Les erreurs et instabilités de l’hébergeur Blogger (Google) :

Liens internes (menus et notes maintenant inopérants sur certaines pages ; sélectionnez le point à atteindre, et recherchez la cible... Patience… ! Pour atteindre les notes (vous pouvez faire copie de la page) cherchez : ♣

Perte d’une page par Blogger, message « Désolé, la page que vous recherchez dans ce blog n'existe pas. », recherchez le titre avec lien valide ici : Nos divers documents. Si nous ne l’avons pas encore détecté nous en faire part ici orfaep@gmail.com, merci.

lundi 5 juillet 2010

LF-2010-04, Lettre à nos filles : Vous parler d’un peuple gai, affectueux et rêveur

Du : 05.07.2010, existe1 en PDF ici : ND. Actualisé : ven. 6 mars 2015, 15.11.
Table de la LF-2010-…
4 - Lettre à nos filles : Vous parler d’un peuple gai, affectueux et rêveur.
4.A - Dame Isabelle, vous parler d’un peuple gai, affectueux et rêveur.
4.A.1 - Des gens attachés à leurs coutumes, à leurs traditions
4.A.1.a - Scène 1 : Fessée maritale bien méritée
4.A.1.b - Scène 2 : Le Père de l’épouse félicite le fesseur
4.A.1.c - L’Époux fesseur regarde le peuple duquel Il tira son épouse
4.A.1.d - Puis, l’Époux s’en retourne suivi comme de Droit de Son épouse
4.A.1.e - Sur l’ensemble de ce film
4.A.2 - Concluons
4.A - Dame Isabelle, vous parler d’un peuple gai, affectueux et rêveur.
Votre exemple : la Très Sainte Vierge Marie.
Votre Fiat : Je suis la servante de mon Époux,
qu’il me soit fait selon Sa Parole…
Publiée en la Saint Antoine-Marie Zacarria,
le lundi 5 juillet 2010,
cette lettre lui est confiée !
Nos bien-aimées filles, en Notre Seigneur et Notre Dame,
Voulez-vous avoir un bonheur marital, plein de paix et de fruits ?, parce que bien tenues par votre Chef, votre Tête, que dans Son infinie Bonté notre Dieu d’Amour vous donna…
Alors lisez ceci, ce n’est point de nous, cela date 1951…
4.A.1 - Des gens attachés à leurs coutumes, à leurs traditions
Dans le film Au-delà du Missouri2, l’on raconte l’histoire d’un Homme du Grand Ouest…
C’est le fils qui narre, il raconte respectueusement et avec admiration la vie de son Père…
4.A.1.a - Scène 1 : Fessée maritale bien méritée
Ce que l’on voit à partir de la 44ème minute :
L’Époux, le Père du narrateur, fâché que Son épouse s’en soit allée, vient la rechercher bien déterminé à lui faire passer toute envie de recommencer ; Il s’assied sur un tronc, au bord d’un étang, saisie à bras le corps Sa donzelle, la couche sur Ses genoux, et plein d’application et d’enthousiasme, plein d’amour la fesse de première…
4.A.1.b - Scène 2 : Le Père de l’épouse félicite le fesseur
Pendant cette scène le Père de l’épouse, un Père admirable certes, qui n’a pas encore été conditionné par la propagande malicieuse des Rockefeller, Rothschild & Cie (voir ensuite), marque la cadence avec un hochet et marmonne une phrase.
L’Époux, croyant être désapprouvé par le Père, questionne l’interprète : qu’est-ce qu’il dit ?
L’interprète amusé, sourit comme ‘gêné’…
L’Époux, notre Héros, oui vraiment c’est le cas de le dire, reprend sa question avec plus d’énergie : qu’est-ce qu’il dit !
Alors l’interprète Lui répond : Il constate que vous êtes son mari, c’est l’évidence même…
L’épouse pendant ce temps là, un peu ‘offusquée’, se frotte le postérieur…, et suit son Époux en continuant son massage fessier. L’Époux, qui est radieux et fier de ce qu’Il vient de faire, fière aussi de l’approbation chaleureuse du Père !, se dirige vers Lui et tous deux se serrent cordialement la main.
4.A.1.c - L’Époux fesseur regarde le peuple duquel Il tira son épouse
Le fils narrateur reprend : Mon Père me raconta que pour la première fois de sa vie il voyait ces indiens sous un jour nouveau, c’était des gens attachés à leurs coutumes, à leurs traditions, et qui avaient leur façon particulière de vivre ; ils ne lui apparaissait plus comme des sauvages, mais comme un peuple gai, affectueux et rêveur…
L’on voit ensuite l’épouse poser les yeux, amoureusement et pleine de reconnaissance, sur son Époux qui fume une pipe avec la satisfaction du devoir bien accompli ; assis à terre Il parle avec une autre personne…
4.A.1.d - Puis, l’Époux s’en retourne suivi comme de Droit de Son épouse
Le Père de la fille dit à l’Époux un proverbe indien : Le bonheur n’existe pas…., sans une femme !
L’Époux protecteur pose Sa main sur Son épouse, qui baisse les yeux, toute pleine de respectueuse affection et reconnaissance…
Le Père laisse partir l’Époux que l’épouse comme de Doit suit après cette belle correction maritale… et le traducteur transmet une invocation que fait le Père : Il dit, que la paix vous accompagne dans tous vos voyages, Il [le Père de l’épouse corrigée] vous souhaite longue vie et beaucoup d’amour, il se réjouit à l’idée de venir chez vous…
Et l’épouse toute radieuse approuve avec un magnifique sourire !
4.A.1.e - Sur l’ensemble de ce film
Il y aurait quantité d’autres commentaires à faire : l’Homme est un Homme ! ; la femme, elle, est une femme toute heureuse d’être subordonnée ; elle épouse son Époux sur toute la ligne, aussi elle apprend la langue de son Époux, ses coutumes, etc.
Vous verrez qu’elle, l’épouse corrigée, parle aussi de, du, « travail de femmes », des légitimes servitudes du foyer pour elle…
4.A.2 - Concluons
Avec tout cela l’on est à dix mille pieds de la malicieuse escroquerie lancée par des Rockefeller, Rothschild & Cie !, la femme égale à l’Homme ; l’Homme violent battant Son épouse ; l’Homme, etc., etc., etc.
Nos filles, pour votre bonheur ici-bas, et l’Éternel ensuite, très très profitablement, lisez ou relisez au moins ces textes, qui sont de la même veine que ce film dont nous venons de parler, voici deux nouvelles sur deux autres films :
(Re)Voyez ND :
→ DP-06, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (II)… ; point 6C13, L’homme tranquille, bon… bat sa femme s’il le faut !
Lisez aussi, au sujet de la correction maritale forcément légitime, ces diverses textes :
→ DP-06, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (II)… ; point 6C11, Un Seigneur justifie ses garçons qui ont mis leur mère au cachot. ; & 6C12, Église de Brou : correction maritale, ou la ‘femme battue’.
→ Etc., etc., etc.
Quand ?, quand, nos filles, comprendrez-vous enfin que seule la soumission en toutes choses principalement à l’Époux, mais aussi à l’Homme en général (Père, Frère, Tuteur, etc.), peut vous apporter dès ici-bas la paix, le bonheur ?
Quand cesserez-vous d’écouter les flûteurs de sornettes qui, en vous poussant à si tant malmener vos Époux, et tous les Hommes en général, ne veulent que vous séparer d’eux pour le plus grand malheur des Familles !, pour votre plus grand malheur à vous…
C’est dans l’espoir de votre salvateur réveil, afin que vous puissiez être des révélatrices d’Héros, que nous vous quittons…
Soyez assurées de nos ardentes prières pour vous, et pour Ceux dont vous devez dépendre…
Que le Bon Dieu bénisse vos Chefs, et leur maisonnée !
Pour la Vérité,
QJSIOJC

1 commentaire:

  1. Précision sur le texte ci-dessus :

    Original: Ce que l’on voit :
    Complété ainsi: Ce que l’on voit à partir de la 44ème minute :

    RépondreSupprimer

N’étant pas membre de ce site, vous pouvez tout de même déposer un commentaire qu’un membre agréera et publiera ; pour ce, veuillez lire la procédure à suivre à l’adresse : http://restaurationdelafamille.blogspot.com/2010/07/marge-suivre-pour-deposer-des.html