Les erreurs et instabilités de l’hébergeur Blogger (Google) :

Liens internes (menus et notes maintenant inopérants sur certaines pages ; sélectionnez le point à atteindre, et recherchez la cible... Patience… ! Pour atteindre les notes (vous pouvez faire copie de la page) cherchez : ♣

Perte d’une page par Blogger, message « Désolé, la page que vous recherchez dans ce blog n'existe pas. », recherchez le titre avec lien valide ici : Nos divers documents. Si nous ne l’avons pas encore détecté nous en faire part ici orfaep@gmail.com, merci.

mercredi 13 janvier 2016

RH-2016-01 - Cher Sieur Jacques, nouvelles réponses, et diverses considérations…


Du 13.01.2016. Version PDF1. Actualisé : mer. 20 janv. 2016, 13.52.
Table de ce document, RH-2016-…
1 - Cher Sieur Jacques, nouvelles réponses, et diverses considérations…
1.A - Entrée en matière.
1.B - Notre réponse à vos remarques
1.B.1 - Sans langue de bois, parce que point d’opinion mais des convictions !
1.B.2 - Allons, ce n’est pas grave, tu ne vas pas te fâcher pour si peu.
1.B.2.a - Le vouvoiement que l’inférieur doit au Supérieur.
1.B.2.b - Faiblesse coupable, et révolte impardonnable.
1.B.3 - Un temps où certains n’avaient pas encore un bœuf sur la langue.
1.C - Notre réponse à vos questions
1.C.1.a - Autour du Saint et sain Devoirs conjugal
1.C.1.b - Autours des attentions conjugales.
1.D - Accessoirement
1.D.1.a - Autour de cette Charité que nous devons à nos Lecteurs.
1.D.1.b - Le huitième anniversaire du site de l’ŒRFAEP
1.D.1.c - Ne participez surtout pas à tout ce qui va se passer de plus en plus !
1.E - Concluons pour l’instant…
1.F - Annexes diverses
1.F.1.a - Jacques, 5 janvier 2016 à 16:10
1.F.1.b - Pour l'ŒRFAEP : QJSIOJC, 5 janvier 2016 à 16:32
1.F.1.c - Pour l'ŒRFAEP : QJSIOJC, 5 janvier 2016 à 17:13
1.A - Entrée en matière.
Commencé en l’Épiphanie,
adoration de Melchior, Gaspard et Balthazar
le mercredi 6 janvier 2016 ;
publié en la commémoration du Baptême
de Notre-Seigneur Jésus-Christ,
le mercredi 13 janvier 2016 ;
ce document leur est confié.
Cher Sieur Jacques, et chers Lecteurs,
Cher Sieur Jacques, vous avez déposé un nouveau commentaire sur la page où nous vous répondions à un précédant, voici donc maintenant notre réponse annoncée.
Pour : commentaire sur une de nos pages, et nous :
Votre commentaire, les Annexes diverses ; point Jacques, 5 janvier 2016 à 16:10
Notre annonce, Idem ; point Pour l'ŒRFAEP : QJSIOJC, 5 janvier 2016 à 16:32
Son Post-scriptum, Idem ; point Pour l'ŒRFAEP : QJSIOJC, 5 janvier 2016 à 17:13
Note : Les paragraphes en retrait et commençant par Vous :, sont les retranscriptions de votre texte…
1.B - Notre réponse à vos remarques
1.B.1 - Sans langue de bois, parce que point d’opinion mais des convictions !
Vous : Les renvois que vous avez donnés ont le mérite d’être claire et sans langue de bois.
Notre Légitime contradicteur nous disoit souvent, lors de chaleureuses et mémorables réunions de l’ŒRFAEP, pour nous appuyer : Ils ont des opinions mais point de convictions, si bien qu’ils s’orientent comme la girouette…
J’ai annoncé ta justice dans la grande assemblée ; Seigneur, je n’ai pas fermé mes lèvres, tu le sais • Je n’ai pas caché ta justice au fond de mon cœur ; ta fidélité, ton salut, je les ai proclamés. (Graduel, St Pie X)
Que fait du reste le petit chien (figurine) posé sur la plage arrière de certaines voitures et dont la tête balance continuellement lorsque celles-ci roulent ?, il passe son temps à opiner !, il hoche de la tête ou branle du bonnet devant tous ceux qui suivent la voiture ; il est d’accord avec tout le monde, soit donc avec la chose et son contraire !, c’est un homme politique malicieux (voir ce mot plus loin) qui dit oui à tout le monde, comme Luciabel, qui promet tout et ne tient rien, et qui se gave sur votre dos en ricanent intérieurement !, c’est un démocrate soit un grugeur !
Nous, nous n’avons pas de démangeaisons, mais des convictions, ainsi, ne devant et ne voulant nous adapter à ce monde selon Luciabel, n’étant point de celui-ci, nous n’avons cure des éructations des méchants !
Je t’adjure, devant Dieu et Jésus-Christ, qui doit juger les vivants et les morts, par Son avènement et par Son règne, prêche la parole, insiste à temps et à contretemps, reprends, supplie, menace, en toute patience et toujours en instruisant. Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront plus la saine doctrine ; mais ils amasseront autour d’eux des docteurs selon leurs désirs ; et éprouvant aux oreilles une vive démangeaison, ils détourneront l’ouïe de la vérité, et ils la tourneront vers des fables. (Tim 4, 1-4)
Et, nous sachant très très très particulièrement sous la Protection très spéciale de notre Seigneur Dieu, soit au tout creux de Ses Mains adorables qui nous pressent tout contre Son Sein, et ainsi donc sachant de certitude certaine que rien ne peut nous arriver que le Bon Dieu ne permette très expressément pour Sa plus grande Gloire et par là même la nôtre, l’énoncée de la Vérité ne nous embarrasse nullement !, bien au contraire, elle nous donne des ailes et un avant goût des Délices éternels que nous voulons avoir en le Ciel de notre Dieu d’Amour ; où, nous nous voulons comme les nôtres, et vous Bons Lecteurs…
Pour : nous sachant très très très particulièrement :
Chacun peut dire la même chose, nous (me) sachant très très très particulièrement sous la Protection très spéciale de notre (mon) Seigneur Dieu, il suffit d’obéir à ce Dieu de toute Justice, soit d’appliquer sans restriction cette Parole de Notre-Seigneur Jésus-Christ (NSJC) : Notre Père … que Votre Volonté soit faite… !, en effet, Il dit ailleurs que Ce ne sont pas tous ceux qui Me disent : Seigneur, Seigneur, qui entreront dans le royaume des Cieux ; mais celui qui fait la volonté de Mon Père qui est dans les Cieux, celui-là entrera dans le royaume des Cieux. (Mat 7, 21)
Et un moyen infaillible d’y parvenir est de faire très honnêtement la si facile Consécration personnelle au Sacré-Cœur de Jésus, que vous trouverez en la page Prières en Famille.
Et c’est justement cela qui rend furieux nos détracteurs, c’est qu’ils savent que nous sommes radicalement irréductibles !, et, qu’ainsi nous n’avons aucune peur de dire la Vérité !
Je vous donnerai une bouche et une sagesse auxquelles tous vos adversaires ne pourront résister et contredire. (Luc 21, 15)
Ceux qui ont peur, ce ne sont que ceux qui se sont plus ou moins compromis avec Luciabel, avec le monde…
Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui lui appartiendrait en propre. Mais parce que vous n’êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela, le monde vous hait. (Jean 15, 19)
Nous, Nous n’avons qu’une peur au monde c’est d’offenser notre Seigneur !2, c’est ce qui nous permet en effet de parler sans langue de bois…
1.B.2 - Allons, ce n’est pas grave, tu ne vas pas te fâcher pour si peu.
1.B.2.a - Le vouvoiement que l’inférieur doit au Supérieur.
Vous devez remarquer que cette parole, Allons, ce n’est pas grave, tu ne vas pas te fâcher pour si peu, que l’on entend souvent des inférieurs est donnée en tutoiement qui va de paire avec l’insolence et l’envie de ne point se subordonner, et en cette expression pointe aussi l’irresponsabilité bien criminelle.
Pour : donnée en tutoiement qui va de paire :
Aussi, vous avez dû aussi remarquer que dans notre première réponse à vous donnée, nous avons transposé votre texte, s'il te plaît laisse moi y aller, en s’Il vous plaît laissez-moi y aller !
RH-2015-05 - Cher Sieur Jacques, quant-à la soumission et la discipline de l’épouse… ; point 5.B.8 - Obéir avec joie et empressement, même si l’ordre n’est pas expressément formulé !
Les enfants tutoient leurs parents, l’épouse son Époux… alors qu’ils devraient vouvoyer leurs parents et elle son Époux ! Il ne fut pas si longtemps que cela…
De plus cette apostrophe, Allons, ce n’est pas grave, tu ne vas pas te fâcher pour si peu, comme dit, plus haut dénonce une fameuse irresponsabilité !, si l’on a fait une faute comme de trop saler, nous doit-on pas demander pardon ? de dire que cela ne serait pas grave est carrément de la désinvolture bien criminelle qui de fait aggrave très considérablement la première faute, qui d’étourderie ou faute vénielle passe immanquablement au péché mortel !, voire même prémédité !?
1.B.2.b - Faiblesse coupable, et révolte impardonnable.
Vous : Il est vrai que nous devons distinguer […] insolence où l’on peut utiliser le fouet.
Cette invective que l’on entend souvent, ce n’est pas grave…, rejette de fait sa propre faute sur l’autre ; et ici encore pire, celle de l’inférieure sur le Supérieur, de l’épouse, qui comme vous le dite oublie une casserole sur le feu, sur l’Époux qui faisant la remontrance est marqué alors du fer comme Tyran domestique !, l’on est donc bel et bien dans la fameuse inversion accusatoire vue en la première réponse !
Pour : inversion accusatoire vue en la première :
RH-2015-05 - Cher Sieur Jacques, quant-à la soumission et la discipline de l’épouse… ; point 5.C.1.a - L’inversion accusatoire de Luciabel, et de ses groupies.
Certes la discipline, comme celle que devait donner Adam à Ève s’Il l’avait bien aimée, comme vu en la première réponse, doit être proportionnée à la faute.
Il convient, comme vous le dites, de bien distinguer la « simple » erreur/maladresse de la révolte, et donc d’adapter la réponse punitive à celle-ci ; qui va en effet d’une remontrance amoureuse, en passant par la sainte colère, puis la gifle, le fouet, et en fin de compte les fers au cachot !, voire même la peine de mort !…
Pour : la gifle, le fouet, et en fin de compte les fers :
Bien-sûr qu’il existe la sainte colère, et que parfois il faut trancher dans le vif ; mais attention !, méfiez-vous !, souvent vaut mieux différer un peu la punition afin de laisser le temps à la réflexion, punition qui souvent ainsi de fait portera bien mieux ; priez, demandez secours au Ciel, et alors froidement et raisonnablement donc appliquez cette gifle ou autre punition ; en effet, Lucifer cherchera à vous faire perdre vos moyens et à dépasser ce qu’après coup vous auriez voulu limité !
Voir particulièrement DP-10, Les épreuves, tribulations et afflictions, l’Espérance (I) ; point 10.A.2 - Mensonge !, falsification de la Vérité : violences faites aux femmes.
Pour : et en fin de compte les fers au cachot :
CN-2011-05, Site ‘Réponses catholiques’ – Vous persistez à vous prétendre catholiques !, alors poursuivons… ; point 5.B.3.h - La séparation vue du coté de l’Époux !
Unedite inattention ?, soit !, une fois, et encore pour des choses peu graves comme d’oublier une casserole sur le feu, mais la suivante est bien répréhensible, criminelle même… en effet, comme vous dites, elle a manqué à ses devoirs et mérite donc aussi d’être disciplinée car elle se doit d’être vigilante. Une inattention est déjà une faute.
D’oublier de faire à manger, comme vous le dites, en disant n’ayant pas vu l’heure passer, réplique prouvant donc son irresponsabilité, ou pire de laisser votre bébé dans son bain sans surveillance, doit être radicalement réprimé… comme déjà bien développé.
Oui, comme vous le dites, Il est donc normal d’infliger une punition corporelle (comme une fessée) à une épouse qui commet une maladresse. La punition devant être évidement plus forte en cas de révolte et/ou insolence où l’on peut utiliser le fouet.
1.B.3 - Un temps où certains n’avaient pas encore un bœuf sur la langue.
Vous : J’ai été agréablement surpris de voir que vous avez mis une référence cinématographique (« L’homme tranquille »). Dans le passé les films respectaient la Vérité. J’ai lu sur une autre page une référence sur le film « Au-delà du Missouri » qui me donnent envie de le voir.
Vous pourrez en trouver bien plus, de répliques bien croustillantes venant de films tous honnêtes, en cette page où nous avons listé tous les films dont nous avons parlé de-ci et de-là. Il y en a de savoureux, bien que malheureusement pas toujours à la hauteur de ce qu’un cinéma vraiment chrétiens pourrait faire : CN-2013-04 - Quelques répliques pleines de bons sens…
1.C - Notre réponse à vos questions
Vous : J’aimerais vous poser quelques questions (sans vouloir abuser de votre temps).
L’on dit que les grâces ne s’usent (se perdent) que lorsque l’on s’en sert pas !, il en va de même de la Charité…
Vous nous demandez de vous aider, de plus bien aimablement, nous, nous nous devons de vous répondre selon nos pauvres moyens…
1.C.1.a - Autour du Saint et sain Devoirs conjugal
Vous : -En ce qui concerne la devoir conjugal, l’épouse appartient à son époux et se doit de se donner à lui.
Mais l’époux aussi doit effectuer son devoir conjugal. Dans le cas où un homme refuse d’effectuer son devoir conjugal et où son épouse le lui demande, doit-il s’y plier sachant qu’en aucun cas l’homme ne doit obéissance à son épouse qui est sa servante ?
Comme vous le dites bien, l’épouse est la servante de son Époux, à son service, et ce en toutes choses ; et non l’inverse donc, l’on ne peut en effet être au service de celui qui est à son service..!
Ainsi donc, le devoir de se donner est pour l’épouse à son Époux et non pour l’Époux à son épouse.
Anecdotiquement :
Nous connaissons l’histoire d’un Époux qui après 25 ans de Mariage n’avait point encore touché son épouse. Lui ne disait rien ; elle, le faisait savoir à la volée, ce avec certificat de virginité actualisé à l’appui pour dénoncer l’inertie de son Époux après de ses amies !
Ah les femmes avec leur langue serpente généralement médisante et très souvent calomnieuse !
Or, à qui connaissait un peu cette pauvresse impudique de par l’étalage de la chose, et qui était quelque peu intime de ce foyer, il était facile de voir que lorsque l’Époux, au demeurant visiblement amoureux encore après 25 ans de Mariage, lors de réunions familiales s’approchait de son épouse, par ex à table lors de conversations familiales pour lui faire un petit bisou bien honnête sur la joue, immédiatement elle le repoussait, alors que dans le même temps elle reprochait la froideur de son Époux !
Résultat des courses, lassé, l’Époux, et nous ne justifions point la chose mais la constatons, finit par se laisser séduire par une femme vierge et qui était de son âge, soit vieille-fille,‘qui sut le décoincer’ comme disait comiquement son épouse toute offusquée d’avoir été coiffée au poteau !
Alors !, permettez nous de sourire lorsque l’on dit qu’un Époux ne remplirait pas sondit devoir conjugal !
Alors que c’est systématiquement que les femmes, toutes magistralement bien impudiques, qui se plaignent de ce devoir conjugal, par-ci et par-là et notamment sur des forums sur internet ou des livres ou revues, en traitant les Hommes d’être des incapables de se retenir !, et qu’Ils ne penseraient qu’à cela !
Non !, ce n’est pas l’Homme qui inventa le malicieux mal à la tête toujours si subit et si gravement invalidant !, c’est la femme !
Pour : inventa le malicieux mal à la tête :
Les mots perdent comme jamais leur valeur, ainsi, malicieux ne veut pas dire adroit, comme un Artisan adroit, mais vicieux ! Malice vient de malin, or, qui est le malin par excellence ?, le Malin !, soit Luciabel !
Malin vient de mal !, ainsi si l’on est malin, c’est que l’on est rien qu’habile à faire le mal !
Pour : gravement invalidant !, c’est la femme :
RH-2013-01, Sieur Luryio, absolument rien autorise l’épouse à s’affranchir, se séparer de son Époux !; poin 1.E.4.a - Ledit Pervers sévissant intra-muros sur Sa Famille.
Avec tout cela, nous n’avons point répondu à votre question qui serait ainsi résumée : L’Époux a-t-il aussi un devoir conjugal, est-il le même de celui de l’épouse ?
Oui !, l’Époux a un devoir conjugal, vis-à-vis de Dieu !, oui !, Il doit ensemencer son épouse afin de lui faire porter des fruits à Lui ! Et oui !, il est souhaitable que par là Il fasse amoureusement plaisir à Son épouse ; mais, cette Obligation divine n’est pas une astreinte pour Lui envers elle, par-contre elle l’est pour elle envers Lui !, ce sous peine de péché mortel.
S’Il refusait ce devoir conjugal, afin de ne point procréer, et accessoirement satisfaire son épouse, alors cela ne regarde pas l’épouse, et ne l’affranchie nullement de sa soumission en toutes choses, mais ceci ne regarde que le décompte que cet Époux devra faire à son Très-Juste Juge tôt ou tard du dépôt, Sa Semence que nous pouvons appeler talent, qu’Il est tenu de faire fructifier !
Pour : Semence que nous pouvons appeler talent :
Gestion de ses talents, Mat 25, 14-30, voir :
RH-2011-01, Sieur Ferdinand, oui !, bien vraiment, loin de Leurs Hommes, elles ne sont rien !; point 1.C.4 - Incapables dans de petites choses, donc incapables dans de plus grandes !
Il est très souhaitable que l’Un et l’autre se donnent très volontiers car le Bon Dieu voyant tout, voit et bénit cet élan…
Réponse à une préoccupation de Sieur Luryio.
En la Saint Fabien, Pape et Martyr,
le mercredi 20 janvier 2016 ;
ceci Lui est confié.
Après la publication de cette réponse, nous avons eu privément notre commenteur Sieur Luryio au téléphone, en cours de conversation Il nous a demandé que nous clarifiions ce passage vu plus haut en ce point, et qui Lui semblait bien abrupt : … cette Obligation divine n’est pas une astreinte pour Lui envers elle, par-contre elle l’est pour elle envers Lui !, ce sous peine de péché mortel.
Il poursuivit en disant que cette assertion semblait en effet en contradiction, ou du moins pas totalement en accord, avec ce que dit Saint Paul : Que le mari rende à sa femme ce qu’il lui doit, et pareillement la femme à son mari. Le corps de la femme n’est pas en sa puissance, mais en celle du mari ; de même, le corps du mari n’est pas en sa puissance, mais en celle de sa femme. Ne refusez pas d’être l’un à l’autre, si ce n’est d’un commun accord, et pour un temps, afin de vaquer à la prière ; et ensuite revenez ensemble, de peur que Satan ne vous tente par votre incontinence. Je dis cela par concession ; je n’en fais pas un ordre. (Tim, 7, 3-6)
Nous remarquons en premier que Saint Paul finit en disant : je n’en fais pas un ordre !, et donc que ceci n’est qu’un avis et au mieux un conseil… En effet, Saint Paul ne peut dire, mais le disant Il outrepasse gravement son devoir (viol inconscient de l’Autorité maritale) et entre ainsi en fourvoiement et contradiction :
→ qu’il y a une hiérarchie entre les époux, que l’épouse doit être soumise en toutes choses à l’Époux, et donc ainsi que l’Époux ne peut être soumis à son épouse en aucune chose ! (Éph 5, 24)
→ et dans le même temps qu’il y aurait une équivalence en ce devoir conjugal, oudite appartenance de stricte réciprocité des époux l’Un à l’autre ! (Tim, 7, 4)
Pour : oudite appartenance de stricte réciprocité :
Avec ce renvoi l’on peut voir comment réellement l’Époux appartient à son épouse : CN-2009-26, Quel lien entre les mots : pseudonyme, appartenir, obsession ? ; point 26.B - Se scandaliser du terme ‛appartenir’, pourquoi ?
Comme nous le disons plus haut, l’on ne peut en effet être au service de celui qui est à son service ; et, du reste, Saint Thomas d’Aquin, Lui, fait une distinction sévère quant-à cettedite réciprocité en le devoir conjugal, Il dit notamment que la demande de l’Époux est impérative au point de même dispenser de la messe dominicale, et pour la femme nullement !
Pour : Saint Thomas d’Aquin fait une distinction :
DP-04, Le Mariage, définition, célébration, règles et usage… ; point 4.H.5.a - Les époux jouissent-ils des mêmes droits pour l’acte conjugal ?
1.C.1.b - Autours des attentions conjugales.
Vous : -En ce qui concerne les attentions conjugales :
C’est pour la satisfaction de l’homme que la femme a été créée, mais l’homme ne doit-il pas aussi des attentions conjugales, au-delà de l’utile discipline (comme l’affection, la tendresse, offrir des fleurs etc.) ?
Ceci est de fait un préliminaire à l’élan qui trouve sa fin en l’acte conjugal vu ci-dessus ; c’est une des facettes de l’Amour conjugal, miroir de l’Amour divin.
En la page où vous aviez déposé votre premier commentaire, comme en tous nos documents d’une manière ou d’une autre et d’un auteur ou d’un autre, l’on voit de Volonté divine que l’Époux est réconforté par l’espérance qu’il a des soins que sa femme prendra de lui à son retour… comme de se déchausser devant un bon feu, de se laver les pieds, d’avoir chausses et souliers frais, d’être bien repu, bien abreuvé, bien servi, bien obéi, bien couché en blancs draps avec couvre-chef blanc, bien couvert de bonnes fourrures et rassasié des autres joies et ébattements, privautés, amour, et secrets dont je me tais. Et le lendemain, chemise et vêtements nouveaux.
Pour : page où vous aviez déposé votre premier :
Et nulle part l’on dit que l’Époux ne doit pas offrir de fleurs, acheter quelques bons chocolats, une belle robe (il est souhaitable que l’épouse fasse tous les vêtements de toute la Maison !) à son épouse, etc. Sachant toutefois que le plus beau cadeau qu’un Époux puisse faire à son épouse c’est de l’amener au Ciel, ce donc par les moyens adaptés à sa réceptivité de cet Amour.
Ainsi donc, pour un Époux vraiment aimant, Sa tendresse se marquera par de jolis petits baisers, des fleurs et autres, qui sont la légitime rémunération de l’amour de Son épouse, de sa tendresse révérencieuse ; comme à l’extrême opposé le fouet ou le cachot sont la même très légitime rémunération de son indiscipline.
La non rémunération du révérencieux amour qu’une épouse doit, de Volonté divine, porter à son Époux ne peut jamais être dit et reproché par l’épouse, ce ni auprès de Lui et ni auprès de quiconque !, jamais ceci ne peut lui servir à justifier son inféodation légère ou totale !
Par Son Dieu d’Amour qui seul le peut, l’Époux sera rémunéré pour Son gouvernement de Sa Maison, selon ce qu’Il aura fait, ou bien ou mal.
1.D - Accessoirement
1.D.1.a - Autour de cette Charité que nous devons à nos Lecteurs.
Plus haut (1.C) nous avons parlé de Charité, nous désirons nous étendre un peu…
Tout doit être Charité, tant ici en ce site que partout et particulièrement en le foyer…
De nombreux Lecteurs nous ont posé des questions ou objections, et toujours, et principalement chaque fois sur une page spéciale comme ici, nous avons répondu le plus complètement possible en grand détail et nous semble-t-il en grande Charité, et aussi devons-nous dire en grande fatigue… ; cela nous le devions !
Certains de ces Lecteurs nous ont remercié, qu’ils en soient eux-mêmes encore loués…
Nous avons proposé à beaucoup d’aller plus loin avec Eux, privément, voire même de nous dévoiler complètement…
Tous les jours et plusieurs fois par jour nous prions pour vous tous, et nommément bien vraiment !, soit sur le pseudo, mais principalement sur le patronyme complet si nous l’avons et que nous ne dévoilerons pas ici (remplacé par xxx), par ex. au cours de certaines prières nous disons … nous vous confions notre Seigneur Dieu, ô Vous qui êtes Tout-Puissant et infiniment Miséricordieux, particulièrement les Sieurs : – xxx (pseudo Luryio), – Soldat de Christ, – Paul xxx (pseudo Paul), – Jean xxx (pseudo Jean), – Stéphan xxx (pseudo Stéphan), – Jean Mahezic (pseudo Jean Mahezic), – Jacques xxx (pseudo Jacques), – etc. ; nous Vous supplions de Les bénir et de Les protéger ; nous Vous Les confions, Eux, leur cause et les leurs…
Avec un de nos commenteurs, notre xxx (Luryio), nous avons laissé tomber complètement notre anonymat depuis bien plus de deux ans, et, nous l’avons au téléphone (et vidéo) très souvent et régulièrement, et parfois pendant plus de deux heures ; nous l’avons même reçu plusieurs jours et plusieurs fois chez nous…
Et !, avec chacun de vous nous sommes prêts à la même chose ; ainsi parlant des premiers chrétiens l’on disait : l’on voyait qu’ils étaient chrétiens parce qu’ils s’aimaient comme des frères !
Lors d’une de ses visites notre xxx (Luryio) s’est même pris à rêver que nous pourrions mieux nous connaître entre commenteurs en communion avec la ligne de ce site, correspondre et même se voir… Alors…
1.D.1.b - Le huitième anniversaire du site de l’ŒRFAEP
40 – Quarante ans – Défense du Sacrement du SM
Depuis plus de quarante ans, très jeune alors !, nous œuvrons pour la défense sans compromis de la Famille, du Sacrement de Mariage (SM), et depuis cette époque déjà nous avions les prêtres comme meilleurs ennemis !, et en cette chose nous pouvons vous dire que nous en connaissons un sérieux rayon de leur haine et de leur sidérante méchanceté !
Pour : avions les prêtres comme meilleurs ennemis :
DP-04, Le Mariage, définition, célébration, règles et usage… ; point 04K, L’Église catholique, principal ennemi du Sacrement de Mariage ?!
15 – Quinze ans – Fondation de l’ŒRFAEP
En l’an 2000 nous pouvons faire remonter la fondation de l’Œuvre pour la Restauration de la Famille par l’Autorité ; de l’Époux, du Père (ŒRFAEP). C’est à cette époque où nous avons eu nos premiers collaborateurs, et que nous étudions très sérieusement cette question qui fonde absolument tout le reste : le Sacrement de Mariage (SM) !
8 – Huit ans – Fondation du site de l’ŒRFAEP
C’est à cette époque, en la Fête de la Sainte Famille (fête mobile, 1er dimanche qui suit l’Épiphanie), alors un certain dimanche 13 janvier 2008, que nous avons posé les fondements de notre site et que le premier document fut publié, document qui depuis à considérablement évolué selon les besoins : Accueil, vocation de ce site, et diverses informations.
Cette année, en la fête de la Sainte-Famille, le dimanche 10 janvier, nous avons donc fêté le huitième anniversaire de notre site !
Pour : avons posé les fondements de notre site :
1.D.1.c - Ne participez surtout pas à tout ce qui va se passer de plus en plus !
C’est ce que nous répétons privément depuis plus de trente ans, et en ce site depuis huit ans !, et ce aussi à l’insistance particulière de notre très regretté Légitime contradicteur.
Un peuple démocratique n’est point victime des exactions des politiques, mais leur complices ! (notre cru)
Ce qu’ils veulent ?, c’est que vous vous entre-tuiez allégrement !, ils veulent des manifestations, des révoltes, des confrontations, des bains de sang ! ; alors que comme le dit cette prophétie : Dans ces événements, les bons n’auront rien à faire, car ce seront les républicains, les méchants qui s’écharperont entre eux… Les bouleversements seront épouvantables.
Pour : que vous vous entre-tuiez allégrement :
Et ce n’est pas ce qui ce passe partout dans le monde où nous sommes dans un état de guerre terroriste permanent fomenté justement par les tireurs de ficelles promoteurs de la démocratie arnaque perlée de Luciabel ! qui va nous démentir.
Et ce n’est pas non plus les épidémies de viols et de vols et de meurtres qui se passent en Europe particulièrement et depuis quelques années et tout dernièrement très spectaculairement, et tout cela orchestré très exactement par nos politiques, qui va nous démentir aussi !
Pour : ce n’est pas non plus les épidémies de viols :
Bien plus de 500 (Màj 20.01.2016 : plus 8003 !) viols ou autres agressions très graves en une nuit et rien qu’à Cologne et rien que par des gents d’Afrique du nord qui récemment ont envahi l’Europe, ce bien sûr incités et instrumentalisé par qui l’on sait !
Pour : tout dernièrement très spectaculairement :
Tout de même !, aucun, et pas même Contre-Info que nous allons relayer, ne dit que l’on l’a bien voulu !, bien cherché !
Par ex., quant-à ces viols dont il va être question, qui relève que ce sont les mêmes qui braillaient, et braillent encore frénétiquement du milieu de cette tourmente démoniaque afin de se libérer de la tutelle de son Homme de Droit divin du moment (Père ou Frère Époux ou Tuteur), qui maintenant ont une horde de sauvages la bave à la lèvre qui les forcent bien à l’acte conjugal refusé scandaleusement à l’Époux, à la soumission car plaquées au sol bestialement, etc.
Elles veulent avoir leurdite autonomie, que leur corps leur appartienne ?, eh bien maintenant, qu’elles nous disent si sous ces sauvages qui les forcent leur corps leur appartient encore !
Pour : orchestré très exactement par nos politiques :
Car il y aura alors une grande tribulation, telle qu’il n’y en a pas eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais. Et si ces jours n’avaient été abrégés, nulle chair n’aurait été sauvée ; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés. (Mat 24, 21-22)
Certains prient pour que le Bon Dieu temporise, patiente, afin de faite, bien que ne voulant l’avouer ni aux autres et encore moins à eux-mêmes, de pouvoir poursuivre bien tranquillement leurs petits commerces luciabéliens en entraînant d’autres dans leur sillage ; nous, bien au contraire nous prions ardemment afin que le Bon Dieu agisse vite et maintenant, selon cette Parole du Seigneur Dieu : Moi, le Seigneur, Je ferai tout à coup ces choses en leur temps. (Is 60, 22)
Une femme dans les douleurs demande-t-elle que ses douleurs durent ?, ou plutôt qu’elles soient plus intenses afin de hâter l’heure de la délivrance !?
1.E - Concluons pour l’instant…
Bien-cher Sieur Jacques, ce document vient, nous l’espérons fort, répondre au moins dans les grandes lignes à vos très légitimes interrogations ; il est certes perfectible.
Nous devrons le relire une fois un peu reposés, et, sauf fautes d’orthographe, si nous devions y apporter des corrections vous en serez avertis par les commentaires…
Ici nous tenons encore à bien remercier le Sieur Luryio qui nous a permis de corriger une grosse faute en notre dernière page ; pour ce, voyez le commentaire Luryio, 11 janvier 2016 à 22:15, et notre réponse Pour l'ŒRFAEP : QJSIOJC, 12 janvier 2016 à 09:46.
Chers Sieur Jacques et Lecteurs, les Bons évidemment, nous Vous demandons de prier pour nous, sachant bien que Vous êtes assurés, comme dit plus haut, de nos ardentes prières pour Vous tous, les Vôtres et Vos intérêts !
Bien à Vous en Notre-Seigneur Jésus-Christ et Notre-Dame Marie !
Que le Bon Dieu Vous bénisse tous, Vous et tous les Vôtres !
Que je sois ignoré ô Jésus-Christ !
Pour la Vérité,
QJSIOJC
1.F - Annexes diverses
1.F.1.a - Jacques, 5 janvier 2016 à 16:10
Bonjour,
Je vous remercie pour votre réponse.
Les renvois que vous avez donnés ont le mérite d’être claire et sans langue de bois.
« ce sachant toutefois qu’une désobéissance peut être synonyme de faiblesse ou d’accident, alors qu’une révolte est un acte tellement réfléchi qu’il est devenu un état fixe, comme définitif. »
Il est vrai que nous devons distinguer la « simple » erreur/maladresse de la révolte.
La révolte de la part de l’épouse nécessite une forte correction pour la soumettre.
La maladresse ou l’erreur mérite cependant elle aussi d’être corrigée.
Nous pourrions croire qu’une simple maladresse n’est « pas grave ».
Si une épouse par exemple oublie une casserole sur le feu, oublie de faire à manger quand son époux rentre car elle « n’a pas vu l’heure passer », elle a manqué à ses devoirs et mérite donc aussi d’être disciplinée car elle se doit d’être vigilante. Une inattention est déjà une faute.
Il est donc normal d’infliger une punition corporelle (comme une fessée) à une épouse qui commet une maladresse. La punition devant être évidement plus forte en cas de révolte et/ou insolence où l’on peut utiliser le fouet.
J’ai été agréablement surpris de voir que vous avez mis une référence cinématographique (« L’homme tranquille »). Dans le passé les films respectaient la Vérité. J’ai lu sur une autre page une référence sur le film « Au-delà du Missouri » qui me donnent envie de le voir.
J’aimerais vous poser quelques questions (sans vouloir abuser de votre temps).
-En ce qui concerne la devoir conjugal, l’épouse appartient à son époux et se doit de se donner à lui.
Mais l’époux aussi doit effectuer son devoir conjugal. Dans le cas où un homme refuse d’effectuer son devoir conjugal et où son épouse le lui demande, doit-il s’y plier sachant qu’en aucun cas l’homme ne doit obéissance à son épouse qui est sa servante ?
-En ce qui concerne les attentions conjugales :
C’est pour la satisfaction de l’homme que la femme a été créée, mais l’homme ne doit-il pas aussi des attentions conjugales, au-delà de l’utile discipline (comme l’affection, la tendresse, offrir des fleurs etc.) ?
Que le Bon Dieu vous bénisse, vous et tous les vôtres !
Jacques
Cher Sieur Jacques,
Merci du bon accueil que vous avez réservé à notre réponse qui se trouve en cette page, merci aussi d’en avoir accusé réception.
Pour les questions que vous nous posez, bien légitimement, comme précédemment, nous allons vous répondre sur une page particulière : RH-2016-01…
Veuillez seulement patienter un peu !
N’oubliez pas !, et que cettedite Église prétende ne nous chaut nullement, demain le 6 c’est l’Épiphanie (visite des trois Rois-Mages, fête fixe) et dimanche prochain, le 10, c’est la fête de la Très Sainte Famille (TSF, fête mobile), Joseph et Marie, et Jésus !
À ces deux fêtes nous prierons bien pour vous aussi lors de la lecture de la messe, et à la TSF nous prierons particulièrement pour l’Œuvre pour la Restauration de la Famille par l’Autorité ; de l’Époux, du Père (ŒRFAEP), et pour tous ceux qui visitent notre site, Bons en premiers, mais aussi pour les mauvais.
Dans l’attente de notre réponse, soyez assuré de nos prières, et, que le Bon Dieu Vous bénisse, Vous et tous les vôtres.
Que je sois ignoré ô Jésus-Christ !
Pour la Vérité,
QJSIOJC
P.S.
Cher Sieur Jacques, comme à notre accoutumée, Vous serez averti de la publication de notre réponse par un commentaire en cette page et par un message à votre adresse…

1Ce document existe en PDF ici : Télécharger nos PDFs

8 commentaires:

  1. Cher Ami en Notre Seigneur Jésus-Christ et Notre Dame, je suis touché par votre document bien charitable.
    Soyez assuré de mes pauvres prières, que le Bon Dieu vous bénisse et qu'Il vous rende au centuple pour toutes vos œuvres !

    RépondreSupprimer
  2. Ce jour, nous avons :
    Ajouté : soit vieille-fille
    Ajouté : Màj 20.01.2016 : plus 800
    Jusqu’à la fin du point 1.C.1.a, ajouté tout ce qui suit : Réponse à une préoccupation de Sieur Luryio.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour, je vous remercie sincèrement de vos éclaircissements.
    En effet, un homme se doit de se montrer tendre avec son épouse qui lui est soumise (même si l'absence de tendresse d'un homme ne doit pas être un motif de reproche par l'épouse) et impitoyable avec l'épouse revêche.
    Je me demandais, vu que la femme est subordonnée à l'homme et est son inférieure, si nous pouvons dire qu'elles ont moins de valeur qu'un homme, c'est à dire que leur vie vaut moins et a moins d'importance. Par exemple, dans le cas d'un accident, d'une catastrophe, etc. le médecin ne devrait-il pas soigner les hommes avant les femmes et sauver la vie des hommes avant celle des femmes?
    Car être inférieur ne signifie t'il pas valoir moins?

    Que le Bon Dieu vous bénisse, vous et tous les vôtres !

    Jacques

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Sieur Jacques,

      Vous savez la réponse !, mais visiblement vous désirez que nous vous aidions à augmenter auprès de détracteurs potentiels...

      En effet, la corrélation entre ‘inférieur’ est ‘moindre valeur’ est toujours vraie ordinairement, mais comme vous le savez en ce qui regarde les époux, l’Époux et Son épouse, cela est faux !

      Il y a à dire sur ce !, et en un commentaire ce n’est point facile, et sur une page nous aurons plus le temps de nous y coucher ; aussi, veuillez attendre patiemment que cette dernière (RH-2016-02) sorte de son incubateur...

      Comme à notre accoutumée vous serez avisé de la sortie de l’attendue par les commentaires, et vous personnellement par votre adresse de messagerie...

      Cher Sieur Jacques, oui comme vous nous le souhaitez bien aimablement nous vous le souhaitons tout de même : Que le Bon Dieu vous bénisse, vous et tous les vôtres !

      Que je sois ignoré ô Jésus-Christ !
      Pour la Vérité,
      QJSIOJC

      Supprimer
    2. Cher Sieur Jacques,

      Comme annoncé, nous venons de publier notre réponse :

      - nom : RH-2016-02 - Cher Sieur Jacques, l’épouse, inférieure de l’Époux, est-elle de même valeur ?
      - adresse : http://restaurationdelafamille.blogspot.fr/2016/01/rh-2016-02-cher-sieur-jacques-lepouse.html

      Nous vous souhaitons bonne lecture...

      Que le Bon Dieu Vous bénisse tous, Vous et tous les Vôtres !
      Que je sois ignoré ô Jésus-Christ !
      Pour la Vérité,
      QJSIOJC

      Supprimer
  4. Cher Ami QJSIOJC, j'ai bien lu le rajout que vous avez fait suite à nos conversations.

    Cependant, vous dites que Saint Paul se fourvoie et vous décidez de ne pas tenir compte de son propos sur le devoir conjugal. Pour Saint Paul, il est clair qu'il y a un devoir conjugal de l'Homme vis à vis de sa femme. Ce n'est pas pour autant clair (même si l'apparence du texte le suggère) que ce devoir conjugal s'applique de manière équivalente pour l'Homme ou pour la femme. Personnellement, il me semble moins risqué de dire que l'Homme a bien ce devoir conjugal envers sa femme (elle aussi a besoin d'un remède à la concupiscence, en ce sens le Mari a soin de l'Âme en ayant soin du corps), mais que contrairement à elle, il n'y peut être contraint, et parfois, avoir des affaires qui priment temporairement.

    En revanche, le renvoi que vous faites à la distinction de Saint Thomas d'Aquin va dans le sens contraire de ce que vous dites. Dans le texte que vous citez, il y a égalité dans l'acte de rendre le devoir conjugal. Je suis allé voir dans la Somme Théologique au sujet du Mariage (Supplementum du tome III), et en général cela va contre la doctrine que vous défendez.
    Ce n'est par contre pas Saint Thomas d'Aquin lui-même qui écrivit sur le Mariage, voilà ce qui est écrit sur le site docteurangelique.free.fr :
    "Le Supplementum historique (620 pages) : [Les sacrements, les fins dernières]. Composé par Frère Reginald, secrétaire de saint Thomas, il complète ce qui manque à la Somme de Théologie, suite au décès de saint Thomas. Ce texte d’inégale valeur théologique est compilé à partir du Commentaire du livre des Sentences, une œuvre de jeunesse de saint Thomas : Pénitence, Ordre, Mariage, extrême-onction et fins dernières. (Traduction par les Pères Dominicains, Revue des jeunes, années 1930)."

    Enfin, il me semble que le mieux est de ne pas passer à coté du texte de Saint Paul, tout en nuançant ce qui est à nuancer, c'est-à-dire afin d'éviter les contradictions dans la doctrine catholique.

    Voilà, nous en reparlerons sûrement dans une conversation prochaine. Bon courage à vous dans ce Saint Carême !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour cher Sieur Luryio,

      Vous nous soumettez une difficulté sur un point grave ; et, nous allons prier avant de vous donner selon nous la solution : soit notre amende honorable, ou soit un développement confirmant nos assertions.

      Nous devrons bien probablement en faire une page spéciale voyant déjà l’ampleur de ce que nous allons dire.

      Vous savez nos charges et notre fatigue, aussi, vous devrez attendre quelque peu, et, surtout prier pour que le Très-Saint-Esprit (TSE) nous donne à profusion ses sept dons sans lesquels nous ne pouvons rien !

      Vous serez par un commentaire avisé de la publication de notre réponse...

      Que le Bon Dieu vous bénisse, vous et tous les vôtres...

      Que je sois ignoré ô Jésus-Christ...
      Pour la Vérité,
      QJSIOJC

      Supprimer
    2. Cher Sieur Luryio,

      Nous venons de répondre à votre commentaire :

      Page : RH-2016-03 - Cher Sieur Luryio, réponse que finalement nous vous faisons...

      Lien : http://restaurationdelafamille.blogspot.fr/2016/03/rh-2016-03-cher-sieur-luryio-reponse.html

      Bonne lecture...

      Et, que le Bon Dieu vous bénisse, vous et tous les vôtres.

      Que je sois ignoré ô Jésus-Christ !
      Pour la Vérité,
      QJSIOJC

      Supprimer

N’étant pas membre de ce site, vous pouvez tout de même déposer un commentaire qu’un membre agréera et publiera ; pour ce, veuillez lire la procédure à suivre à l’adresse : http://restaurationdelafamille.blogspot.com/2010/07/marge-suivre-pour-deposer-des.html