Les erreurs et instabilités de l’hébergeur Blogger (Google) :

Liens internes (menus et notes maintenant inopérants sur certaines pages ; sélectionnez le point à atteindre, et recherchez la cible... Patience… ! Pour atteindre les notes (vous pouvez faire copie de la page) cherchez : ♣

Perte d’une page par Blogger, message « Désolé, la page que vous recherchez dans ce blog n'existe pas. », recherchez le titre avec lien valide ici : Nos divers documents. Si nous ne l’avons pas encore détecté nous en faire part ici orfaep@gmail.com, merci.

mercredi 11 juin 2014

RH-2014-01 - Soldat de Christ, doit-on être soumis les uns aux autres, ou… les uns aux autres ?

Du 11.06.2014. Version PDF1. Actualisé : mar. 23 déc. 2014, 20.03.
Table de ce document, RH-2014-…
1 - Soldat de Christ, doit-on être soumis les uns aux autres, ou… les uns aux autres ?
1.A - Entrée en matière.
1.A.1.a - Votre brave dame Isabelle, de bien heureuse mémoire…
1.A.1.b - Appréciation d’un de nos articles.
1.B - Ils n’ont de cesse de tout tordre selon leur démangeaison du moment !
1.B.1.a - Encore un détournement de parole sainte : vous soumettant les uns aux autres…
1.B.1.b - Voyons la soumission des uns aux autres – Autorité !
1.B.1.c - Voyons la soumission des uns aux autres – Devoir d’état !
1.B.1.d - Voyons la soumission des uns aux autres – Adversités !
1.B.1.e - Concluons ce point !
1.C - Votre pasteur émasculé, amant de Luciabel !
1.D - Critiquer un article dont vous nous faites part…
1.D.1.a - Déconstruction, terme particulièrement débile…
1.D.1.b - L’image de Dieu est en l’Homme, et en la femme ?
1.D.1.c - Égalité, complémentarité, ou totale sujétion, pour la femme ?
1.D.1.d - Concluons l’analyse critique de cet article.
1.E - Concluons pour l’instant.
1.F - Annexes diverses
1.F.1 - Article à étudier : Dans les choux - Septembre 2011
1.A - Entrée en matière.
En la Saint Barnabé, Apôtre,
le mercredi 11 juin 2014 ;
ce document Lui est confié.
Chers Soldat de Christ, et Lecteurs,
Cher Soldat de Christ, vous avez déposé un commentaire que nous retranscrivons en cette note2 et que nous avons réceptionné comme vous le verrez en cette note3 ; voici maintenant notre réponse annoncée.
1.A.1.a - Votre brave dame Isabelle, de bien heureuse mémoire…
Vous nous dites mon épouse m'a fait remarquer, et privément, nous vous avons donc demandé si nous pouvions établir le lien qui nous facilitera la tâche entre vous et elle que nous connaissons bien agréablement sur ce site sous le nom de dame Isabelle, et vous nous avez répondu Oui vous pouvez faire ce lien avec mon épouse. Vous avez ma permission.
Aussi donc il est tout aussi utile de bien dire que le pseudo Ferdinand qui vous fut donné un temps par nous ne le fut que parce que vous n’en aviez pas encore choisi un vous-même…
Pour : pseudo Ferdinand vous fut donné un temps :
1.A.1.b - Appréciation d’un de nos articles.
Nous vous remercions très sincèrement pour votre appréciation d’un de nos articles : C'est avec un intérêt certain que j'ai lu votre critique de l'article d'un homme d'église du 19e siècle et son stupéfiant 'soumise à l'homme , la femme le domine '. Votre parallèle avec l'apesanteur était brillant et tellement logique.
Pour : votre appréciation d’un de nos articles :
Si seulement celle-ci, votre bonne appréciation, pouvait aider, convaincre les timides à se manifester…
1.B - Ils n’ont de cesse de tout tordre selon leur démangeaison du moment !
Puis vous nous dites, J'aimerais votre avis là -dessus, et voici ce passage qui ne peut être tronqué : Et dans la même lignée , toujours aussi hérétique, mon épouse m'a fait remarquer que circulait de nos jours une idée de 'soumission mutuelle' entre les époux qui prendrait sa source dans le verset d 'Ephésiens ( Soumettez-vous les uns aux autres dans la crainte de Christ) . Je me demande comment la soumission mutuelle entre époux dont je ne vois pourtant aucune trace dans les Ecritures ( Nombres 30 n'est-il pas suffisamment clair ?) , pourrait se mettre en application au quotidien (si déjà c'est possible !) et ce qu'elle engendrerait à plus ou moins long terme. On entend parfois des femmes (chrétiennes ou pas) dire 'mon mari ne me domine pas mais je ne le domine pas non plus . Ces femmes disent-elles la vérité ?
Si soumission mutuelle il y a ,. les parents devraient-ils être soumis à leurs enfants alors ? Devrais-je me soumettre à mes enfants même si ce qu'ils me demandent est déraisonnable ? Et Christ , se soumet-il à son église ?
1.B.1.a - Encore un détournement de parole sainte : vous soumettant les uns aux autres
Il faut vraiment être possédé, démoniaquement il s’entend, démangé pour vouloir à tout prix orienter, tordre ces diverses paroles ou dispositions saintes que nous avons déjà bien épinglées…
Pour : possédé, démoniaquement il s’entend :
Voir : RH-2013-03, Sieur Luryio, l’épouse fidèle n’a pas de cas de Conscience ; la femme est le problème, pas la solution !; point 3.B.7.d - Une personne, une chair (corps), deux esprits ordonnés, le souligné : Possédé par Dieu, ou par Lucifer :
Pour : tordre ces diverses paroles ou dispositions :
En voici certaines :
→ Ne jugez point, afin que vous ne soyez pas jugés : CN-2010-13, Du détournement de paroles saintes, et diverses autres escroqueries !; point 13B1, La tarte à la malicerie : Tu ne jugeras pas !
→ Tu aimeras ton prochain comme toi-même : Idem ; point 13.B.3 - La tarte à la haine : Tu aimeras ton prochain !
→ Que l’homme ne sépare donc pas ce que Dieu a uni : DP-11, Les épreuves, tribulations et afflictions, l’Espérance (II) ; point 11.D - La séparation ‘permise’, la tarte ‘Saint Nicolas de Flue’…
→ L’intuition féminine : DP-06, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (II)…; point 6.F.1 - L’intuition féminine, son 6ème sens, une gigantesque escroquerie !
Pour : démangés pour vouloir à tout prix orienter :
Je t’adjure, devant Dieu et Jésus-Christ, qui doit juger les vivants et les morts, par Son avènement et par Son règne, prêche la parole, insiste à temps et à contretemps, reprends, supplie, menace, en toute patience et toujours en instruisant. Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront plus la saine doctrine ; mais ils amasseront autour d’eux des docteurs selon leurs désirs ; et éprouvant aux oreilles une vive démangeaison, ils détourneront l’ouïe de la vérité, et ils la tourneront vers des fables.
Voir : DP-06, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (II)…; point 6.A - Rappel de la ‘Toute Puissance’ du Chef de Famille.
Commençons par redonner cette parole sainte : vous soumettant les uns aux autres dans la crainte du Christ (Éph. 5, 21).
Pour commencer, nous constatons que Saint Paul ne dit pas, et ceci est important :
→ … vous soumettant les uns aux autres et les autres aux uns…
→ … vous soumettant mutuellement (ou réciproquement) les uns aux autres…
1.B.1.b - Voyons la soumission des uns aux autres – Autorité !
Nous, nous avons bien lu vous soumettant les uns aux autres, ceci dit comme l’on dirait donc :
→ les femmes (les un(e)s) vous soumettant aux Maris (les autres) ; en effet, si vous soumettant les uns aux autres, comme les vicieux le prétendent, veut dire une réciprocité de soumission (chose évidemment impossible), alors comment justifier, comprendre ce que Saint Paul dit tout juste après : Que les femmes soient soumises à leurs maris, comme au Seigneur ; car le mari est le chef de la femme, comme le Christ est le chef de l’Église, qui est Son corps, et dont Il est le Sauveur. Or, de même que l’Église est soumise au Christ, de même aussi les femmes doivent être soumises à leurs maris en toutes choses. (Éph. 5, 22-24) ! ; Saint Paul se contredirait-Il ?
→ ou bien les serviteurs (ou sujets, les uns) aux Maîtres (les autres) ; en effet, si vous soumettant les uns aux autres, comme les vicieux le prétendent, veut dire une réciprocité de soumission (chose évidemment impossible), alors comment justifier, comprendre ce que Saint Pierre dit ailleurs : Serviteurs, soyez soumis en toute crainte à vos maîtres ; non seulement à ceux qui sont bons et humains, mais aussi à ceux qui sont difficiles. (Pierre 2, 18) ! ; Saint Pierre viendrait-Il contredire Saint Paul ?
Le … vous soumettant les uns aux autres est à accepter comme disant très exactement : les assujettis ou les uns (épouses, serviteurs, gents de royaume, ouvriers, etc.) soyez soumis aux Autorités ou les autres (Maris, Maîtres, Roys, Patrons, etc.) et ce dans la crainte du Christ [notre cru] qui tirera vengeance de toute insoumission !, révolte…
1.B.1.c - Voyons la soumission des uns aux autres – Devoir d’état !
Il existe un autre type de soumission, celle que nous impose notre devoir d’état !, se soumettre à son devoir d’état, soit le réaliser !
L’ouvrier est soumis à son ouvrage, réalisation dont dépend son salaire !
La femme est, doit être, soumise en toutes choses à son Époux, sa soumission à son devoir d’état ; et, l’Époux à son devoir d’état auquel il doit se soumettre, qui est de diriger de main de maître Son épouse (enfants, gents de Maison, etc.).
Ainsi, nous avons perdu le paradis terrestre par l’insoumission d’Ève, ici les uns, refus de son devoir d’état : ne pas s’écarter d’Adam ; et validé par l’insoumission d’Adam, ici les autres, refus de son devoir d’état : (re)brider Ève et la corriger !
Voir : DP-06, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (II)…; point 6.C.5 - Saint Bernard : Adam n’a pas discipliné Ève, il ne l’aimait pas !
1.B.1.d - Voyons la soumission des uns aux autres – Adversités !
Ne sommes-nous pas soumis aussi aux éléments ?, le vent, la pluie, la chaleur, etc. ; à la maladie, la vieillesse, etc.
Et là, l’Époux voyant son épouse alitée, n’est-Il pas alors, aimant qu’Il est, soumis temporairement, le temps qu’elle se rétablisse, aux tâches qu’elle doit normalement réaliser : ménage, repas, enfants à s’occuper, etc ?
1.B.1.e - Concluons ce point !
Oui, bien certainement, afin d’être heureux ici-bas, et heureusement justifiés plus tard à notre Jugement sans appel par Notre-Seigneur Jésus-Christ (NSJC), soyons bien effectivement, et ce sans tordre cette sainte parole selon nos luciabéliennes démangeaisons : soumis les uns aux autres dans la crainte du Christ !
1.C - Votre pasteur émasculé, amant de Luciabel !
Ensuite vous écrivez en votre courrier : Mon épouse a entendu un jour un pasteur évoquer cette étrange soumission mutuelle mais ce même pasteur , dans une prédication a dit quelque chose du style : " j'aimerais faire ceci mais ma femme ne veut pas … !! ". Il semblerait que la soumission aille plutôt dans un sens ..et dans son sens à elle !
L’on dit que La nature a horreur du vide ! ; nous devrions donc dire que Les sociétés humaines ont horreur de l’absence d’Autorité !
Toute société devant avoir une Autorité, et sachant pertinemment qu’une Autorité ne peut se partager (mensonge notamment qu’est ladite démocratie), ainsi :
→ si l’Autorité légitime fait scandaleusement défection : Adam, le Roy, votre Pasteur, l’Époux, etc.
→ alors c’est unedite Autorité qui accapare les rênes, ou la houlette de cette société : Ève, ladite démocratie, la femme du Pasteur, l’épouse, etc.
Pour : les rênes, ou la houlette de cette société :
Houlette : CN-2014-02 - Cessez de nous libérer !, disent Anne Brassié et Stéphanie Bignon ; où, le mensonge ciselé ! ; point 2.C.1.c - Ces vicieux en viennent à déclarer la Très-Sainte Vierge Marie femme libérée !
Oui bien en effet, si donc votre Pasteur ne fait pas Sa légitime volonté, car de Droit divin, en Sa Famille ; c’est alors sa femme qui impose contre-naturellement sa volonté dedit droit luciabélien ! C’est l’Un ou l’autre qui exerce !
Il a dit, ce pervers de Pasteur : j'aimerais faire ceci mais ma femme ne veut pas… !!
Ou soit dit clairement : je suis un plat de nouille [émasculé donc] incapable de vouloir, et bêlant stupidement un désir, que, sautant sur l’occasion qui lui est scandaleusement donnée, ma femme s’empresse de me refuser afin de me tenir sous sa tyrannique dépendance !
Pour : et bêlant stupidement un désir :
CN-2010-14, Hommes, ils Vous ont rééduqués afin de Vous dépouiller entièrement ! ; point 14.B.1 - Ils Vous ont spolié du réel ; et Vous ont refilé l’irréel, du vent !
1.D - Critiquer un article dont vous nous faites part…
Vous finissez votre bon message ainsi : Cette 'soumission mutuelle' , je l'ai revue dans dans un message chrétien de 2011 dont j'ai partagé la lecture avec mon épouse.
Nous aimerions tous deux que vous donniez à ce message récent le même éclairage que vous avez donné à l'article datant du 19ème siècle , pour le bien et l'édification de tous ceux qui vous liront. Car la Vérité est atemporelle et le mensonge doit être combattu sans relâche par les soldats de Christ.
Analysons maintenant cet article que, Lecteurs, vous trouverez en annexe, point 1.F.1, Article à étudier : Dans les choux - Septembre 2011, ou en suivant le lien ci-dessus.
1.D.1.a - Déconstruction, terme particulièrement débile…
dénotant bien un esprit à la remorque du monde… Le terme qui n’existe que dans des cerveaux détraqués, déconstruction, fut inventé par des forcément luciabéliens vers 19724 !
Pour : un esprit à la remorque du monde :
→ N’aimez pas le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est point en lui, car tout ce qui est dans le monde est concupiscence de la chair, et concupiscence des yeux, et orgueil de la vie ; et cela ne vient pas du Père, mais du monde. (Jean 2, 15-16)
→ Eux, ils sont du monde ; c’est pourquoi ils parlent selon le monde, et le monde les écoute. Nous, nous sommes de Dieu. Celui qui connaît Dieu nous écoute ; celui qui n’est pas de Dieu ne nous écoute pas. C’est par là que nous connaissons l’esprit de vérité et l’esprit de l’erreur. (Jean 4, 5-6)
Il y en a qui :
→ déconstruisent une maison, cela évite de dire qu’ils la démolissent.
→ déconstruisent une automobile, pour ne point dire la mettre à la casse.
→ arrivent à déconstruire un plan mal fait5, ce qui évite de dire qu’il doivent refaire ce qui a été mal fait !
→ déconstruisent des préjugés, pour ne point dire qu’ils subvertissent tout l’Ordre divin ou naturel.
→ etc.
Ainsi le site qui publie cet article dit :
→ s’inscrit dans un vaste projet de déconstruction, et plus loin dans le même tortillage de la pensée cet enseignement, qui repose plus sur une idéologie que sur une base scientifique, ce afin de ne point dire la Vérité, qui est que cedit enseignement n’est qu’idéologie luciabélienne, et évidemment ne repose aucunement sur une base scientifique, parce que divine.
→ déconstruction de la reproduction, pour ne point dire tripotage de la vie, et ce de façon chaque fois plus scandaleuse et monstrueuse.
→ déconstruction de la famille, comme si l’on pouvait se séparer de soi-même, ce pour ne point dire destruction de cette Famille par notamment la séparation-divorce.
Pour : si l’on pouvait se séparer de soi-même :
Voir : DP-07, Restaurer la dignité de la femme, par sa soumission (I) ; point 4.J.7 - L’un ou l’autre ne peut se séparer de soi-même.
→ etc.
À force d’inventer malicieusement des mots, comme fratrie, et le plus possible passe-partout et de préférence vides de sens, l’on habitue les gents à ne plus penser, mais qu’à entendre d’une oreille un verbiage nauséabond ; l’on appelle cela du lavage de cerveau !, du conditionnement !, et l’on en vient à entendre des conversations presque que formées par des slogans tous à la mode du jour dans des bureaux et partout où à tout bout de champ fusent des tout à fait, ou autant pour moi, des c’est trop, ou le créer du lien, etc.
Pour : malicieusement des mots, comme fratrie :
Pour : des c’est trop :
C’est trop, comme en dernier l’un disait : Ce mouton avait trop l’air heureux, obligé qu’on le mette sur le blog!6 ; quel français !, s’entent-il parler ?, comment peut-on trop aimer, ou trouver trop beau un enfant, son agneau ou une fille ?
L’on peut ne pas assez aimer, mal aimer en gâtant, mais trop aimer !, même le Bon Dieu qui nous aime infiniment ne nous aime pas de trop !
Oui !, leur Éternité en enfer ne sera pas certainement de trop pour leur faire payer leurs crimes !, leur suivisme de Luciabel !
Pourquoi ?, mais pourquoi donc doit-on bêler toujours comme le plus grand nombre et avec le plus grand nombre, les autres ?, sur la même flûterie7 que les autres ?, l’on appelle cela l’esprit de troupeau !, le suivisme !, l’abdication de sa réflexion et sa pensée : tous ensemble, tous ensemble !, ouais !, ouais !, vers les abîmes éternels !
Pour : ouais !, ouais !, vers les abîmes éternels :
RH-2013-01, Sieur Luryio, absolument rien autorise l’épouse à s’affranchir, se séparer de son Époux ! ; point 1.E.3.d - Qu’elle est donc la rémunération du sodomite ?
Tout cet article est pas mal jargonné8 comme intentionnellement, assurément, ce en plus du fameux déconstruire
Nous n’allons que pointer certains passages.
1.D.1.b - L’image de Dieu est en l’Homme, et en la femme ?
L’auteur dit bien, et ce sans césurer son texte : C’est la création d’Adam (Gen. 1 :27) qui porte cette image et non celle d’Eve (Gen. 2 :22.) L’image de Dieu se trouve dans l’homme et la femme, qui, bien que différents, se complètent pour former un seul corps (Gen 2:24.)
Ainsi en deux phrases bien juxtaposées, cet auteur dit la chose et son contraire, sauf erreur de notre part :
1. Ève ne porte pas l’image de Dieu : C’est la création d’Adam qui porte cette image et non celle d’Eve.
2. Ève porte l’image de Dieu : L’image de Dieu se trouve dans l’homme et la femme.
Que l’on ne nous dise pas que l’auteur veut dire simplement que la femme réunie à l’Homme porte conséquemment l’Image de Dieu que l’Homme porte !
Non !, seul l’Homme est à l’Image de Dieu, et la femme réunie ou non à l’Homme de par le Sacrement de Mariage, ne porte aucunement cette Image de Dieu !
La femme réunie ou non à l’Homme de par le Sacrement de Mariage n’est que la gloire de l’Homme : L’homme est l’image et la gloire de Dieu, tandis que la femme est la gloire de l’homme9.
Pour : La femme […] que la gloire de l’Homme :
DP-07, Restaurer la dignité de la femme, par sa soumission (I) ; point 7.D.1 - L’épouse doit servir son époux, et non point Dieu.
Remarquons bien le et en ce texte : L’homme est l’image et la gloire de Dieu !
Et remarquons maintenant que Saint Paul dit que la femme est la gloire de l’homme, uniquement !, et non qu’elle est l’image de l’Homme comme nous, nous l’avions dit par pure charité comme vous le verrez en le renvoi ci-dessus !
Ainsi donc, la femme ne serait même pas l’Image de l’Homme, mais rien que sa gloire !
Toutefois, insistons, nous, par Amour pour elles, nous pensons, et Saint Paul certainement ne nous contre-dirait pas, que la femme est une certaine (car diminuée, proportionnée, ordonnée) image de l’Homme, en plus que sa gloire !
1.D.1.c - Égalité, complémentarité, ou totale sujétion, pour la femme ?
Cet auteur continu ainsi : Par exemple, Christ, existant en forme de Dieu, n’a pas regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu (Phil. 2 :6) De même qu’il n’y a aucun conflit d’égalité entre le Père le Fils et l’Esprit du Dieu Un, il ne peut y avoir aucun conflit entre homme et la femme au sujet de l’égalité ou de la supériorité. Car Eve a été créée semblable et non égale à l’homme (Gen. 2 :18)
Tout cela pour dire quoi ?, pourquoi tant tortiller sadite pensée ?, dans le but de confusionner !, alors qu’il suffit d’aller droit au but, à la Vérité :
Saint Paul : Que les femmes soient soumises à leurs maris, comme au Seigneur ; car le mari est le chef de la femme, comme le Christ est le chef de l’Église, qui est Son corps, et dont Il est le Sauveur. (Éph. 5, 22-23)
Et en effet, le comme au Seigneur peut faire penser, pour la femme, comme à une double inféodation !, soumise à son mari et soumise au Seigneur ; alors, pour dissiper cette grossière erreur, car une double Autorité ne peut évidemment exister, lisons sur le même sujet une meilleure expression :
Saint Pierre : Femmes, soyez soumises à vos maris, comme il convient dans le Seigneur. (Col. 3, 18)
Ou, comme le dit une ancienne source : Femmes, foyez foumifes à vos maris, comme il eft raifonnable, felon le Seigneur.10
Ou, redit en français actuel : Femmes, soyez soumises à vos maris, comme il est raisonnable, selon le Seigneur. [notre cru]
Ou, redit plus clairement ainsi : Femmes, soyez soumises à vos maris, comme il est raisonnable, selon la volonté du Seigneur. [notre cru]
Ainsi, il est évident que ladite complémentarité est une tentative de noyer la Vérité !, d’introduire une égalité comme proportionnée (contradiction interne !), soit une dualité, soit une confrontation, soit une mine bien réelle dans les fondations sacrées de l’institution de la Famille : le Sacrement de Mariage !
En complément bien nécessaire, voyez lire :
→ DP-05, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (I) ; point 5.B.2.j - Pourquoi, au point précédent, avoir mis complémentaires entre guillemets ?
→ CN-2014-02 - Cessez de nous libérer !, disent Anne Brassié et Stéphanie Bignon ; où, le mensonge ciselé ! ; point 2.C.1.b - La femme est complémentaire ?, ou, complémentaire ?
Plus loin, l’auteur confirme bien son intention de tout confusionner, il dit : Dans un couple chrétien où le mari est soumis au Seigneur, si la femme est soumise au Seigneur comme le Seigneur est soumis au Père, alors le mari et la femme sont réciproquement soumis l’un à l’autre dans la crainte du Seigneur. C’est ce que dit Eph. 5 :22 : « Que les femmes le soient comme le Seigneur »
Répétons, et cela en devient bien lassant, la femme n’est pas, aucunement soumise au Seigneur [Dieu], mais uniquement à son Époux !, Époux qui Lui est soumis au Seigneur Dieu !
RH-2013-01, Sieur Luryio, absolument rien autorise l’épouse à s’affranchir, se séparer de son Époux !, et principalement tout le point 3.B - Première préoccupation, conflit de Consciences.
1.D.1.d - Concluons l’analyse critique de cet article.
Cher Soldat de Christ, il est bien difficile de faire une critique plus étendue de cet article volontairement confus, en effet, contrairement à celui dont vous nous avez parlé et qui énonçait un grossier mensonge et une grossière contradiction en disant que soumise à l’homme, la femme domine l’homme : telle est la volonté de Dieu, celui-ci ne sort pas une grosse et bien crasse erreur ; mais soûle avec desdits raisonnements bien alambiqués et des textes opposés les uns aux autres, voire même biaisés, l’erreur est plutôt diffuse.
Pour : à celui dont vous nous avez parlé :
L’intention de l’auteur est bien maligne, en effet, tout en se disant dénonceur11 des courants luciabéliens actuels, il ancre sournoisement au moins unedite égalité des sexes qu’il masque bien soigneusement en l’appelant complémentarité…
1.E - Concluons pour l’instant.
Cher Soldat de Christ nous espérons bien avoir répondu à votre légitime attente : J'aimerais votre avis là -dessus.
Biens fatigués, nous désirons nous consacrer encore plus à la prière, sachant surtout que bien semblement12 les jours inouïs annoncés prophétiquement arrivent si dramatiquement et inexorablement.
Pour : les jours inouïs annoncés prophétiquement :
RH-2013-04, Sieur Luryio, Dieu est essentiellement Bon, c’est pour cela qu’Il nous veut libres ! ; point 4.B - Avertissement !, ce que notre Légitime Contradicteur nous pousse à vous dire…
Chers Soldat de Christ et Chefs et futurs Chefs de Famille, nous restons tout de même à votre disposition ! ; mais de grâce priez, priez pour vous et les vôtres, et pour nous nous vous le demandons ; soyez tous assurés bien réellement de nos prières journalières et ardentes pour tous ceux qui visitent ce site et principalement pour ceux que nous connaissons bien agréablement de par les commentaires…
Que le Bon Dieu Vous bénisse tous, Vous et Vos Maisons !
Pour la Vérité,
QJSIOJC
1.F - Annexes diverses
1.F.1 - Article à étudier : Dans les choux - Septembre 2011
Il est fini le temps où la cigogne déposait les petits garçons dans les choux et les petites filles dans les roses. Depuis une quarantaine d’année, certaines normes de la société ont changé. Elles redéfinissent la femme, l’homme, le mariage et la famille. Les premiers mouvements féministes ont donné une certaine légitimité  aux revendications initiales d’égalité des sexes et de parité. Le droit de vote des femmes fut leur première victoire en France. Puis vinrent les lois sur la contraception et l’avortement. Maîtrisant sa fécondité, la femme repoussa alors aux frontières du couple, de la famille et de la société, l’époux, le père et l’homme.
Jusqu’à présent, le genre masculin correspondait au sexe masculin et le genre féminin au sexe féminin. L’analyse marxiste de l’histoire selon laquelle la « classe des puissants » opprimerait la « classe des faibles » s’en mêla. En occident, la différence des sexes fut analysée comme la domination de l’homme sur la femme. Selon cette idéologie, les valeurs de la société rabaisseraient la femme par rapport à l’homme. Le remède consisterait à « gommer » les différences homme femme, notamment le vecteur majeur de leur inégalité la famille issue d’un mariage monogame.
De même que dans les années 1950-1960 il était inconcevable qu’un intellectuel critique le marxisme, tant la culture officielle encensait cette idéologie, la nouvelle idéologie condamne par des lois tout ce qu’elle ne formate pas au nom de l’homophobie ou de la discrimination.
En France, l’une des prochaines « avancées » dans l’égalité homme femme sera probablement la légalisation du mariage de deux personnes de même sexe, puis de l’homoparentalité. Ce nouveau type de « mariage » n’a pu être défini qu’à partir de droits qui n’ont jamais existé, ceux des hétérosexuels à se marier entre eux. La nouvelle « famille » vient alors en réponse à cette question : « pourquoi les hétérosexuels seraient  les seuls à avoir le droit de fonder une famille ? » 
Ce n’est cependant pas l’orientation sexuelle des hétérosexuels qui a fondé le mariage ou la parenté dans toutes les civilisations, mais le sexe, c’est à dire ce qui différencie un homme d’une femme. Cette distinction sexuelle est indélébilement écrite dans les chromosomes de chaque être humain. Quelle que soit son orientation sexuelle, personne ne peut modifier ce marqueur sexuel indélébile.
Il paraitrait qu’en France, on enseignerait à certains élèves de terminale que leur identité sexuelle résulte d’influences culturelles arbitraires. Tout type de relation sexuelle serait donc acceptable. Est-ce le rôle de l’école laïque que de s’immiscer dans l’intimité des familles ? Et puis, la sexualité n’apparaissant qu’à un certain âge pour disparaître à un autre, les gens sans sexualité sont probablement les plus nombreux. Quelle valeur peut avoir une identité des individus basée sur certaines orientations sexuelles minoritaires ?
Cet enseignement, qui repose plus sur une idéologie que sur une base scientifique, s’inscrit dans un vaste projet de déconstruction. Déconstruction du sexe en lui donnant une définition nouvelle caractérisée par une absence de définition permettant à chacun de choisir son « genre » en fonction de son inclination sexuelle. (A sa naissance l’être humain serait sexuellement neutre. C’est son milieu culturel qui lui imposerait un rôle masculin ou féminin.)
Déconstruction de la reproduction, puisqu’elle serait socialement déterminée. D’ou le contrôle de la fécondité féminine (avortement, insémination artificielle) Déconstruction de la famille, d’où l’apparition de familles homoparentales. 
Déconstruction de la société. Le marxisme promettait l’homme nouveau, le nazisme l’homme pur, l’idéologie du « genre » annonce un homme et une femme interchangeables au nom de fausses valeurs égalitaires et promet une famille fondée en fonction de l’orientation sexuelle. Un parent ne serait plus nécessairement celui qui donne l’existence à son enfant, mais celui qui s’engagerait à l’élever. Cette déconstruction touche certaines églises qui acceptent  la notion de « partenaire » d’activités (issue du nouveau mariage qui n’est plus indissoluble,) puis la reconnaissance de ministères pastoraux féminins voire homosexuels.
Au Dieu se révélant sur le Sinaï comme le « je suis celui qui suis» (Ex. 3 :11), certains rétorquent : « moi aussi, je suis, » refusant d’être le sujet, c’est à dire d’être assujetti au « je suis » divin. Car être soumis, serait ne pas être soi-même mais être ce que le supérieur exige, et serait entrer dans un rapport créateur créature. Par exemple, être sexuellement déterminé sans y être pour quoi que ce soit suppose l’acceptation de la réalité des choses ou la soumission à la volonté supérieure qui a déterminé le sexe. C’est le rejet de l’ordre de la nature ou le refus de se soumettre à une volonté supérieure à la sienne qui conduit l’homme à rejeter le Dieu qui se définit comme le « je suis » 
Pour créer sa nouvelle identité, la créature usurpe la place du créateur. Dans cette perspective, l’homme n’a plus à se soumettre à l’ordre naturel des choses surtout s’il sait qu’il a été voulu par Dieu. Désormais, chaque individu peut choisir son genre, son orientation sexuelle et le type de famille qu’il souhaite fonder.
La Bible évoque la révolte de l’adversaire de nos âmes, qui, dans les temps anciens, voulait avec certains anges s’élever au dessus de Dieu (Esaïe 14 :12-14) Sous le nom de « fils de la perdition » il doit réapparaître à la fin des temps se proclamant Dieu lui-même (2 Thes. 2 :2-3) C’est le tentateur qui, dans le jardin d’Eden, incitait les créatures à se prendre pour le créateur (Vous serez comme des dieux Gen. 3 :5)
Au lieu de chercher à unir l’homme et la femme dans leur complémentarité, la société actuelle pousse la femme à revendiquer un pouvoir qui exclut l’homme de la procréation et de la vie familiale. L’altérité humaine trouve son origine dans celle de Dieu qui est un en trois personnes. De quelle manière l’image de Dieu se retrouve-elle dans l’homme ? C’est la création d’Adam (Gen. 1 :27) qui porte cette image et non celle d’Eve (Gen. 2 :22.) L’image de Dieu se trouve dans l’homme et la femme, qui, bien que différents, se complètent pour former un seul corps (Gen 2:24.) Sans différence, pas d’altérité, pas d’amour de l’autre.
La Bible est à comprendre à la lumière de l’amour de Dieu et non à  travers la lutte des classes. Une lecture marxisante de Gen. 3 :16 « ton mari dominera sur toi » répliquera que la femme n'a pas à être dominée par l'homme. 
La traduction Segond 1910 d’Eph. 5 :22 invite les femmes chrétiennes à être « soumises à leur mari comme au Seigneur». Un titre, généralement « les devoirs familiaux et sociaux » (qui ne fait pas partie du texte inspiré de la Bible) vient obscurcir le sens des versets 21 22 en les séparant. Le verset 22 dit : « Que les femmes le soient comme le Seigneur » et non que les femmes soient soumises à leur mari. Ce passage ne demande pas à la femme d’être soumise à son mari mais lui propose d’être soumise comme le Seigneur a été soumis. Il est la suite du verset 21 : « vous soumettant les uns les autres dans la crainte de Christ. » La crainte Christ n'est pas la peur d'une sanction mais la crainte engendrée par l'amour. A force d'aimer Dieu, on craint de lui déplaire. Le verset 21 invite chaque croyant, homme, femme ou enfant, à une soumission réciproque dans la crainte de Christ. 
« Car le mari est le chef de la femme » continue Eph. 5 :23 La nature de cette soumission à un chef se retrouve dans 1 Cor. 11 :3 « Christ est le chef de l’homme, l’homme est le chef de la femme et Dieu est le chef de Christ » Le mot « chef » utilisé, qui veut également dire « tête » permet de comprendre la soumission. Ce passage souligne que s’il n’y a pas d’égalité dans la création de Dieu, cette inégalité n’est pas source de conflit quand elle est vécue dans la crainte (l’amour) de Dieu.
Par exemple, Christ, existant en forme de Dieu, n’a pas regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu (Phil. 2 :6) De même qu’il n’y a aucun conflit d’égalité entre le Père le Fils et l’Esprit du Dieu Un, il ne peut y avoir aucun conflit entre homme et la femme au sujet de l’égalité ou de la supériorité. Car Eve a été créée semblable et non égale à l’homme (Gen. 2 :18)
C’est par l’image du couple que Dieu a voulu faire comprendre la place de l’Eglise. Christ est le chef de l’Eglise ce qui l’a conduit non à la soumettre par la force mais à se soumettre, lui, le fils de Dieu, à la volonté du Père et l’a conduit, par amour, à mourir pour elle. Dans la mesure où le mari aime sa femme de cette manière, il en devient autant le chef que Christ est devenu le chef de l’Eglise. Il devient alors celui qui est en tête, qui donne l’exemple à suivre et qui prend les coups dans la bataille. 
Dans un couple chrétien où le mari est soumis au Seigneur, si la femme est soumise au Seigneur comme le Seigneur est soumis au Père, alors le mari et la femme sont réciproquement soumis l’un à l’autre dans la crainte du Seigneur. C’est ce que dit Eph. 5 :22 : « Que les femmes le soient comme le Seigneur »
Dans la forme finale de l’humanité, les femmes ne revendiqueront aucune égalité avec les hommes puisque dans l’éternité, les ressuscités (sauvés ou perdus) seront «semblables aux anges.» (Marc 12 :25.) Alors, «les enfants de Dieudeviendront semblables à lui parce qu’ils le verront tel qu’il est.» (1 Jean 3:2)
Les croyants peuvent avoir l’avant goût de cet état céleste dans la mesure où ils sont un en Jésus-Christ. (Gal 3:28) et où leur vie chrétienne les conduit à être membre du «de Christ» ( Col 3:15 Eph 5:23.)
1Ce document existe en PDF ici : Télécharger nos PDFs
2Soldat de Christ 3 juin 2014 17:55
C'est avec un intérêt certain que j'ai lu votre critique de l'article d'un homme d'église du 19e siècle et son stupéfiant 'soumise à l'homme , la femme le domine '. Votre parallèle avec l'apesanteur était brillant et tellement logique.
Et dans la même lignée , toujours aussi hérétique, mon épouse m'a fait remarquer que circulait de nos jours une idée de 'soumission mutuelle' entre les époux qui prendrait sa source dans le verset d 'Ephésiens ( Soumettez-vous les uns aux autres dans la crainte de Christ) . Je me demande comment la soumission mutuelle entre époux dont je ne vois pourtant aucune trace dans les Ecritures ( Nombres 30 n'est-il pas suffisamment clair ?) , pourrait se mettre en application au quotidien (si déjà c'est possible !) et ce qu'elle engendrerait à plus ou moins long terme. On entend parfois des femmes (chrétiennes ou pas) dire 'mon mari ne me domine pas mais je ne le domine pas non plus . Ces femmes disent-elles la vérité ?
J'aimerais votre avis là -dessus .
Si soumission mutuelle il y a ,. les parents devraient-ils être soumis à leurs enfants alors ? Devrais-je me soumettre à mes enfants même si ce qu'ils me demandent est déraisonnable ? Et Christ , se soumet-il à son église ?
Mon épouse a entendu un jour un pasteur évoquer cette étrange soumission mutuelle mais ce même pasteur , dans une prédication a dit quelque chose du style : " j'aimerais faire ceci mais ma femme ne veut pas … !! ". Il semblerait que la soumission aille plutôt dans un sens ..et dans son sens à elle !
Cette 'soumission mutuelle' , je l'ai revue dans dans un message chrétien de 2011 dont j'ai partagé la lecture avec mon épouse.
Nous aimerions tous deux que vous donniez à ce message récent le même éclairage que vous avez donné à l'article datant du 19ème siècle , pour le bien et l'édification de tous ceux qui vous liront. Car la Vérité est atemporelle et le mensonge doit être combattu sans relâche par les soldats de Christ.
Bien Fraternellement
Soldat de Christ,
Quel nom de choix !
Merci pour votre commentaire bien aimable et encourageant.
Nous allons mieux vous lire, et lire l’article que vous incriminez et dont vous nous avez donné le lien ; et ensuite nous vous répondrons sur une page pour vous.
De cette publication vous en serez prévenu par un commentaire sur cette même page et par votre adresse électronique.
Cher Soldat de Christ, que Celui que Vous voulez servir Vous bénisse, Vous et tous les Vôtres !
Pour la Vérité,
QJSIOJC
9(Re)Voyez ND : DP-07, Restaurer la dignité de la femme, par sa soumission (I) ; point DP-7.D.1, L’épouse doit servir son époux, et non point Dieu.

8 commentaires:

  1. Une autre erreur parmi ce tissu abscons et véhiculée dans l'article analysé, c'est de dire que la femme fut créée par Dieu. Tous, ils la font tous cette erreur ; et ici ce n'est pas juste une généralisation bien imprécise qui dirait que l'homme en général, c'est-à-dire femme comprise, fut créé par Dieu. Ils pensent véritablement et insinuent à qui veut bien l'accroire, que Dieu aurait créé l'homme, puis bien distinctement, la femme. Alors que celle-ci est née par engendrement...
    En tout cas ce fut un plaisir de lire votre nouvel article.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Sieur Luryio,
      Merci bien pour votre commentaire.

      Oui, comme nous l’avons dit, nous ne pouvions tout relever, et il y a bien d’autres erreurs !, cela en devient lassant de tout pointer et dénoncer !

      En cet article-là il s’agissait pour nous de principalement bien démonter le fameux, car en effet il nous fut aussi opposé à nous-même en certains temps par ces pervers de prêtres de ladite Église catholique : vous soumettant les uns aux autres dans la crainte du Christ (Éph. 5, 21)

      Et oui, l’Homme, comme vous le relevez bien, fut seul façonné par le Seigneur Dieu (statuette de glaise), et Il reçut seul de Dieu Son Souffle de Vie ; et, c’est la seconde chose sur la première qui fut Sa création ; Ève non !, elle ne fut ni façonnée et ni soufflée, elle ne fut qu’engendrée par Adam…

      Nous en parlons en beaucoup d’endroits (aussi à vous du reste un de nos derniers documents), particulièrement ici : DP-03, Le Mariage, son origine, sa Mission divine ; point 3.A.3 - Adam est engendré, formé par Le Seigneur Dieu.
      Adr. : http://restaurationdelafamille.blogspot.com/2008/04/le-mariage-son-origine-sa-mission.html

      Merci cher Lecteur Luryio de votre bonne appréciation de ce document…, puisse votre commentaire en amorcer bien d’autres…

      Que le Bon Dieu vous bénisse, vous et tous les vôtres…

      Pour la Vérité,
      QJSIOJC.

      Supprimer
  2. Aux Lecteurs venant par le site ‘Le grand réveil’ !

    Vous venez de par un commentaire que nous avons déposé sur ce site, or, celui-ci, tout-à-fait incompréhensiblement (?) a été largement tronqué !, le voici en entier ci-dessous :

    En la Notre-Dame de la Merci,
    le mercredi 24 septembre2014 ;
    cette lettre Lui est confiée.

    Sieur Didierjean, et chers Lecteurs,

    Voici le passage dont vous semblez vous rappeler :

    Saint Paul : La charité ne finira jamais ; pas même lorsque les prophéties disparaîtront, que les langues cesseront, et que la science sera détruite. (Cor. 13, 8)
    Elles, les prophéties, disparaîtront parce-qu’elles auront été réalisées, c’est cela que veut dire Saint Paul...

    Saint Paul encore : N’éteignez pas l’Esprit. Ne méprisez pas les prophéties ; mais examinez toutes choses, retenez ce qui est bon. (I Tes. 5, 19-21)
    C’est ce que veut faire, semble-t-il bien, Sieur Louis d’Alencourt...

    Vous trouverez l’Ancien et le Nouveau Testament en notre page Livres & sources (http://restaurationdelafamille.blogspot.com/p/livres-sources-utilisees-aidez-nous_18.html)


    ----------------------------------------
    Blasphèmes

    Cher Sieur Louis d’Alencourt,

    Je profite de ce message pour déclarer la très grave responsabilité que vous avez en tant que gestionnaire de ce site quant-aux textes de commenteurs validés par vous ; chose qui, nous sommes sûrs, vous inquiète et vous préoccupe ! ; ainsi ce qui suit, n’est qu’une aide et non un reproche, bien qu’en ce cas, il serait fraternel : correction fraternelle, l’on dit !
    Nous n’avons pas mémorisé tout les graves manquements, en quel(s) commentaire(s), etc.

    Voici, entre autres, certains, et malheureusement nous devons les spécifier, et vous devez les supprimer :
    Petros : « j’ai pensé "sacré Louis" », http://legrandreveil.wordpress.com/2014/07/05/mane-thecel-phares-les-jeux-sont-faits/comment-page-3/#comment-31218
    Petros : « Sacré Louis ! :-) », http://legrandreveil.wordpress.com/2014/09/07/le-chatiment-divin-est-proche/comment-page-2/#comment-35553

    Il y en a bien d’autres !, mais vous n’avez pas de recherche sur votre site, rubrique « Rechercher sur ce site », cela ne facilite pas du tout la tâche...

    À un autre endroit, un commenteur a dit plus ou moins ceci, de mémoire, « sacré-nom (de Dieu) », ou quelque chose de ce tonneau !...

    Blasphème(s) et complicité(s) sont des péchés mortels !
    Voir les sermons du Saint Curé d’Ars notamment, disponibles aussi à la page précitée.

    ----------------------------------------
    Sacrement de Mariage

    Vous avez dit, et idem, où !?, mais relativement récemment, cher Sieur Louis d’Alencourt, vous élevant à très juste raison contre l’avortement notamment, ce cité de tête, esprit fidèle, lettre bien approximative : « sa mission [de la femme] c’est de donner la vie ! ».
    Ceci est particulièrement faux et mortifère, et ceci revient donc à dire selon l’esprit satanique que l’enfant appartient (qu’)à la femme !
    Non, c’est l’Homme qui donne la vie, la femme porte le Fruit de son Époux, et est fière de Le Lui restituer (tendre à bout de bras) à la naissance !

    Que les démangés par ladite libération de la femme veuillent bien (soit réellement avec esprit de compréhension, ou ‘bonne volonté’) lire cette page avant de réagir stupidement, et nous sommes prêts à les entendre sur notre site pour tout complément :
    Page : DP-03, Le Mariage, son origine, sa Mission divine ; point 3.D - L’Homme, engendre Son enfant, Il est son Maître.
    Lien : http://restaurationdelafamille.blogspot.com/2008/04/le-mariage-son-origine-sa-mission.html

    ----------------------------------------
    Et, combien d’autres erreurs..., patience...
    Ô mon Âme, courage ! espère ! Dieu le veut ?, je le veux !
    Que le Bon Dieu vous bénisse, vous et tous les vôtres...
    Pour la Vérité,
    QJSIOJC.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,

    J'ai découvert votre site il y a peu de temps. Je suis très heureuse de voir qu'il existe encore des sites vraiment catholiques présent sur internet.
    Il est bien évident que la société actuelle, en ayant voulu supprimer l'autorité masculine dans les familles, est responsable du déclin que nous vivons.
    Aujourd'hui, les femmes ne respectent plus leurs époux, ce qui amène de grands maux.
    J'ai malheureusement été l'une d'elles, croyant à la libération de la femme. Mais j'ai bien vu que ce n'était qu'un leurre.
    C'est au rôle de l'homme de décider et la femme doit le servir. Mais en réalité, une femme qui sert son époux et lui obéit est à mon avis heureuse, car elle est l'épouse d'un vrai homme.
    Je vous encourage à continuer votre œuvre. Même si vous ne touchez pas tout le monde, ramener une personne vers la vérité est déjà une victoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère dame Marguerite,

      Soyez très remerciée pour votre bon commentaire qui nous fait bien plaisir, et pour votre soutien bien marqué, baume au cœur !

      Oui !, le véritable Bonheur (aussi éternel donc) est de servir !, l’Homme son Dieu !, la femme son Époux (Père, Frère, Époux ou Tuteur) !, ce avant, et qu’alors, de Le servir amoureusement pour l’Éternité !

      Et le malheur (aussi éternelle donc) est de refuser de servir, ce comme le dit (a dit, dit, et dira) Luciabel : « Non Serviam ! », ou « Je ne veux pas servir ! ».

      Oui !, bien que n’étant rien nous-mêmes, oui de « ramener une personne vers la vérité est déjà une victoire », ce comme le dit Saint Jacques « Mes frères, si l’un de vous s’écarte de la vérité et qu’un autre l’y ramène, sachez que celui qui ramène un pécheur de la voie où il s’égarait sauvera son âme de la mort et fera disparaître une multitude de péchés. » De cette Victoire soyez aussi remerciée bien fort !

      Que le Bon Dieu bénisse votre Maître, Lui et tous les Siens, et vous ainsi !,

      Pour la Vérité,
      QJSIOJC

      Supprimer
  4. Bonjour,

    Je vous remercie pour votre réponse.
    Aujourd’hui, j’ai honte d’être une femme, car l’immense majorité d’entre elles ne servent plus leurs Epoux, un comportement qui amène la destruction de la famille : insubordination, divorce…
    Il ne s’agit même pas de femmes désobéissantes mais de femmes dont l’idée d’obéir ne leur vient même pas à l’esprit !
    Car il n’y a pas de honte pour une femme de servir l’Homme (de même l’Homme de servir Dieu), c’est comme vous l’avez dit: en refusant de servir que l’on tombe bien bas. Il est légitime qu’un inférieur soit le serviteur d’un supérieur.
    Les femmes, en se croyant égales aux Hommes, sont tombées bien bas.
    Aujourd’hui, ce sont les valeurs féminines qui dominent, au lieu des légitimes valeurs masculines.
    La féminité n’est pas en soi « négatif », mais à condition qu’elle se limite à une servitude vis-à-vis de la masculinité.

    Dans une famille, le Père doit commander et son épouse le soutenir et essayer d’appliquer sa loi en son absence. Mais aujourd’hui, les Hommes n’usent plus d’autorité car on a fait croire que c’était de la tyrannie, mais la VRAIE maltraitance pour un enfant, c’est de ne pas le discipliner. Le laxisme fait plus de dommages que la sévérité.
    Aujourd’hui, les Garçons ne sont plus élevés à devenir des Hommes et la virginité des filles n’est plus préservée.

    J’aimerais vous poser une question : comment préserver les enfants de la société actuelle ?
    Bien sûr on peut les préserver de la télévision et autres choses, mais cette tâche est difficile.
    Car même en les scolarisant dans des vraies écoles privées, ils peuvent rester exposés aux perversions ambiantes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En la Saint Damase 1er, Pape et Confesseur
      le jeudi 11 décembre 2014.

      Chère dame Marguerite,

      Merci beaucoup pour votre nouveau et bon commentaire..., qu’il soit payé au centuple, c’est ce que nous demandons au Bon Dieu...

      Entre-deux, nous avons eu un petit échange par voie privée avez vous, et vous nous avez apporté ces précisions que nous vous demandions afin de mieux vous répondre : « Je suis mariée, mère d'une fille de un an seulement. Mon Epoux compte bien avoir d'autres enfants et quand il pense à quand ils grandiront, il a quelques inquiétudes..... Mon Epoux est boulanger et je l'assiste dans son travail. »

      Nous allons bien vous répondre en une page spéciale, veuillez nous en laisser un peu le temps..., vous en serez avertis par un commentaire en cette page et privément...

      Entre-deux, nous vous demandons de lire tous deux, votre bon Époux et vous sa petite dame, toute cette page sur laquelle nous allons fortement nous appuyer : RH-2013-03, Sieur Luryio, l’épouse fidèle n’a pas de cas de Conscience ; la femme est le problème, pas la solution !; et plus particulièrement le point 3.D - Troisième préoccupation, rééduquer par les femmes !?

      Lien : http://restaurationdelafamille.blogspot.fr/2013/02/rh-2013-03-sieur-luryio-lepouse-fidele.html

      Dans cette attente, oui vraiment !, que le Bon Dieu Bénisse votre Époux, Lui et tous les Siens !

      Soyez, comme pour d’autres, bien assurés de nos bonnes et intenses et bien affectueuses prières pour vous !

      Pour la Vérité,
      QJSIOJC

      Supprimer
  5. Cher Sieur Paul, Époux de dame Marguerite, Chers Lecteurs,

    Comme annoncé ci-dessus, nous venons de publier notre réponse.

    Étant fort conséquente, elle l’est en deux pages :

    Première page : RH-201-02 - Sieur Paul, par votre épouse Vous nous demandiez des conseils. - I
    Lien : http://restaurationdelafamille.blogspot.fr/2014/12/rh-201-02-sieur-paul-par-votre-epouse.html

    Seconde page : RH-201-02 - Sieur Paul, par votre épouse Vous nous demandiez des conseils. - II
    Lien : Publication à venir, incessamment, avant Noël..., vous en serez pareillement prévenus...

    Pour la Vérité,
    QJSIOJC

    RépondreSupprimer

N’étant pas membre de ce site, vous pouvez tout de même déposer un commentaire qu’un membre agréera et publiera ; pour ce, veuillez lire la procédure à suivre à l’adresse : http://restaurationdelafamille.blogspot.com/2010/07/marge-suivre-pour-deposer-des.html