Les erreurs et instabilités de l’hébergeur Blogger (Google) :

Liens internes (menus et notes maintenant inopérants sur certaines pages ; sélectionnez le point à atteindre, et recherchez la cible... Patience… ! Pour atteindre les notes (vous pouvez faire copie de la page) cherchez : ♣

Perte d’une page par Blogger, message « Désolé, la page que vous recherchez dans ce blog n'existe pas. », recherchez le titre avec lien valide ici : Nos divers documents. Si nous ne l’avons pas encore détecté nous en faire part ici orfaep@gmail.com, merci.

mercredi 30 octobre 2013

RH-2013-08 - Cher Sieur Pierre Le moyen, constatez avec nous qu’infailliblement l’épouse est soumise à son Époux !

Du : 30.10.2013. Version PDF1. Actualisé : mer. 13 avr. 2016, 19.01.
Table de cette réponse, RH-2013-…
8 - Cher Sieur Pierre Le moyen, constatez avec nous qu’infailliblement l’épouse est soumise à son Époux !
8.A - Voici, Sieur Pierre Le moyen, notre réponse annoncée.
8.A.1.a - Devant l’ampleur et la gravité du sujet.
8.A.1.b - Pour la bonne compréhension de ce que nous disons…
8.B - Maintenant, répondons patiemment à vos questions.
8.B.1.a - Alors les pharisiens s’approchèrent de Lui pour Le tenter ; et ils Lui dirent…
8.C - 1er piège : L’épouse, doit-elle obéissance à son Époux s’Il n’est pas bon ?
8.D - 2d piège : Pour être bon, l’Époux devrait être mou !
8.D.1.a - Première fausseté, par restriction !
8.D.1.b - Seconde fausseté, par détournement !
8.E - 3ème piège, par contradiction interne violente !
8.E.1 - Vous nous parlez d’un mot provoquant une pernicieuse émotion : abusus !
8.E.2 - Regardons ces trois mots dans le cadre de la Famille.
8.E.2.a - L’usus est le droit d’user de la chose.
8.E.2.b - Le fructus est le droit d’en recueillir les fruits.
8.E.2.c - L’abusus est le droit de propriété absolue sur la chose.
8.E.2.d - Complémentairement : l’Homme a l’abusus de toute la création terrestre !
8.E.2.e - Complémentairement : L’Époux a l’usus de Son épouse !
8.F - Dans le plus déraisonnable, l’épouse doit obéir à son Époux !
8.F.1.a - Le mal est entré dans le monde de par la faute de la femme !
8.F.1.b - Elle est très effectivement responsable de l’avortement !
8.F.1.c - C’est rien qu’elle qui ne veut pas l’enfant !
8.G - Concluons, sauf question(s), cette réponse.
8.H - Ajouté après publication suite à un commentaire.
8.H.1 - Ce que nous voulons particulièrement faire remarquer à nos Lecteurs.
8.H.2 - À la volée, parcourons votre aimable commentaire.
8.H.2.a - Vous finissez ainsi : Malheureusement aujourd’hui un père qui donne une fessée…
8.H.3 - La femme est très effectivement responsable de tous les assassinats d’enfants !
8.H.4 - Concluons, sauf question(s), cette ajoute.
8.I - Annexes diverses
8.I.1.a - Pierre Le moyen, 26 octobre 2013 16:44
8.I.1.b - Pour l'ŒRFAEP : QJSIOJC26 octobre 2013 16:49
8.I.1.c - Pierre Le moyen31 octobre 2013 17:09
8.I.1.d - Pour l'ŒRFAEP : QJSIOJC31 octobre 2013 17:23
8.A - Voici, Sieur Pierre Le moyen, notre réponse annoncée.
Commencée en la Saint Évariste,
le samedi 26 octobre 2013 ;
achevée en la Saints Pontien et Gérald,
le mercredi 30 suivant ;
cette réponse Leur est confiée.
Cher Sieur Pierre Le moyen, chers Lecteurs,
Cher Sieur Pierre Le moyen vous venez de nous soumettre plusieurs questions en votre commentaire de ce samedi 26 octobre, que nous retranscrivons pour la facilité de nos Lecteurs en les Annexes diverses au point Pierre Le moyen, 26 octobre 2013 16:44 ; et, comme annoncé, idem au point : Pour l'ŒRFAEP : QJSIOJC26 octobre 2013 16:49, voici notre franche et détaillée réponse…
8.A.1.a - Devant l’ampleur et la gravité du sujet.
Devant l’ampleur et la gravité du sujet, bien que déjà traité dans les grandes lignes en nos divers documents, nous avons dû être bien précis, bien incisifs…
Ce document est sujet à corrections, et à être fluidifié ou précisé, dans ces derniers cas, vous en serez avertis par les commentaires de la page de publication.
Merci pour votre attention, bonne lecture.
8.A.1.b - Pour la bonne compréhension de ce que nous disons…
L’on ne doit pas lire une seule page, et rien qu’elle, afin de se scandaliser à pas cher, tous nos documents se tiennent, et tous se basent sur son principal, notre Document Principal (DP) !, qui se trouve complet, en pdf ici : Nos divers documents.
Afin de limiter les renvois qui surchargent ce texte nous innovons en mettant le numéro du renvoi, par ex. : (5B5), et en retrait le titre complet : 5.B.5 - L’Homme commande, dirige, gère, défend, attaque…
Si nous ne vous renvoyons point vers le DP, ce renvoi contiendra un lien vers le document visé.
De plus nous ne mettrons qu’un seul renvoi, le plus significatif, à vous de chercher dans le reste en nos documents.
8.B - Maintenant, répondons patiemment à vos questions.
8.B.1.a - Alors les pharisiens s’approchèrent de Lui pour Le tenter ; et ils Lui dirent…
Alors les pharisiens s’approchèrent de Lui pour Le tenter ; et ils Lui dirent : Est-il permis à un homme de répudier sa femme pour quelque cause que ce soit ? (Mat. 19, 3)
[Autre tentation] Dites-nous ce qu’il Vous en semble : Est-il permis de payer le tribut à César ou non ? (Mat. 22, 17)
Il faut bien constater que les commenteurs de ce site, mise à part de très rares exceptions qui n’en sont que plus remarquables, ne viennent, croient-ils stupidement, que pour nous tenter, nous piéger, nous mettre en contradiction !, ce comme leurs lointains semblables, les pharisiens, le firent avec Notre-Seigneur Jésus-Christ (NSJC).
Aussi, cher Sieur Pierre Le moyen, veuillez comprendre notre méfiance, vous êtes peut-être honnête, et désirez donc par là comprendre, mais l’habitude de voir notre site utilisé comme exutoire de la haine de la Vérité nous rend prudents…, surtout que l’expérience nous a montré que les plus virulents sont généralement lesdits Chrétiens, et même pires, lesdits Catholiques !
Votre missive semble bien provocante, de quelle sorte d’Homme faites-vous partie ?, l’avenir va nous l’apprendre…
Il est tout de même remarquable que vous avez été poli et que vous semblez bien, de par votre écrit, vous déclarer au moins Chrétien, ce qui en principe devrait nous faciliter la tâche…
8.C - 1er piège : L’épouse, doit-elle obéissance à son Époux s’Il n’est pas bon ?
Avant cette première question, votre texte n’est qu’affirmation à laquelle nous souscrivons sans embarras : L’épouse doit obéissance à son mari et ce notamment à travers le devoir conjugal etc…
Et là survient subrepticement la première tentation en embuscade : mais l’époux se doit d’être bon envers sa femme.
Tout est dans le vicieux mais !, selon nous, il aurait été plus honnête d’attaquer directement en disant carrément et courageusement sauf !, ce qui aurait donc donné : L’épouse doit obéissance à son mari et ce notamment à travers le devoir conjugal etc… sauf si l’Époux n’est pas bon !
Voyez donc splendidement le satanique oui, mais non* (CN-2010-11) en pleine lumière !, ici camouflé derrière undit innocent mais.
que votre langage soit : Oui, oui ; Non, non ; car ce qu’on y ajoute vient du mal. (Mat. 5, 37)
Point de oui, mais non !, la Vérité est !, et point à la ligne :
→ que la femme doit être soumise en toutes choses* (DP-2C2h) à son Époux comme le rappelle Saint Paul ;
→ qu’elle se doit de Lui obéir même dans les choses qui lui paraissent impossibles (DP-6C2), comme le rappelle Saint Benoît ;
→ et, que toutes les fois qu’elles désobéissent à leurs maris elles commettent un péché mortel ! (DP-6C4a), comme le rappelle Saint Alphonse de Liguori ;
et tout ce que l’on y oppose ou retranche n’est que tarte à la crème (CN-2010-13), détournement de paroles saintes.
DP-2.C.2.h - Et, si l’Époux devait désobéir à Son Dieu ?
DP-6.C.2 - À tout prix !, même dans le plus déraisonnable et impossible !
DP-6.C.4.a - Il vaut mieux donc qu’elle perde la vie plutôt que de perdre la Vie !
8.D - 2d piège : Pour être bon, l’Époux devrait être mou !
Là se débusque2 la seconde tentation, vous écrivez en effet qu’Il ne faut pas oublier que le christ s’est sacrifié pour les hommes donc l’homme doit être prêt à se sacrifier pour les femmes !
Le mot donc marque la conclusion d’un raisonnement, ou une suite logique, une conséquence.
Cette phrase étant déposée sur notre site qui veut restaurer l’Autorité de l’Époux-Père en déclarant sans aucun détours Sa plénitude et Son absoluité3, en La disant tout aussi infrangible* qu’inaliénable*, inamissible* qu’inabdicable*, votre donc semble pour le moins restrictif, voire même annihilateur !, accusateur !
8.D.1.a - Première fausseté, par restriction !
Vous écrivez, tout excité de la finesse de votre piège : le christ s’est sacrifié pour les hommes !, pensant avec un tel argument théoriquement imparable nous porter l’estocade fatale.
Faux !, en effet, premièrement, ici, vous mettez homme pour signifier rien que les Mâles ! ; et ceci est en effet confirmé par votre vicieux donc, qui est complété par l’homme doit être prêt à se sacrifier pour les femmes !
NSJC est venu pour nous sauver, nous les humains, l’humanité : Hommes et femmes !
Donc, en effet, et en conséquence, ou en toute réciprocité vous auriez pu et même dû écrire : la femme doit être prêt à se sacrifier pour les Hommes (Mâles) !
8.D.1.b - Seconde fausseté, par détournement !
Vous dites prêt à se sacrifier, alors regardons ce que veut dire se sacrifier :
-- On dit, Se sacrifier pour quelqu’un, pour dire, Se dévouer à lui sans réserve, souffrir tout pour son service. Les bons sujets, les bons citoyens se sacrifient pour leur Roi, pour leur patrie. Je me sacrifierois pour vous.4
-Se sacrifier pour quelqu’un, Se dévouer à lui sans réserve, souffrir tout pour son service, pour l’amour de lui.5
Eh alors, cher Sieur Pierre Le moyen, comme vous avez dû le lire en la page où vous déposâtes votre commentaire auquel nous répondons présentement, que fait l’Époux qui est conforme au Droit naturel décrit ici : Aux hommes le soin des affaires du dehors ; le mari doit s’en occuper aller, venir, courir de çà et de là, par pluie, vents, neige, grêle ; un jour mouillé et un jour sec ; un jour suant, un jour transi ; mal repu, mal hébergé, mal chauffé, mal couché. (DP-4H5e) ?, Il se dévoue pour Sa femme bien aimée, Il Se sacrifie pour Sa servante bien aimée !
DP-4.H.5.e - Attentions conjugales de l’épouse envers l’Époux.
Et que ne fait pas l’Époux qui ne corrige pas Son épouse, ne la discipline pas comme ne le fit aussi en son temps Adam, et que releva Saint Bernard ainsi : S’il devait compatir à sa femme, il devait la discipliner, puisqu’elle était son inférieure, car l’homme est le chef de la femme. (DP-6C5) ?, Il ne Se sacrifie pas pour Son épouse bien aimée !
DP-6.C.5 - Saint Bernard : Adam n’a pas discipliné Ève, il ne l’aimait pas !
Se sacrifier ?, pour l’Époux vis-à-vis de l’épouse, c’est :
Pour l’Époux, faire taire sa propre paresse, sadite tranquillité, c’est enseigner courageusement, rigoureusement et tendrement Son épouse, lui imposer Sa Loi (CN-2010-06) par toute voie que Lui impose Son Droit essentiellement et Seul si essentiellement de Doit divin (DP-5C8), Lui donc seul Législateur de Sa Maison, lui permettre ce qui est permissible6, et lui interdire catégoriquement ce qui doit être selon Lui à interdire ! ; et, le cas échéant, relever sans délai et courageusement ses manches, et la fouetter énergiquement par amoureux dévouement, la battre ou lui donner des coups, comme le rappelle notamment Saint Alphonse de Liguori, car elle doit forcément plier de bonne ou de mauvaise grâce, elle qui doit avoir une crainte amoureuse (DP-7D8) de son Époux : lorsque, après avoir été plusieurs fois avertie, votre femme ne s’est pas corrigée ; seulement alors vous pouvez la châtier. (DP-6C10)
DP-5.C.8 - Mgr Delassus : Le Chef est au-dessus de toutes autorités.
DP-7.D.8 - Une soumission pleine de crainte et de respect, amoureuse.
DP-6.C.10 - Saint Alphonse de Liguori : vous pouvez sans doute la châtier…
Soit ce que fit NSJC, la douceur et le dévouement même : Il chassât avec un fouet les vendeurs du temple !, ce comme le commente Lidolphe le Chartreux en son livre La grande vie de Jésus-Christ, tome II, pages 131 et 132 : N’est-ce pas une chose merveilleuse, que Jésus encore peu connu, sans réputation, sans autorité légale, ait pu, tout seul et armé seulement d’un fouet, chasser du temple une multitude d’hommes, sans éprouver de résistance ?7
Alors !, Sieur Pierre Le moyen !, il faut imiter NSJC ?, alors, lorsque cela est nécessaire imitons-Le en Nos Maisons, et si nécessaire en fouettant hardiment l’épouse ou l’enfant !, ça c’est la Charité, la Compassion, la Justice !, le vrai Amour !
8.E - 3ème piège, par contradiction interne violente !
Vous nous écrivez, et nous remarquons encore le mais très luciabélien8 : Je suis d’accord que les enfants doivent pleinement obéissance au Père mais l’enfant n’est pas la propriété comme l’on possède un stylo maison etc. il n’y a pas de droit d’abusus!
Comment donc peut-on exiger l’obéissance d’un enfant qui ne vous appartiendrait pas !?, dites-vous mon enfant, en parlant du vôtre, ou dites-vous son enfant, soit à quelqu’un d’autre ?
Si vous dites mon enfant !, vous marquez bien une propriété !, une appartenance (DP-3A2) !, alors Vous êtes en Droit (DP-8G2b) de lui exiger obéissance !
DP-3.A.2 - Définition des termes nommer et appartenir.
DP-8.G.2.b - La Loi ne forme pas le Droit, la Loi ne doit dire que le Droit !
Comment pouvez-vous donner la même puissance au mot appartenir ? ; l’enfant Vous appartient, il tient la vie de Vous le Père ; et son vol Vous affecte plus que le vol de Votre Maison ; et le vol de cette dernière bien plus que le vol de Votre voiture qui vous appartient tout de même ; et le vol de cette dernière Vous affecte plus que le vol de Votre stylo !
Tous Vous appartiennent, mais à des degrés divers, et leurs lèses Vous affectent différemment !
Continuons…
8.E.1 - Vous nous parlez d’un mot provoquant une pernicieuse émotion : abusus !
Nous voulons bien croire qu’il ne s’agissait point d’une intention maligne…, vous écrivez qu’il n’y a pas de droit [pour l’Époux-Père au sujet de Sa femme et de Ses enfants] d’abusus !
Voyons donc, en premier ce que veut dire le mot abusus :
Voici ce qu’en dit le Lexique bancaire et économique :
-Abusus
Composante du droit de propriété ; ce dernier peut être démembré en usus, fructus et abusus.
L’usus est le droit d’user la chose, le fructus le droit d’en recueillir les fruits et l’abusus le droit de disposer de la chose (la donner, la vendre, la détruire).
L’usus et le fructus sont souvent réunis pour former l’usufruit au profit d’une seule personne, l’usufruitier.
L’abusus seul revient à celui que l’on appelle le nu-propriétaire.9
Voyons aussi ce que dit Wikipédia du mot abusus :
L’abusus est l’un des attributs du droit de propriété, le droit de disposer de son bien, qu’il s’agisse de la disposition juridique de son bien par l’aliénation (vente ou don) ou matérielle par la destruction. L’abusus peut être détenu par le propriétaire, le possesseur, mais en aucun cas par l’usufruitier.
Il est un des démembrements du droit de propriété avec l’usus, le droit d’user d’une chose sans en percevoir les fruits (le droit d’habiter dans une maison dont on a l’usus) et le fructus, le droit d’en percevoir les fruits et revenus (le droit de louer et de percevoir les loyers d’une maison dont on a le fructus). (Usus et fructus étant couramment réunis dans l’usufruit).
L’abusus est un droit réel en ce sens qu’il s’exerce sur une chose.10
8.E.2 - Regardons ces trois mots dans le cadre de la Famille.
Regardons ces trois mots, usus et fructus, et abusus.
8.E.2.a - L’usus est le droit d’user de la chose.
En ou hors Sa Maison, Le Chef de Famille à l’usus des Siens :
→ L’Époux est en Droit d’user de Son épouse-servante pour Sa satisfaction de tous ordres (affection ou satisfaction, ménage, ravaudage, etc.)
→ Le Père est en Droit d’attendre de Ses enfants leur aide pour les travaux des champs par ex., qu’ils L’honore, etc.
8.E.2.b - Le fructus est le droit d’en recueillir les fruits.
En ou hors Sa Maison, Le Chef de Famille a le fructus des Siens :
→ L’Époux est en Droit d’espérer des fruits (enfants, DP-3B3e) pour Lui qu’Il fera porter à Son jardin fermé (DP-3B4), pas ex.
3.B.3.e - Maintenant, voici où nous devions arriver.
3.B.4 - Nous allons parler de fontaine…
→ Le Père est en Droit d’attendre un juste retour des peines de la prime éducation par un juste profit du travail de ses enfants, et plus tard de Ses Gars qu’Ils fassent faire fructifier Son nom qu’Ils portent…
8.E.2.c - L’abusus est le droit de propriété absolue sur la chose.
En ou hors Sa Maison, Le Chef de Famille a l’abusus des Siens :
La propriété est ce qui vous revient en propre !, qu’à vous !, auquel vous imposez votre Loi !
Avertissement !
Au diable !, et c’est bien tout le cas de le dire, l’émotion toute luciabélienne !, nous !, nous n’avons pas dedits complexes que nous aurait refilé Luciabel !
C’est le Bon Dieu qui rémunérera le mauvais Chef de Famille, le mauvais Gestionnaire de Sa Famille.
Lucifer est vraiment fortiche !, en effet, sous couvert de soi-disante protection des membres d’une Famille de ladite tyrannie de Son Chef, Il a réussit à vous transformer en bons petits commissaires du peuple fouineurs de poubelles, et à vous faire détruire savamment et réciproquement Vos propres Familles : A s’ingère dans la Famille de B, et B zieute vicieusement dans Celle de A !
→ Ainsi vous applaudissez, lorsque l’on condamne un Époux imposant par toutes voies que Lui donne Son Droit Sa Volonté à Son épouse et à toute Sa Maison !
→ et dans le même temps, dans une totale illogique, vous bêlez, gents dits traditionalistes, lorsqu’à un Père l’on retire Ses enfants parce-qu’Il ne veut pas desdits vaccins, ou lorsqu’Il s’oppose à l’école luciférienne dite publique en enseignant ou faisant enseigner Ses enfants à la Maison !
L’on appelle cela, chez les suppôts de Lucifer, ledit droit d’ingérence, qui ouvre tout droit à soutenir par ex. les assassins qui sévissent en Syrie (l’ASL), en Afghanistan (USA et copains cochons) et Irak et Cie (par toujours les mêmes du haut de leur pyramide satanique) pour imposer ladite libération de ces peuples contre la volonté de ces mêmes peuples !
L’on ne touche pas impunément à l’Autorité la plus complète et absolue sur terre, Celle du Chef de Famille sur Sa Maison ! Le Chef de Famille est le seul à réunir en Ses mains, et l’Empire, et le Sacerdoce ! (DP-5C9). La plénitude de l’Autorité du Chef de Famille est la plus absolue, elle est tout aussi infrangible qu’inaliénable, inamissible qu’inabdicable. Ne piaulez pas bêtement contre ledit Mariage de pervers et autres turpitudes, l’unique responsable, c’est ceux qui ont violé si peu que cela soit l’Autorité du Chef de Famille !
DP-5C9 - L’autorité du Père est la plus complète : sacerdoce et empire.
N’oubliez pas qu’aucune n’a plus de titres plus légitimes, aucune n’est plus nécessaire. Le pouvoir du père est celui qui, dans l’ordre naturel, offre au plus haut degré les caractères d’une institution divine. (DP-5C8)
DP-5C8 - Mgr Delassus : Le Chef est au-dessus de toutes autorités.
Et l’Empire de l’État, et le Sacerdoce de l’Église : sont au service de ce Chef de Famille !
Par contre, montrez l’exemple comme ces rudes pères de famille à l’autorité absolue et incontestée, gardiens fidèles de leur gens (DP-11C), tempérément mais certainement point mollement ; et, par contagion, ce Chef de Famille que vous croyez indigne sera touché et cherchera à vous imiter ! Priez pour Lui et Sa Maison !, la prière est toute puissante et le Bon Dieu enverra des Grâces supplémentaires de conversion à ce Chef dit indigne !
DP-11C - Tant que l’on ne l’aura pas rebridée, rien, rien n’ira !
→ L’Époux est bien propriétaire de Son épouse, elle Lui est absolument indissolublement attachée et asservie !, Il est son juste et infrangible Législateur et rémunérateur ! Ainsi si cela devait être nécessaire, comme de Droit et qu’à Dieu ne plaise11 !, Il peut même prononcer la peine de mort sur qui enfreint en Sa Maison, ou hors Sa Maison mais sur Sa Maison, son Droit ! Par ex. :
1) L’épouse dans un élan de révolte veut tuer l’enfant de son Époux, Il peut et Doit l’empêcher par toute voie de Son Droit !, même par la peine de mort !
2) L’épouse veut quitter son Époux, en emmenant même peut-être les enfants de Son Époux, et les autres biens par la même occasion, Il, l’Époux est en Droit d’éradiquer radicalement le problème pour au moins sauver Ses enfants et ses autres biens !, sauf que maintenant tout est totalement dans les mains de Satan et qu’alors le pauvre Époux finira totalement illégalement en prison (CN-2011-07)…
→ Le Père a les mêmes pouvoirs quant-à Ses enfants ; comprenne qui veut bien comprendre !, soit honnêtement… et ainsi donc, si nécessaire, et ceci vient bien effectivement et radicalement vous contredire Sieur Pierre Le moyen, ce que vous nous avez écrit : Le père ne peut pas tuer ses enfants. Faux !, comme vu avec l’épouse !
8.E.2.d - Complémentairement : l’Homme a l’abusus de toute la création terrestre !
Oui, et ô combien !, l’Homme (le Mâle évidemment) a l’abusus de toute la création terrestre !, elle est pour Lui et à Sa disposition, de par le Seigneur Dieu : Le Seigneur Dieu ayant donc formé de la terre tous les animaux terrestres et tous les oiseaux du ciel, il les amena devant Adam, afin qu’il vît comment il les appellerait. Et le nom qu’Adam donna à chacun des animaux est son nom véritable. (DP-3A4)
DP-3.A.4 - Adam, établi maître de toute la création, nomme les animaux.
Certes user ce n’est pas abuser !
Le Bon Dieu rémunérera très rigoureusement tout !
L’on peut chasser, mais point maltraiter les animaux, par ex., comme le font certains sadiques qui sont justement les premiers à dénoncer un Époux qui corrigerait Son épouse !, alors qu’eux, et comble de l’horreur, ils considèrent dans le même temps la femme comme une marchandise : traite de blanches, pornographie (publicité dans les rues et films), échangisme, et autres choses encore moins évocables, etc., etc., etc.
8.E.2.e - Complémentairement : L’Époux a l’usus de Son épouse !
L’Époux a-t-Il le droit d’user de son épouse ?
Oui, et ô combien, elle est Sa servante, elle est pour Sa satisfaction.
Elle est faite pour Lui : l’homme n’a pas été tiré de la femme, mais bien la femme de l’homme ; et l’homme n’a pas été créé à cause de la femme, mais la femme à cause de l’homme.
DP-5.B.5.a - L’Homme commande, dirige.
Elle a une réparation à Lui faire : elle lui est assujettie plus strictement encore, en ce que, séduite et l’ayant entraîné au mal, elle a une réparation à lui faire et une punition de son péché à subir.
DP-7.E.9 - Allez, une petite dernière pour la route…
Elle est Sa servante, elle Lui est en servitude : Nombre d’entre eux poussent l’audace jusqu’à parler d’une indigne servitude d’un des deux époux à l’autre ; ils proclament que tous les droits sont égaux entre époux ; estimant ces droits violés par la « servitude » qu’on vient de dire, ils prêchent orgueilleusement une émancipation de la femme, déjà accomplie ou qui doit l’être.
DP-7.D.6 - Pie XI confirme : la dignité de la servitude de l’épouse.
Elle doit donc à cause de tout cela Lui obéir en toutes choses : Ceci est le point capital dans le mariage elles se souviendront qu’elles sont obligées […] de leur être soumises et de leur obéir avec joie et empressement.
DP-6.C - Seul Il a Pouvoir de discipliner son épouse, seul Il le Peut.
Elle est pour Sa satisfaction : Car c’est pour la consolation de l’homme que la femme a été formée.
DP-4.H.5.e - Attentions conjugales de l’épouse envers l’Époux.
Elle est là pour porter Ses enfants, entretenir Son intérieur, etc., etc., etc.
8.F - Dans le plus déraisonnable, l’épouse doit obéir à son Époux !
Vous nous demandez de répondre, Sieur Pierre Le moyen, à ceci : Vous dites souvent que l’obéissance de la femme à son mari doit se faire même en ce qui parait dans le plus déraisonnable mais si l’homme ordonne à sa femme enceinte d’avorter doit-elle commettre ce crime?
Déjà, nous ne voyons pas comment faire avorter une femme qui ne serait pas enceinte…
Le question est donc : un Époux peut-il faire avorter Son épouse ?
Commençons par rappeler que…
8.F.1.a - Le mal est entré dans le monde de par la faute de la femme !
Commençons par rappeler que…, la femme est l’unique responsable de cet avortement !
Lisez, s’il-vous-plaît, et même si cela ne vous plaît pas !, ceci : DP-03, Le Mariage, son origine, sa Mission divine ; point DP-3C4e, Et c’est la femme qui se plaint du mal entré en ce monde !
8.F.1.b - Elle est très effectivement responsable de l’avortement !
Continuons à rappeler que…, la femme est l’unique responsable de cet avortement !
De tous temps, c’est la femme qui cherchait à faire passer ce que son Époux, pour Sa jouissance disait-elle, lui avait imposé tout de Droit : un enfant !
L’avortement a toujours été une industrie exclusivement féminine (faiseuses d’anges l’on disait) demandée et réalisée exclusivement par des femmes !, au grand insu de leur Époux !
Pas un Époux ne plongerait ses mains criminelles dans le sein de Son épouse au risque du reste de la perdre physiquement, pour retirer le fruit qu’Il avait auparavant enfermé amoureusement dans ce jardin fermé (DP-3B4a) ! Ce n’est jamais Lui qui est indisposé par cette œuvre pieuse qu’est l’Acte procréateur, ce n’est jamais Lui qui a ce criminel mal à la tête* (DP-4H5e), ou etc.
3.B.4.a - Notre épouse est un jardin fermé, une fontaine scellée.
DP-4.H.5.e - Attentions conjugales de l’épouse envers l’Époux.
Ce n’est pas Lui, l’Époux, qui glissait le bébé tout juste né en cachette entre deux matelas et que parfois l’on retrouvait plus d’un jour après encore vivant ! (voir par ex. Lisbeth Burger, Mon Journal de Sage-Femme)
C’est pas Lui qui laissait accidentellement, Dieu voit tout !, le bébé chuter du balcon !, etc.
Ou, qui après un bon bain subaquatique finissait inerte dans le congélateur !, vous savez…, ledit déni de grossesse que leur permet, à ces criminelles et révoltées femelles, de culpabiliser l’Homme et de ne pas être comme de Droit pendues haut et court !
La femme a naturellement (nature dévoyée) des dispositions incroyablement efficaces pour la cruauté !, cela était connu, et maintenant savamment méconnu !, d’où l’utilité qu’elle soit drastiquement tenue en laisse (DP-4I1), sévèrement (re)bridée (DP-11C) !
DP-4.I.1 - Qui prend, qui est pris, qui porte l’anneau nuptial ?
DP-11.C - Tant que l’on ne l’aura pas rebridée, rien, rien n’ira !
Alors !, votre histoire vicieuse d’Époux qui veut faire avorter Son épouse… Basta !
Justement regardant ceci, veuillez lire cette nouvelle : CN-2009-17, Moi, Moloch, je réclame le non-lieu pour Cheb Mami !
Et pour le cas totalement improbable d’un Époux qui ferait avorter son épouse qui ne peut qu’être soumise dans ce cas là aussi et qui ne peut aucunement appeler la Force publique contre son Époux et que le cas échéant le Bon Dieu rémunérera (RH-2013-01) très rigoureusement, veuillez lire, en sachant transposer, cette réponse : RH-2013-01, Sieur Luryio, absolument rien autorise l’épouse à s’affranchir, se séparer de son Époux !
RH-2013-01 (lien ci-avant) point 1.E.3.c - Qu’est-ce une rémunération dans le sens chrétien du terme ?
8.F.1.c - C’est rien qu’elle qui ne veut pas l’enfant !
Nous ne faisons que relayer ce poignant message :
Mon enfant avorté hante mes nuits
Les controverses théoriques, voire théologiques, sur l’avortement n’ont rien à voir avec le vécu de la chose. Il y a quelques années, ma compagne et moi ayant décidé de nous séparer à l’amiable, nos caractères étant trop dissemblables, j’avais rencontré une jeune femme qui m’aimait et avec qui j’avais décidé de refaire ma vie en légitime mariage ; mais — terrible faute de psychologie — j’eus la faiblesse de passer deux semaines de dernières vacances avec la première pour lui faire mes adieux. Quand je revins, l’autre, dans un brusque accès de jalousie, était allée se faire avorter de l’enfant de moi qu’elle commençait à porter. Ensuite, voyant mon accablement et mon dégoût, elle alla aussitôt se faire faire un nouvel enfant par un voyou de passage. Il n’était évidemment plus question pour moi, malgré mon amour pour elle, d’aller vivre avec celle qui avait tué mon enfant, remplacé par celui du premier venu.
Depuis ce jour, mon enfant disparu dont je ne sais même pas quel était le sexe hante mes jours et mes nuits. Après cela, les discussions sur le “droit de la femme” me font l’effet d’une brûlure. Et le Conseil d’Etat a jugé que même un mari n’a pas le doit d’empêcher sa femme d’avorter de l’enfant de lui qu’elle porte. Et on appelle ça un pays civilisé! Je ne suis pas sûr que Dieu existe, mais je pense qu’il y a un enfer pour Simone Veil.

8.G - Concluons, sauf question(s), cette réponse.
Cher Sieur Pierre Le moyen, nous espérons sincèrement vous avoir aidé par ce texte, que nous pouvons développer selon votre honnête demande, ou celle de Lecteurs.
Cher Sieur Pierre Le moyen et chers Lecteurs, vous ne pouvez qu’avoir remarqué que nous y avons mis le paquet comme l’on dit communément, tant pour ce qui est de ne pas tourner autour du pot qu’en la précision de notre réponse par le détail !
Cher Sieur Pierre Le moyen, et chers Chefs et futurs Chefs de Famille, que le Bon Dieu Vous bénisse tous, Vous et Vos Maisons !
Pour la Vérité,
QJSIOJC
8.H - Ajouté après publication suite à un commentaire.
Commencée en la Saint Quentin et Sainte Lucie,
le jeudi 31 octobre 2013 ;
achevée en la Saint Zacharie,
le mardi 5 novembre 2013 ;
cette ajoute Leur est confiée.
Cher Sieur Pierre Le moyen, chers Lecteurs,
Cher Sieur Pierre Le moyen vous venez de nous répondre en un commentaire que nous retranscrivons pour la facilité de nos Lecteurs en nos Annexes diverses, point Pierre Le moyen31 octobre 2013 17:09 ; et, comme annoncé, idem point Pour l'ŒRFAEP : QJSIOJC31 octobre 2013 17:23, voici donc l’extension de notre réponse…
8.H.1 - Ce que nous voulons particulièrement faire remarquer à nos Lecteurs.
Nous avions peur !, non point de dire la Vérité, mais de la réaction que l’énoncé de la Vérité pouvait engendrer !
C’est tellement habituel de voir que l’on ne veut obstinément pas comprendre et accepter le simple rappel de la Vérité, et que ce rappel est tourné en dérision ou pire, violemment critiqué et stigmatisé, par ex :
→ certains prétendent que nous appelons à battre les femmes !, ce qui est évidemment tout-à-fait contraire à la Vérité, alors que nous, nous ne faisons qu’enhardir les Époux à corriger de main de maître leurs épouses dans la mesure où c’est nécessaire et ce avec préféremment mesure !
→ d’autres disent que nous appelons à violer les femmes en parlant du devoir conjugal que l’Époux peut demander par toute voie que Son Droit Lui ouvre, ce qui est tout aussi monstrueusement faux ;
→ d’autres encore déclarent que nous pousserions au meurtre de la femme alors que de simple Droit nous rappelons le Pouvoir et législatif et coercitif du Chef de Famille sur Sa Maison !
→ Etc…
Aussi, Sieur Pierre Le moyen, soyez bien cordialement remercié pour votre politesse, votre délicatesse, ce qui du reste ne vous a pas empêché d’être vigilant comme un vrai et bon Chrétien le doit.
8.H.2 - À la volée, parcourons votre aimable commentaire.
Votre accord à la Vérité.
Nous vous remercions d’être en accord avec la Vérité, comme nous le voyons ici : Je suis d’accord que la femme doit obéir que son mari soit bon ou non de même les enfants doivent obéir au père en toute chose.
Autour des pronoms possessifs, mon, ton, notre, votre…
Plus loin, au sujet de ce que nous avions écrit : dites-vous mon enfant, en parlant du vôtre, ou dites-vous son enfant (à quelqu’un d’autre), vous nous dites : Oui mais je dis aussi MON père ou MON voisin…
En effet, la possession que l’on marque est de grandeur différente selon l’objet visé ; ainsi, le J’habite à Trifouilly-les-Oies, c’est ma ville !, est vrai sans toutefois faire de l’énonceur le propriétaire matériel de cette ville ! ; ni du reste de dire c’est mon voisin ne fait de vous son possesseur… ; mieux !, de dire c’est mon Dieu !, ne fait pas de soit le Créateur de ce Dieu, cela rappelle au contraire que l’on Lui appartient et que donc l’on Lui doit une obéissance absolue !
De dire c’est Ma femme !, (ou Mon enfant) rappelle à l’auditeur qu’il doit immédiatement s’arrêter et ne pas toucher !, voire même partir à toute vitesse s’il ne veut pas qu’il lui en cuise !
La Loi, et la sanction de son respect !
Vous dites, au sujet de la sanction du respect de cette Loi par une peine pouvant être la mort : … si cela est nécessaire et uniquement cela comme pour les enfants c’est uniquement en cas de nécessité absolue. Un homme ne peut tuer sa femme pour toucher une assurance-vie par exemple.
En cette assertion vous confondez deux mondes diamétralement et dramatiquement opposés !, celui de Lucifer qui a notamment inventé l’assurance-vie, et celui de Dieu qui se remet entre les Mains de Sa Providence infinie !, et qui ne connaît donc pas ce type de contrat…
De débattre généralement sur ces perfides assurances, cela est top long pour ici… Mais si un Homme devenu mauvais escroque une maison d’assurance forcément mauvaise, ce n’est ni plus ni moins que deux escrocs qui se battent ensemble !, alors, que le plus mauvais gagne ! Et c’est du reste exactement ce qui se passe avec les démons qui s’entendent si bien comme larrons en foire lorsqu’ils sont sur terre pour faire tomber une ou des Âmes, mais dès qu’ils sont retournés en leur antre infernale s’entredéchirent allègrement et se vomissent mutuellement !
Vous ne pouvez pas dire si cela est nécessaire et uniquement, c’est déjà en effet violer, chose que vous n’avez pas voulu faire !, l’Autorité du Chef de Famille, c’est La peser ! Alors oui dans le principe, sans donc regarder un cas précis ; et non dans les faits car vous ne pouvez pas ou ne devez pas connaître la raison de l’acte de cet Époux !
Toutefois, le Prince devra vérifier si un Époux affirme que Sa femme a été assassiné par son voisin !, voir RH-2013-01, Sieur Luryio, absolument rien autorise l’épouse à s’affranchir, se séparer de son Époux ! ; point 1.E.2.c - Ledit Imbuvable sévissant extra-muros sur Sa Famille.
Pourtant abuser et abusus se ressemblent ?
C’est ce que vous nous écrivez…, et en effet cela se ressemble…, comme peuvent se ressemblent parfois étrangement de bons Anges, et les trompeurs, les démons, les mauvais Anges ou Anges déchus !
Si un Époux, ayant donc l’abusus de Son épouse, exige d’elle par toute voie que Son Droit Lui ouvre :
→ une obéissance parfaite, Il est a féliciter !, et le Bon Dieu le sanctionnera par le Ciel s’Il reste fidèle ! ; et les (vrais !, soit craignant Dieu) Hommes le citeront comme exemple si la chose est connue !
→ une servilité d’esclave au point de la charger comme un chameau, il est a réprouver !, et le Bon Dieu le sanctionnera peut-être même par l’enfer s’Il ne s’amende pas ! ; et les (vrais !, soit craignant Dieu) Hommes ne le citeront certainement pas comme exemple si la chose devait être connue !, mais Ils ne pourront, Eux ou le Prince, jamais intervenir dans ce foyer !
Enfants (ou épouse) maltraité(e)s.
L’Époux doit corriger Son épouse, le Père Son enfant, et en effet des coups pour corriger sont hautement justifiables ; et, des coups gratuits, sans raison donc sont à proscrire !
Sauf que cela ne regarde que Celui à qui ce Chef de Famille devra rendre compte : Son Juste Juge, ce Dieu redoutable et pourtant d’Amour !
Voir RH-2013-03, Sieur Luryio, l’épouse fidèle n’a pas de cas de Conscience ; la femme est le problème, pas la solution !; point 3.C.1 - Résumons, concluons cette réponse à votre seconde préoccupation.
Il est tout de même à remarquer que :
→ ceux qui disent, car enfin avant l’on n’en parlait pas non point à cause d’une loi du silence mais parce que cela n’existait tout simplement pas ou pour le moins cela était regardé comme juste !, protéger la femme des coups de son Époux sont ceux qui justement la poussent notamment à travailler (échapper à l’Époux) et à avorter ;
→ les mêmes qui parlent desdits droits de l’enfant sont exactement les mêmes qui ne veulent pas entendre qu’il est Droit que tous les enfants soient désirés et bien accueillis (contraception), qu’ils ne soient pas supprimés avant et même maintenant après la naissance !
8.H.2.a - Vous finissez ainsi : Malheureusement aujourd’hui un père qui donne une fessée…
à son fils se fait condamné par les tribunaux ce que je trouve vraiment absurde.
Non !, ce n’est pas absurde !, faites attention aux mots !, c’est positivement démoniaque !
En effet l’absurdité est l’œuvre d’un irresponsable, mais de mettre un Chef de Famille fessant un des Siens, épouse ou enfant, ceci relève d’une redoutable intelligence dévoyée !, démoniaquement contre-nature…, d’un plan luciabélien visant à détruire la Famille !
Oui !, ce n’est pas ledit Mariage pour sodomite que Flamby 1er a fait passer de force qui détruit la Famille par la destruction de ce Sacrement ; mais, c’est lesdits Chrétiens, et les Ecclésiastiques de l’Église Catholique (EÉc) en toute tête, qui par petites touches successives détruisirent depuis au moins le Concile de Trente et maintenant de plus en plus fanatiquement la Famille !
8.H.3 - La femme est très effectivement responsable de tous les assassinats d’enfants !
Plus haut (8.F.1.b) nous vous disons que : La femme a naturellement (nature dévoyée) des dispositions incroyablement efficaces pour la cruauté !, cela était connu, et maintenant savamment méconnu !, d’où l’utilité qu’elle soit drastiquement tenue en laisse (DP-4I1), sévèrement (re)bridée (DP-11C) !
Lecteurs, vous contestez bêtement, au moins partiellement, que la femme est l’exclusive demandeuse et responsable des avortements ?, alors lisez ceci : CN-2008-16, Valérie Létard veut susciter une réaction ?, la voici ! ; point 16.C - Nous, dans la Vérité, nous allons vous dire une Vérité bien saignante !
Nous avions parlé d’assassinats des enfants par quasiment exclusivement la femme révoltée, l’immense et écrasante majorité des femmes, nous avions parlé aussi de coffres de congélation pour des cadavres, et nous avions aussi parlé du grotesque dit déni de grossesse qui leur permet d’échapper à la très juste corde (mais point à la Très Juste Colère de notre Dieu d’Amour), eh bien voici maintenant la version coffre de voiture :
Déni de réalité
"On le voyait venir, c’est venu : la mère du bébé (d’au moins 15 à 20 mois) retrouvé dans un coffre de voiture était dans un déni de grossesse.
C’est son avocate qui ne craint pas de l’affirmer : « On est complètement dans le déni de grossesse, totalement. On est dans le déni dès lors que cette femme n’a pas eu conscience de son état de grossesse, de l’accouchement non plus. »
« Aujourd’hui elle réalise. » Maintenant qu’on a trouvé son enfant déshydraté et sale dans le coffre de la voiture…
A force de tuer des centaines de milliers d’enfants dans le sein de leur mère, on nie leur qualité d’être humain. Alors qu’on les tue avant ou après la naissance…12
8.H.4 - Concluons, sauf question(s), cette ajoute.
Cher Sieur Pierre Le moyen nous espérons vous avoir bien répondu, et soyez encore remarqué pour votre amabilité, votre politesse.
Cher Sieur Pierre Le moyen et chers Lecteurs, nous sommes à votre disposition pour toute demande de précision…
Cher Sieur Pierre Le moyen, et chers Chefs et futurs Chefs de Famille, que le Bon Dieu Vous bénisse tous, Vous et Vos Maisons !
Pour la Vérité,
QJSIOJC
8.I - Annexes diverses
8.I.1.a - Pierre Le moyen, 26 octobre 2013 16:44
Bonjour,
L’épouse doit obéissance à son mari et ce notamment à travers le devoir conjugal etc…mais l’époux se doit d’être bon envers sa femme.
La femme est soumise à son mari comme l’homme envers le christ:
Il ne faut pas oublier que le christ s’est sacrifié pour les hommes donc l’homme doit être prêt à se sacrifier pour les femmes!
Je suis d’accord que les enfants doivent pleinement obéissance au Père mais l’enfant n’est pas la propriété comme l’on possède un stylo maison etc. il n’y a pas de droit d’abusus!
Le père ne peut pas tuer ses enfants.
Sur la soumission de la femme j’ai une question à vous poser:
Vous dites souvent que l’obéissance de la femme à son mari doit se faire même en ce qui parait dans le plus déraisonnable mais si l’homme ordonne à sa femme enceinte d’avorter doit-elle commettre ce crime?
Cher Sieur Pierre Le moyen,
Merci pour votre commentaire…
Veuillez nous laisser quelque peu de temps (8-15 jours), nous allons vous répondre droitement et dans le détail en une page spéciale, vous serez informé par votre adresse de la publication de notre réponse…
Dans cette attente, que le Bon Dieu vous bénisse, vous et tous les vôtres…
Pour la Vérité
QJSIOJC
8.I.1.c - Pierre Le moyen31 octobre 2013 17:09
Bonjour et merci de votre réponse.
« L’épouse, doit-elle obéissance à son Époux s’Il n’est pas bon ? »
Je suis d’accord que la femme doit obéir que son mari soit bon ou non de même les enfants doivent obéir au père en toute chose.
Le mais ne signifie pas sauf il signifie que l’époux a des devoirs en tant que chef celui de sa faire obéir et respecter mais aussi celui de protéger sa femme.
« dites-vous mon enfant, en parlant du vôtre, ou dites-vous son enfant (à quelqu’un d’autre) »
Oui mais je dis aussi MON père ou MON voisin…
« Ainsi si cela devait être nécessaire, comme de Doit et qu’à Dieu ne plaise13 !, Il peut même prononcer la peine de mort sur qui enfreint en Sa Maison, ou hors Sa Maison mais sur Sa Maison, son Droit ! »
Comme vous dites c’est si cela est nécessaire et uniquement cela comme pour les enfants c’est uniquement en cas de nécessité absolue.
Un homme ne peut tuer sa femme pour toucher une assurance-vie par exemple.
« Certes user ce n’est pas abuser ! »
Pourtant abuser et abusus se ressemblent ?
Le père peut* et doit corriger ses enfants et même durement en les fouettant si nécessaire mais dans le but justement de les corriger pas de les maltraiter.
De même pour l’épouse :
« lorsque, après avoir été plusieurs fois avertie, votre femme ne s’est pas corrigée ; seulement alors »
Il faut souligner le « après avoir été plusieurs fois avertie » et le « seulement alors » l’homme doit respecter une procédure dans le but de corriger son épouse : avertissement puis sanction pour corriger .
*Malheureusement aujourd’hui un père qui donne une fessée à son fils se fait condamné par les tribunaux ce que je trouve vraiment absurde. Mon père m’a parfois durement corrigé mais ça m’a été bénéfique.
Cher Sieur Pierre Le moyen,
C’est si rare que cela doit être relevé !
Nous vous remercions vraiment pour votre belle courtoisie ; nous avions en peu peur que vous réagissiez mal ayant été de par nécessité un peu incisifs avec vous, au contraire vous êtes bien aimable et somme toute bien disposé, et pour ce aussi, merci !, que le Bon Dieu vous le rende au centuple…
Pour vos quelques remarques pertinentes en votre commentaire, nous ferons une ajoute sous quelques jours, sur cette page, et vous en serez averti par un commentaire sur cette page et par votre adresse…
Que le Bon Dieu vous bénisse, vous et les vôtres.
Pour la Vérité,
QJSIOJC
1Ce document existe en PDF ici : Télécharger nos PDFs
* - Pour connaître la raison de cet astérisque et des suivants en nos documents, veuillez lire : Leur mode d’emploi…, point Nos documents comportent des astérisques ‘*’…
2-Emploi pronom. à sens passif. Toute la félonie se débusque (Céline, Mort à crédit,1936, p. 545).
8Pour ce mot, voir RH-2013-06, Cher Sieur Luryio, doit-on être connus et reconnus, ou… faire connaître ?; point 6.B.2.g - Au fond, ce n’était que le chahut qui intéressait Lesdits Intransigeants.