Les erreurs et instabilités de l’hébergeur Blogger (Google) :

Liens internes (menus et notes maintenant inopérants sur certaines pages ; sélectionnez le point à atteindre, et recherchez la cible... Patience… ! Pour atteindre les notes (vous pouvez faire copie de la page) cherchez : ♣

Perte d’une page par Blogger, message « Désolé, la page que vous recherchez dans ce blog n'existe pas. », recherchez le titre avec lien valide ici : Nos divers documents. Si nous ne l’avons pas encore détecté nous en faire part ici orfaep@gmail.com, merci.

jeudi 30 octobre 2008

Diverses prières pour la Famille

Dernière mise à jour de cette page : le mercredi 16 avril 2014, à 22.33.
Table de ce document :
0 - Introduction de l’ŒRFAEP
1 - Ange Gardien - Consécration à son…
2 - Bénédictions, maritales, paternelles.
3 - Confession - Prière pour demander une bonne…
4 - Conseil - Prière à Notre-Dame du Bon…
5 - Consécration personnelle au Sacré-Cœur de Jésus
6 - Entente familiale - Prière pour obtenir l’…
7 - Épouse affligée - Prière d’une…
8 - Exorcisme de Léon XIII
9 - Oraison universelle du Pape Clément XI.
10 - Repas - Prières avant et après le…
11 - Symbole de Saint Athanase
12 - Voyage - Prière du…
13 - Commentaires de l’ancienne page
0 - Introduction de l’ŒRFAEP
Ce point pourrait être développé sur demande…, vous pouvez aussi nous proposer d’autres prières, traditionnelles…
0.A.1 - Ce document existe en PDF
Vous pouvez télécharger ces Diverses prières pour la famille de notre Œuvre pour la Restauration de la Famille par l’Autorité ; de l’Époux, du Père. (ŒRFAEP), de notre site Restauration de la Famille par l’Autorité., avec nos autres PDF’s, ici : Tous nos documents en un fichier ‘zip’ !
0.A.2 - Qu’est-ce que prier ?
Prier, c’est demander à Dieu Son aide, Sa grâce, sans laquelle nous ne pouvons rien !, ni choisir et faire le bien, ni Le louer ou Lui rendre grâce (remercier).
Prier, ce n’est pas se moquer de Dieu, ainsi, l’on ne peut Le prier de nous protéger, et croire que l’on peut faire ensuite n’importe quoi !, par exemple :
→ un Homme qui conduirait avec un bandeau sur les yeux, rassuré qu’Il serait parce qu’ayant demandé à Dieu de Le protéger (prière du voyage : Voyage - Prière du…) ;
→ une femme qui irait avorter, rassurée qu’elle serait parce qu’ayant demandé au Bon Dieu que cela se passe bien pour elle ;
→ un Homme, ou une femme, qui demanderait l’entente familiale (Entente familiale - Prière pour obtenir l’…), alors que dans le même temps Il, ou elle, ne respecterait pas la Loi sacrée qui régit le Sacrement de Mariage, la vie familiale ;
→ etc.
0.A.3 - L’on ne se moque pas de Dieu !
En effet : Ce ne sont pas tous ceux qui Me disent : Seigneur, Seigneur, qui entreront dans le royaume des Cieux ; mais celui qui fait la volonté de Mon Père qui est dans les Cieux, celui-là entrera dans le royaume des Cieux. (Mat. 7, 21)
Ainsi donc, avant de prier, désirant être exaucés, nous devons nous demander : Qu’est-ce que la Volonté de Dieu, Son Père, selon Notre Seigneur Jésus-Christ, en ce qui regarde la Famille ?
0.A.4 - Qu’est la Volonté de Dieu quant-à la Famille ?
La Volonté de Dieu en ce qui regarde la Famille, c’est, comme tous nos documents le développent, et très résumé ainsi :
→ un Homme, Époux, résolument et énergiquement, et héroïquement si nécessaire : Chef absolu de Sa Famille-Maison !
→ une femme, épouse, résolument et énergiquement, et héroïquement si nécessaire : amoureusement et très révérencieusement soumise en toutes choses, et ce sans aucune échappatoire (chicanes inspirées par le diviseur : Lucifer) possible à son Époux, son Maître et Seigneur.
Dans ces dispositions, nos prières seront forcément exaucées comme le Bon Dieu nous l’a promis !
0.A.5 - Hors de cette Volonté, il est vain de prier.
Sinon, par exemple, il est absolument vain de réciter, même ardemment et ce tous les jours, la prière pour obtenir l’entente familiale : Entente familiale - Prière pour obtenir l’…
Toutefois, si l’un des deux époux ne respecte pas la Loi de Dieu (Époux lâchement absent à la barre de la nef familiale (20%, Époux lâchement fatigué par Sa difficile épouse), ou épouse révoltée (80%+20%, comme vu dans la parenthèse précédente), l’époux lésé peut bien sûr prier, prier et souffrir, et très certainement le Bon Dieu permettra que la Paix revienne. Par exemple, voire cette prière : Épouse affligée - Prière d’une…
La Paix (familiale) ne s’obtient que dans la Vérité !
Il est fol de vouloir remplir un tonneau sans fond !…
1 - Ange Gardien - Consécration à son…
Consécration à son Ange Gardien.
Saint Ange gardien, vous que Dieu m’a donné pour être mon protecteur et mon guide dès le début de mon existence, ici, en présence de Dieu mon Seigneur et Maître, de Marie, ma céleste Mère, de tous les Anges et des Saints, moi [se nommer], pauvre pécheur, je me consacre aujourd’hui à vous ; je vous supplie de me prendre par la main et de ne plus me lâcher. Par cette main devenue la vôtre, je promets fidélité et obéissance constantes à Dieu et à la sainte Église ; je promets de vénérer toujours Marie, comme ma Souveraine, ma Reine et ma Mère et d’imiter sa vie ; je promets aussi de toujours vous vénérer, vous, mon saint protecteur, et de propager selon mes moyens la dévotion aux saints Anges, afin d’obtenir les secours de votre protection, qui sont spécialement promis en ces temps-ci où des combats spirituels se livrent pour ou contre le Royaume de Dieu.
Obtenez-moi, je vous en prie, saint Ange de Dieu, que l’Amour parfait me consume, et qu’une foi à toute épreuve me garde de tout faux pas. Par votre main puissante, écartez de moi les assauts de l’enfer. Je vous demande par l’humilité de Marie, de nous libérer de tous les dangers, afin que, sous votre égide, je parvienne aux portes de la Cité céleste.
Ainsi soit-il.
2 - Bénédictions, maritales, paternelles.
Ce chapitre est en gestation, nous vous le livrons tel-quel ; plus tard, il sera développé et publié séparément.
Table de ce chapitre :
2 - Bénédictions, maritales, paternelles.
2.A.1 - Par ces temps troublés, d’apostasie générale.
2.A.2 - Or, le Chef de Famille est prêtre en et sur Sa Maison !
2.A.3 - Puissant de la Paternité divine, l’Époux bénit comme Dieu !
2.A.1 - Par ces temps troublés, d’apostasie générale.
Par ces temps troublés, d’apostasie générale, et ce jusqu’au plus haut niveau, jusqu’au niveau dudit Chef de ladite Église catholique, l’‘apparente’, celle qui occupe le Siège Apostolique de Rome, nous n’avons plus de prêtre à qui nous fier, pas même ceux de la FSSPX qui sont pour le moins hautement suspects, et au ‛mieux’, ils doivent être prudentiellement envisagés comme corrompus.
En ne regardant que les diverses bénédictions, vous ne devez surtout pas donner à des fils de Satan, des cloaques d’impureté*, d’emprise sur vous, directement (vous bénir) ou indirectement (bénir l’eau par ex.). Car au lieu de faire intervenir Dieu (bénédictions), vous ferriez intervenir le Malicieux (malédictions, maléfices) ! En effet, il n’y a pas de milieu en ceci, c’est soit de Dieu ou soit du Malin !
2.A.2 - Or, le Chef de Famille est prêtre en et sur Sa Maison !
Oui, le Chef de Famille est prêtre en sa Maison comme toute notre étude le démontre, le dévoile plutôt, en voici une de ces confirmations :
Le Chef, Époux-Père, est Roy et Prêtre. C’est ce que nous confirme, entre autres auteurs, Mgr Jean-Joseph Gaume, ... il est revêtu de la double autorité du sacerdoce et de l’empire ; Il est bien Prêtre et Roy en sa Maison !
Pour : revêtu de la double autorité :
Voir : DP-5.C.9, L’autorité du Père est la plus complète : sacerdoce et empire.
2.A.3 - Puissant de la Paternité divine, l’Époux bénit comme Dieu !
Rien que quelques passages d’un très beau texte :
Et ce qu’il y a ici de très remarquable, c’est que non seulement l’autorité des pères de famille est le modèle de l’autorité publique, mais l’autorité pontificale elle-même, dès les premiers jours du monde, fut aussi une expression de l’autorité paternelle.
Aujourd’hui encore, après que le sacerdoce évangélique a été institué par Jésus-Christ, le Prince des apôtres n’enseigne-t-il pas que les chrétiens, - et saint Augustin l’expliquait particulièrement des pères de famille, - doivent exercer dans leurs maisons une sorte de sacrificature spirituelle ? n’enseigne-t-il pas qu’ils sont honorés par Dieu lui-même d’une mystérieuse dignité qui leur donne les droits, et leur impose les devoirs d’un ministère sacré ; que Dieu, en un mot, les a élevés à un sacerdoce royal, et qu’en les faisant comme des rois, il les a faits aussi comme des prêtres dans leurs familles, pour y offrir des hosties spirituelles, c’est-à-dire les sacrifices de l’adoration, de la louange, de la prière et des bonnes œuvres : Regale sacerdotium, sacerdotium sanctum, offerre spirituales hoslias ? (1 Petr., II, 5.)
[…] Non : il n’y a sur la terre ni droits, ni devoirs, ni grandeur, ni autorité comparable aux droits, aux devoirs, à la grandeur et à l’autorité d’un père !
Et je n’ai rien dit encore du témoignage le plus élevé de la puissance paternelle, de ce qui exprime plus sensiblement ici-bas le caractère divin de cette puissance. Qu’est-ce à dire ? Le voici.
Le père bénit, et il peut maudire aussi ! comme Dieu.
On redoute la malédiction de Dieu ~ on demande à Dieu sa bénédiction. On redoute aussi la malédiction d’un père ; c’est comme la malédiction de Dieu même. On sollicite, on reçoit avec religion, à genoux la bénédiction d’un père ; on s’incline sous la main paternelle, comme sous la main de Dieu.
Nulle puissance, nulle grandeur humaine n’eut jamais ce droit Sur la terre. Qu’on veuille bien le remarquer.
Le père seul bénit et maudit.
La magistrature est une grande institution sans aucun doute. Les magistrats ne bénissent pas. Ils vengent la justice, ils condamnent à mort ; ils n’ont pas le droit de maudire.
Le prince est plus grand encore, il est, selon le langage des saintes Écritures, le ministre de Dieu pour le bien : minister Dei in bonum ; le prince ne bénit pas, La majesté royale n’a pas été élevée à cette dignité.
La bénédiction, c’est le propre de la majesté paternelle et de la majesté divine.
J’ai beau remonter les siècles et consulter l’histoire : je ne trouve que Dieu, les ministres de Dieu en son nom, et les pères de famille qui bénissent : et encore cela ne se voit-il que dans la vrai religion, tant c’est une chose divine
Qu’est-ce donc que bénir ?
Quand j’étudie la bénédiction en Dieu d’abord, et que je recherche religieusement, dans nos Livres divins, ce que fait Dieu lorsqu’il bénit, je trouve toujours que c’est une œuvre de puissance et d’amour. Je dis une œuvre : car la bénédiction de Dieu ne souhaite pas seulement le bien qu’elle dit ; elle le fait.1
3 - Confession - Prière pour demander une bonne…
Attention !, attention, ne vous confessez surtout pas aux prêtres, aux cloaques d’impureté* [Lisez-moi] !, pensez à la confession spirituelle.
Mais surtout, surtout ne laissez pas vos femmes (épouse, filles, etc.), et vos garçons aussi, approcher de ces pervers !, si seulement vous vouliez savoir à quoi leur sert ce confessionnal !, alors, vous liriez nos documents.
Ceci pourrait être développé sur demande…
Prière pour demander une bonne confession.
Seigneur, aidez-moi à connaître mes péchés, éclairez-moi, ouvrez mes yeux, éloignez de moi le démon qui me cache la vérité, aidez-moi à connaître ce que j’ai fait contre vous, contre mon prochain et contre moi-même. Montrez-moi que j’ai péché par des actions mauvaises et méchantes, par des paroles déshonnêtes et fausses, par des pensées inconvenantes…
Montrez-moi mes oublis et mes omissions à faire et à dire le bien. Seigneur, mettez en moi la grâce de regretter sincèrement le mal que j’ai fait et l’omission du bien. Faites-moi la grâce de la contrition par amour de Vous, d’une franche et bonne confession et d’une sincère réparation.
Ô Marie, Mère de Dieu et ma Mère, en vertu de ce tendre et fidèle amour avec lequel Jésus, attaché à la Croix, vous a confiée à saint Jean, je me confie à vous. Je vous supplie de veiller sur moi, de m’assister et de ne pas me quitter pendant que j’examine ma conscience.
Mon bon ange gardien, à qui la divine Providence m’a confié, je regrette de n’avoir pas été assez attentif à vos inspirations ; je vous demande, aujourd’hui, de m’éclairer, de me protéger, de me diriger et de me gouverner, pour que je fasse un bon examen de ma conscience.
4 - Conseil - Prière à Notre-Dame du Bon…
Prière à Notre-Dame du Bon Conseil.
Poussés, ô Vierge Sainte, par la pénible incertitude que nous éprouvons dans la recherche et l’acquisition du Vrai et du Bien, nous nous jetons à vos pieds et nous vous invoquons sous le nom si doux de Mère du Bon Conseil. Nous vous supplions, venez à notre secours en ce temps où, par les chemins du monde, les ténèbres de l’erreur et du mal conspirent à notre perte en égarant les esprits et les cœurs.
Siège de la Sagesse et Étoile de la Mer, donnez la lumière aux victimes du doute ou de l’erreur afin que les faux biens ne les séduisent point ; affermissez-les contre les forces ennemies et corruptrices des passions et des péchés.
Mère du Bon Conseil, obtenez pour nous de votre divin Fils l’amour de la vertu et, dans les passages incertains et difficiles, la force d’embrasser ce qui convient à notre salut. Soutenus par votre main, nous cheminerons sans dommage par les sentiers que nous enseignent les exemples et les paroles de Jésus, notre Sauveur ; et après avoir, sous la conduite de votre Étoile maternelle, suivi à travers les luttes d’ici-bas, dans la liberté et la sécurité, le Soleil de la Vérité et de la Justice, parvenus enfin au port du salut, nous jouirons avec vous de la Paix totale et éternelle.
Ainsi soit-il. – 3 Je vous salue Marie… – Gloire au Père…
Prière de S. S. PIE XII. Le 23 janvier 1953
5 - Consécration personnelle au Sacré-Cœur de Jésus
Cette Consécration personnelle au Sacré-Cœur de Jésus
a été ajoutée en la fête du Christ-Roy 2011,
le dimanche 30 novembre, en Son honneur !
Résumé
À une époque où nous signons tous des contrats pour nous garantir, nous prémunir, nous assurer en de multiples domaines, comment ne pas s’émerveiller que le Sacré-Cœur de Jésus (image ci-contre2) nous propose lui aussi un contrat qui Lui s’engage à honorer quand-bien même nous négligerions nous-même de l’honorer.
En échange du soin que nous aurons des siennes, Jésus s’engage à prendre soin de nos affaires. Ce chapitre explique l’importance de la consécration personnelle au Sacré-Cœur de Jésus, demandée par Jésus à Sainte Marguerite-Marie, et en quoi elle consiste.3
Note de l’ŒRFAEP4
Exceptionnellement, uniquement pour cette Consécration personnelle au Sacré-Cœur de Jésus, le texte en bleu n’est pas de nous, le texte en rouge signale les citations faites par l’original ! Nous avons reproduit le plus fidèlement possible la présentation originale, après la table des matières qui suit, les textes sont l’exacte reproduction de cet original...
Table de ce chapitre :
5 - Consécration personnelle au Sacré-Cœur de Jésus
5.A - Importance de la dévotion au Sacré-Cœur
5.A.1.a - Trois sortes d’âmes
5.A.1.b - Un grand remède
5.A.2 - Deux sortes de dévotion
5.B - La Consécration
5.B.1 - Un contrat
5.C - Première partie de la consécration
5.C.1 - Ce que l’on doit offrir
5.C.1.a - 1 - Ton âme
5.C.1.b - 2 - Ton corps.
5.C.1.c - 3 - Ta famille.
5.C.1.d - 4 - Tes biens temporels.
5.C.1.e - 5 - Tes biens spirituels.
5.D - Seconde partie de la consécration
5.D.1 - Genre d’apostolat
5.D.1.a - 1- La prière.
5.D.1.b - 2 - Le sacrifice.
5.D.1.c - 3 - Occupations.
5.D.1.d - 4 - Propagande.
5.E - La réparation
5.F - Conclusion
5.G - Consécration pour tous les jours
5.H - Neuvaine pour se préparer à chaque premier vendredi du mois.
5.I - Acte d’Adoration Réparatrice
Imprimatur J.C. Chaumont
Évêque auxiliaire de Montréal
16 novembre 1940
Voici maintenant le texte original de cette consécration :
5.A - Importance de la dévotion au Sacré-Cœur
5.A.1.a - Trois sortes d’âmes
Repose-toi, donc, un peu, âme chrétienne, et écoute les douces paroles du Cœur de Jésus, de ce Dieu d’amour et de miséricorde qui ne souhaite que ton bien.
Dis-moi, mon fils, es-tu heureux ? Es-tu satisfait ? Ton Cœur est-il tranquille ? Jouit-il de cette paix, de ce repos qui ressemble au repos du sable au fond des mers très profondes ? Peut-être es-tu une de ces âmes qui pleurent parce qu’elles tombent à chaque pas dans un péché, et, comme des colombes aux ailes souillées de boue, ne peuvent point prendre leur essor vers des régions plus pures ? Peut-être es-tu une de ces autres âmes qui se traînent sur la voie de la vertu avec la froide pesanteur de cette phtisie de l’esprit qu’on appelle tiédeur ? Peu être encore es-tu de celles qui ne vivent pas dans le péché ni dans la pratique de la vertu, mais dont les yeux reflètent le découragement, parce que, comme des aigles aux ailes coupées, elles ne font que se lancer et se relancer dans l’espace sans parvenir jamais à prendre leur vol, ou, comme des voyageurs contraints de s’avancer sur un terrain toujours mouvant, elles se fatiguent de marcher sans cesse et de faire si peu de chemin… Si tu savais comme je plains ces pauvres âmes… et elles sont si nombreuses !
5.A.1.b - Un grand remède
Mais écoute les paroles de consolation que j’ai confiées à mes confidents les plus intimes pour qu’elles soient comme les fils électriques par lesquels puisse arriver au monde le feu de mon Cœur plein d’amour : « … Les trésors de grâces et de bénédictions que ce Sacré-Cœur renferme, sont infinis, je ne sache pas qu’il y ait nul exercice de dévotion dans la vie spirituelle qui soit plus propre pour élever en peu de temps une âme à la plus haute perfection et lui faire goûter les véritables douceurs que l’on trouve au service de Jésus-Christ (5). »
« Je ne sais, ma chère Mère, si vous comprendrez ce que c’est que la dévotion au Sacré-Cœur de Notre-Seigneur Jésus-Christ, dont je vous parle, laquelle fait un grand fruit et changement en tous ceux qui s’y consacrent et adonnent avec ferveur (6). »
« Pour, les personnes séculières, elles trouveront, par le moyen de cette aimable dévotion, tous les secours nécessaires à leur état, c’est-à-dire la paix dans leurs familles, le soulagement dans leurs travaux, les bénédictions du ciel dans toutes les entreprises, la consolation dans leurs misères ; et c’est proprement dans ce Sacré-Cœur qu’elles trouveront un lieu de refuge pendant toute leur vie et principalement à l’heure de la mort. Ah ! qu’il est doux de mourir après avoir eu une tendre dévotion au Sacré-Cœur de Jésus-Christ (7). »
« Faites en sorte, surtout, que les personnes religieuses l’embrassent, car elles en retireront tant de secours qu’il ne faudrait point d’autre moyen pour rétablir la première ferveur et la plus exacte régularité dans les communautés les moins réglées, et pour porter au comble de la perfection celles qui vivent dans la plus grande régularité (8). »
« Un jour de vendredi, pendant la sainte communion, il dit ces paroles à son indigne esclave : Je te promets, dans l’excessive miséricorde de mon Cœur, que son amour tout-puissant accordera à tous ceux qui communieront neuf premiers vendredis de mois de suite, la grâce de la pénitence finale ne mourant point dans ma disgrâce et sans recevoir leurs sacrements, mon divin Cœur se rendant leur asile assuré au dernier moment (9). »
« Notre glorieux protecteur saint Michel, accompagné d’une innombrable foule d’esprits angéliques, me certifia une fois encore qu’il était chargé de la cause du Sacré Cœur comme d’une des plus grandes affaires de la gloire de Dieu, et de l’utilité de l’Église qui, dans toute la série des siècles, se soit offerte depuis que le monde existe… Ce mystère caché aux siècles, ce sacrement manifesté de nouveau au monde, ce dessein de toute l’éternité en faveur des hommes, mais découvert maintenant à l’Église, est, pour ainsi dire, un de ceux qui gagnent l’attention d’un Dieu soigneux de notre bien et de la gloire du Sauveur (10). »
Il me semblait voir (intérieurement) cette lumière, le Cour de Jésus, ce soleil adorable, qui faisait descendre ces rayons sur la terre, d’abord plus étroitement, puis s’élargissant, et enfin illuminant le monde entier. Et il dit : de l’éclat de cette lumière les peuples et les nations seront éclairés, et de son ardeur ils seront réchauffés (11). »
Dis-moi, maintenant, mon fils, avec sincérité, si, après avoir lu ces lignes, tu ne commences pas à croire que la dévotion au Sacré Cœur est quelque chose de bien grand dans le monde ! Oui, mon fils, si tu en doutes, étudie cette question et tu pourras te convaincre par toi-même ; c’est cette conviction personnelle que je désirerais le plus dans tous mes fidèles, et surtout chez mes prêtres et chez les religieux. Je ne désire point qu’ils y croient parce qu’ils en ont lu ou entendu dire telle ou telle chose ; mais qu’ils connaissent parce qu’ils ont vu ; c’est comme cela que se forment les convaincus, les seuls qui font quelque chose sur la terre.
Oh ! si tu arrivais à être un de ces convaincus de mon Cœur !
5.A.2 - Deux sortes de dévotion
Mes bijoux les plus précieux gisent, hélas ! au fond de mon trésor, parce que beaucoup ne se sont pas aperçus de leur présence. Cette dévotion est un filon d’or qui traverse tout le champ de l’Église ; généralement, on n’exploite que les couches les plus proches de la surface, que tous peuvent percevoir et dont on peut profiter sans trop de travail.
Qui ne connaît, par exemple, la communion des premiers vendredis du mois et la consécration des familles ? Qui n’a pas assisté quelquefois à une fête célébrée en mon honneur ? Qui n’a pas donné son nom à quelque Confrérie et n’y remplit pas ses devoirs les plus faciles ? Tous ceux qui font cela, ce sont les voyageurs qui, passant sur le filon d’or, remuent un peu la terre et se contentent des quelques grains qu’ils peuvent ramasser. Mais il y en a très peu qui veulent approfondir la mine, très peu qui veulent être mineurs de profession.
5.B - La Consécration
En effet, la consécration est la pratique fondamentale de la dévotion à mon Cœur amoureux. Combien de personnes font chaque jour leur consécration en la lisant dans un livre de prières, et, cependant, ce ne sont pas des âmes vraiment consacrées ; elles ne font point consécration, elles la lisent ; ce sont des liseuses de consécrations. Écoute donc, mon fils, en quoi consiste la véritable consécration comme je l’ai expliqué moi-même à mes amis les plus proches, et comme ils l’ont enseigné dans leurs écrits et l’ont confirmé de leur exemple.
5.B.1 - Un contrat
Leur consécration peut se réduire à un contrat ; à ce même contrat que j’offris un jour à mon premier apôtre en Espagne, Bernard de Hoyos, et que j’avais proposé en d’autres termes à sainte Marguerite : « Aie soin de moi et de mes affaires et j’aurai soin de toi et des tiennes. » Avec toi aussi, je désirerais faire ce contrat. Moi, qui, étant, comme je le suis, Seigneur de toutes choses, pouvais demander sans conditions, j’aime les pour parlers avec mes créatures. Vois, mon fils, comme je m’abaisse. Et toi, veux-tu faire ce contrat avec moi ? N’aie point peur de perdre. Quand je traite avec mes créatures, je suis bénin et si condescendant qu’on dirait qu’on me trompe. Et puis, c’est un contrat qui ne t’obligera sous aucune sorte de péché. Car je ne veux point des obligations qui étouffent ; je veux de l’amour, de la paix, non des angoisses, ni des sursauts de conscience.
Comme tu le vois, le contrat a deux parties dont l’une m’oblige moi-même ; l’autre te concerne. À moi d’avoir soin de toi et de tes affaires ; à toi d’avoir soin de Moi et des miennes. N’est-ce pas que ce contrat est très doux ?
5.C - Première partie de la consécration
Commençons donc par ma partie. J’aurai soin de toi et de tes affaires. Pour cela, il est nécessaire que toutes tes choses, ton âme, ton corps, ta santé, ta famille, tes préoccupations, tout, en un mot, soit dans les mains de ma divine Providence, et que tu me laisses faire. Je veux tout arranger selon mon bon plaisir et avoir pour cela les mains libres. Ainsi, je désire avoir toutes les clefs ; que tu me donnes la permission d’en user, toutes les fois que je le voudrai, sans épier mes pas ; que tu n’exiges jamais de moi la raison de ce que je fais dans tes affaires, quand même la chose te paraîtra tourner à ton désavantage. Tu devras peut-être marcher quelquefois comme un aveugle, mais alors ta consolation doit être de savoir que tu es en bonnes mains. Et puis, quand tu m’offres tes actions, ce ne doit pas être pour que je les arrange toujours selon ton agrément, mais pour que je les arrange comme bon me semblera ; agir autrement serait me poser des conditions et te chercher toi-même. Tu ne vois que le présent ; je vois tout ce qui doit venir ; tu regardes avec un microscope ; je regarde, moi, avec un télescope de grande puissance ; et ainsi des solutions qui te paraissent les plus convenables, soit maintes fois périlleuses pour l’avenir.
Sans compter que, parfois, je permettrai des ennuis pour éprouver ta confiance et pour te faire gagner plus de gloire.
Mais avec cela, je ne prétends pas que tu t’abandonnes à une espèce de fatal quiétisme et que tu négliges tes affaires. Tu dois suivre la loi de l’Évangile : « Quand vous aurez fait tout ce qui vous est ordonné, dites : nous sommes des serviteurs inutiles. » Tu devras toujours faire toutes les diligences nécessaires, comme si le succès ne dépendait que de toi, et puis me dire humblement : « Cœur de Jésus, j’ai fait ce que bonnement j’ai pu ; le reste est à vous, je le laisse à votre Providence. » Et, après cela, tâche d’éloigner toute inquiétude et de rester avec la paix d’un lac dans les tranquilles soirs d’automne.
5.C.1 - Ce que l’on doit offrir
Comme je viens de le dire, tu dois m’offrir tout sans exclure absolument rien, puisque seules les personnes qui n’ont pas de confiance en moi qui excluent quelque chose.
5.C.1.a - 1 - Ton âme
Mets-la dans mes mains ; ton salut, ta gloire dans le ciel, ton progrès dans la vertu, tes défauts, tes passions, tes misères, tout ; il y a des personnes qui sont toujours pleines de crainte, d’angoisses, découragées dans les voies de l’esprit. Si tu ressens cela, mon fils, parce que tu pèches mortellement, ce n’est que très juste ; c’est un état très triste que celui du péché mortel et dont tu dois sortir aussitôt que possible, puisqu’il te rend mon ennemi. Efforce-toi donc de venir à moi au plus tôt, et je suis disposé à t’aider beaucoup ; et surtout confesse-toi fréquemment, chaque semaine si tu peux le faire, car c’est là un excellent remède. Les fautes graves ne peuvent t’empêcher de venir à moi, si tu décides à changer de vie alors ton propos de consécration sera un magnifique chemin pour t’aider à sortir de ton triste état.
Il y a encore une autre sorte de personnes qui ne pèchent pas mortellement et qui, cependant, sont toujours attristées parce qu’elles croient ne pas avancer dans le chemin de la vertu et de la vie spirituelle. Cela, je ne l’aime pas. Tu dois faire tout le possible de ton côté, et ensuite m’abandonner le reste. Le ciel est un jardin complet et ainsi toutes les plantes doivent y être représentées ; toutes ne peuvent être des arbres ou des lis, dès roses ou des œillets ; il faut qu’il y ait du thym ; offre-toi donc à occuper cette place, si humble soit-elle. Ces amertumes chez des personnes qui ne pèchent pas mortellement, proviennent de ce qu’elles recherchent leur gloire et non la mienne. La vertu, la perfection ont deux aspects : celui d’être ton propre bien et celui d’être un bien à moi. Tu dois la procurer dans la paix, mais parce qu’elle est un bien à moi ; car tes affaires, en tant qu’elles sont à toi, tu dois me les remettre à moi. Et tu sais bien que je ferai mieux l’œuvre de ta perfection que tu ne la ferais toi-même.
5.C.1.b - 2 - Ton corps.
Je veux avoir à ma charge ta santé et ta vie, mais, pour cela, tu dois les mettre dans mes mains. Je sais ce qui te convient le mieux ; toi, tu ne le sais pas. Prends les moyens nécessaires pour conserver ou pour refaire ta santé, et laisse-moi le reste sans fausses imaginations, bien persuadé que c’est de moi que viennent les maladies et la santé, et non des remèdes et des médecins.
5.C.1.c - 3 - Ta famille.
Parents, époux, fils, frères, etc. Il y a des personnes qui ne trouvent aucune difficulté pour s’offrir à moi, mais qui craignent de me confier les leurs, ou tel membre de la famille qu’elles aiment. On dirait que je vais tuer tout ce que l’on me confie ! Quelle pauvre idée on a de moi ! Ces personnes disent qu’elles n’ont pas de difficulté pour souffrir, mais qu’elles ne veulent pas voir souffrir les leurs ; elles croient que se consacrer à moi et commencer à souffrir ne sont qu’une seule et même chose. Où donc a-t-on puisé cette idée ? Car le but de la consécration est d’adoucir les croix et les amertumes ; que vous devez tous supporter pendant la vie.
5.C.1.d - 4 - Tes biens temporels.
Propriétés, affaires, études, emploi, maison, etc. Je n’exige pas que les âmes qui veulent me suivre laissent toutes ces choses, à moins qu’il ne me plaise de les appeler à l’état religieux. Tout au contraire, elles doivent en avoir soin, parce qu’elles constituent une part des obligations de leur état. Ce que je leur demande, c’est de tout mettre dans mes mains ; de faire ce qu’elles pourront et de laisser ensuite le succès dans mes mains, sans angoisses, sans désespoir.
5.C.1.e - 5 - Tes biens spirituels.
Tu sais bien que dans toutes les œuvres de vertu que tu fais quand ton âme est en grâce et dans tout ce qu’après ta mort, on offrira pour toi, il y a une part à laquelle tu peux renoncer au profit d’autres personnes, qu’elles soient vivantes ou déjà mortes.
Eh bien, mon fils, je désirerais cette part tout entière, afin de la distribuer aux personnes qu’il me plaît. Je sais mieux que toi chez qui l’établissement de mon règne presse davantage, qui recevra avec plus de profit le fruit de tes bonnes œuvres, et ainsi je pourrai l’administrer mieux que toi. Bien entendu, cette donation n’empêche point d’offrir toi-même certains suffrages que l’obéissance ou la charité te demanderont.
Tu dois donc tout me donner avec entière confiance et me laisser la libre disposition de tous tes biens : et quoique tu ne doives pas avoir en vue ton propre intérêt, tu verras que tes affaires marcheront mieux, alors même que j’éprouverai ta confiance dans quelques cas particuliers.
Tes affaires iront toujours de l’avant et d’autant plus vite que tu te donneras plus de peine pour servir mes intérêts ; plus tu penseras à moi, plus je penserai à toi ; plus tu t’occuperas de ma gloire, plus je m’occuperai de la tienne ; plus tu prendras soin de mes affaires, plus j’en prendrai des tiennes. Mais tâche, mon fils, d’être désintéressé. Il y a des personnes qui ne savent penser qu’à elles, leur monde spirituel est un système planétaire dont elles occupent le centre : et tout le reste, même mes intérêts, sont comme des planètes qui circulent autour ; cet égocentrisme spirituel est un mauvais système astronomique !
5.D - Seconde partie de la consécration
Et nous voilà à la seconde partie de la consécration : « Aie soin de Moi et de mes affaires. »
Cette partie est celle qui t’intéresse le plus, parce que c’est celle qui te regarde de plus près. L’autre était la mienne ; si je te demandais de tout me donner, c’était afin que tu puisses avoir les mains libres pour remplir les devoirs que t’impose ta part dans la consécration, cette part dans laquelle tu dois mettre toute ton âme, puisqu’elle doit être comme le thermomètre qui indique les degrés de ton amour : ta part est donc : avoir soin de mes intérêts.
Et sais-tu quels sont mes intérêts ? je n’en ai pas d’autres que ceux des âmes, mon fils, ce sont là tous mes intérêts, mes trésors et mon amour ; je veux, comme je le disais à ma servante Marguerite, « établir l’empire de mon amour dans tous les Cœurs. » Mon règne n’est pas encore arrivé ; il a, il est vrai, quelque diffusion extérieure dans toutes les nations catholiques ; mais ce règne intérieur et profond par lequel mon amour et mes affaires seront la véritable loi et la règle de conduite pour les âmes, ce règne-là, comme il est encore peu étendu dans les pays chrétiens ! Et ce n’est pas la terre qui manque ; elles sont nombreuses, les âmes qui y sont préparées et qui le seront chaque jour davantage ; ce qui manque, ce sont des apôtres. Donne-moi un cœur touché de cet aimant et tu verras que les autres seront vite aimantés.
5.D.1 - Genre d’apostolat
Qu’il est facile d’être mon apôtre ! Il n’y a ni sexe, ni âge, ni condition qui soient exclus. Ils sont si nombreux les moyens de travailler ! Compte un peu :
5.D.1.a - 1- La prière.
C’est-à-dire demander continuellement au ciel que mon règne arrive ; le demander à mon Père, me le demander à moi-même, à ma sainte Mère, à mes saints. Le demander à l’église, à la maison, dans la rue, pendant ton travail journalier : « Cœur de Jésus, que votre règne arrive ! » Voilà l’aspiration que tu devrais ne jamais oublier ; dis-la dix, vingt, cinquante, cent, deux cents fois par jour jusqu’à ce qu’elle te soit familière ; cherche des moyens pour ne pas l’oublier. Qui ne peut pas être un apôtre, de cette façon ? Et qu’il est bon cet apostolat des oraisons jaculatoires ! Donne-moi une multitude d’âmes qui ne fassent que lancer ces traits et dis-moi si elles ne parviennent pas au ciel ; ce sont des molécules de vapeur qui, s’élevant, constituent les nuées et redescendent après en pluie qui fertilise le monde.
5.D.1.b - 2 - Le sacrifice.
En premier lieu, passif ou d’acceptation. Combien d’ennuis, de dégoûts, de tristesses, d’amertumes petites ou grandes ne supportes-tu pas tous les jours ? Je les ai supportés également. Eh bien ! tout cela souffert en silence, et, si tu le peux, avec allégresse, quel beau trésor pour mon apostolat ! Que de croix se perdent inutilement parmi les hommes ! Et ce sont de si beaux bijoux ! En second lieu, le sacrifice actif, je veux dire la mortification. Tâche de t’habituer à ne jamais te laisser vaincre par tes défauts, même dans les petites choses ; c’est là une excellente pratique de la vie spirituelle. Tu passes dans la rue et tu éprouves le désir de voir telle ou telle curiosité, ne la regarde pas. Il te plairait de savourer une friandise, ne la goûte pas. On a dit de toi quelque chose qui n’est pas vrai, mais dont les conséquences ne sont pas graves ; laisse dire sans t’excuser. Ainsi dans les autres cas, offrant tout pour que je règne. Et si ta générosité t’y anime, tu pourras arriver à d’autres pénitences plus grandes. Vois-tu quel champ magnifique pour l’apostolat ! Et celui-ci est vraiment efficace !
5.D.1.c - 3 - Occupations.
Beaucoup de personnes disent qu’elles ne peuvent pas travailler pour mon règne parce qu’elles sont toujours occupées ; comme si, bien accomplis, les devoirs de leur état et les obligations de leurs emplois ne pouvaient être de vrais travaux apostoliques ! Oui, mon fils, tout dépend de l’intention avec laquelle on les fait. Le même morceau de bois peut servir pour allumer le feu ou pour faire une image digne d’être placée sur un autel. Pendant tes travaux journaliers, tâche de lever fréquemment les yeux vers moi et de te complaire à bien faire les choses pour l’amour de moi, pour qu’ainsi tes œuvres soient des pièces de monnaie que tu mets de côté pour l’aider à établir mon règne sur la terre. Tu dois aussi t’efforcer d’être chaque jour plus saint, mais paisiblement ; et ainsi, plus tu seras saint, plus tes œuvres seront efficaces.
5.D.1.d - 4 - Propagande.
Quelquefois, tu pourrais prêter quelque appui à certaines entreprises de mon divin Cœur ; recommander telle ou telle pratique à ceux qui t’entourent ; les gagner, si tu le sais faire, afin qu’ils se donnent à moi comme toi-même tu l’auras fait. Et si tu trouves des difficultés pour parler, une feuille ou brochure n’en trouvent pas : tâche de les répandre mets-les de temps en temps dans une enveloppe et envoie-les quelque part dans le monde. Que d’âmes ont été gagnées par ces missionnaires inconnus !
Vois donc s’il y a des manières de travailler pour l’établissement de mon règne ! Si tu ne luttes pas, ce ne sera pas faute d’armes. Il n’y a pas un seul moment du jour dans lequel tu ne puisses combattre et manœuvrer avec quelqu’une d’elles. Tu dois imiter la giroflée et l’héliotrope qui regardent sans cesse l’astre-roi. C’est très facile d’être mon apôtre, et c’est si beau ! Une vie toujours illuminée de cet idéal resplendissant ! Toutes les œuvres du jour converties en charité ! Ô mon fils, qu’il sera doux, à l’heure de la mort, de regarder en arrière et de trouver cinq, dix, vingt années ou plus encore dont chaque jour se sera passé ainsi !
5.E - La réparation
Veux-tu vraiment m’aimer ? L’amour a un double effet : procurer à l’être aimé tout ce qui lui manque, et le libérer du mal qui pèse sur lui. Par l’apostolat, tu me procures ce qui me manque, tu me donnes les âmes ; par la réparation, tu me délivres du mal, tu enlèves les taches de mon honneur souillé par les péchés. Oui, mon fils, une injure peut être effacée, si on en fait réparation. Et quelle réparation pourrais-tu me donner non seulement pour tes péchés, mais aussi pour les péchés des autres qui se commettent innombrables journellement ? Je ne veux pas t’accabler avec mille pratiques ; les mêmes prières, sacrifices, actions de chaque jour et une propagande apostolique enthousiaste servent aussi de réparation, si on les fait avec cette intention. « Que votre règne arrive. »« Pardonnez-nous nos offenses. »« Pour que vous régniez et pour réparer nos offenses », doivent être les oraisons jaculatoires permanentes sur tes lèvres. Ma vie terrestre avait deux missions principales : celle d’apôtre, qui créa le règne de Dieu, et celle de prêtre et victime qui expiait les péchés des hommes. Je veux que tu m’imites. Par la dévotion au Sacré Cœur, je prétends faire de chaque homme une copie exacte de moi, un rédempteur en petit. Y a-t-il pour toi un but plus sublime et plus beau ?
5.F - Conclusion
Courage donc : lance-toi. Des milliers de personnes l’ont fait et elles étaient en chair et en os tout comme toi ! Choisis un jour de fête, le premier qui arrivera, et en attendant qu’il arrive, prépare-toi par la considération calme de ces idées. Le jour arrivé, confesse-toi et communie avec ferveur, et, quand tu m’auras dans ton Cœur, fais alors ta consécration, car c’est le moment le plus propice. Pour le faire plus facilement et parce qu’il est nécessaire de faire une véritable et complète consécration, puisque cela doit être dorénavant un plan de vie nouvelle, tu trouveras ici un modèle de cette consécration avec toutes les idées nécessaires. Mais je te le répète, mon fils, n’aie point peur, rien de cela ne t’oblige sous peine de péché, même véniel ; je veux de la générosité, de la grandeur d’âme, de l’amour ; je ne te demande de faire que ce que tu pourras. Et qui ne peut pas faire ce qui lui est possible ? Ensuite, n’oublie pas de la renouveler chaque jour, chez toi, à l’église, et souvent, partout, parce que cette rénovation quotidienne est un point très important ; si tu ne le fais pas, tu oublieras vite si tu la renouvelles, tu finiras par la bien accomplir. Fais ainsi, mon fils. Si tu commences avec courage, quelle douce brise, quel courant de sang nouveau, tu sentiras donner des forces à ton âme !
Et maintenant, mon fils, deux conseils pour finir : le premier est de ne pas m’oublier à l’autel. Le culte de mon image me plaît certainement, mais celui que l’on rend à ma personne me plaît davantage encore. L’Eucharistie est mon sacrement, parce que c’est le sacrement de mon amour. Je voudrais que tu me reçoives fréquemment et je souhaiterais aussi te voir chez moi quelquefois pendant la journée ; oh ! tu ne comprends pas comme je suis reconnaissant quand je reçois ces visites d’ami ! L’autre conseil est de faire un petit effort pour trouver chaque jour quelques instants pour lire et méditer quelque chose à propos de mon divin Cœur. De cette façon, tu iras, petit à petit, ouvrant la coquille qui renferme la perle précieuse qu’est cette dévotion divine.
5.G - Consécration pour tous les jours
Ô Reine des cieux et Mère très aimable ! Moi (N. N.), quoique plein de misères et de bassesse, animé par l’amoureuse invitation du Cœur de Jésus, je désire me consacrer tout entier à lui ; mais, reconnaissant mon indignité et mon inconstance, je ne veux rien offrir si ce n’est par vos mains, et après vous avoir confié le soin de me faire bien accomplir ma consécration.
Cœur sacré de Jésus, Roi de bonté et d’amour, plein de reconnaissance, j’accepte volontiers et de toute mon âme ce contrat d’avoir soin de vos affaires et de vous confier les miennes, quoique, vous le savez bien, ce soit vous qui perdiez au change. Je veux que tous mes biens soient à vous, je mets tout entre vos mains : mon âme et son salut éternel ma liberté, mes progrès dans la vie spirituelle, mes misères ; mon corps avec la vie et la santé ; le petit nombre de bonnes œuvres que je pourrai faire ou que d’autres offriront pour moi pendant ma vie ou après ma mort ; ma famille, mes intérêts, mes affaires, tout pour que vous en disposiez comme bon vous semblera, car, de mon côté, je suis disposé à tout, coûte que coûte, si la décision vient de votre divin Cœur, ami qui ne recherche en toutes choses que mon bien.
Je veux en retour, que le temps qui me reste à vivre ne soit plus perdu ; je veux faire quelque chose, et même beaucoup, pour que vous régniez dans le monde ; par la prière et les oraisons jaculatoires, par mes préoccupations journalières, par les peines que j’accepte dès maintenant, par mes mortifications, je veux que tous les moments de ma vie soient employés à propager et à établir votre divin Règne, à réparer nos offenses. Faites que tous mes actes portent le sceau de votre règne et de la réparation jusqu’à la fin de mes jours et que mon dernier soupir soit l’acte de parfaite charité et d’immolation qui finisse une vie d’apôtre et de victime.
Ainsi soit-il.
Cœur Sacré de Jésus, que votre Règne arrive !
300 i. d’ind.
Cœur Sacré de Jésus, je me donne tout à vous par Marie !
300 j. d’ind. ch. fois.
Cœur Sacré de Jésus, je crois à votre Amour pour moi.
300 J. d’ind.
5.H - Neuvaine pour se préparer à chaque premier vendredi du mois.
Je te promets, dans l’excessive miséricorde de mon Cœur, que son amour tout-puissant accordera à tous ceux qui communieront neuf premiers vendredis du mois de suite, la grâce de la pénitence finale ; ils ne mourront pas dans ma disgrâce ni sans recevoir leurs Sacrements, mon divin Cœur se rendant leur asile assuré au dernier moment.
N.-S. à Sainte Marguerite-Marie.
5.I - Acte d’Adoration Réparatrice
Ô Jésus, mon Seigneur et mon Dieu, que je crois véritablement et réellement présent au Très Saint-Sacrement de l’autel, recevez cet acte d’une adoration très profonde pour suppléer au désir que j’aurais de vous y adorer sans cesse et en actions de grâces des sentiments d’amour que votre Sacré Cœur y a pour moi. Je ne saurais mieux les reconnaître qu’en vous offrant tous les actes d’adoration, de résignation, de patience et d’amour que ce même Cœur a faits pendant sa vie mortelle, et qu’il fait encore et fera éternellement dans le ciel, afin de vous aimer, vous louer et adorer dignement par lui-même autant qu’il me sera possible. Je m’unis à cette offrande divine que vous faites à votre divin Père et je vous consacre tout mon être, vous priant de détruire en moi le péché, et de ne pas permettre que je sois séparé de vous éternellement.
Ainsi soit-il.
Sainte Marguerite-Marie, Vie et Œuvres, t. IL, p. 808.
6 - Entente familiale - Prière pour obtenir l’…
Au préalable, lisez bien notre Introduction de l’ŒRFAEP !
Prière pour obtenir l’entente familiale.
Saint Joseph, époux de Marie vous avez connu comme nous la vie familiale Votre amour mutuel se tournait naturellement vers le Fils de Dieu devenu votre enfant.
Et comme nous, vous avez dû faire grandir votre amour au milieu des joies et des difficultés.
Saint Joseph, protégez aujourd’hui notre famille.
Aidez-nous à nous comprendre.
Faites que l’orgueil ou l’égoïsme ne porte jamais atteinte à notre affection.
Rendez-nous de plus en plus fidèles à nos engagements et qu’au rythme de nos journées nous puissions nous approcher ensemble du Fils de Dieu toujours vivant au cœur de toute famille.
Ainsi soit-il.
7 - Épouse affligée - Prière d’une…
Prière d’une épouse affligée.
Seigneur, vous me faites passer en cet instant par une rude épreuve ; celui que vous m’ordonnez d’aimer le plus vivement ici-bas ne me traite plus avec sa bonté et sa confiance accoutumées… Je ne puis, depuis plusieurs jours, empêcher mes larmes de couler… Je ne fais que soupirer, Seigneur, et je me sens brisée. Mais je viens de prier au pied de la croix conseillère et j’ai pris des résolutions auxquelles je ne veux plus manquer. Je veux l’aimer plus que jamais, être plus dévouée, plus prévenante, plus douce que jamais. Je veux tout supporter avec une entière égalité d’esprit, je veux le rendre enfin plus heureux qu’il n’a jamais été. Peut-être sera-t-il vaincu par cette obstination que je vais mettre à faire son bonheur ; peut-être verrai-je alors revenir les jours si regrettés de notre bon amour d’autrefois.
Ainsi soit-il.
Recueil de prières d’après les manuscrits du moyen âge, par Léon Gautier, P. 290.
Cité par « Le petit catéchisme du mariage – 1920 - abbé Joseph Hoppenot ».
8 - Exorcisme de Léon XIII
L’Église a toujours encouragé les laïcs à dire l'exorcisme de Léon XIII. Voici le fac-similé de l'exorcisme de Léon XIII publié en 1922 à Paris avec l'imprimatur du Cardinal Dubois :
Cette prière composée pour mettre le démon en fuite, peut préserver de grands maux la famille et la société si, en particulier, elle est récitée avec ferveur, même par les simples fidèles. On s'en servira, spécialement dans les cas où l'on peut supposer une action du démon, se manifestant : soit par la méchanceté des hommes, soit par des tentations, des maladies, des tempêtes, des calamités de toutes sortes.
Exorcisme contre Satan et les Anges révoltés publié par ordre de S. S. LEON XIII
Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, Ainsi soit-il.
8.A.1.a - Prière à Saint Michel Archange
Très glorieux Prince des armées célestes, saint Michel archange, défendez-nous dans le combat, contre les principautés et les puissances, contre les chefs de ce monde de ténèbres, contre les esprits de malice répandus dans les airs12. Venez en aide aux hommes que Dieu a faits à son image et à sa ressemblance, et rachetés à si haut prix de la tyrannie du démon13. C’est vous que la sainte Église vénère comme son gardien et son protecteur ; vous à qui le Seigneur a confié les âmes rachetées, pour les introduire dans la céleste félicité. Conjurez le Dieu de paix qu’il écrase Satan sous nos pieds, afin de lui enlever tout pouvoir de retenir encore les hommes captifs, et de nuire à l’Église. Présentez au Très-Haut nos prières, afin que, bien vite, descendent sur nous les miséricordes du Seigneur ; et saisissez vous-même l’antique serpent, qui n’est autre que le diable ou Satan, pour le précipiter enchaîné dans les abîmes, en sorte qu’il ne puisse plus jamais séduire les nations14.
8.A.1.b - Exorcisme
Au nom de Jésus-Christ, notre Dieu et Seigneur, avec l’intercession de l’Immaculée Vierge Marie, mère de Dieu, de saint Michel archange, des saints Apôtres Pierre, Paul et Jude et de tous les saints [15 et appuyés sur l’autorité sacrée de notre ministère] nous entreprenons avec confiance de repousser les attaques et les ruses du démon.
8.A.1.c - Psaume 67 (On le récite debout)
Que Dieu se lève et que ses ennemis soient dispersés ; et que fuient, devant Lui, ceux qui le haïssent.
Comme la fumée s’évanouit, qu’ils disparaissent ; comme la cire fond devant le feu, ainsi périssent les pécheurs devant la face de Dieu.
Q - Voici la Croix du Seigneur, fuyez puissances ennemies !
R - Il a vaincu, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David.
Q - Que votre miséricorde, Seigneur, soit sur nous.
R - De même que nous avons espéré en vous.
Nous t’exorcisons, esprit immonde, qui que tu sois, puissance satanique, invasion de l’ennemi infernal, légion, réunion ou secte diabolique, au nom et par la vertu de Jésus-Christ , notre Seigneur, sois arraché et chassé de l’Église de Dieu, des âmes créées à l’image de Dieu et rachetées par le précieux sang du divin Agneau . Désormais, tu n’oseras plus, perfide serpent, tromper le genre humain, persécuter l’Église de Dieu, ni secouer et cribler, comme le froment, les élus de Dieu . Il te commande, le Dieu Très Haut , auquel, dans ton grand orgueil, tu prétends encore être semblable. Lui qui veut que tous les hommes soient sauvés et arrivent à la connaissance de la vérité16. Il te commande Dieu le Père . Il te commande Dieu le Fils . Il te commande Dieu le Saint-Esprit . Il te commande le Christ, Verbe éternel de Dieu fait chair  qui, pour le salut de notre race, perdue par ta jalousie, s’est humilié et rendu obéissant jusqu’à la mort17, qui a bâti son Église sur la pierre solide et promis que les portes de l’enfer ne prévaudront jamais contre elle, voulant demeurer avec elle tous les jours, jusqu’à la consommation des siècles18. Ils te commandent le signe sacré de la Croix  et la vertu de tous les mystères de la foi chrétienne . Elle te commande, la puissante Mère de Dieu, la Vierge Marie , qui dès le premier instant de son Immaculée Conception, par son humilité, a écrasé ta tête trop orgueilleuse. Elle te commande, la foi des saints Apôtres Pierre, Paul et Jude, et des autres Apôtres . Ils te commandent le sang des Martyrs et la pieuse intercession de tous les Saints et Saintes .
Or, donc, dragon maudit et toute la légion diabolique, nous t’adjurons par le Dieu  vivant, par le Dieu  vrai, par le Dieu  Saint, par le Dieu qui a tant aimé le monde, qu’il lui a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas, mais ait la vie éternelle19 ; cesse de tromper les humaines créatures et de leur verser le poison de la damnation éternelle ; cesse de nuire à l’Église et de mettre des entraves à sa liberté. Va t’en, Satan, inventeur et maître de toute tromperie, ennemi du salut des hommes. Cède la place au Christ, en qui tu n’as rien trouvé de tes œuvres ; cède la place à l’Église, une, sainte, catholique et apostolique, que le Christ Lui-même a acquise au prix de son sang.
Humilie-toi sous la puissante main de Dieu, tremble et fuis, à l’invocation, faite par nous, du saint et terrible Nom de Jésus, que les enfers redoutent, à qui les Vertus des cieux, les Puissances et les Dominations sont soumises, que les chérubins et les séraphins louent sans cesse dans leurs concerts, en disant : Saint, Saint, Saint est le Seigneur, le Dieu des armées.
Q - Seigneur, exaucez ma prière.
R - Et que mon cri s’élève jusqu’à vous.
Q - Le Seigneur soit avec vous.
R - Et avec votre esprit.
8.A.1.d - Oraison
Dieu du ciel, Dieu de la terre, Dieu des anges, Dieu des archanges, Dieu des patriarches, Dieu des prophètes, Dieu des apôtres, Dieu des martyrs, Dieu des confesseurs, Dieu des vierges, Dieu qui avez la puissance de donner la vie après la mort, le repos après le travail ; parce qu’il n’y a pas d’autre Dieu que vous et qu’il ne peut y en avoir si ce n’est vous, le Créateur de toutes les choses visibles et invisibles, dont le règne n’aura pas de fin ; avec humilité nous supplions votre glorieuse Majesté de daigner nous délivrer puissamment et nous garder sains de tout pouvoir, piège, mensonge et méchanceté des esprits infernaux. Par le Christ Notre-Seigneur. Ainsi soit-il.
Des embûches du démon, délivrez-nous, Seigneur.
Que vous accordiez à votre Église la sécurité et la liberté pour vous servir ; nous vous en supplions, exaucez-nous.
Que vous daigniez humilier les ennemis de la sainte Église ; nous vous en supplions, exaucez-nous.
(On asperge d’eau bénite l’endroit où l’on se trouve20).
9 - Oraison universelle du Pape Clément XI.
Oraison universelle du Pape Clément XI.
Mon Dieu, je crois en Vous, mais affermissez ma foi ; j’espère en Vous, mais assurez mon espérance; je Vous aime, mais redoublez mon amour; je me repens d’avoir péché, mais augmentez mon repentir.
Je Vous adore comme mon Premier Principe, je Vous désire comme ma dernière fin, je Vous remercie comme mon bienfaiteur perpétuel, je Vous invoque comme mon souverain défenseur.
Mon Dieu, daignez me diriger par votre sagesse, me contenir par votre justice, me consoler par votre miséricorde et me protéger par votre puissance.
Je Vous consacre mes pensées, mes paroles, mes actions, mes souffrances, afin que désormais je ne parle que de Vous, je n’agisse que selon Vous et je ne souffre que pour Vous.
Seigneur, je veux ce que Vous voulez, parce que Vous le voulez, comme Vous le voulez, et autant que Vous le voulez.
Que je ne sois point infecté par l’orgueil, ni séduit par la flatterie, ni trompé par le monde, ni circonvenu par Satan.
Que votre grâce purifie ma mémoire, réfrène ma langue, retienne mes yeux, réprime mes sens.
Aidez-moi, Seigneur, à déplorer mes fautes passées, à surmonter dans l’avenir mes tentations, à corriger mes penchants vicieux, à pratiquer les vertus de mon état.
Remplissez mon cœur d’amour pour votre bonté, d’aversion pour mes défauts, de zèle pour mon prochain, de mépris pour le monde pervers.
Que j’aie à cœur d’obéir à mes supérieurs, de prêter assistance à mes inférieurs, d’être utile à mes amis, de pardonner à mes ennemis.
Que je surmonte la sensualité par la mortification, l’avarice par l’aumône, la colère par la douceur, la tiédeur par la dévotion.
Rendez-moi prudent dans les conseils, constant dans les périls, patient dans les épreuves, humble dans les succès.
Faites, Seigneur, que je sois attentif dans la prière, tempérant dans les repas, zélé dans mon emploi, constant dans mes résolutions.
Que je m’applique à avoir un cœur pur, un extérieur modeste, une conversation édifiante et une conduite régulière.
Que je veille à dompter la nature, à seconder la grâce, à observer votre loi et à mériter le salut.
Que j’apprenne de Vous, ô mon Dieu, combien est petit tout ce qui est de la terre, combien grand ce qui est du Ciel, combien court ce qui est du temps, combien durable ce qui est de l’éternité.
Faites que je sois prêt à la mort, que je redoute votre Jugement, que j’échappe à l’enfer, et que j’obtienne le Paradis. Par Jésus-Christ notre Seigneur,
Ainsi soit-il.
10 - Repas - Prières avant et après le…
Table de ce chapitre :
10 - Repas - Prières avant et après le…
10.A.1 - Préambule...
10.A.2 - Prières à faire avant et après le repas.
10.A.2.a - Prière avant le repas :
10.A.2.b - Prière après le repas :
10.A.1 - Préambule...
Ajouté en Notre-Dame Auxiliatrice,
le vendredi 24 mai 2013.
Maintenant où nous baignons dans le mensonge et où le crime de plus en plus violent et visible pour ceux qui veulent bien voir, maintenant où tout ce qui était Beau et Bon est déclaré mauvais et tout ce qui était connu comme mauvais est déclaré Bon, maintenant où la nourriture est complètement falsifiée et même le plus souvent carrément contraire à notre santé, il convient de dire avec Foi ces prières, et rien ne pourra alors nous être nocif !
Pour : ce qui était Beau et Bon est déclaré mauvais :
Par ex. : Femme bonnement et bellement soumise (asservie*) en toutes choses à son Époux de Droit divin (forcément), et salutairement corrigée si nécessaire ; ceci est déclaré mensongèrement mauvais, machiste, brutal !
Pour : ce qui était vu comme mauvais est déclaré Bon :
Par ex. : Deux (au moins !) sodomites vomis de la Bouche de notre Seigneur Dieu, déclarés mensongèrement unis par un simulacre de Mariage (nouvelle loi luciférienne promulguée par le pervers de François Hollande, pour la France (péché d’État), le samedi 18 mai 2013 !
Voir notamment :
Pour : nourriture […] contraire à notre santé :
Par ex. : engrais dits modernes (chimiques), pesticides divers, vaches mangeant de la viande (farines animales) par ex., bébés avortés (meurtres) passés au mixeur et ajoutés dans des boissons ou des plats cuisinés (cannibalisme), OGM, etc, etc, etc.
10.A.2 - Prières à faire avant et après le repas.
Le texte qui suit et les deux prières sont tirées de « Le signe de la croix » de Mgr Gaume, Dix-huitième lettre (vers le milieu du livre).
Nous les avons aussi en prose. Voici ces monuments de notre antiquité trois fois vénérable.
10.A.2.a - Prière avant le repas :
Ô vous qui donnez la nourriture à tout ce qui respire, daignez bénir les aliments que nous allons prendre. Vous avez dit que, si jamais il nous arrivait de boire quelque chose d’empoisonné, nous n’en ressentirions aucun mal, pourvu que nous invoquions votre nom, car vous êtes tout-puissant. Ôtez donc de ces aliments tout ce qu’ils renferment de malfaisant et de nuisible21.
10.A.2.b - Prière après le repas :
Béni soyez-vous, Seigneur notre Dieu, qui nous avez nourris depuis notre enfance et avec nous tout ce qui respire. Remplissez nos cœurs de joie, afin que nous abondions en toute sorte de bonnes œuvres, par Jésus-Christ Notre-Seigneur, à qui soit avec vous et le Saint-Esprit, gloire, honneur et puissance. Ainsi soit-il22.
11 - Symbole de Saint Athanase
Symbole de Saint Athanase
Quiconque veut être sauvé doit, avant tout, tenir la foi catholique.
Et celui qui ne l’aura pas conservée inviolablement et intégralement, sans aucun doute, périra éternellement.
Or la foi catholique consiste à vénérer un seul Dieu dans la Trinité et la Trinité dans l’Unité, sans confondre les personnes, ni diviser la substance.
Car, autre est la personne du Père, autre celle du Fils, autre celle de l’Esprit-Saint.
Mais du Père et du Fils et du Saint-Esprit, une est la divinité, égale la gloire, coéternelle la majesté.
Incréé est le Père, incréé le Fils, incréé l’Esprit-Saint.
Immense est le Père, immense le Fils, immense l’Esprit-Saint.
Éternel est le Père, éternel le Fils, éternel l’Esprit-Saint.
Et cependant, il n’y a pas trois éternels, mais un SEUL éternel. Ni trois incréés, ni trois immenses, mais un SEUL Incréé et un SEUL immense.
De même, tout-puissant est le Père, tout-puissant le Fils, tout-puissant le Saint Esprit. Et cependant, il n’y a pas trois tout-puissants, mais un SEUL tout-puissant.
De même, le Père est Dieu, le Fils est Dieu et l’Esprit-Saint est Dieu. Et cependant, il n’y a pas trois Dieux, mais un SEUL Dieu.
De même le Père est Seigneur, le Fils est Seigneur et l’Esprit-Saint est Seigneur. Et néanmoins, il n’y a pas trois Seigneurs, mais un SEUL Seigneur.
Car, de même que nous sommes tenus par la vérité chrétienne de confesser que chacune des personnes prise à part est Dieu et Seigneur : ainsi nous est-il défendu par la religion catholique de dire qu’il y a trois Dieux ou trois Seigneurs.
Le Père n’est ni fait, ni créé, ni engendré d’aucun autre. Le Fils est du Père seul, non pas fait, ni créé, mais engendré.
L’Esprit-Saint est du Père et du Fils, non point fait, ni créé, ni engendré, mais procédant. Il n’y a donc qu’un seul Père, et non trois Pères, un seul Fils et non trois Fils, un seul Esprit-Saint et non trois Esprits-Saints.
Et dans cette Trinité, rien d’antérieur ou de postérieur, rien de plus grand ou de moins grand ; mais les trois personnes sont toutes coéternelles et coégales entre elles.
En sorte qu’en tout, comme on l’a dit plus haut, nous devons vénérer l’unité dans la Trinité et la Trinité dans l’unité.
Celui donc qui veut être sauvé doit penser ainsi de la Trinité.
Mais il est nécessaire pour le salut éternel de croire aussi à l’incarnation de Notre Seigneur Jésus-Christ conformément à la vraie foi.
Il est donc de la rectitude de la foi que nous croyions et confessions que Notre Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, est Dieu et homme.
Il est Dieu, engendré de la substance du Père avant les siècles, et Il est homme, né dans le temps de la substance d’une mère.
Dieu parfait et homme parfait : subsistant dans une âme raisonnable et une chair humaine. Égal au Père selon sa divinité, inférieur au Père selon son humanité.
Et, bien qu’il soit Dieu et homme, il n’est pas deux, mais un seul Christ.
Un, non point par un changement de la divinité en la chair, mais par assomption de l’humanité en Dieu.
Parfaitement un, non point par confusion de substances, mais par l’unité de personne.
Car, de même que l’âme raisonnable et la chair ne font qu’un homme, ainsi Dieu et l’homme n’est qu’un seul Christ.
Qui a souffert pour notre salut, est descendu aux enfers, le troisième jour est ressuscité de morts.
Il est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu le Père tout puissant, d’où Il viendra juger les vivants et les morts.
A sort avènement, tous les hommes ressusciteront avec leurs corps, et devront rendre compte de leurs actions personnelles.
Et ceux qui auront fait le bien iront à la vie éternelle mais ceux qui auront fait le mal iront au feu éternel.
Ceci est la foi catholique. Celui qui ne la garde pas fidèlement et fermement ne pourra pas être sauvé.
Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et pour tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il.
12 - Voyage - Prière du…
Table de ce chapitre :
12 - Voyage - Prière du…
12.A.1 - Prière pour obtenir la protection de Dieu pendant votre voyage :
12.A.2 - Précisions au sujet de Saint Raphaël Archange.
12.A.3 - Précisions au sujet de Saint Michel Archange.
12.A.1 - Prière pour obtenir la protection de Dieu pendant votre voyage :
Mon Dieu, vous qui avez envoyé un ange à Tobie pour le garder pendant son voyage, daigniez nous garder également sain et sauf, de corps et d’âme jusqu’à notre but par les mérites de Notre Seigneur Jésus-Christ qui vit et règne avec Vous dans la Gloire du Saint-Esprit, et dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il.
12.A.2 - Précisions au sujet de Saint Raphaël Archange.
L’Ange dont il est question en cette prière ci-dessus est Saint Raphaël Archange (Image de droite23) que l’Église fête le 24 octobre ! ; et non le 29 septembre, comme l’Église luciférianisée, inféodée à la synagogue de Satan*24 [Lisez-moi], celle qui éclipse* (comme l’annonçait la Très Sainte Vierge Marie à La Salette*) La véritable depuis ledit Vatican II (Vatican d’eux !), veut nous le faire accroire*...
Saint Raphaël Archange : Saint Raphaël Archange nous est connu par le livre de Tobie25. Son rôle de merveilleux guérisseur et de compagnon de route du jeune Tobie le fait invoquer pour les voyages et dans les moments difficiles de la vie.26
12.A.3 - Précisions au sujet de Saint Michel Archange.
Le 29 septembre, est la fête (que) de Saint Michel Archange (Image de gauche) qui cria Qui est comme Dieu en terrassant Lucifer ; et dont le nom signifie « Qui est comme Dieu » (étymologiquement EL « dieu » et MI, CHA « qui est semblable »), est un personnage de la Bible très populaire dans la religion chrétienne.27
Saint Michel Archange : La fête du 29 septembre commémore la dédicace d’une église construite à Rome vers 530 en l’honneur de saint Michel. Le nom de Michel (en hébreu, Qui est comme Dieu! ) rappelle le combat qui se livra au ciel entre l’archange, a prince de la milice céleste », et le démon. Dans le combat gigantesque entre le bien et le mal, qui se continue sur la terre, c’est à saint Michel de nous aider et de nous délivrer. L’Église l’a toujours invoqué comme son défenseur.28
13 - Commentaires de l’ancienne page
Les prières étant maintenant regroupées en une seule page (les anciennes sont gardées pour mémoire), ce depuis le mercredi 16 février, nous recopions ci-dessous les commentaires qui se trouvaient en bas de : Oraison universelle du Pape Clément XI.
2 commentaires :
Anonyme a dit…
j’ai bcp galéré pour trouver cette prière en français. cette prière a changé ma vie, il y a 10 ans. j’essaye d’appliquer les leçons de cette prière au jour le jour…
QJSIOJC a dit…
Merci beaucoup pour ce message, nous allons publier notre prochain chapitre fin de cette semaine, ‘Restaurer la dignité de la femme, par sa soumission (II)’, et ensuite nous aurons plus de temps pour publier d’autres prières qui méritent d’être connues…
Ci-dessus, commentaires de l’ancienne page…
* - Pour connaître la raison de cet astérisque et des suivants en nos documents, veuillez lire : Leur mode d’emploi…, point Nos documents comportent des astérisques ‘*’…
1Le mariage chrétien – Monseigneur d’Orléans : Livres & sources
2Nous rappelons que nos photos, images, ne sont visibles qu’en nos PDFs !
3Cette introduction est fortement inspirée de textes que nous avons repris de ci et de là.
5Vie et ouvres de sainte Marguerite-Marie, 3e éd., IIe vol., lettre 141, page 623. Paris, 1915.
6Ibid., lettre 51, page 324. Paris, 1915.
7Ibid., lettre 141, page 624. Paris 1915.
8Ibid., lettre 141, page 623. Paris 1915.
9Ibid., lettre 87, page 397. Paris, 1915.
10Uriarte, Vida del P. Hoyos, IIIe P., ch. I, p. 251.
11Chasle, Sœur M. du Divin Cœur, ch. XI, p. 357.
12 Eph., I
13 Sag., 2-1, Cor., I
14 Apoc. XX
15 Les laïcs suppriment les mots placés entre crochets.
16 I Tim., II
17 Phil. II
18 Matth. 28, 20
19 Jean, 3
Par ces temps troublé où de fait nous n’avons plus de prêtres, le Chef de Famille, en tous les cas un Homme, peut bénir Lui-même de l’eau afin d’en faire de l’eau bénite.
* - Pour connaître la raison de cet astérisque et des suivants en nos documents, veuillez lire : Leur mode d’emploi…, point Nos documents comportent des astérisques ‘*’…
21 Voir Mamachi, Costum. de primitivi cristiani, t. II, p. 47 ; Origen., in Joan., p. 36.
22 Stuckius, ubi supra, p. 129.
23Image : L’archange Raphaël et Tobie par Antonio Pollaiolo, galerie Sabauda, Turin.
Nous rappelons que nos photos, images, ne sont visibles qu’en nos PDFs !, voir note suivante.
Source image :
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/7e/Antonio_del_Pollaiolo_-_Tobias_and_the_Angel_-_WGA18047.jpg/220px-Antonio_del_Pollaiolo_-_Tobias_and_the_Angel_-_WGA18047.jpg
24Recherchez ce terme en nos documents : Tous nos PDF’s en un fichier ‘zip’ !
25Vous le trouverez en l’Ancien Testament que vous trouverez ici : Livres & sources.
26Texte du missel dom Gaspar Lefebvre (ed. 1960) au 24 octobre.
27Image : L’Archange Michel, Le Pérugin 1499 env.
Source de l’image et de la citation :
28Texte du missel dom Gaspar Lefebvre (ed. 1960) au 29 septembre.

6 commentaires:

  1. Vous tenez exactement le même langage que mon père, mais je pensais qu'il était seul.

    RépondreSupprimer
  2. Oh non que Votre Père n’est pas seul !, soutenez-Le bien, bien fort, c’est Votre Père !

    Vous n’êtes pas seuls !, Nous ici, Nous nous comptons déjà bien. Mais ce qui fait croire à un tout petit nombre, toutefois bien bien réel, c’est que Nous, les Chefs de Famille, sommes totalement marginalisés, pire diabolisés comme tout ce qui est Vrai et Beau maintenant ; alors, que dans le même temps le Malicieux fait ‘vénérer’ par ses suppôts tout ce qui fit mourir sur cette Croix ignominieuse notre adorable Sauveur !

    Mais sachez que notre unique but doit être la Vérité et le Beau ; et qu’au moment où Il allait nous sauver lors du seul et véritable Holocauste, Notre Seigneur Jésus-Christ était tellement vraiment seul, qu’Il se crut comme abandonné par son Père du Ciel !

    N’hésitez pas à nous entretenir, même plus particulièrement par la page Contacts & liens. Que Votre Père ne reste surtout pas seul, qu’Il nous rejoigne !

    Cher ‘anonyme’, que le Bon Dieu Vous bénisse, Vous et les Vôtres, qu’Il bénisse de même Votre Père et Sa Maison !

    Pour la Vérité,
    QJSIOJC

    RépondreSupprimer
  3. Vient d'être ajoutés, et/ou commentés :

    0 - Avertissement général
    2 - Bénédictions paternelles
    3 - Confession - Prière pour demander une bonne…
    10 - Voyage - Prière du…

    RépondreSupprimer
  4. Nous venons d'apporter des 'Précisions' à la suite de 'Voyage - Prière du…'

    RépondreSupprimer
  5. En l'honneur du Christ-Roy fêté ce dernier dimanche, nous avons ajouté la « Consécration personnelle au Sacré-Cœur de Jésus », en cette page...

    RépondreSupprimer
  6. Nous venons de faire une ajoute,
    - au point : 10 - Repas - Prières avant et après le…
    - ceci : 10.A.1 - Préambule...

    RépondreSupprimer

N’étant pas membre de ce site, vous pouvez tout de même déposer un commentaire qu’un membre agréera et publiera ; pour ce, veuillez lire la procédure à suivre à l’adresse : http://restaurationdelafamille.blogspot.com/2010/07/marge-suivre-pour-deposer-des.html