notre-Seigneur Jésus-Christ est venu abolir l’Ancien Testament ?!
Mais voilà, Notre-Seigneur, Lui, prévoit tout, et que dit-il, en vérité tout le contraire de ce que vous dites, soit : Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes ; je ne suis pas venu abolir, mais les accomplir. (Mat. 5, 17)
Méditez bien cette parole, or je suis sûr que vous et les autres en aviez connaissance. J’espère que vous savez ce que veut dire abolir ! Cependant, peut-être aviez-vous voulu dire abolir la loi de l’Ancien Testament et que désormais, nous vivons sous la loi du Nouveau Testament. Que par loi, vous entendiez loi humaine, ou traditions humaines, culturelles, ou encore commandements qui n’ont plus lieu d’être à cause de l’accomplissement de l’Incarnation (comme la circoncision), mais bien sûr que vous ne parliez pas du Décalogue par exemple. Il est vrai que vous ne faîtes même pas cette distinction, affirmant péremptoirement et de façon absurde, que Jésus-Christ est venu abolir l’Ancien Testament, soit tout l’Ancien Testament, sans restriction, y compris la Genèse par exemple. Et quand bien même il y aurait cette distinction, mais de quoi parlons nous ? Du Mariage ! De la Loi Divine ! Mais vous, vous opposez tout cela, la Volonté de Dieu serait-Elle inconstante ?! Non évidemment ! Donc ce qu’il y a dans l’Ancien Testament, ce qui vient de Dieu, notamment à propos du Mariage, est toujours vrai, et le sera encore.
Ainsi, vous dites de mes propos qu’ils sont dignes de la secte des Pharisiens, et moi je vous montre que ce que vous affirmez est hérétique, car vous opposez l’Ancien Testament au Nouveau, vous établissez une rupture, comme si Notre-Seigneur Jésus-Christ n’était pas venu pour faire la Volonté du Père, corriger et accomplir, mais la sienne, différente ; par là vous confondez donc le Dépôt de la Foi, cela même qui fait que l’on est Catholique. Soit bien plus grave encore que ce qu’ont fait les Pharisiens, et les Juifs déicides.
J’ose espérer qu’il y en a quelques-uns qui s’accordent encore avec l’évidence, qui n’ont pas reniés leur Foi, ou qui par la Grâce se rendent compte de leur endurcissement.
Dans la suite du message, je peux lire : l’Eglise catholique a donné toute la dignité à la femme en lui donnant une égalité (de dignité) à son mari tout en lui demandant d’être soumise à lui.
Ça alors, quel mensonge ! Que dire d’autre ! D’abord, on peut constater votre manière d’utiliser faussement les mots. Donc revoyons, l’Église (et Elle seule) a donné la dignité à la femme (vous précisez toute la dignité, donc personne d’autre ne pourrait mieux faire), soit, avant la femme n’avait pas de dignité (ou pas complètement) et l’Église la lui a donné, mais pas n’importe comment, en lui octroyant une égalité de dignité (précisément) à son Mari. Ainsi, l’Église a le pouvoir de donner la dignité (on se demande pourquoi ?!), par l’égalité, n’est-ce pas bien révolutionnaire ? Et comme si cela ne suffisait pas, vous rajoutez, qu’elle (la femme) doit lui être soumise (à son Mari). Que veut dire soumise ? Mettre sous, être en-dessous, soit inférieure. La femme devant être inférieure à son Mari, peut-elle bien être son égale ? Ah oui, mais j’oublie peut-être la précision de dignité, mais que signifie ce mot que vous semblez utiliser comme un bon libéral ? De quelle dignité parlez-vous donc, de cette dignité humaine, cette fierté qui veut se faire croire respectable, en réalité mieux que les autres, oui c’est bien d’orgueil dont on parle. La dignité, la vraie, est fonction de la charge, du rôle, de la mission. Comme en tout, Dieu a voulu une hiérarchie. Or n’est-il pas assez évident que l’Homme et la femme n’ont pas la même mission, ni la même dignité, point donc d’égalité ! La dignité de l’Homme réside dans sa fonction de Chef, oui comme vous dites, Il est le Lieutenant de Dieu en sa Famille. Il est celui qui domine, dirige, et règle ; sa dignité est plus élevée car sa charge est celle qui est fondamentale. En revanche, la dignité de l’épouse est dans son humble servitude, sa soumission à son Époux ; sa charge n’est pas fondamentale, primordiale, en effet elle ne fonde pas la Famille. Attention ! Je n’y suis pour rien si vous ne comprenez pas le sens des mots, dire la vérité n’est pas minimiser ; sachant là où se trouve la dignité de la femme, contrairement à vous, je sais combien elle est grande et ce qu’elle représente. Du reste, la dignité dépendant de là où elle se trouve, prônant l’égalité avec l’Homme, précisément vous piétinez la dignité de la femme, et donc une femme n’étant pas l’humble servante de son Chef (Père ou Mari) bien loin d’atteindre la dignité de Celui-ci, au contraire elle se l’enlève entièrement, elle devient tout justement indigne. Comparez à ce qui arriva à Lucifer, lui voulant l’égalité avec Dieu, ne voulant plus servir, et qui fut précipité dans le feu éternel ; Ange déchu perdant toute dignité. Si l’on veut parler d’égalité, ce serait à l’égard de la Justice Divine. Dans ce cas en effet, une femme qui aurait fait la Volonté de Dieu, soit celle de son Homme, sera plus élevée (Paradis) qu’un Homme qui criminellement se sera tourné vers la révolte (enfer).
Vous n’êtes pas convaincu, vous qui utilisez les mots à la manières des libéraux, soit vidés de leur sens, eh bien voici ce qu’en dit Pie XI : Nombre d’entre eux poussent l’audace jusqu’à parler d’une indigne servitude d’un des deux époux à l’autre ; ils proclament que tous les droits sont égaux entre époux ; estimant ces droits violés par la « servitude » qu’on vient de dire, ils prêchent orgueilleusement une émancipation de la femme, déjà accomplie ou qui doit l’être.
Ainsi, pile ce que vous avancez, oui vous prêchez orgueilleusement une émancipation de la femme, vous êtes férocement féminisé, faîtes donc bien attention !
Vous parlez d’esclavage à la manière des méchants, et vous êtes bien le seul à le faire. Néanmoins, ne disons-nous pas dans un élan d’amour, vouloir être esclave de Dieu. Ne sommes-nous pas esclave de son Amour ?
Finalement, vous m’affichez une nouvelle fois votre citation d’un prêtre, Mgr Cauly : La cause efficiente du sacrement de Mariage est le mutuel consentement exprimé par les époux.
Or ce prêtre de l’Église parle-t-il au nom de l’Église catholique ? Non certainement, ce qu’il dit est faux, ce n’est pas le consentement qui est efficient, mais bien la consommation, comme je l’ai rappelé. Et je dois rappeler juste après, que de toutes les façons, le prêtre ne peut s’autoriser à régler le Mariage ; est-il bien crédible celui-là.
Et comme nous revenons au Mariage, profitons en pour passer au message de Martial.
Commentaire du sieur Martial :
Cher Cave Ne Cadas, vous citez :
« La cause efficiente du sacrement de Mariage étant le mutuel consentement exprimé par les époux, il en résulte que les époux sont eux-mêmes les ministres du sacrement comme ils sont les auteurs du contrat dont le sacrement est inséparable pour les chrétiens. Ainsi l’entend l’Église en reconnaissant comme valide le mariage contracté sans la présence du prêtre en certaines circonstances. »
Pour répondre à Mata et à Édouard-Marie et compléter ce qui a été dit, on peut dire aussi (…en me fondant sur mes souvenirs, et continuant la référence aux quatre causes) :
La cause finale est 1. la fondation de la famille et 2. la consolation des époux.
La cause formelle est l’engagement d’union perpétuelle entre un homme et une femme.
La cause matérielle est la consommation de l’union, et la vie commune en qualité de mari et de femme.
Les conditions de formation du mariage :
en ce qui concerne la cause efficiente, elles sont le libre consentement des époux et la volonté et la possibilité de consommer le mariage.
Le mariage n’est pas un simple contrat, il est un »contrat d’adhésion » à une institution sociale, et il est un sacrement catholique, dont l’essence est bien l’union volontaire, monogamique, irrévocable, perpétuelle, en vue de fonder une famille.
Une chose retient mon attention, il y est écrit : Il (le Mariage) est un sacrement catholique.
Et personne n’est venu vous reprendre, cher sieur Martial, donc je vais le faire. Non ! Le Mariage n’est pas un Sacrement catholique, c’est-à-dire qu’il n’appartient pas à l’Église catholique.
En effet, il est bien vicieux de prétendre que ce Sacrement fut institué par Jésus-Christ, et qu’ainsi l’Église (j’entends par là les prêtres) puisse légiférer dessus. Le Sacrement de Mariage fut créé et institué par Dieu le Père, en l’Éden, soit au début du monde, et il se réalisa par l’union (ou réunion puisque Ève venant d’Adam) d’Ève à Adam. De là découle le fait que le Mariage existe depuis le premier Homme, qu’il n’y a donc pas un Mariage catholique mais qu’un seul et même Mariage, et que forcément les prêtres n’ont absolument pas leur mot à dire quant à sa définition originelle. Par contre, ils devaient, et c’est bien là leur devoir, le défendre contre toutes les attaques, mais eux font l’exact opposé. Du reste, ils disent qu’il y a un Mariage naturel, mais qu’Il n’est pas un Sacrement, alors que ledit catholique le serait. Ainsi ils disent oui mais non et désobéissent alors frontalement au Christ : … que votre langage soit : Oui, oui ; Non, non ; car ce qu’on y ajoute vient du mal. (Mat. 5, 37)
Pour ces prêtres qui s’opposent au Christ, soit à l’Église, vous voulez des sources, alors lisez, afin que vous ne puissiez pas dire que vous ne saviez point : CN-2013-03, Les prêtres de l’Église catholique, bien pires que les ennemis de tous les Hommes !
A ce propos, que dit le Pape Léon XIII dans sa lettre encyclique Arcanum Divinae Sapientiae du 10 février 1880, derrière Innocent III et Honorius III :
En effet, puisque Dieu lui-même a institué le mariage, et puisque le mariage a été dès le principe comme une image de l’Incarnation du Verbe, il s’ensuit qu’il y a dans le mariage quelque chose de sacré et de religieux, non point surajouté, mais inné, qui ne lui vient pas des hommes, mais de la nature elle-même. C’est pour cela qu’Innocent III (c. 8 de divort.) et Honorius III (c. 11 de transact.), Nos Prédécesseurs, ont pu affirmer sans témérité et avec raison que le sacrement du mariage existe parmi les fidèles et parmi les infidèles.
D’ailleurs, le moindre contradicteur devrait nous avancer, s’il affirme que Notre-Seigneur Jésus-Christ a institué le Sacrement de Mariage ; quand, , et comment ? Et que l’on ne nous parle pas des noces de Cana, où Notre-Seigneur fut témoin ; ô vraiment, il ne pouvait y avoir plus grand témoin, mais il ne fut pas inventeur du Sacrement. Tout comme Notre Père dans les Cieux est témoin de chaque Mariage.
Reconnaissant cela, je peux répondre au sieur Wiking, qui je pense charitablement voulait me prouver mes erreurs, que sa preuve tombe à l’eau. Effectivement, l’Église n’a pas à autoriser ni à interdire quoique ce soit au sujet du Mariage, Elle n’a aucun droit d’y toucher ; Elle n’est pas génératrice, ni son propriétaire, mais uniquement son principal défenseur .
Commentaire du sieur Wiking :
Cher Lars,
une preuve que ce que vous dites est faux (à propos des femmes qui ayant perdu leur virginité ne pourraient plus se marier) est que l’Église autorise les veuves a se marier à nouveau.
De même, votre raisonnement laisse peu de place à la miséricorde du Bon Dieu. La religion catholique permet justement qu’une brebis galeuse (une femme de mauvaise vie) puisse devenir une bonne brebis (une épouse vertueuse). C’est le travail de la grâce et de la communion des saints.
Tout ceci nous différencie des musulmans qui font hypocritement recoudre l’hymen des jeunes filles ayant perdu leur virginité.
Maintenant reparlons de la virginité.
Commentaire du sieur gg :
Si la virginité est chose précieuse, elle l’est tout autant pour les mecs que pour les femmes !
Mais, en tout état de cause, il n’y a aucun lien entre la virginité… et la validité d’un mariage !
Le Mariage est d’abord et avant tout un CONTRAT, par lequel deux personnes LIBRES s’engagent à se donner l’un a l’autre irrévocablement et leur vie durant l’un à l’autre !
Les seuls éléments qui peuvent affecter l’invalidité de ce contrat sont l’aliénation ou l’atténuation de la volonté, et/ou de la capacité de se donner EFFECTIVEMENT l’un à l’autre (malformation, impuissance) tout cela ANTÉCÉDEMMENT à la passation du contrat !
Je ne sache pas que la non-virginité de l’homme ou de le femme… soit de nature à les empêcher d’être « une seule chair » !
D’ailleurs, pour prendre une comparaison avec l’état religieux, un Père Dominicain – le Père Lataste – avait fondé – fin XIX° – une communauté de religieuses dominicaines, les sœurs de Béthanie (*), après avoir constaté – comme aumônier de prison de femmes, à Cadillac – que des âmes magnifiques existaient derrière les barreaux : à tout péché miséricorde !
Une fois surmontées les difficultés liées aux questions de « l’apparence », il montra un jour à un autre ecclésiastique les religieuses chantant l’office, et lui demanda s’il pouvait distinguer celle qui étaient vierges de naissance… et celles… qui avaient pu être prostituées…
Rappelons nous que Saint Jean, dans l’apocalypse, nous parle de ceux qui ont « lavé leur robe dans le sang de l’agneau »…
Gare au jansénisme, ou les religieuses étaient « pure comme des anges… mais orgueilleuses… comme des démons ! »
(*) Dominicaines de Béthanie
La congrégation des Sœurs dominicaines de Béthanie a été fondée en 1866 par Jean-Joseph Lataste, prêtre dominicain.
Pour répondre au sieur gg. Vous avez une piètre considération de la virginité et finalement de la femme. Non ! Elle n’est pas tout autant précieuse pour le masculin que pour le féminin ; pensons rien qu’au langage, dit-on pareillement que pour une femme, un Homme est déshonoré ? Vous me comprenez ! Mais arrêtez donc avec votre égalité, les valeurs masculines et féminines n’ont rien d’égales. Et je pense que votre considération de la préciosité globale (autant pour les Hommes que pour les femmes) de la virginité, est bien loin de la mienne s’appliquant aux femmes. Ce ne veut pas non plus dire que la virginité pour un Homme n’est rien, mais Il est celui qui prend, non pas celui qui est pris ; et pour lui, elle n’est pas une condition si importante du Mariage. De fait, on ressent encore aujourd’hui l’importance de celle-ci pour la femme, cela découle évidemment de ce qu’on dit.
Vous dites : Les seuls éléments qui peuvent affecter l’invalidité de ce contrat sont l’aliénation ou l’atténuation de la volonté, et/ou de la capacité de se donner EFFECTIVEMENT l’un à l’autre (malformation, impuissance) tout cela ANTÉCÉDEMMENT à la passation du contrat !
Précisément, pour une femme, le fait d’avoir perdu sa virginité, de se retrouver souillée, est une forme d’aliénation ; je veux justement dire qu’elle n’est plus inaliénée (voir CNRTL) , mais bien aliénée. Effectivement, nous parlons bien de contrat, vous ne précisez pas, à tort, que le Mariage est un contrat exclusif, en plus d’être irrévocable. Mais alors, lorsqu’une femme se donne (on dit aussi commercer), elle offre sa virginité (ou affreusement la vend) et passe donc un contrat, elle a un commerce, bien-sûr, et cela est irrévocable. Elle perd sa virginité pour de bon (perte de l’hymen), elle se donne donc de façon irrévocable, et il est absurde de le nier ; donc la possibilité de Mariage s’envole, elle ne peut plus s’engager exclusivement avec un autre Homme, c’est évident ! Comme si cela ne suffisait pas, le Bon Dieu a doté la femme de l’hymen, qui est véritablement un indicateur de sa virginité, non point à l’Homme. Mais ouvrez les yeux et vos oreilles ! Á moins que cette parole ne s’adresse à vous : Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront plus la saine doctrine ; mais ils amasseront autour d’eux des docteurs selon leurs désirs ; et éprouvant aux oreilles une vive démangeaison, ils détourneront l’ouïe de la vérité, et ils la tourneront vers des fables. (II Tim. 4, 1-4)
Du reste, la virginité n’est pas que charnelle, ni représentée que par l’hymen. On peut bien penser qu’une femme ayant eu un commerce contre-nature, sans porter atteinte à son hymen, est bien de fait impure, certainement souillée, elle ne peut donc plus prétendre se marier.
Bon, considérons encore autre chose, si on en revient à l’origine du Mariage, à Adam et Ève, lorsque le Mariage fut établi, la femme, Ève en l’occurrence, était bien vierge. Au moins, l’on est sûr de la validité de ce Mariage, toutes les conditions étaient réunies, cependant si l’on veut donc le reproduire, on se retrouve dans une situation où toutes les conditions ne peuvent être réunies, et qu’il y en a des non-nécessaires. Bien sûr, dans ce cas, l’on ne peut considérer comme nécessaire le fait de ne pas subir la faute originelle, ce genre de condition, n’est pas reproductible (il n’y aurait plus la possibilité de se marier). En revanche, la virginité, elle, oui ! Qui alors de sensé viendra me dire que ce n’est pas une condition nécessaire, et qu’il ose en plus me demander de lui prouver le fait, celui que j’avance ? Retournement malicieux ! S’il y a bien quelqu’un qui doit prouver quelque-chose à propos de la virginité, c’est cette personne. J’attends l’aventurier téméraire qui s’y risquerait.
Finalement, rétablissons une bonne chose, qui m’est malicieusement, et pour le moins injustement reprochée.
Mon raisonnement laisserait peu de place à la Miséricorde de Dieu ?! Ou l’accusation gratuite qu’on peut traduire par : Que vous disiez vrai importe peu, ce qui compte c’est que vous troubliez mes émotions, mes sentiments, et ça je ne l’accepte pas.
Car oui, vous confondez Miséricorde et Justice de Dieu ! En vérité, vous les opposez, et cette confusion me semble partagée sur le site. Dieu est infiniment Juste et infiniment Miséricordieux. Mais ce que vous appelez de façon sacrilège Miséricorde de Dieu, n’est que le reflet de vos émotions complexées, désordonnées, féminisées. Oui, la féminisation c’est typiquement la révolte contre le Masculin, contre l’Autorité, et c’est forcément un éloignement de la femme de sa place auprès de l’Homme, subordonnée à l’Homme. Et vous, vous avez peur de dire la vérité, vous faîtes comme si c’était méchant de remettre la femme à sa place, c’est-à-dire de la remettre dans l’ordre établi par Dieu, alors que ce n’est que suivre la Justice. Pourtant c’est vous les méchants, parce qu’enseignant le contraire de la vérité. Si une femme s’est rendue impure, lui faire croire qu’elle peut très bien à nouveau se marier, et qu’elle ne doit pas faire véritablement pénitence, c’est-à-dire le restant de sa vie, et de se consacrer uniquement à Dieu, c’est vraiment horrible.
En plus, ce n’est pas la première fois que je témoigne sur le site Le CatholicaPedia Blog, jamais aucune réponse sur ce que j’avançais de pourtant bien grave, et aussitôt qu’une personne dans le doute, dans le besoin de vérité, se présente et pose une question sincère qui appelle une réponse de même nature, alors viennent les contradicteurs. Comme si, les démons ne s’attardaient pas sur les personnes apportant des arguments en faveur de la Vérité ; mais se déchaînaient sur ceux, hésitant, qui voudraient aller vers Elle, les bloquant immédiatement dans leur légitime questionnement, afin qu’ils ne cherchent surtout plus, et se contentent de convictions relativement partagées et répandues.
Il faut bien le dire, oui l’Église permet aux brebis galeuses de devenir de bonnes brebis, c’est-à-dire aux femmes de mauvaises vie, de se racheter, de se laver dans le sang de l’Agneau, de se réconcilier donc avec leur Dieu, et non d’effacer leurs actions passées et leurs conséquences. Pour cela il n’y a que la pénitence, et la pénitence c’est souffrir, non pas pour atteindre le bonheur sur terre, se marier et devenir une bonne épouse, mais pour gagner le Ciel et atteindre le véritable Bonheur, Notre Dieu !
Ainsi, ce n’est pas parce qu’il y a de belles Âmes dans des prisons de femmes qu’Elles ne méritent pas leur châtiment, et d’ailleurs, peut-être que sans ces prisons, leur Âme ne serait pas aussi belle. De plus, qui décide de la Miséricorde, certainement pas nous ; ne comprenez-vous pas que les souffrances de ce monde et ses si légers châtiments nous épargnent le châtiment éternel, je veux parler de la peine du Dam. Là est la Miséricorde ! Prenons un Saint exemple, Sainte Marie-Madeleine, demande t-elle à se marier après avoir été pardonné par Notre-Seigneur ?! Oh non ! Je ne veux même pas l’imaginer ! Elle va finir sa vie dans les pénitences, quel bonheur ! Quel gloire qui l’attend ! Et vous, vous essayez de décourager les femmes impures à faire pénitence le reste de leur vie, c’est-à-dire à travailler à leur Bonheur et à leur Gloire au Paradis. Aveugles que vous êtes ! Ne sachant pas ce que représente la virginité, vous ne pouvez pas comprendre ce que ressent une femme impure en sa conscience, elle n’attends qu’un petit coup de pouce pour aller vers le Seigneur, et vous ne faîtes que l’entraînez au fond de l’enfer par vos mensonges ! Elle, elle sait bien ce qu’elle a fait, et s’étant déjà donnée, ayant déjà été prise, elle sait qu’elle ne pourra véritablement se donner à un autre Homme, qu’il ne pourrait y avoir d’union absolue avec, que cela resterait un perpétuel mensonge, peu importe à la profondeur à laquelle il serait enfouit.
Et comme il faut bien que je termine, je m’adresse à vous, sieur Jean-Marie de la Salle.
Commentaire du sieur Jean-Marie de la Salle :
Cher Wiking merci de votre commentaire salutaire Mata et moi même vous remercions bien.
Vous avez lu ce que j’ai dit au-dessus, pouvez-vous donc dire ce qui est salutaire ? C’est très important ! Sachez que ce n’est pas en se rassurant que l’on gagne le Ciel ; mais que c’est en travaillant pour son Salut, donc en cherchant ardemment la Vérité, que l’on peut sincèrement se rassurer. Sinon, point d’honnêteté ! Méditez sérieusement votre propre commentaire...
Craigniez, à tous je vous le dis, craigniez de n’être trop endurci ! Il n’y a pas pire, vraiment, et c’est une menace que je vous fait ; toutes ces choses sont si graves, et il y en a comme le sieur Jphe qui en sont à la moquerie !
(II Tim. 4, 1-4) Je t’adjure, devant Dieu et Jésus-Christ, qui doit juger les vivants et les morts, par Son avènement et par Son règne, prêche la parole, insiste à temps et à contretemps, reprends, supplie, menace, en toute patience et toujours en instruisant.
Commentaire du sieur Jphe :
Bah, c’est simple : L’ami Lars est un étourdi ; il a confondu La Sainte Bible avec le coran démoniaque…
Endurcissement et Aveuglement ! En cela vous ne faîtes que suivre les prêtres, et après on s’étonne du recul interminable de la Chrétienté ! Mais vous êtes encore plus dans le mensonge que des musulmans ou même des païens, alors que vous connaissez la Vérité ! S’ils ne se convertissent pas, c’est bien à cause de ces chrétiens, ces catholiques, ces prêtres, qui ne font qu’agir contre la Vérité. Attention ! Car vous portez aussi le poids de leur aveuglement. Oui vraiment, vous n’avez aucune excuse ; vous disant catholique vrai de vrai, vous n’êtes pas aussi ignorant que certains. Et si vous ne pouvez toujours pas voir, alors je ne peux définitivement plus rien faire, mais je sais que je n’aurai pas perdu mon temps.
Veuillez considérer qu’en tout cela, très sincèrement et très charitablement, je prie pour ne point m’être trompé et avoir bien parlé. J’aurai fait de mon mieux pour témoigner de la Vérité, et combattre les erreurs, malgré mes pauvres capacités ; et vraiment, je désire de tout mon cœur aimer les hommes comme Mon Seigneur les aime infiniment.
2.B.1.b - Seconde partie
Le texte qui suit fut déposé en tant que commentaire, toujours sur la même page, à l’encontre du modérateur pour dénoncer une censure particulièrement injuste, bien plus pour mes interlocuteurs qui ignorent ma réponse, que pour moi-même qui ne fait que témoigner.
Mon avertissement que je voulais déposer sur Le CatholicaPedia Blog :
Vous savez, Jésus disait aussi : Est-ce qu’on apporte la lampe pour la mettre sous le boisseau, ou sous le lit ? N’est-ce pas pour la mettre sur le candélabre ? Car il n’y a rien de caché qui ne doive être découvert, et rien ne se fait en secret qui ne doive paraître en public. » (Marc 4, 21-22)
Votre modération anormalement longue, et plus que douteuse, agit contre vous. De même vous privez mes autres interlocuteurs de leur réponse, vous êtes responsable de leur ignorance. Vous ne pouvez rien cacher, à la fin du monde, tout sera dévoilé. De plus, seuls les méchants occultent. En effet, soit j’annonce la vérité, et vous êtes gravement coupable de la dissimuler, vous en avez honte ; soit je suis dans l’erreur, et vous êtes gravement coupable de l’inverse de la charité, donc de me laisser me damner, et peut-être même répandre mes erreurs ailleurs. Point de milieu en cela. J’aurais bien peiné pour vous et mes contradicteurs, mais ça ne vous a pas atteint, Dieu en est témoin.
2.C - Conclusion
Il est assez explicite que le (ou les) auteur(s) du site, Le CatholicaPedia Blog, n’ont pas voulu reconnaître leurs erreurs et encore moins leur endurcissement ; et de ce fait, qu’ils persévèrent dans le mal. Néanmoins, cet article est là, et je pense que si ils veulent sincèrement s’amender, ils auront l’occasion de le faire. De plus, pour ceux qui sont intervenus sur la page, mes autres interlocuteurs, et n’importe qui pouvant être leurré par les commentaires de cette page, j’espère les aider à se détromper en ayant affiché cette réponse.
J’essaierai d’avertir de cet article sur la page concernée, mais de toute façon, ayant dans mes précédents commentaires fourni des renvois vers le site de l’ŒRFAEP, les lecteurs sincère n’auront pas de mal à retrouver ma réponse, les autres n’ont tout simplement aucune excuse.
Je remercie encore une fois l’auteur de l’ŒRFAEP de m’avoir permis de publier mon texte. Et je nous souhaite à tous de pouvoir demeurer dans le Sein de Notre-Seigneur, pour l’éternité.
Lars

MS-2014-01 - Une nouvelle rubrique : Mots de Sympathisants.

Du : 22.02.2014, existe en PDF ici : ND. Actualisé : sam. 22 févr. 2014, 20.40.
Table de ce document, MS-2014-…
1 - Une nouvelle rubrique : Mots de Sympathisants.
1.A - Présentation de cette nouvelle rubrique.
1.A - Présentation de cette nouvelle rubrique.
En la fête de la Chaire de Saint Pierre à Antioche,
le samedi 22 février 2014,
ce document Lui est confié.
Chers Lecteurs, Chefs et futurs Chefs de Famille,
Cette nouvelle rubrique est appelée Mots de Sympathisants (MS), elle recueillera comme son nom l’indique des mots que certaines personnes sympathisantes de notre Œuvre ne peuvent déposer ailleurs, ils sont aussi des soutiens à notre Œuvre...
Cette rubrique n’est ouverte, évidemment, est-il nécessaire de le préciser !, qu’aux Hommes, ce conformément à la Loi naturelle ainsi rappelée par Saint Paul : Que les femmes se taisent dans les églises [ou toute assemblée], car il ne leur est pas permis de parler ; mais qu’elles soient soumises, comme le dit aussi la loi. Si elles veulent s’instruire sur quelque chose, qu’elles interrogent leurs maris à la maison ; car il est honteux pour une femme de parler dans l’église [ou toute assemblée]. (I Cor. 14, 34-35)
Cette rubrique est ouverte à tout Homme désirant apporter ses Mots de Sympathisants, quant-au Sacrement de Mariage, à la Famille, ce dans la droite ligne de notre Œuvre, et avec : probité, courtoise, pureté, Vérité !
Origine de cette ouverture, notre premier Sympathisant.
Ayant ressenti la nécessité de laisser s’exprimer en notre site une personne scandaleusement évincée des commentaires sur un autre site, ce uniquement parce qu’elle tenait tête poliment mais fermement aux erreurs par eux énoncées ; et, ayant eu avec elle, et avant et depuis, des échanges privés nous garantissant sa rectitude de pensée, nous lui avons proposé d’écrire en notre site, plus aisément qu’en un commentaire (longueur, présentation du texte, etc.).
Nous lui imposons que de conserver les styles et la présentation générale, tout le reste n’est que ce qu’elle désire écrire...
Toutefois, nous gardons bien évidemment la responsabilité totale de tout ce qu’elle exprimera.
De cette personne, nous n’en dirons pas plus, c’est à elle de se présenter.
Chers Chefs et futurs Chefs de Famille, nous vous demandons d’accueillir bien cordialement parmi nous ce Sympathisant qui va apparaître en la prochaine publication.
Chers Chefs et futurs Chefs de Famille, que le Bon Dieu Vous bénisse, Vous et tous les Vôtres !
Pour la Vérité,
QJSIOJC