Les erreurs et instabilités de l’hébergeur Blogger (Google) :

Liens internes (menus et notes maintenant inopérants sur certaines pages ; sélectionnez le point à atteindre, et recherchez la cible... Patience… ! Pour atteindre les notes (vous pouvez faire copie de la page) cherchez : ♣

Perte d’une page par Blogger, message « Désolé, la page que vous recherchez dans ce blog n'existe pas. », recherchez le titre avec lien valide ici : Nos divers documents. Si nous ne l’avons pas encore détecté nous en faire part ici orfaep@gmail.com, merci.

dimanche 25 mai 2008

DP-06D, Femme en islam et Le Rivarol, complément.

6.D - Évidemment !, l’Homme est violent et la femme innocente…

Du : 25.05.2008, existe1 en PDF ici : ND. Actualisé : lun. 12 déc. 2011, 12.32.

Nous disons au début de cette étude : La suite de notre étude va faire magistralement voler en éclats la fable, l’escroquerie démoniaque de ‘la femme battue2’ ! Alors, nous y voici, quoique nous ayons déjà bien besogné dans cette voie…

6.D.1 - Femme en islam, sujet développé par l’hebdomadaire Rivarol.

Voici un texte parut dans Rivarol et que nous allons étudier :

Marwan SIBLINI - FEMME EN ISLAM

A s’en tenir au Coran qui est la parole d’Allah et à ses commentaires (Hadith), la femme a à peine plus de valeur, morale et marchande, qu’un animal. On peut la répudier, la battre, refuser de l’entretenir, la spolier de la garde de ses enfants ou de son héritage. Et pour cause, la femme est une "oura", terme signifiant en arabe tare, souillure. Outre son impureté, elle est de plus, selon Mahomet et ses exégètes, congénitalement accablée de déficiences mentales, intellectuelles et donc religieuses, qui justifient tous les mauvais traitements et humiliations qu’on peut lui infliger.

Ce petit livre de l’islamologue Siblini devrait être distribué par les mairies à toutes les Françaises venant faire publier les bans de leur prochain mariage avec un musulman. Ainsi sauraient-elles à quoi s’attendre. J. L.3

6.D.1.a - Pour commencer, voici un courriel que nous avons envoyé à Rivarol.

Début extrait →

Restauration de la Famille par l’Autorité ; de l’Époux, du Père.

France, le mardi 6 mai 2008, à 13.17.

Messieurs,

Ce message n’est pas anonyme, il est signé d’un pseudonyme afin d’aider à ne pas confondre la Vérité avec celui qui La dit. Je vous demande de publier ce message dans ‘droit aux lettres’.

Je veux vous parler de votre recension de ‘femme en Islam’ (n° 2856 page 10).

Je vous préviens que vous minez vous-même le terrain sur lequel vous posez vos pieds, en effet, peut-on montrer que l’Islam est une fausse et très mauvaise religion en disant par ex. qu’Il préconise de punir l’enfant rebelle ? Ou, qu’un Imam dirait qu’il faut respecter la limitation de vitesse ?

Peut-on lutter contre une fausse religion en faisant passer une vérité pour un mensonge, et ce par confusion ou par peur d’aller contre l’air du temps ?

Je ne cite qu’un passage : on peut […] la battre […].

Alors, il vous faut dire la même chose pour la religion catholique qui dit (pour toutes les sources voir le site http://restaurationdelafamille.blogspot.com/) :

Concile de Trente : Enfin il doit régler sa famille, corriger et former les mœurs de tous ceux qui la composent, et contenir chacun dans son devoir.

Concile de Trente : Ceci est le point capital dans le mariage elles se souviendront qu’elles sont obligées […] de leur être soumises et de leur obéir avec joie et empressement.

Saint Bernard en parlant à l’Époux : Celui qui se néglige, n’a pas soin de chasser la fumée, de corriger sa femme, et de réparer le toit de sa maison…

Saint Alphonse de Liguori : [si] après avoir été plusieurs fois avertie, votre femme ne s’est pas corrigée ; seulement alors vous pouvez la châtier.

Concile de Trente : Elles aimeront aussi à rester chez elles, à moins que la nécessité ne les oblige à sortir, et même alors elles devront avoir l’autorisation de leurs maris.

Saint Astère : Elle [Votre épouse] se montre sa servante assidue et dévouée.

Saint Bernard : S’il [l’Époux] devait compatir à sa femme, il devait la discipliner, puisqu’elle était son inférieure, car l’homme est le chef de la femme.

Saint Benoit : [L’épouse] doit obéir encore dans les choses qui lui semblent le plus déraisonnables.

Pie XII : N’hésitez donc point à exercer cette autorité ; ne vous soustrayez point à ces devoirs, ne fuyez point ces responsabilités. La barre de la nef domestique a été confiée à vos mains.

Pie XII : Épouses et mères chrétiennes, que jamais ne vienne à vous saisir la soif d’usurper le sceptre familial !

Pie XII : [Épouses] Ne vous contentez pas d’accepter et presque de subir l’autorité de votre époux à qui Dieu vous a soumises par les dispositions de la nature et de la grâce. Dans votre sincère soumission, vous devez aimer l’autorité de votre mari, l’aimer avec l’amour respectueux que vous portez à l’autorité même de Notre-Seigneur, de qui descend tout pouvoir de chef.

Etc., etc., etc.

Oui, l’Islam est une très mauvaise religion, mais dénonçons-la avec de vrais arguments et non des ‘réflexes’ imposés par nos ennemis.

Ajouté le 1er aout 2009 :

Nous regrettons très sincèrement ce paragraphe, nous le laissons uniquement pour mémoire. Ce que nous voulions dire c’est que ce n’était pas la Vraie religion.

Un musulman honnête lira toute notre étude et verra ainsi comment de fait nous voulons que les défendre et leur dire comment ils ont été trompés par les ‘ennemis de tous les hommes*

Ce musulman honnête verra même comment, à certains égards, nous les magnifiions et les citons comme exemple !

Que ce musulman de bonne volonté* recherche aussi, entre autres : honte aux chrétiens*, honte à nous*, musulman*, Imam*, voile*, etc.

Que ce musulman honnête constate comment dans ce chapitre nous les défendons sur des points touchant : le Mariage, la Famille, l’assujettissement de la femme à l’Homme et ce plus particulièrement dans le Mariage…

Et, si l’on approuvait et bénissait comme de Droit le Droit qu’un musulman a à punir sa femme rebelle, si l’on approuvait le voile (et non casque de scaphandrier ou masque d’apiculteur) qu’ils font porter à leurs femmes comme le demande Saint Paul, alors, nous pourrions certainement convaincre charitablement ces pauvres musulmans de leurs vraies errances.

Avec de faux arguments, nous les scandalisons et ainsi nous les empêchons de se convertir, et de ceci il faudra rendre compte au Jugement dernier !

Bien amicalement, que le Bon Dieu vous bénisse !

Pour la Vérité,
QJSIOJC

← Fin extrait

Est-ce utile de vous dire que cette lettre ne fut pas insérée dans leur ‘Droit aux lettres’…

6.D.1.b - Voici maintenant une analyse complète de ce texte.

Reprenons la partie de texte que nous allons étudier, le reste n’étant pas utile pour l’instant :

La femme a à peine plus de valeur, morale et marchande, qu’un animal. On peut la répudier, la battre, refuser de l’entretenir, la spolier de la garde de ses enfants ou de son héritage.

Que la femme ait à peine plus de valeur, morale et marchande, qu’un animal, est certes à déplorer et à combattre, avec la réserve que l’on ne peut toucher à l’Autorité du Chef de Famille. Alors, comment peut-on combattre ceci ?

1. En ne mélangeant pas ce qui ne peut être mélangé, et donc en acceptant pas cela chez-nous4. Mais une fois que l’on a fait rentrer ces pauvres Hommes porteurs de cette erreur dans nos régions, nous devons en supporter les conséquences.

2. En ne Les scandalisant pas nous-mêmes en ‘marchandisant’ nos femmes par : l’égalité des sexes mensongère parce que fondamentalement irréalisable, la prostitution publicitaire et autres, la pornographie en tous lieux et toutes circonstances et ce, jusqu’à l’échangisme et la zoophilie, le refus des fruits de l’Amour, la séparation et le divorce, etc. Et, dans le même temps nous nous scandalisons plus que hypocritement de ce qu’Ils font et qui est bien moins grave que ces crimes précités !

3. En étant des apôtres, des missionnaires auprès de ces Hommes qui immanquablement seront séduits par notre Image de Dieu. On ne peut bonifier qui si l’on est bon soi-même, et on les bonifiera en commençant par la Tête, l’Homme, le Chef de Famille. Nous ne devons aucunement toucher à sa femme, c’est Lui, le Chef qui touché Lui-même par notre Image de Dieu touchera ensuite Son épouse et Ses enfants.

Que l’on peut la répudier est certes mal, mais que l’on s’en scandalise hypocritement est bien plus grave, en effet l’on accepte jusque dans nos cercles les plus restreints, la séparation, le divorce, le concubinage… On l’accepte, on l’accueille, et même nos prêtres jusque dans la Trahition (cf FSSPX & Cie) l’imposent à des épouses au nom de l’obéissance !

Que l’on peut la battre, ou plutôt ce qui est plus heureux et exacte comme terme la corriger est vrai ! L’Époux le Peut parce qu’Il le Doit, et si nécessaire même physiquement. Ceci a été suffisamment développé un peu plus haut5 et dans tout l’ensemble de notre étude6. Oui, cessons de pratiquer la langue de bois, il y va du salut de l’épouse revêche et de l’Époux qui sera jugé sur le dépôt qui Lui fut fait par Dieu même.

Résumons :

L’Époux doit corriger, châtier son épouse si nécessaire, et Lui seul sait ce qui est nécessaire à celle-ci.

Il doit être soutenu, encouragé, glorifié par quiconque, Église ou mosquée, État, et ‘opinion publique’, etc.

Que l’on peut refuser de l’entretenir, est aussi évident, encore faut-il s’entendre sur l’expression.

S’il s’agit d’entretenir sa femme qui par ailleurs va coucher n’importe où, il est évident que l’on ne le doit absolument pas.

S’il s’agit d’entretenir de quelque façon7 que ce soit Sa femme qui aurait demandé la séparation de corps ou le divorce, certainement non plus !

Si nous parlons d’une épouse revêche et ayant fuit chez ‘ses’ parents, idem !

S’il s’agit d’une épouse digne et totalement soumise, il est évident que quelqu’Époux que ce soit ne penserait pas à : refuser de l’entretenir !

Dans ce propos il y a du reste une gigantesque hypocrisie, en effet, Rivarol parle de l’entretenir, or, l’on ne peut entretenir que ce qui est dépendant ! On ne peut clamer l’égalité des sexes, le droit au travail et au salaire, à son ‘indépendance’, et ensuite demander d’être entretenue !

Que l’on peut la spolier de la garde de ‘ses’ enfants, fait montre aussi d’une particulière inconscience ou hypocrisie. En effet, en premier lieu, selon les canons actuels, les enfants appartiennent aux deux parents, or, la spolier de la garde de ‘ses’ enfants, entend qu’il y a séparation ou divorce, et comme l’enfant ne peut être partagé, arrêtons de pratiquer la langue de bois, c’est soit elle qui est spoliée de la garde des enfants, soit Lui. Il y en aura au moins un des deux qui sera spolié !, et donc au nom de quoi plus elle que Lui ?

Mais, comme tout ce document le prouve, les enfants appartiennent, et ce, dans tous les sens du terme, qu’au Père ! Donc de dire la spolier de la garde de ‘ses’ enfants, est un mensonge, il aurait fallu dire, la séparer des enfants ! Mais de plus elle n’est pas séparée des enfants si elle s’en va, c’est elle qui abandonne les enfants, puisque c’est elle qui part ! Si madame ne veut pas être séparée des enfants, qu’elle ne s’en sépare pas !, qu’elle soit réellement sage et reste auprès de son Maître, son Époux !

Que l’on peut… la spolier de son héritage, est aussi faux que tout le reste. En effet, qu’a-t-elle besoin de ‘ses’ biens tant qu’elle est avec son époux ? Si elle a quitté son Époux et veut revoir ‘ses’ biens, comme pour les enfants, qu’elle s’amende, obtienne le pardon de son Époux, et revienne auprès de Lui dans une plus parfaite soumission ! Si elle est avec son Époux, comment peut-elle gérer ‘ses’ biens qui ne sont qu’une dot, et alors qu’elle doit obéir en toutes choses ?

Saint Alphonse de Liguori, entre de nombreux autres auteurs, après avoir dit que toutes les fois qu’elles désobéissent à leurs maris elles commettent un péché mortel8, ajoute que la femme pèche si, sans le consentement de son mari, elle dépense sur les revenus communs une somme plus forte que les femmes de son rang ont coutume de dépenser, parce que c’est le mari qui est maître des biens communs, et non pas la femme…9

6.D.1.c - Pour conclure…

Ce texte de Rivarol montre bien à quel niveau nous sommes descendus dans l’infernal libéralisme dont la principale facette est le féminisme. Ce texte est, par ignorance coupable10 pour le moins, un bijou de désinformation.

Et ainsi, au lieu de ra-mener à la Vérité des Hommes égarés par le Menteur et ses suppôts, ces textes, comme celui de Rivarol, dressent une barrière, en Les scandalisant. Ceux qui se disent catholiques devraient, en Vérité, les soutenir quant aux points vus ci-dessus! Mais non, l’on se dit catholique, et nous les scandalisons ! Les prêtres en premier, et surtout les prêtres de la Trahition qui prétendent sonner l’alarme alors qu’ils jouent du pipeau pour nous capter, et sont ainsi les ‘seuls’ responsables.

2(Re)Voyez ND : DP-2.C.2.c, Donc, elle devait obéir aveuglément, et ce sans avoir besoin de comprendre.

3N° 2856 du 2 mai 2008, page 10 de Rivarol, page 672.

4Cela sera vu plus loin, mais tous ceux qui votent dans ce système ‘démocratique’ ont accepté cette ‘invasion’ qui est de fait une invitation. En effet, et pour le moins, si leurs idées avaient triomphé, ils diraient ‘la vérité’ a gagné. Or donc, c’est la règle du jeu de cartes pipées, c’est forcément la vérité qui gagne, car elle est dans le plus grand nombre ! L’on ne peut dire que le jeu n’est pas truqué lorsque l’on gagne et qu’il l’est lorsque l’on perd !

5(Re)Voyez ND : DP-06, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (II)…; au début de ce point DP-6.C, Seul Il a Pouvoir de discipliner son épouse, seul Il le Peut.

6Et plus particulièrement aux chapitres :

DP-05, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (I) ; ou DP-5, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (I)…

DP-07, Restaurer la dignité de la femme, par sa soumission (I) ; ou DP-7, Restaurer la dignité de la femme, par sa soumission (I)…

7Nous parlerons plus loin des pensions alimentaires qui est une pousse au crime !

8(Re)Voyez ND : DP-7.E, La femme, comme insoumise, ce qu’elle encoure…

9Saint Alphonse de Liguori. (Re)Voyez ND : DP-18.C.5, Saint Alphonse de Liguori - Œuvres complètes - Instruction au peuple.

10Voici ce que le Saint Curé d’Ars disait : Ô mon Dieu ! que l’ignorance damne du monde.

Le Saint Curé d’Ars et la famille, fin du chapitre II.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N’étant pas membre de ce site, vous pouvez tout de même déposer un commentaire qu’un membre agréera et publiera ; pour ce, veuillez lire la procédure à suivre à l’adresse : http://restaurationdelafamille.blogspot.com/2010/07/marge-suivre-pour-deposer-des.html