Les erreurs et instabilités de l’hébergeur Blogger (Google) :

Liens internes (menus et notes maintenant inopérants sur certaines pages ; sélectionnez le point à atteindre, et recherchez la cible... Patience… ! Pour atteindre les notes (vous pouvez faire copie de la page) cherchez : ♣

Perte d’une page par Blogger, message « Désolé, la page que vous recherchez dans ce blog n'existe pas. », recherchez le titre avec lien valide ici : Nos divers documents. Si nous ne l’avons pas encore détecté nous en faire part ici orfaep@gmail.com, merci.

mercredi 17 novembre 2010

CN-2010-16, La Paternité Est, éternelle ; la maternité, qu’une fontaine, souvent malicieuse.

Du : 17.11.2010, existe1 en PDF ici : ND. Actualisé : lun. 6 avr. 2015, 19.41.
Table de cette nouvelle, CN-2010-…
16 - La Paternité Est, éternelle ; la maternité, qu’une fontaine, souvent malicieuse.
16.A - Préliminaire à cette nouvelle
16.A.1.a - Une nouvelle qui attendait son heure en notre pépinière.
16.B - La Paternité préexiste à tout, Elle est fontale !
16.B.1 - Où, le hors du temps…
16.B.2 - Où, le dans le temps…
16.B.3 - Concluons ce point précis
16.B.3.a - Résumons, la Paternité est essentiellement Puissance
16.C - La maternité, rien qu’une fontaine, et souvent malicieusement exploitée.
16.C.1 - La maternité, rien qu’une fontaine, une servitude
16.C.1.a - Amour réciproque et fusionnel, disions-nous plus haut…
16.C.2 - … une fontaine, et souvent malicieusement exploitée.
16.C.2.a - Concluons ce point, résumons-le
16.D - Magnifions le Père, en magnifiant Dieu le Père, notre Père du Ciel !
16.D.1 - Connaissons ce Père éternel, notre Père
16.E - Annexes diverses.
16.E.1.a - La fête à Contraception.
16.A - Préliminaire à cette nouvelle
Publiée en la St Grégoire le Thaumaturge,
le mercredi 17 novembre de l’an 2010,
cette nouvelle Lui est confiée.
Pour cette nouvelle, nous avons particulièrement prié, médité, nous avons consulté, nous nous sommes concertés…
Ce titre, comme tout l’ensemble de cette nouvelle, qui est volontairement très incisif (provocateur pour les dégénérés actuels, dits Hommes, et femmes aussi) est pourtant, toute Charité, toute Vérité ; c’est ce que nous allons voir ensemble, si vous voulez bien voir, soit raisonner tout différemment que des boniches*, comme le dit notre Légitime contradicteur*, l’un de nos collaborateurs…
Tout ce que nous pensons, disons et faisons, a une source ; aussi, cette nouvelle a pour source le dernier message de dame Isabelle, et plus particulièrement cet extrait, et plus particulièrement encore sa fin surlignée en jaune : Cette femme a ressorti les mensonges actuels communément admis concernant le soi-disant caractère "culturel" de cette pratique ainsi que bien entendu la misogynie de l’apôtre Paul et des affreux machos de son temps, mensonges introduits sournoisement par la Théologie Féministe, une hérésie qui sévit plus que jamais au sein des assemblées chrétiennes et qui s’est donné pour réel dessein (camouflé sous des dehors "égalitaristes") de détrôner le Dieu Père et Fils à l’avantage d’une divinité féminine2.
Nous aurions pu nous adressez à elle en une Lettre à nos filles, et à travers elle aux femmes ; mais, nous avons préféré nous adresser aux Hommes, car de fait c’est Eux que nous voulons, devons relever, magnifier ; certes, encore faut-il qu’Ils le veuillent en effet… ; et, en relavant les Hommes, relever ainsi les femmes…
16.A.1.a - Une nouvelle qui attendait son heure en notre pépinière.
Notre pépinière est un lieu où maturent3 des projets d’articles ; en elle, ils attendent leur meilleur moment de parution, des événements pouvant les confirmer.
Voici arrivé le moment de l’éclosion que celle-ci attend patiemment depuis bien plus de 18 mois…
16.B - La Paternité préexiste à tout, Elle est fontale !
Au Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit…
Voyez : DP-07, Restaurer la dignité de la femme, par sa soumission (I) ; point DP-7C1, Par le signe de la Croix, cette bonne femme en sait déjà tant.
Notre Dieu Est, et que l’on dise ne pas Le reconnaître ne change rien à rien.
Dieu Est, Un en trois Personnes : le Père et le Fils et le Saint-Esprit.
16.B.1 - Où, le hors du temps…
Le Père éternel engendre, et non point a engendré, Son Fils unique ; soit, Il l’engendre de toute éternité : Les premières paroles de l’Évangile de saint Jean prouvent l’éternité du Verbe [Jésus], et si l’on se demande comment le Verbe engendré de Dieu peut être éternel comme Dieu, il suffit de se rappeler que l’éclat, produit par la lumière, est aussi ancien que la lumière elle-même4.
L’Esprit-Saint, Lui, procède de la fusion d’Amour du Père et du Fils, de l’Amour du Père (source d’Amour) pour Son Fils unique et de l’Amour de ce Fils unique (retour d’Amour) pour Son Père ; cet Amour est tout aussi éternel que le Père Est et que le Fils est engendré…, l’Esprit-Saint précède donc de toute éternité de l’Amour réciproque et fusionnel du Père et du Fils.
Ainsi, pour cette Œuvre, l’engendrement du Fils par le Père, et conséquemment de l’existence de l’Esprit-Saint, il n’y a pas de moment, de temps, nous sommes bien hors le temps, donc ni commencement ni fin ! ; ce Père est Père de toute éternité !
Cette Vie que le Père possède est fontale*, Il est la Vie même : La vie immense qui est cachée en lui [Dieu], cette vie fontale et originelle…
Voyez : DP-03, Le Mariage, son origine, sa Mission divine ; point DP-3B4, Nous allons parler de fontaine
D’Elle, de cette Vie fontale* donc, tout découle, le Fils (engendré) et l’Esprit-Saint (procédant) comme nous venons de le voir ; mais aussi tout le reste…, ce, non par engendrement comme le Fils, et donc, ni par procédure comme l’Esprit-Saint, mais par création !
Ainsi donc nous venons de confirmer notre titre : La Paternité préexiste à tout, Elle est fontale !
16.B.2 - Où, le dans le temps…
→ Dieu créa en tout premier le temps, concomitamment au ciel et à la terre : Au commencement Dieu créa le ciel et la terre5.
Dieu créa le temps, au commencement, en posant le premier acte dans le temps de Sa Volonté : la création du ciel et la terre (univers matériel, visible), tous deux vides : Et la terre était informe et nue, et les ténèbres couvraient la face de l'abîme, et l'Esprit de Dieu était porté sur les eaux6.
→ Puis, accélérons pour aller à l’essentiel par rapport à cet article, Il créa les Anges (univers immatériel, invisible) à un de ces moments, où ?, nous n’avons pas le temps de développer ceci ici, puis Dieu alluma la voûte céleste : Or Dieu dit: Que la lumière soit, et la lumière fut7.
→ Dieu couvrit ensuite la terre (toujours création, toujours dans le temps) : Dieu dit encore: Que la terre produise de l'herbe verte qui porte de la graine, et des arbres fruitiers qui portent du fruit chacun selon son espèce, et qui renferment leur semence en eux-mêmes, pour se reproduire sur la terre. Et cela se fit ainsi8.
→ Dieu peupla cette terre (encore création) pour servir d’écrin à Son Joyau, l’Homme : Dieu dit encore: Que les eaux produisent des animaux vivants qui nagent dans l'eau, et des oiseaux qui volent sur la terre sous le firmament du ciel. Dieu créa donc les grands poissons, et tous les animaux qui ont la vie et le mouvement, que les eaux produisirent chacun selon son espèce; et Il créa aussi tous les oiseaux selon leur espèce. Et Il vit que cela était bon. Et Il les bénit, en disant: Croissez et multipliez-vous, et remplissez les eaux de la mer; et que les oiseaux se multiplient sur la terre9.
Nous remarquons au passage ce fameux croissez et multipliez-vous qui ne fut pas donné qu’à l’Homme !
Au sujet de la gigantesque et luciférienne escroquerie de ladite surpopulation, voyez : DP-04, Le Mariage, définition, célébration, règles et usage… ; point DP-4H3a, Croissez et multipliez-vous, et remplissez la terre. Nous vous conseillons de commencer dès ce point : DP-4H1, Les trois fins du Mariage sont.
→ Dieu continua à remplir cette terre (poursuite de la création), toujours pour l’Homme comme nous allons en avoir la confirmation ensuite : Dieu dit aussi: Que la terre produise des animaux vivants chacun selon son espèce, les animaux domestiques, les reptiles et les bêtes sauvages de la terre selon leurs espèces. Et cela se fit ainsi. Dieu fit donc les bêtes sauvages de la terre selon leurs espèces, les animaux domestiques et tous les reptiles, chacun selon son espèce. Et Dieu vit que cela était bon10.
Pour compléter ceci, voyez : DP-03, Le Mariage, son origine, sa Mission divine ; point DP-3A, L’Homme est établi Propriétaire, Maître de toute la création !
→ Il en vint enfin à y déposer son joyau (fin, terme de la création, l’apogée), l’Homme, et ce Joyau était pour Lui, Dieu : Il dit ensuite: Faisons l'homme à Notre image et à Notre ressemblance11, et Lui donna d’être Maître de toute la création : qu'il commande aux poissons de la mer, aux oiseaux du ciel, aux bêtes, à toute la terre, et à tous les reptiles qui se remuent sous le ciel12.
Très utilement, voyez : DP-03, Le Mariage, son origine, sa Mission divine ; point DP-3A3, Adam est engendré, formé par Le Seigneur Dieu. Engendré, comme vous le verrez, est utilisé ici dans le sens créé…
→ Puis, cette création finie, après s’être reposé le septième jour, Il procéda alors à l’engendrement de la femme par l’Homme, là, Dieu se fait accoucheur, il n’est plus créateur : Le Seigneur Dieu envoya donc à Adam un profond sommeil; et lorsqu'il était endormi, Il tira une de ses côtes, et mit de la chair à la place. Et le Seigneur Dieu forma la femme de la côte qu'il avait tirée d'Adam, et il l'amena à Adam13.
Il faut absolument que vous voyez : DP-03, Le Mariage, son origine, sa Mission divine ; point DP-3B, L’Homme, engendre la femme, Il est son Maître.
16.B.3 - Concluons ce point précis
Dieu est éternel, et de toute éternité Il engendre (comme nous l’avons vu : a engendré, engendre et engendrera) Son Fils, ainsi donc la Paternité existe bien de toute éternité, Elle préexiste bien à tout, et subsistera aussi à tout !
Ce Père éternel créa (engendra d’une certaine façon) Adam et le fit dépositaire de la Vie humaine, ce par Son souffle de Vie* comme nous allons le développer plus loin.
Ainsi donc avant que la femme exista par engendrement, la Paternité, cette Puissance, était déjà cédée irrémédiablement, ou plus exactement irrévocablement à Adam, Père d’Ève, par ce souffle de Vie* du Seigneur Dieu, ce qui fit dire à Saint Paul : À cause de cela je fléchis les genoux devant le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, duquel toute paternité dans les Cieux et sur la terre tire son nom14.
Pour : irrémédiablement […] irrévocablement :
Dieu ne peut, ne veut reprendre ce qu’Il a donné, Dieu n’a qu’une Parole ; Il est Un, soit non divisé, constant.
Ou, comme le confirme si bien Monseigneur d’Orléans : On dit des dépositaires de l’autorité parmi les hommes, qu’ils sont revêtus de l’autorité.
Il n’y a que l’autorité paternelle dont on n’est pas revêtu, dont rien aussi ne saurait dépouiller, et que celui-là même en qui elle réside ne peut abdiquer. C’est la seule qui soit le plus complètement possible à l’image de l’autorité divine.
Non : le père n’est pas simplement revêtu de l’autorité paternelle : il la possède. Dieu pouvait ne pas lui communiquer la paternité elle-même : mais la paternité une fois reçue, l’autorité paternelle y est essentiellement attachée et inaliénable.
Aussi, la première idée de puissance qui ait été parmi les hommes, est manifestement l’idée de la puissance paternelle. (Le Mariage chrétien)
Au sujet de la polémique existant autour de Monseigneur d’Orléans, très utilement : CN-2008-09, Mgr d’Orléans, Louis Veuillot, comtesse de Ségur
16.B.3.a - Résumons, la Paternité est essentiellement Puissance
La Paternité de Dieu : Sa Paternité Est de toute éternité, Elle est source de tout en toutes choses, Elle est essentiellement Puissance, et de cette Puissance découle le Droit…
La Paternité de l’Homme : Sa Paternité Lui fut cédée irrémédiablement, irrévocablement dans le Paradis terrestre, l’Éden, comme nous venons de le lire : mais la paternité une fois reçue, l’autorité paternelle y est essentiellement attachée et inaliénable, Elle est même source de tout en Sa Maison, source de Son épouse à travers Adam, source de Ses enfants à Lui.
Voir DP-03, Le Mariage, son origine, sa Mission divine ; point DP-3B, L’Homme, engendre la femme, Il est son Maître.
Ainsi donc, et Lui vraiment de par Dieu :
→ Seul, l’Homme est à l’Image de Dieu : L’homme est l’image et la gloire de Dieu, tandis que la femme est la gloire de l’homme ;
Voyez : DP-07, Restaurer la dignité de la femme, par sa soumission (I) ; point DP-7D1, L’épouse doit servir son époux, et non point Dieu.
→ Seul, l’Homme a reçu le souffle de Vie, Il contient, Il est la Vie ;
Voyez : notamment DP-03, Le Mariage, son origine, sa Mission divine ; point DP-3A3, Adam est engendré, formé par Le Seigneur Dieu.
Surtout, voyez : CN-2008-14, La nature de la femme dans le plan divin.
→ Seul donc, l’Homme peut donner cette Vie, Seul donc Il peut aussi la reprendre !, ce, en ou hors Sa maison, sur Sa Maison, Sa Famille (revoir notre étude) ;
→ Seul, en ou sur Sa Maison, l’Homme Époux-Père est détenteur du Droit !, Il peut faire et défaire, juger et sanctionner, Il est Monarque, Législateur et Prêtre, comme le confirment :
– Mgr Jean-Joseph Gaume : Il est revêtu de la double autorité du sacerdoce et de l’empire.
Voyez : DP-05, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (I); point DP-5C9, L’autorité du père est la plus complète : sacerdoce et empire.
– Mgr d’Orléans : Il régnait parmi eux [son épouse et ses enfants] Souverainement : il y exerçait toutes les fonctions de la puissance publique et aussi de l’autorité sacerdotale.
Voyez : DP-05, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (I) ; point DP-5C7, Le Chef n’est pas revêtu de l’Autorité, elle lui est inhérente.
– Et bien d’autres.
→ Seul, l’Époux-Père en Sa Maison est un Souverain temporel et spirituel, Il a les deux Sceptres en Sa main :
1. l’Un, la Puissance publique en Sa Famille, sur Sa Maison ;
2. l’Autre, l’Autorité sacerdotale en Sa Famille, sur Sa Maison.
→ Seul, l’Époux-Père, en ou sur Sa Maison, sur Sa Famille, a un Pouvoir que rien ne peut dépasser sur terre, ce, comme nous le confirme si bien Mgr Delassus : le pouvoir du père est celui qui, dans l’ordre naturel, offre au plus haut degré les caractères d’une institution divine.
et DP-03, Le Mariage, son origine, sa Mission divine ; point DP-3A3, Adam est engendré, formé par Le Seigneur Dieu.
→ Seul, en Sa Maison, l’Époux-Père est Roy et Prêtre. C’est ce que nous confirme Mgr Gaume : il est revêtu de la double autorité du sacerdoce et de l’empire.
Voyez : DP-05, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (I) ; point DP-5C9, L’autorité du père est la plus complète : sacerdoce et empire.
→ Seul encore, et toujours en Sa Maison, en Sa Famille, l’Époux-Père, l’Homme donc, a une place, une Puissance bien plus grande (Elle supplante toutes les autres Puissances qui prétendent pouvoir interférer, interagir en la Maison : Église et État, etc.) que le Législateur (Église ou État…), rien ne peut l’annuler ou même l’entraver, comme le confirme encore Mgr Gaume : Vous n’êtes pas sans avoir remarqué, monsieur et cher ami, que, dans tous les commandements de Dieu, la place du père est toujours beaucoup plus large que celle du législateur : on dirait que Dieu n’est législateur que parce qu’il est père
Voyez : DP-05, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (I) ; point DP-5C10, L’autorité du Père plus large que celle du Législateur.
→ Seul l’Homme Époux-Père, en ou hors Sa maison, à l’égard de Sa Famille, a une Autorité tout aussi infrangible* qu’inaliénable*, inamissible* qu’inabdicable* !
16.C - La maternité, rien qu’une fontaine, et souvent malicieusement exploitée.
Deux mondes ici-bas s’opposent :
Et point d’autre alternative (Idem pour le Vrai ou le faux, le Beau ou l’hideux, le Bien ou le mal, le Oui ou le non, le Blanc ou le noir, le Jour ou la nuit, l’Ordre ou le désordre, le Droit ou le tordu, etc.)…
Celui de Dieu, est tout Masculin : l’Homme, Époux-Père, le Monde patriarcal, et découlant de Lui, et vivant que grâce à Lui (l’ombre* disparaît lorsque la lumière s’éteint…), et conséquemment que pour Lui, à Son service, donc en toutes choses, le féminin, la femme, l’épouse-mère.
Celui de Lucifer, est tout efféminé : il est dit féminin, il rampe et se tortille, voyez notamment lesdits chanteurs modernes sur leurs estrades, comme les mauvaises femmes, et comme les sous-Hommes, il est là uniquement pour détruire l’Ordre divin, ce monde Masculin, ce monde Patriarcal.
Pour : chanteurs modernes sur leurs estrades :
Ils y sont ondulant et persiflant, vociférateurs comme le Serpent leur Maître suprême ; véritable avant goût de l’enfer qu’ils souhaitent du reste très souvent et très explicitement dans leurs paroles !
Très utilement, faites une pose en lisant cet article recopié en les Annexes diverses., point La fête à Contraception.
16.C.1 - La maternité, rien qu’une fontaine, une servitude
La maternité !, n’est rien qu’une servitude, une fontaine* d’où sourde* la Vie que seul l’Homme possède et y a déposée préalablement ; une servitude, une terre que l’Homme laboure et ensemence à sa convenance ; une servitude, un jardin fermé* dont l’Homme dispose et où Il doit pouvoir s’y reposer quiètement et à son saoul, à Lui ! ; mais nullement, ô grand jamais une puissance !, bien seulement une servitude…
Pour : s’y reposer quiètement et à son saoul, à Lui :
La femme est faite pour L’Homme et non l’inverse, et non réciproquement non plus !, ce qui n’empêche pas que l’Époux éprouve une immense jouissance et faire intensément plaisir à Son épouse !
Voyez : DP-04, Le Mariage, définition, célébration, règles et usage… ; point DP-4H5e, Attentions conjugales de l’épouse envers l’Époux.
→ Vous ne saviez pas, mais vous voulez savoir ?, vous êtes de bonne volonté ?, alors relisez ce point :
Voyez : tout DP-03, Le Mariage, son origine, sa Mission divine ; point DP-3B4, Nous allons parler de fontaine…
→ Vous saviez et refusez, ou vous ne voulez pas savoir ?, alors passez votre chemin, nous ne pouvons rien pour vous !
Pour rappel, ce site ne peut servir d’exutoire aux vicieux, aux satanisés !, double raison pour passer votre chemin…
Si vous lisez nos textes, vous verrez ô combien et ô comment nous respectons, nous seuls !, les femmes ; combien nous les aimons en toute Vérité…, ce comme notre propre chair comme nous le recommandait Saint Paul, comme la Tête aime le cœur qui l’enivre de ses battements !
Pour : comme nous le recommandait Saint Paul :
Voici le passage de l’Épître de saint Paul sur lequel nous allons nous étendre un peu ensuite : De même les maris aussi doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s’aime lui-même. Car jamais personne n’a haï sa propre chair ; mais il la nourrit et la soigne, comme le Christ le fait pour l’Église, parce que nous sommes les membres de Son corps, formés de Sa chair et de Ses os. (Eph 5, 28-30)
Les bons et habitués à réfléchir, eux, auront compris, mais les mauvais vont dire : vous dites aimer les femmes, les respecter, mais entre autres, vous préconisez de les corriger, et, précisez-vous en plusieurs endroits de vos documents : ‘de main de Maître’, donc vous ne respectez pas votre propre chair !, et donc pas les femmes !
Pauvres ignares !, saint Paul, disant qu’il faut respecter la femme comme étant de sa propre chair, de Lui au moins l’on doit donc penser qu’Il respectait bien sa propre chair, ici Lui-même ! ; alors, comment se fait-il qu’ailleurs, Il dise : … je châtie mon corps, et je le réduis en servitude, de peur qu’après avoir prêché aux autres, je ne sois moi-même réprouvé. (I, Cor. 9, 27)
La discipline (morale ou physique) que l’Époux doit S’imposer ne regarde que Lui !
Et ainsi aussi, l’Époux aimant Son épouse comme Sa propre chair, étant son Maître et devant rendre un compte rigoureux de Son Gouvernement, Seul Il est responsable de la discipline (morale ou physique) que l’épouse doit recevoir. Ce qui faisait dire, entre de nombreux autres textes très dignes, au Concile de Trente : Enfin il [l’Époux] doit régler sa famille, corriger et former les mœurs de tous ceux [donc épouse comprise] qui la composent, et contenir chacun dans son devoir.
Voyez : notamment DP-06, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (II) ; point DP-6C, Seul Il a Pouvoir de discipliner son épouse, seul Il le Peut.
Ainsi, si un Époux néglige par paresse ou lâcheté de corriger Son épouse, c’est le signe certain qu’Il ne l’aime pas, qu’Il la méprise, et ce comme Son propre corps !
Ceci nous amène décidément bien aux antipodes de la fable grotesque et particulièrement malicieuse de la femme dite battue, violentée différemment, martyre, exploitée, etc. !
Il est la Tête, elle est le cœur, et rien que le cœur !
Voyez : DP-06, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (II) ; point DP-6C2c, Séparer les époux ?!
Ève a été engendrée du côté d’Adam, et le miracle de Dieu le Père, du Sacrement de Mariage, n’est rien d’autre que de faire retourner Ève (l’épouse, le cœur) dans le Sein d’Adam ! Il est la Tête d’un même corps, elle n’est que le cœur de ce même corps !
Et toujours, l’épouse est dans la chair de son Époux, en en faisant intégralement partie, comme l’ombre fait partie de l’objet qui la projette. Elle est asservie à Son gouvernement, à Ses mouvements, à Ses désirs !
Il est la Tête d’un même corps, elle n’est que le cœur de ce même corps !
Voyez : tout le point DP-03, Le Mariage, son origine, sa Mission divine ; point DP-3, Le Mariage, son origine, sa Mission divine.
Le cœur-épouse ne palpite que parce que la Tête-Époux le lui demande ! La Tête pense, le cœur palpite au rythme des pensées de son Chef, de sa Tête ! Elle, l’épouse-cœur, palpite pour servir et soutenir les pensées et les méditations de son Époux-Chef !
Il est fatigué, elle palpite tout doucement pour Le laisser reposer ; Il est triste, elle palpite aimablement pour Le consoler, Il désire son affection, elle palpite à tout rompre pour Son plaisir.
Voyez : notamment DP-04H5e ou CN-2009-06, Attentions conjugales de l’épouse envers l’Époux.
Inquiet ?, l’Époux consulte Son cœur, et elle, cœur, Lui palpite si respectueusement et si doucement l’une ou l’autre suggestion…
16.C.1.a - Amour réciproque et fusionnel, disions-nous plus haut…
en parlant de l’Amour de Dieu le Père pour Son Fils (au point : 16.B.1, Où, le hors du temps…).
Et, comment donc venons-nous de parler de l’Amour que se doivent les époux ?, exactement pareil : un Amour réciproque et fusionnel !
Comme nous allons le voir ensuite (point : 16.D.1, Connaissons ce Père éternel, notre Père), le Fils est soumis en toutes choses à Son Père, ainsi donc, aussi, l’épouse, fille de Son Époux, doit être soumise en toutes choses à son Époux, son Père !
16.C.2 - … une fontaine, et souvent malicieusement exploitée.
Ils veulent détrôner le Dieu Père et Fils à l’avantage d’une divinité féminine, nous disait plus haut dame Isabelle…
Oui, tout est bien là, afin de pouvoir nier Dieu, Père et Fils et Saint-Esprit, il fallait inventer unedite solution pour expliquer toute la création autrement que par la création !
D’où ledit big-bang, et sa suite logique, le tout féminin ; mais comme ce tout féminin ne peut exister, car n’existant pas en soi, alors l’on arrive fatalement au tout efféminé !
Pour : mais comme ce tout féminin ne peut exister :
Ceci nous remémore une réflexion de cette même dame Isabelle au sujet de l’escroquerie appelée matriarcat* : … "matriarcat", alors que tout le monde sait très bien que le matriarcat n'a jamais existé réellement par lui-même ( car les femmes ne peuvent dominer en masse ni faire avancer une civilisation par leurs seuls moyens) et qu'il n'est en fait qu'une corruption de l'ordre patriarcal, qui lorsqu'il commence à émerger ne préfigure rien de bon (Esaie 3 : 12) et est bien souvent annonciateur d'un déclin et d'un effondrement de civilisation…
Passage pointé ci-dessus, Isaïe 3, 10-12 : Malheur à l’impie, pour sa ruine, car il lui sera fait selon l’œuvre de ses mains. Mon peuple a été dépouillé par ses oppresseurs, et des femmes ont dominé sur lui. Mon peuple, ceux qui te disent bienheureux te trompent, et ils détruisent le chemin par où tu dois marcher. Le Seigneur Se tient debout pour juger, Il Se tient debout pour juger les peuples.
Ce tout efféminé, dont le seul vecteur est le féminisé, s’appuie sur les fables, les escroqueries suivantes, pour pouvoir avancer :
→ notredite mère la terre, alors que la terre est morte (inerte), sans le souffle de vie que seul Adam reçut !, revoyez plus haut.
→ la femme dite douce et victime de l’Homme, alors qu’elle est la seule responsable notamment des coups souvent très nécessaires qu’elles reçoivent !, ou devraient salutairement recevoir…
Voir : DP-06, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (II) ; point DP-6C, Seul Il a Pouvoir de discipliner son épouse, seul Il le Peut.
→ la femme dite source de vie, alors que l’œuf qu’elle produit n’est qu’un minuscule amas de terre même pas façonné, et bel et bien inerte et qui ne produira un fruit que si l’Homme y dépose Sa Semence, Son souffle de Vie qu’Il reçu de Dieu le Père à travers la Semence d’Adam !
Pour ceux qui ne comprenant pas, mais désirant comprendre, revoir la création d’Adam : DP-03, Le Mariage, son origine, sa Mission divine ; point DP-3A3, Adam est engendré, formé par Le Seigneur Dieu.
→ la femme dite source de vie !, et à laquelle les enfants volés au Père sont systématiquement donnés, alors qu’elle est la seule à engendrer la mort et ce jusque dans son propre sein !
→ la femme source de vie !, et c’est ce par quoi nous aurions dû commencer !, en cette liste, l’escroquerie de base, l’escroquerie perlée : Oui !, bien effectivement !, et de celle-là ces vicieux n’en parlent bizarrement pas ! Oui !, c’est la femme qui donna vie, mais qu’à une seule chose sur terre, c’est à la mort !, et à tous ses complices, aux maladies, aux catastrophes diverses et variées, aux guerres, aux homicides, à la vieillesse, etc., etc., etc ! Il est étonnant que ce fruit qui est bel et bien à elle, et qu’à elle seule (elle forniqua avec le père de ce fruit, son ensemenceur15 : Lucifer !), elle ne le revendique pas !, elle, qui revendique et vole tous les autres fruits, les enfants de leur Père, qui ne sont jamais au grand jamais d’elle !
Voir : DP-03, Le Mariage, son origine, sa Mission divine ; point DP-3C4e, Et c’est la femme qui se plaint du mal entré en ce monde !
Reprise d’une partie de ce dernier renvoi : … il est assez piquant que nous ne l’entendions pas revendiquer le seul ‘engendrement’ qu’elle réalisa : cette vallée de larmes, pour les enfants d’Ève !
→ la femme source d’invention, organisatrice, etc. !, ce donc corollairement au point précédent, alors qu’elle est totalement incapable d’inventer quoi que ce soit !, sauf encore une fois, répétons-nous, une seule chose comme nous venons de le voir, mais de celle-là l’on en parle surtout pas : c’est l’invention (génération) de la désolation planétaire, et sa suite finale et fatale, la mort (temporelle et éternelle) et son funeste cortège !
→ etc., etc., etc !
16.C.2.a - Concluons ce point, résumons-le
→ Le Masculin, l’Homme : c’est la vie !, et tout son cortège de bonheur…
→ Le féminin, la femme : c’est le féminisé, la mort !, et tout son cortège de malheurs…
Notez : que ci-dessus, bonheur est (forcément) au singulier, malheurs est (forcément) au pluriel !
Nous attendons très très très sereinement le premier contradicteur qui oserait venir s’embourber ici !
Et pour finir : dits catholiques, chrétiens, entendez-vous, avez-vous entendu des prêtres, vos pasteurs, ne serait-ce qu’un seul prêtre, un seul pasteur, et même en ladite Tradition, vous dire que : la femme ne donna qu’une seule fois la vie !, et c’est à la mort qu’elle donna vie !
Oui, ces prêtres sont vraiment tous sans aucune exception des cloaques d’impureté* !
16.D - Magnifions le Père, en magnifiant Dieu le Père, notre Père du Ciel !
Voici diverses citations en vrac, tirées du Nouveau Testament, qui fait partie du dépôt de la Foi, et que nous ne commenterons que très peu !
C’est saisissant !, voici :
→ Commençons par la prière du Notre Père, que Notre Seigneur Jésus-Christ (NSJC) nous apprit Lui-même : … votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous Le lui demandiez. C’est donc ainsi que vous prierez : Notre Père, qui êtes aux Cieux, que Votre nom soit sanctifié16
Et, dans cette prière du Notre Père, pas un seule fois est dit : Dieu !, bien qu’effectivement Il le soit !
Oui vraiment, et c’est NSJC qui nous le dit : votre Dieu est Père avant d’être Dieu !
16.D.1 - Connaissons ce Père éternel, notre Père
Et quoi de mieux pour connaître ce Père éternel que d’écouter Son Fils unique, notre Sauveur ; l’on Le voit bien plus nous Le faire connaître comme Père, que comme Dieu :
→ … car les œuvres que le Père M’a données d’accomplir, les œuvres mêmes que Je fais, rendent de Moi le témoignage que c’est le Père qui M’a envoyé. (Jean 5,36)
→ … le Père est plus grand que Moi. (Jean 14, 28)
→ … Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes œuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les Cieux. (Matt. 5, 16)
→ … afin que vous soyez les enfants de votre Père qui est dans les Cieux (Matt., 5, 45.)
→ Soyez donc parfaits, vous, comme votre Père céleste est parfait. (Matt, 5, 48)
→ … autrement, vous n’aurez pas de récompense auprès de votre Père qui est dans les Cieux. (Matt 6, 1)
→ … et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. (Matt. 6, 4)
→ … prie ton Père dans le secret : et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra (Matt. 6, 6)
→ … car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous Le lui demandiez. (Matt. 6, 8)
→ … si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi vos péchés. Mais si vous ne pardonnez point aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos péchés. (Matt. 6, 14-15)
→ … afin de ne pas faire voir aux hommes que tu jeûnes, mais à ton Père, qui est présent dans le secret ; et ton Père qui voit dans le secret, te le rendra. (Matt. 6, 18)
→ … ils n’amassent pas dans des greniers ; et votre Père céleste les nourrit. (Matt. 6, 26)
→ … mais votre Père sait que vous avez besoin de tout cela. Cherchez donc premièrement le royaume de Dieu et Sa justice, et toutes ces choses vous seront données par surcroît. (Matt. 6, 32-33)
→ … combien plus votre Père qui est dans les Cieux donnera-t-Il ce qui est bon à ceux qui le Lui demandent ! (Matt. 7, 32)
→ … celui qui fait la volonté de Mon Père qui est dans les Cieux, celui-là entrera dans le royaume des Cieux. (Matt. 7, 21)
→ … ce n’est pas vous qui parlez, mais c’est l’Esprit de votre Père qui parle en vous. (Matt. 9, 20)
→ Deux passereaux ne se vendent-ils pas un as ? Cependant il n’en tombe pas un à terre sans la volonté de votre Père. (Matt. 9, 29)
→ … quiconque Me confessera devant les hommes, Je le confesserai aussi Moi-même devant Mon Père qui est dans les Cieux. Mais quiconque Me reniera devant les hommes, Je le renierai aussi Moi-même devant Mon Père qui est dans les Cieux. (Matt. 9, 32-33)
→ … Jésus prit la parole et dit : Je Vous rends grâce, Père, Seigneur du Ciel et de la terre, de ce que Vous avez caché ces choses aux sages et aux prudents, et de ce que Vous les avez révélées aux petits. Oui, Père, Je Vous rends grâce parce qu’il Vous a plu ainsi. Toutes choses M’ont été données par Mon Père. Et personne ne connaît le Fils, si ce n’est le Père ; personne non plus ne connaît le Père, si ce n’est le Fils, et celui à qui le Fils aura voulu Le révéler. (Matt. 11, 25-27)
→ … quiconque fait la volonté de Mon Père qui est dans les cieux, celui-là est Mon frère, et Ma sœur, et Ma mère. (Matt. 12, 50)
→ … Alors les justes brilleront comme le soleil dans le royaume de leur Père. (Matt. 13, 43)
→ … Toute plante que mon Père céleste n’a pas plantée sera déracinée. (Matt. 15, 13)
→ … ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais Mon Père qui est dans les Cieux. (Matt. 16, 17)
→ … le Fils de l’homme viendra dans la gloire de Son Père avec Ses Anges, et alors Il rendra à chacun selon ses œuvres. (Matt. 16, 27)
→ … Je vous dis que leurs Anges dans le Ciel voient sans cesse la face de Mon Père qui est dans les Cieux. (Matt. 18, 10)
→ … ce n’est pas la volonté de votre Père qui est dans les Cieux qu’un seul de ces petits périsse. (Matt. 18, 14)
→ … Je vous dis encore que si deux d’entre vous s’accordent sur la terre, quelque chose qu’ils demandent, ils l’obtiendront de Mon Père qui est dans les Cieux. (Matt. 18, 19)
→ … C’est ainsi que Mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère de tout son cœur. (Matt. 18, 35)
→ … ce sera pour ceux auxquels Mon Père l’a préparé. (Matt. 20, 23)
→ … ne donnez à personne sur la terre le nom de père, car vous n’avez qu’un seul Père qui est dans les Cieux. (Matt. 23, 9)
→ … ce jour et à cette heure, personne ne les connaît, pas même les Anges des Cieux, mais le Père seul. (Matt. 24, 36)
→ … Venez, les bénis de Mon Père, possédez le royaume qui vous a été préparé dès l’établissement du monde. (Matt. 25, 34)
Oui !, vraiment Dieu est Père, nous pouvons dire qu’Il est Père avant d’être Dieu !
La Paternité est seule Source de Vie !, donc seule Autorité !, donc seule Autorité en la Famille, et dans toutes les sociétés !
16.E - Annexes diverses.
16.E.1.a - La fête à Contraception.
Bien qu’étant encore loin du compte, voici cet article complet :
VIA E&R
Samedi dernier une manifestation à Paris pour "défendre le droit à l’avortement" (sic), partie de la place d’Italie, a rejoint à la Bastille le défilé contre la réforme des retraites.
Sans le moindre soucis de la contradiction de fond, entre ces deux exigences !
Il fallut endurer des glapissements de timbre suraigu, poussés de conserve par des hordes de vieilles femelles tendues comme des Strings, hors d’elles et dans la rue pour protester contre le nombre insuffisants d’avortement en ex-France.
Mais davantage que l’ouïe ce fut la vue qui en fut affectée !
Seigneur ! Quelle écumante laideur !
Une laideur qui dépasse, et de loin, le quota normal dans un groupe humain, et qui nous met sur la piste d’une prédestination praeter naturalis.
Car dans ces processions, les laides sont, comme les daemons de l’Evangile, légion.
Mon nom est Légion, car nous sommes plusieurs. Marc, V, 9.
La hideur stupéfiante de cette nichée de chiennes de garde, dégoulinant encore de glaires, ne se sentant plus assez rassasiées de sang de chérubins avortés, ces vacheries hystériques tonnant contre : "les difficultés d’accès à l’IVG et à la contraception", avec toutes, les mêmes inflexions de voix, les mêmes mimiques mimétiques (dans lesquelles transparaissent souvent les pénibles évidences d’un génotype commun), aucun spectacle au monde ne me semble plus contraire à la dignité humaine.
Après avoir regardé longtemps, subjugué, ce défilé de vieilles flétrissures clabaudant sur la chaussée comme des étrons mécontents dans des canalisations, ce ramas de tout ce que l’antique humanité tenait pour le rebut, je songeais que le critère révolutionnaire par excellence était l’antiféminisme, primaire, secondaire, jurassique et crétacé. 
Auparavant, le dimanche 26 septembre avait été décréte par le Plannning Familial : Journée mondiale de la Contraception et de l’Avortement, et d’autres monstrations avaient eu lieu sur les pavés de Paris au motif de : "l’absolue nécessité d’une éducation à la sexualité", car, tenez vous bien, "La sexualité des jeunes reste, dans notre société, un tabou et la contraception encore une "affaire de filles !" AFP-24/09/10
Et bien soit ! Faisons en donc une mâle affaire, en étudiant rationnellement et généalogiquement ces questions .
La Pilule
Inventée dès le début des années 1950, commercialisée à partir de 1960, et autorisée en France à partir de 1967 (loi Neuwirth), son action consiste à interférer avec le cycle menstruel naturel de la femme.
Les hormones synthétiques apportées par la prise de la pilule empêchent l’ovulation.
Pour faire avaler aux femmes pareille saloperie on parla d’émancipation féminine.
On se mit à leur débiter soir et matin, midi et minuit, des discours sur leur libération.
Tout à coup, l’état de mère fut décrié comme l’aliénation suprême. Rien ne pouvait être jugé pire, ridicule, vulgaire, qu’une famille nombreuse.
La Résistance populaire et chrétienne, sous l’égide et du parti communiste et de l’Église catholique (les extrêmes se touchent tout en s’exécrant) fut stigmatisée comme celle des "Pères lapins".
On décréta qu’en Europe, dans tous les pays industrialisés, le bonheur et la prospérité étaient menacés par un afflux de naissance.
La Pilule devint la Panacée universelle. (Enfin, pas si universelle que ça.) qui devait guérir miraculeusement les symptômes de l’aliénation de la femme et de la pauvreté.
Le résultat ne se fit pas attendre : chute de la Natalité dans une Europe ainsi préparée à recevoir dans son giron des populations substitutives dont la natalité exponentielle s’exhaussera encore par le niveau supérieur de notre médecine et des aides sociales.
On connaît la suite.
Ce qu’on connaît moins bien se sont les conséquences écologiques catastrophiques du flot monstrueux d’urines menstruelles gorgées d’œstrogènes, quotidiennement rejetées dans les eaux usées des sanitaires et non traitées en stations d’épuration.
Le planning, eugéniste et raciste.
Cette organisation eugéniste, anti-pauvres, anti-blanche et anti-mâle, vit le jour lorsque la doctoresse Lagroua-Weil-Hall de la clinique Birth control créée par Abraham Sanger à New York, en mars 1955, lors d’une communication à l’Académie des sciences morales et politiques, préconisa la création de « centres d’eugénétique » où les couples pourraient recevoir conseils et prescriptions de moyens contraceptifs.
Autour de la Lagroua-Weil-Hallé, vont se regrouper toute une camarilla de vieilles femelles appartenant à différents courants franc-maçons, la plupart d’ascendances juives (c’est un fait), des lesbiennes intellectuelles et des gauchistes à l’hygiène douteuse, toutes d’origine bourgeoise.
Ce fut le début d’une propagande sans pareille, dans les média de l’époque, qui ne fit que s’amplifier au cours des années suivantes, et après de multiples rebondissements aboutit à la loi Neuwirth puis à la loi Veil.
Auparavant la commission Marcellin, créée à l’Assemblée pour l’étude des conséquences de la prise de contraceptifs, conclut fin 1965 à son innocuité.
On le voit le combat des avorteuses était bien homogène aux intérêts bien compris du patronnat et de son pouvoir d’Etat.
Les féministes
Pour réussir ce génocide de travailleurs européens, le Capital fit remonter des latrines de l’Histoire une espèce, qui dans l’esprit de personne de sensé n’aurait jamais dû occuper une place de premier plan. Je veux parler des féministes.
Généalogiquement, ce courant ultra-minoritaire, vient de la plus sordide gougnoterie et des bas fonds de culottes douteuses des bas bleus, ces peu ragoûtants déchets de la féminité avortée, et vivant à l’écart des foules.
Ces tchandalas ont toujours macéré dans leur jus un ressentiment agressif pour tout ce qu’il y a de plus beau dans la femme, joint à une pathologique envie du pénal à l’encontre de la virilité.
La sortie à l’air libre de cette infection, eût pour effet de contaminer la féminité par ce qu’elle possède de plus vulnérable, son grégarisme social congénital, et d’exterminer, spirituellement, la race originelle de la femme.
Félix Niesche
* - Pour connaître la raison de cet astérisque et des suivants, veuillez lire : Nos documents comportent des astérisques ‘*’…
2Voici le commentaire complet :
Chers amis
Je vous remercie pour votre réponse et vos précieuses informations concernant cette chaine de télé.
Hélas, encore une fois on s’aperçoit que la télévision sert bien plus à égarer qu’à édifier.
Ca me fait penser aux émissions "religieuses" du dimanche matin et cette soupe oecuménique qu’on sert à la masse avec depuis quelque temps des voix bouddhiques et islamiques …de mieux en mieux !
Je me rappelle avoir vu un jour sur présence protestante une femme prêcher sur le passage du Nouveau Testament où il est question du voile et la raison pour laquelle la femme doit se couvrir la tête contrairement à l’homme. Cette femme a ressorti les mensonges actuels communément admis concernant le soi-disant caractère "culturel" de cette pratique ainsi que bien entendu la misogynie de l’apôtre Paul et des affreux machos de son temps, mensonges introduits sournoisement par la Théologie Féministe, une hérésie qui sévit plus que jamais au sein des assemblées chrétiennes et qui s’est donné pour réel dessein (camouflé sous des dehors "égalitaristes") de détrôner le Dieu Père et Fils à l’avantage d’une divinité féminine.
Ce qui m’écoeure dans tout cela c’est l’image que l’on donne au monde du Seigneur et de sa Sainte Parole . Quand je vois tous les compromis que nous chrétiens nous permettons de faire avec la Vérité, je ne suis pas étonnée de voir la progression de l’Islam dans nos contrées en grand danger spirituel et moral.
Que le Seigneur Tout Puissant vous bénisse et vous accorde toujours sa grâce et sa force pour proclamer au monde le Salut, l’Amour et la Vérité.
3-Maturer : II. - Empl. trans. MÉD. "Faire venir à maturité (les matières)"
Conjugaison de maturer :
4Saint Augustin, Sermon CXVIII. L’éternité du Verbe
5Gn 1,1. (Gn = Livre de la Genèse)
6Gn 1,2.
7Gn 1,3.
8Gn 1,11.
9Gn 1,20-22.
10Gn 1,24-25.
11Gn 1, 26.
12Gn 1,26.
13Gn 2,21-22.
14Épître de saint Paul aux Éphésiens ~ Chapitre 3, 14-15.
15--Ensemenceur, subst. masc. Personne qui ensemence. Au fig. Personne qui répand. Un jeteur de sorts, un damneur, un ensemenceur d'anathèmes (Queneau, Si tu t'imagines, 1952, p. 47).
16Mat. 6, 8-9.