Les erreurs et instabilités de l’hébergeur Blogger (Google) :

Liens internes (menus et notes maintenant inopérants sur certaines pages ; sélectionnez le point à atteindre, et recherchez la cible... Patience… ! Pour atteindre les notes (vous pouvez faire copie de la page) cherchez : ♣

Perte d’une page par Blogger, message « Désolé, la page que vous recherchez dans ce blog n'existe pas. », recherchez le titre avec lien valide ici : Nos divers documents. Si nous ne l’avons pas encore détecté nous en faire part ici orfaep@gmail.com, merci.

dimanche 24 janvier 2016

RH-2016-02 - Cher Sieur Jacques, l’épouse, inférieure de l’Époux, est-elle de même valeur ?

Du 24.01.2016. Version PDF1. Actualisé : lun. 25 janv. 2016, 11.39.
Table de ce document, RH-2016-…
2 - Cher Sieur Jacques, l’épouse, inférieure de l’Époux, est-elle de même valeur ?
2.A - Entrée en matière.
2.B - Une considération malheureuse, ne reflétant point votre pensée.
2.B.1.a - Ô malheureux mots, que de grands maux parfois !
2.C - Question bien concise, réponse bien détaillée.
2.C.1.a - Parce qu’inférieure l’on serait de moindre valeur ?
2.C.1.b - Le beurre et l’argent du beurre, quant-à la femme.
2.D - Concluons pour l’instant…
2.E - Annexes diverses
2.E.1.a - Jacques, 21 janvier 2016 à 16:22
2.E.1.b - Pour l'ŒRFAEP : QJSIOJC, 21 janvier 2016 à 16:43
2.A - Entrée en matière.
Commencé en la Sainte Agnès, Vierge et Martyre,
223ème anniversaire du régicide de Louis le XVIème (+1793)
le jeudi 21 janvier 2016 ;
publié en la Saint Timothée, Évêque et Martyr,
le dimanche 24 janvier 2016 ;
ce document leur est confié.
Cher Sieur Jacques, et chers Lecteurs,
Cher Sieur Jacques, vous avez déposé un troisième commentaire bien aimable sur la page où nous vous répondions à un précédant.
Pour : commentaire bien aimable sur la page où :
Votre commentaire, les Annexes diverses ; point Jacques, 21 janvier 2016 à 16:22
Notre annonce, Idem ; point Pour l'ŒRFAEP : QJSIOJC, 21 janvier 2016 à 16:43
Au préalable merci bien pour votre bonne appréciation, toutefois quelque peu laconique, peu loquace, de notre dernier article.
Voici donc maintenant notre réponse annoncée.
Note : Les paragraphes en retrait et commençant par ‘Vous :’, sont les retranscriptions de votre texte…
2.B - Une considération malheureuse, ne reflétant point votre pensée.
Vous : En effet, un homme se doit de se montrer tendre avec son épouse qui lui est soumise (même si l'absence de tendresse d'un homme ne doit pas être un motif de reproche par l'épouse) et impitoyable avec l'épouse revêche.
2.B.1.a - Ô malheureux mots, que de grands maux parfois !
Il faut si tant faire attention aux mots qui une fois lâchés ne peuvent être rattrapés et finissent en ouragans…
Ce n’était point votre intention aussi nous allons le désamorcer !
Que veux dire impitoyable ?, sans aucune pitié !…
Certes l’on doit être impitoyable avec l’erreur, mais si peu impitoyable avec son trompé…, sauf pour ce qui regarde toutes les contrenaturalités qui ne seront remises et ni ici-bas et ni en l’au-delà, et de même avec ses approuvants et promoteurs !
Pour : contrenaturalités qui ne seront remises :
Là est visée particulièrement la sodomie et ainsi donc les sodomites :
Ève pécha et entraîna ainsi dans le féminisme Adam, et bien que chassés du paradis terrestre le Seigneur Dieu ne fut point impitoyable mais tout à l’opposé !, Il promit un Sauveur !, Son Fils bien-aimé…
Revoyons Saint Bernard parlant du manque d’amour d’Adam envers Sa femme Ève :
→ Saint Bernard a dit : S’il devait compatir à sa femme, il devait la discipliner !
Pour : il devait compatir à sa femme, il devait :
DP-06, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (II)… ; point 6.C.5 - Saint Bernard : Adam n’a pas discipliné Ève, il ne l’aimait pas !
→ et n’a pas dit : S’il devait compatir à sa femme, il devait être impitoyable !
Mais, nous le savons, vous ne vouliez point dire impitoyable mais sévère, voire même courageusement et énergiquement sévère ; et cela en effet vous le devez, toutefois avec sainte mesure…, ce donc comme nous l’avons dit à vous en nos deux derniers documents.
2.C - Question bien concise, réponse bien détaillée.
Vous : Je me demandais, vu que la femme est subordonnée à l'homme et est son inférieure, si nous pouvons dire qu'elles ont moins de valeur qu'un homme, c'est à dire que leur vie vaut moins et a moins d'importance. Par exemple, dans le cas d'un accident, d'une catastrophe, etc. le médecin ne devrait-il pas soigner les hommes avant les femmes et sauver la vie des hommes avant celle des femmes?
Car être inférieur ne signifie t'il pas valoir moins?
2.C.1.a - Parce qu’inférieure l’on serait de moindre valeur ?
Ah de l’importance du choix des mots !, et de leur utilisation bien souvent à double tranchant ! ne confondons pas les mots inférieur et moindre valeur
Notre-Seigneur Jésus-Christ (NSJC) qui est infini et éternel, infiniment grand et supérieur donc, ne crut point que cela fut une raison pour ne point s’incarner, devenant donc comme infiniment petit (petit Enfant Jésus dont nous venons de fêter la naissance il y a peu) afin de Se sacrifier selon la Volonté de Son Père pour nous, sauver nous qui étions infiniment de moins de valeur que Lui : Personne ne peut avoir un plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. (Jean 15, 13)
Ah ! l’humilité !, Saint Paul aux Philippiens en parle ainsi : Ayez en vous le même sentiment dont était animé Jésus-Christ, Lui qui, existant en forme de Dieu, n’a pas cru que ce fût pour Lui une usurpation d’être égal à Dieu ; mais Il S’est anéanti Lui-même, en prenant la forme d’un esclave, en devenant semblable aux hommes, et en Se montrant sous l’apparence d’un homme. Il S’est humilié Lui-même, Se faisant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix. C’est pourquoi Dieu L’a exalté, et Lui a donné un nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans le Ciel, sur la terre et dans les enfers, et que toute langue confesse que le Seigneur Jésus-Christ est dans la gloire de Dieu le Père.
Rappelez-vous !, rappelez-vous bien bien fort que votre épouse, réelle ou potentielle car nous ne vous savons marié, a valu à elle seule, et chose que tout un chacun peut et doit se dire, tout le Très-Précieux Sang de Notre-Seigneur Jésus-Christ (NSJC) ! Elle qui serait, selon des méchants qui vous détracteraient, de moindre valeur !
Son Seigneur Dieu la considérait infiniment puisqu’Il n’a pas hésité à envoyer Son Fils unique et éternellement bien-aimé s’incarner dans le sein toujours virginal de la Très-Sainte Vierge-Marie (TSVM) afin de mourir ignominieusement, à la demande expresse du peuple juif, qui lui n’attendait qu’un Roy asservi à leurs cupides passions, existé par leurs meneurs et ainsi donc déicide et faisant alors partie intégrante de la synagogue de Satan, ce afin de la sauver !
Pour : à la demande expresse du peuple juif :
Saint Mathieu dit bien expressément : Et tout le peuple [juif ici] répondit : Que Son [de NSJC] sang retombe sur nous et sur nos enfants ! (Mat 27, 25)
Pour : partie intégrante de la synagogue de Satan :
DP-08, Restaurer la dignité de la femme, par sa soumission (II)… ; point 8.B.2.m - Les mêmes Maîtres d’erreurs à l’origine de toute les tribulations de l’Église…
Un Époux, surtout pouvons-nous dire s’Il est inefféminé, ne dit-Il pas entre-autres : Mon épouse, prunelle de mes yeux2 !
Ne dit-on point aussi, couramment, Les femmes et les enfants d’abord3 ! lors notamment de naufrages ?
Un Époux qui aime Sa servante qui doit Lui être bien-aimée offre Sa vie pour elle, et pour Ses enfants, pour toute Sa Maison ! ; pour ses inférieurs : – de par leur condition, Son épouse et Ses filles, – ou de par leur filiation, Ses Gars.
Alors, non ! La vie d’une femme n’a point une moindre valeur que celle de son Époux ; et, l’Époux dira aux pompiers qui veulent l’extirper de la maison en feu : Sauvez d’abord Mon épouse et mes enfants, et si cela est encore possible venez me sauver !
Et, par exemple, comme vous le dites, dans le cas d’un accident, d’une catastrophe, etc. le médecin ne devrait-il pas soigner les hommes avant après les femmes et sauver la vie des hommes avant après celle des femmes !, car c’est l’Amour, véritable, des Hommes pour leurs servantes, qui le demande !
Et !, en plus, en ces deux exemples où l’on parle de pompiers et de médecins, qui nous dit que cette femme n’est pas enceinte ?, et de plus peut-être d’un petit Homme !
2.C.1.b - Le beurre et l’argent du beurre, quant-à la femme.
Sans ambages nous avons déclaré que l’Époux devait se sacrifier pour Son épouse, en effet :
→ c’est Lui qui se battra pour défendre Sa Maison, voire même son pays ; et, pendant ce temps l’épouse, entourée des enfants de son Époux, barricadée, tremble et prie pour Lui ! ; c’est Lui qui recevra les coups et qui s’expose même à perdre la vie ; pour elle, et Ses enfants
→ c’est Lui qui dans tous les métiers, qui ont tous plus ou moins des risques et exposent à très souvent de grandes souffrances – telles que froidure, chaleur, pénibilité, etc. – et à même perdre des membres – menuisier, bûcherons, etc. – et même parfois la vie – couvreurs, mineurs, routiers, etc. – ; et pendant ce temps là l’épouse est au chaud, les petits jouant à ses pieds, et prie (elle le doit) pour son Époux bien fâcheusement exposé ; ce au point que souvent, bien que bonne, elle ne peut saisir l’héroïsme de son Époux !
Alors, oui, un Époux doit aimer et entourer Son épouse, et si nécessaire exposer Sa vie pour elle !, et pendant qu’Il souffre et peine tant, elle, elle est douillettement à la maison bien calée par de jolis petits coussins en son fauteuil, le regard souvent pieusement tourné vers l’autel familial, pensant à son Époux et suppliant le Ciel pour Lui, tout en ravaudant ou cousant, et, tout en contemplant le fruit de son Époux qui en son sein bien-heureux approche de son apparition…
Pour : [ces derniers paragraphes] :
Il est souhaitable pour ceux qui ne connaissent pas cette page, ou même pour ceux qui auraient besoin de la revoir, de lire ceci : CN-2009-06, Attentions conjugales de l’épouse envers l’Époux.
Et tout ceci nous fait bien remarquer la montreuse méchanceté que les épouses plus ou moins difficultueuses font à leurs Époux…
Que les Époux doivent se sacrifier pour leurs servantes d’épouses bien-aimées doit les pousser à toujours plus d’humilité et d’amoureuses et révérencieuses attentions de tous genres pour Eux !
Alors, il est Droit qu’un Époux mal aimé et donc mal obéi soit d’une grand sévérité avec Son épouse, c’est en effet ainsi qu’aurait dû le faire Adam avec Ève ; sévérité qui peut la conduire jusqu’au cachot, fers aux pieds et pain sec et eau ! L’Époux alors montrera ici encore Son Amour en mettant tout de même une bonne paille fraîche et des couvertures, et entre les fers et sa chaire des linges pour ne point trop blesser ses chevilles, ce en l’exhortant à la contrition qu’Il suscitera par ses prières et ses saintes remontrances et enseignements…
Oui !, qui aime bien châtie bien !, soit s’il le faut et selon ce qu’il faut…
2.D - Concluons pour l’instant…
Bien-cher Sieur Jacques, ce document vient, nous l’espérons fort, répondre au moins dans les grandes lignes à vos très légitimes attentes ; il est certes perfectible…
Nous devrons le relire une fois un peu reposés, et, sauf fautes d’orthographe, si nous devions y apporter des corrections vous en seriez avertis par les commentaires…
Chers Sieur Jacques et Lecteurs, les Bons évidemment, nous Vous demandons de prier pour nous, sachant bien que Vous êtes assurés, comme dit bien souvent, de nos ardentes prières pour Vous tous, et les Vôtres et Vos intérêts !
Bien à Vous tous en Notre-Seigneur Jésus-Christ et Notre-Dame Marie !
Que le Bon Dieu Vous bénisse tous, Vous et tous les Vôtres !
Que je sois ignoré ô Jésus-Christ !
Pour la Vérité,
QJSIOJC
2.E - Annexes diverses
2.E.1.a - Jacques, 21 janvier 2016 à 16:22
Bonjour, je vous remercie sincèrement de vos éclaircissements.
En effet, un homme se doit de se montrer tendre avec son épouse qui lui est soumise (même si l'absence de tendresse d'un homme ne doit pas être un motif de reproche par l'épouse) et impitoyable avec l'épouse revêche.
Je me demandais, vu que la femme est subordonnée à l'homme et est son inférieure, si nous pouvons dire qu'elles ont moins de valeur qu'un homme, c'est à dire que leur vie vaut moins et a moins d'importance. Par exemple, dans le cas d'un accident, d'une catastrophe, etc. le médecin ne devrait-il pas soigner les hommes avant les femmes et sauver la vie des hommes avant celle des femmes?
Car être inférieur ne signifie t'il pas valoir moins?
Que le Bon Dieu vous bénisse, vous et tous les vôtres !
Jacques
2.E.1.b - Pour l'ŒRFAEP : QJSIOJC, 21 janvier 2016 à 16:43
Cher Sieur Jacques,
Vous savez la réponse !, mais visiblement vous désirez que nous vous aidions à augmenter auprès de détracteurs potentiels…
En effet, la corrélation entre ‘inférieur’ est ‘moindre valeur’ est toujours vraie ordinairement, mais comme vous le savez en ce qui regarde les époux, l’Époux et Son épouse, cela est faux !
Il y a à dire sur ce !, et en un commentaire ce n’est point facile, et sur une page nous aurons plus le temps de nous y coucher ; aussi, veuillez attendre patiemment que cette dernière (RH-2016-02) sorte de son incubateur…
Comme à notre accoutumée vous serez avisé de la sortie de l’attendue par les commentaires, et vous personnellement par votre adresse de messagerie…
Cher Sieur Jacques, oui comme vous nous le souhaitez bien aimablement nous vous le souhaitons tout de même : Que le Bon Dieu vous bénisse, vous et tous les vôtres !
Que je sois ignoré ô Jésus-Christ !
Pour la Vérité,
QJSIOJC
1Ce document existe en PDF ici : Télécharger nos PDFs