Les erreurs et instabilités de l’hébergeur Blogger (Google) :

Liens internes (menus et notes maintenant inopérants sur certaines pages ; sélectionnez le point à atteindre, et recherchez la cible... Patience… ! Pour atteindre les notes (vous pouvez faire copie de la page) cherchez : ♣

Perte d’une page par Blogger, message « Désolé, la page que vous recherchez dans ce blog n'existe pas. », recherchez le titre avec lien valide ici : Nos divers documents. Si nous ne l’avons pas encore détecté nous en faire part ici orfaep@gmail.com, merci.

samedi 27 mars 2010

DP-04K, L’Église catholique, principal ennemi du Sacrement de Mariage ?!

Du : 21.03.2010, existe1 en PDF ici : ND. Actualisé : lun. 29 août 2016, 17.35.
4.K.1.a - Préliminaire
Ce point DP-4.K, L’Église catholique, principal ennemi du Sacrement de Mariage ?!, devrait se trouver au point DP-4.B.9, Extension au sujet du Sacrement de Mariage ; nous l’avons placé là pour ne point chambouler la numérotation des chapitres.
Ce chapitre est confié à la Très-Sainte Vierge Marie dont nous fêtions l’Annonciation le 25 mars 2010, neuf mois avant que, Cette toujours vierge, livra Son Fruit d’Amour, Notre Seigneur Jésus-Christ, Vrai Dieu et Vrai Homme, notre Sauveur.
4.K.2 - Ce que nous allons voir en ce chapitre
Nous allons voir magistralement confirmé ce que nous avons déjà vu, et qui est totalement contraire à ce que disent des Hommes d’Église (l’Église Elle-même ne peut ni se tromper ni nous tromper !), jusqu’à des Saints et des Papes.
Nous allons voir :
→ Que le Sacrement de Mariage est absolument le même pour tous, en l’Église ou hors l’Église, pour les fidèles et pour les infidèles !
→ Que ce Sacrement de Mariage n’a pas été institué par Notre Seigneur Jésus-Christ (NSJC), mais par Dieu le Père en le Paradis terrestre, pour sceller irrévocablement l’union d’Ève à Adam !
→ Que l’Église catholique ne pouvait se L’attribuer ; mais que par contre, qu’Elle se devait d’être le Champion de Sa défense.
→ Que, au lieu de cela, Elle accapara ce Sacrement de Mariage pour Le manipuler selon l’intérêt de ces cloaques d’impureté*, ce au point que maintenant, nous pouvons dire, que l’Église catholique est le principal ennemi de ce Sacrement de Mariage !
→ Un cas particulier, un cloaque d’impureté faisant partie de la GFGM, l’abbé Hervé Belmont : qui dit, et fait exactement l’inverse de ce qu’il dit !
Pour : faisant partie de la GFGM :
Pour les novices en notre étude : GFGM = Grande Fraternité du Goupillon Malicieux. Recherchez ce sigle en notre étude…
4.K.2.a - Pour commencer, rappelons que dans notre étude…
lorsque nous attaquons, dénonçons l’Église catholique, c’est ses membres que nous dénonçons, et non l’Église en Elle-même, car Elle ne peut ni se tromper ni nous tromper, comme nous le rappelle l’Acte de Foi : Mon Dieu je crois fermement toutes les vérités que Vous avez révélées et que Vous nous enseigniez par votre Église, parce que Vous ne pouvez ni Vous tromper, ni nous tromper.
De plus, aimant intensément l’Épouse de NSJC, la Très-Sainte Église catholique, sachez que c’est avec douleur que nous dénonçons haut et fort les turpitudes de l’écrasant grand nombre de ses membres.
Recherchez en notre étude, principalement cloaques d’impureté* et mauvais prêtres*, loup*, etc.
4.K.2.b - L’Église catholique ne peut se tromper, mais qu’en son champ de compétence !
Si, et ce jusqu’au Pape, des, et même tous les membres, de l’Église disent que le jour est le moment où le soleil n’éclaire plus la terre ; et que la nuit est le moment où l’on y voit parce que le soleil nous prodiguerait ses rayons, il est aisé et Droit de dire que ceux-ci se trompent, ou pire, veulent tromper !
Mais, l’Église ne pouvant nous tromper, pourquoi ne pas croire que le jour est le moment où l’on ne peut pas voir, puisqu’Elle nous le dirait ?, tout simplement, parce que ce qu’Elle nous dit en cette chose ne regarde pas son champ de compétence !, de fait, ce n’est pas l’Église qui le dit, mais bien des Hommes d’Église !, voire même le Pape.
Si l’Église, en la personne de Son Pape, nous dit que dans une autre religion nous pouvons nous sauver, alors qu’en réalité, et ce faisant bien partie de son champ de compétence [ en effet : en dehors de l’Église il n’y a point de salut ! ], c’est signe qu’Elle n’est pas l’Église ! Ce qui est pile la situation depuis au moins ledit Vatican II.
4.K.2.c - Si quiconque annonce un autre évangile qu’il soit anathème !
Voici ce que disait Saint Paul : Je m’étonne que vous vous détourniez si vite de celui qui vous a appelés à la grâce du Christ, pour passer à un autre évangile. Non pas qu’il y en ait un autre ; mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l’Évangile du Christ. Mais si quelqu’un, fût-ce nous-même ou un Ange du Ciel, vous annonçait un autre évangile que celui que nous vous avons annoncé, qu’il soit anathème ! […] fût-ce nous-même ou un Ange du Ciel, [ ou le Pape donc, ] vous annonçait un autre évangile que celui que nous vous avons annoncé, qu’il soit anathème ! (Gal. 1, 6-8 )
Ainsi, comme l’Église dit que l’on peut séparer ce que Dieu a uni, ce en opposition frontale à ce qu’a dit NSJC, et qui fait partie du dépôt de la Foi, de l’évangile : que nous vous avons annoncé (Saint Paul, ci-dessus) : Ce que Dieu a uni,
que l’homme ne le
sépare point !, c’est que :
1. ce n’est pas l’Église qui a parlé ; ou
2. ce qu’Elle a dit ne rentrait pas dans son champ de compétence.
Pour : que l’homme ne le sépare point :
10.B, Non non, je ne divorce pas, je me sépare !
10.C, L’Église catholique et ladite séparation matrimoniale…
Il n’y a aucune autre explication !
Répétons : comme l’Église, d’avant ledit Vatican II évidemment, disait que l’on peut se séparer (dans certains cas est-il toujours précisé très hypocritement), et le validait (dans certains cas tout aussi hypocrites), ce en opposition frontale à l’interdit de NSJC vu plus haut, et en opposition frontale à L’Esprit qui tient unies toutes choses*, c’est qu’Elle, ne pouvant ni se tromper ni nous tromper, s’occupait tout simplement d’une chose n’entrant pas dans son champ de compétence !
Répétons encore : en disant que l’on peut se séparer, le clergé de l’Église catholique dans son ensemble (avez-vous entendu une autre voix ?) annonçait un autre évangile que celui que nous vous avons annoncé et qui dit : Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare donc pas ; donc, ce clergé, comme tous ceux qui le disent, est anathème !
Pour : annonçait un autre évangile [] annoncé :
Ici donc, par Sts Matthieu (19, 6) & Marc (10, 9)
4.K.2.d - L’Église catholique ne peut toucher au Sacrement de Mariage !
Nous allons voir encore mieux que nous l’avons vu depuis le début de notre étude, que l’Église catholique ne peut toucher à un Sacrement que ne Lui appartient aucunement !, et ce : et ni de près et ni de loin.
→ Nous venons de voir que l’Église disait un autre évangile que celui annoncé par les Apôtres : que l’on peut se séparer !, dans certains cas ajoutent-ils toujours très hypocritement. Or, comme l’Église ne peut ni se tromper ni nous tromper, c’est qu’Elle s’occupe d’une chose qui ne la regarde pas : le Sacrement de Mariage !
→ Nous avons déjà bien vu, par d’autres chemins, que ce Sacrement de Mariage ne Lui appartenait aucunement, parce que institué par Dieu le Père !, et que Celui-ci n’a jamais eu une quelconque modification, amélioration, etc., venant de NSJC.
Et pourtant, témérairement, Ils, ces Hommes d’Église, disent le contraire !, par ex. : Le Sacrement de Mariage […] est un sacrement qui a été institué par Notre-Seigneur Jésus-Christ*.
Voir : DP-04, Le Mariage, définition, célébration, règles et usage… ; point 4.B.6, Le Curé d’Ars parle du Mariage naturel. ; et en bien d’autres endroits.
On notera bien que, dans ce même texte dont l’extrait ci-dessus est tiré, le Curé d’Ars précise bien : Il [le Sacrement de Mariage] les oblige à se garder une fidélité mutuelle et inviolable, à cohabiter… ; ce donc, conformément à la Parole de NSJC : Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare point !
Il est du reste bien transparent, sauf erreur de notre part qui ne justifierait alors nullement la chose, que dans les écrits de ce Saint, jamais Il n’envisage la permission d’une séparation qui serait dite nécessaire !
4.K.3 - Léon XIII : Mariage naturel ou religieux, même Sacrement !
Le Pape Léon XIII, dans sa lettre encyclique Arcanum Divinae Sapientiae du 10 février 1880, dit :
[11] … En effet, puisque Dieu lui-même a institué le mariage, et puisque le mariage a été dès le principe comme une image de l’Incarnation du Verbe, il s’ensuit qu’il y a dans le mariage quelque chose de sacré et de religieux, non point surajouté, mais inné, qui ne lui vient pas des hommes, mais de la nature elle-même. C’est pour cela qu’Innocent III (c. 8 de divort.) et Honorius III (c. 11 de transact.), Nos Prédécesseurs, ont pu affirmer sans témérité et avec raison que le sacrement du mariage existe parmi les fidèles et parmi les infidèles. Nous en attestons les monuments de l’antiquité, les usages et les institutions des peuples qui ont été les plus civilisés et qui ont été renommés par la connaissance plus parfaite du droit et de l’équité ; il est certain que, dans l’esprit de tous ces peuples, par suite d’une disposition habituelle et antérieure, chaque fois qu’ils pensaient au mariage, l’idée s’en présentait toujours sous la forme d’une institution liée à la religion et aux choses saintes. Aussi, parmi eux, les mariages ne se célébraient guère sans des cérémonies religieuses, l’autorité des Pontifes et le ministère des prêtres, tant avaient de force sur des esprits, même dépourvus de la doctrine céleste, la nature des choses, le souvenir des origines, la conscience du genre humain ! Le mariage étant donc sacré par son essence, par sa nature, par lui-même, il est raisonnable qu’il soit réglé et gouverné, Non point par le pouvoir des princes, mais par l’autorité divine de l’Eglise qui, seule, a le magistère des choses sacrées.
4.K.3.a - Relisons ensemble ce que nous dit Léon XIII
Relisons certains passages de ce que vient de nous dire Léon XIII, et avant Lui donc, les papes Innocent III et Honorius III :
1. Il est évident que lorsque Léon XIII dit : Dieu lui-même a institué le mariage, Il parle de Dieu le Père, ou comme l’on le lit dans l’ancien testament : le Seigneur Dieu.
Par exemples :
- Le Seigneur Dieu forma donc l’homme,
Voir : DP-03, Le Mariage, son origine, sa Mission divine ; point DP-3.A.3, Adam est engendré, formé par Le Seigneur Dieu.
- Le Seigneur Dieu prit donc l’homme, et le mit dans le paradis de délices,
Idem : point DP-3.A.4, Adam, établi maître de toute la création, nomme les animaux.
- Le Seigneur Dieu dit aussi : Il n’est pas bon que l’homme soit seul,
DP-03, Le Mariage, son origine, sa Mission divine ; point DP-3.B.2, Il ne se trouvait point d’aide pour Adam qui lui fût semblable.
- etc.
Ainsi donc nous pouvons dire que Léon XIII a dit : Dieu le Père lui-même a institué le mariage.
Or, ceux qui ont voulu accaparer ce Sacrement de Mariage disent : chez les infidèles il y a Mariage, et certains, un peu gênés aux entournures, ajoutent qu’Il est sacré, mais tous s’empressent de dire qu’Il n’y a pas de Sacrement.
Par exemples :
- Pie VI et Pie XI : C’est pourquoi, bien que le mariage puisse exister sans le sacrement — c’est le cas du mariage entre infidèles.
Voir : DP-04, Le Mariage, définition, célébration, règles et usage… ; point 4.B.5, Le Mariage naturel a tous les caractères de celui de l’Église…
Faux !, comme nous allons le voir ensuite encore mieux.
Ils disent, bêtement ou malicieusement, c’est comme vous le voulez, que seul le Mariage contracté en l’Église catholique produit le Sacrement qui aurait été institué par NSJC, par ex. Le Saint Curé d’Ars : c’est un sacrement qui a été institué par Notre-Seigneur Jésus-Christ ; ou, le même : Pour les chrétiens ce contrat, avec ses caractères et ses obligations, est de plus le signe productif de la grâce, car il a été transfiguré par le Christ qui l’a élevé à la dignité de sacrement. Faux !
Pour : [ces extraits du Curé d’Ars] :
Idem ci-dessus; point 4.B.6, Le Curé d’Ars parle du Mariage naturel.
Voyez !, et tout est là !, ils disent tous ainsi retranscrit : Oui…, évidemment…, le Mariage naturel, comme le Mariage religieux, est sacré, indissoluble, etc. ; mais, ce n’est pas un Sacrement. Seule l’Église catholique peut produire ce Sacrement qui, ajoutent-ils obstinément, fut institué par Notre Seigneur Jésus-Christ. Faux !
Et ce, pourquoi ?, pour pouvoir mettre la main sur ce Sacrement !, et ainsi, le régenter, l’arranger selon l’air du temps et l’intérêt de ces cloaques d’impureté*.
Attention !, nous ne sommes pas entrain de dire que le Saint Curé d’Ars était un cloaque d’impureté, ou tous les autres tenants de cette très grave erreur, mais il est évident qu’ils répétaient ou répètent sans trop réfléchir ce que l’on leur avait inculqué, enseigné erronément, ou, qu’ils désiraient croire de par leur mauvaise éducation.
Les cloaques d’impureté* sont ceux qui conscients de cette très très grave erreur se taisent ; ou pire, l’ont inventée pour s’en servir. La nomination de ces pervers ne nous revient pas, c’est à l’Église hiérarchique de faire son ménage en Elle-même ; nous, nous nous contentons du constat, de la dénonciation !
2. Ce passage suivant, dans le mariage quelque chose de sacré et de religieux, non point surajouté, mais inné, qui ne lui vient pas des hommes, mais de la nature elle-même, a déjà été bien développé.
Voir : DP-04, Le Mariage, définition, célébration, règles et usage… ; point DP-4.H.3, 1ère fin - Le petit catéchisme du Mariage, l’abbé Joseph Hoppenot.
4.K.3.b - Reconnaissance absolue du caractère sacramentel du Mariage naturel !
3. Voici surtout ce qui nous intéresse, et seul le pape Léon XIII, derrière les papes Innocent III et Honorius III, à notre connaissance, l’a dit si clairement : C’est pour cela qu’Innocent III … et Honorius III … ont pu affirmer sans témérité et avec raison que le sacrement du mariage existe parmi les fidèles et parmi les infidèles.
Enfin un !, Léon XIII, derrière Innocent III et Honorius III, qui dit bien clairement, sans emberlificotes2 particulièrement malicieuses, et qui contredit donc tout aussi clairement ceux qui prétendent que le Sacrement de Mariage n’existe qu’en l’Église catholique : le sacrement du mariage existe parmi les fidèles et parmi les infidèles !
4.K.3.c - Volonté maladive de vouloir mettre la main sur le Sacrement de Mariage.
4. Puis, Léon XIII dérape : Le mariage étant donc sacré par son essence, par sa nature, par lui-même, il est raisonnable qu’il soit réglé et gouverné, Non point par le pouvoir des princes, mais par l’autorité divine de l’Eglise qui, seule, a le magistère des choses sacrées.
Non !, Léon XIII, le Mariage ne doit pas être réglé et gouverné (ingérences, manipulations, viol de l’épouse, de l’Autorité maritale, etc.), mais défendu plus particulièrement par l’autorité divine de l’Église, qui seule reçut de Son Époux la Mission de nous enseigner ce que nous dit l’évangile […] que nous vous avons annoncé (Saint Paul ci-dessus) : Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare point !
Pour : viol de l’épouse, de l’Autorité maritale :
La femme doit-elle être soumise à l’Église (au prêtre), enseignée (ensemencée donc !, recherchez ce terme si important en toute notre étude ensemencé) par Elle ?, non : […] Et pourquoi ? « Car il ne leur est pas permis d’y prendre la parole ; mais qu’elles se tiennent dans la soumission, comme le dit aussi la loi ». Soumises à qui ? Peut-être seulement à l’Eglise hiérarchique, à l’Eglise enseignante ? Non : « si elles veulent s’instruire sur quelque point », poursuit St Paul, « qu’elles interrogent leurs maris à la maison ; il est, en effet, inconvenant pour une femme de prendre la parole dans une assemblée ».
Pour : que l’homme ne le sépare point :
Voir : DP-10, Les épreuves, tribulations et afflictions, l’Espérance (I) ; point 10.B, Non non, je ne divorce pas, je me sépare ! ; et 10.C, L’Église catholique et ladite séparation matrimoniale…
L’Église doit être extrêmement humble, ne pas vouloir régenter (réglé et gouverné […] par l’autorité divine de l’Église, dit Léon XIII ensuite, se contredisant donc ainsi !) le Sacrement de Mariage, et donc le Mariage, la Famille, etc., mais se mettre radicalement au service des Chefs de Famille, parmi les fidèles et parmi les infidèles, pour leur apporter le plus sûr et indéfectible soutient à leur Autorité ; ce que du reste l’État doit dans sa sphère à ces mêmes Chefs de Famille !
De plus, si, selon Léon XIII, l’Eglise seule a le magistère des choses sacrées, en ce qui regarde le Sacrement de Mariage, comme cela se passe-t-il vu que ce Sacrement existe aussi chez les infidèles ?, comme Il vient de le reconnaître, enfin, Lui-même… Veut-Il, l’Église veut-Elle, régenter (réglé et gouverné…) le Sacrement de Mariage des infidèles ?
Voilà où l’on en arrive lorsque l’on veut impérativement s’occuper de ce qui vous regarde ni de près ni de loin !
4.K.4 - Certainement par l’éviction du Chef de Famille, l’Église a reculé partout !
Certainement !, par la Restauration de l’Autorité absolue (Saint Paul : en toutes choses) du Chef de Famille et par l’inséparabilité absolue (donc aucune restriction mentale, ni exception exceptionnelle etc.) des époux, que l’Église, qui va ruinée en beaucoup de lieux, pourra faire cesser cette désolation qui ravage l’Église, cette déplorable diminution qu’elle a souffert en tant de lieux !
Voir, pour ctte citation : DP-09, Les Prêtres de l’Église catholique ; point DP-9.C.7, ±1655 - Saint Vincent parle des mauvais prêtres.
Oui, à la suite de Saint Vincent de Paul que nous venons de citer partiellement, nous pouvons dire que l’Église est La seule et unique responsable de Son état actuel qui est bien bien pire qu’en 1655 !
Et c’est ce que nous disons partout en notre étude depuis plus de deux ans, et pour lequel nous nous battons pour certains ici depuis bien plus de trente ans :
→ si l’Église respectait vraiment, totalement l’infrangible Autorité des Époux ; si Elle refusait radicalement tout commerce avec les épouses (Viol ou adultère, ensemencements tels que : conseils, direction dite spirituelle, retraites, etc. ! ;
→ si Elle poursuivait de ses foudres celles qui désertent (même ‘battues’ ou ‘violentées’, qu’elles disent dans leur errance) ;
→ oui !, beaucoup d’Hommes n’auraient pas déserté les églises, l’Église ; et ce, bien au contraire, car Elle aurait engrangé de très nombreuses conversions d’infidèles voyant en Elle le Champion toutes catégories du Sacrement de Mariage !
L’Église, par sa féminisation intellectuelle et morale, par sa fornication : est la seule responsable de sa chute !
Recherchez sur internet : « Église féminisée »
Lisez une extension très importante à cette note, Voir : CN-2010-05, Le christianisme moderne, féminisé ! celui de la Tradition, non ?
Mais, si au lieu de pleurnicher avec les pauvresses, ce selon l’air du temps qui commença voici plus de 500 ans, Elle avait radicalement et indéfectiblement défendu le Sacrement de Mariage parmi les fidèles et parmi les infidèles, en défendant vaillamment et effectivement (par ex. : en ces temps-ci, en témoignant en ladite justice civile en faveur uniquement, et comme de Droit, de l’Époux) la seule et totale Autorité de Droit divin de l’épouse : l’Époux ; oui, l’Église aurait touché, puis infailliblement converti les infidèles dont Elle se serait fait le plus sûr et vaillant garant, le Champion de leur Sacrement de Mariage !
Voir, pour compléments :
→ DP-06, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (II)…; point DP-6.D.1, Femme en islam, sujet développé par l’hebdomadaire Rivarol.
Mais de fait, non seulement Elle ne défend pas le Mariage des infidèles, mais Elle détruit bien effectivement, au moins par sape, le Mariage des fidèles !; et, la GFGM* avec encore plus d’acharnement et de ‘science’ toute démoniaque !
Pour le moins, qui dit mot consent !, et donc fait !
4.K.4.a - La GFGM, avec plus d’acharnement, détruit malicieusement des Mariages ?
Notez : GFGM* = Grande Fraternité du Goupillon Malicieux, recherchez bien ce sigle en tous nos documents !
Oui !, nous ne pouvons nous entendre plus ici, l’ayant déjà tant fait en notre étude, mais sachez que :
→ Tous les Mariages qui tiennent en ladite Tradition*, sont ceux où l’Époux a ‘accepté’ de remettre son sceptre*, peu ou prou, entre les mains profanatrices de ces avides et vénaux cloaques d’impureté !
Nous connaissons une multitude de foyers où l’épouse, appuyée très énergiquement et effectivement par les cloaques d’impureté*, surtout en ladite Tradition, a lancé un et deux avertissements, ce jusqu’à destruction totale, parfois avec un vague sursis appelé ‘seconde chance’ : de l’Époux !
Ayant donc ainsi, enfin réussi à se saisir de la bourse de l’Époux et a la Lui arracher ; soit à l’opposé de ce que disait Pie XII : Épouses et mères chrétiennes, que jamais ne vienne à vous saisir la soif d’usurper le sceptre familial*.
Voir, pour compléments :
→ DP-03, Le Mariage, son origine, sa Mission divine ; point DP-3.D.1.b, Ci-dessus, nous avons écrit en cas de ‘différent’. ;
→ DP-05, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (I) ; point DP-5.B.2.j, Pourquoi, au point précédent, avoir mis complémentaires entre guillemets ? ; et en divers autres endroits.
Et malgré cela, certains très rares Époux, rudes pères de famille à l’autorité absolue et incontestée, gardiens fidèles de leur gens, ‘non pas voulu comprendre l’avertissement’, ‘saisir la balle au bond’, ‘saisir leur seconde chance’, et ont refusé très héroïquement, véritables martyrs du Sacrement de Mariage, de plier devant leur démon en jupon, devant leur Ève voulant se saisir de la pomme interdite comme leur prime aïeule.
Pour : rudes pères de famille à l’autorité absolue :
- 11.C.5, 2) Que l’on le lui a enlevée, le sujet ne le pouvant.
- 11.C.11, Et bien que Pie XII nous soit pas si cher, voici un bon texte : ;
- et divers autres endroits.
Pour : saisir leur seconde chance :
Il est frappant qu’elles disent toutes, et vous l’avez certainement entendu vous-mêmes : seconde chance. Or, de dire seconde chance, entend donc bien qu’il y a eu première chance !
Ainsi, vu que c’est à la première crise qu’elles nous disent, à nous les Époux !, seconde chance, cela veut tout simplement dire qu’au moment où par son Oui l’épouse valide le Sacrement de Mariage – proposé par l’officiant de ce Sacrement, le Demandeur, futur Époux (Voir : DP-04, Le Mariage, définition, célébration, règles et usage… ; point 4B3f, L’Homme est l’officiant, forcément unique, du Sacrement de Mariage.) – , elles pensent toutes qu’elles offrent la première chance à l’Époux !
De faite, pour toutes les filles qui se marient, il s’agit comme d’un Mariage à l’essai ; tous les Époux sont en sursis !, en surveillance !, au moment où ces pauvresses disent Oui !, elles disent de fait Oui, je veux bien t’offrir une première chance !
Elles disent (nous parlons en ce moment pour le milieu de ladite Tradition, les autres, nous en parlons même pas !), par leur Oui : Je serai soumise en toutes choses à mon Époux tout en pensant fondamentalement le contraire !, elles disent donc de fait Je serai soumise en toutes choses à mon Époux, si Il saisit bien la première chance que je Lui offre magnanimement !’
Elles déclarent donc bien expressément qu’elles sont les maîtresses, et leurs Époux leurs féaux !, elles se saisissent bel et bien du sceptre familial, ce donc en opposition à ce que rappelait Pie XII : Épouses et mères chrétiennes, que jamais ne vienne à vous saisir la soif d’usurper le sceptre familial !
Ainsi par son Oui, véritable ‛oui, mais non’ – voir CN-2010-11, Oui !, nous disons radicalement non à tous les ‘oui mais non’ ! –, elles déclarent bien toutes leur révolte : non serviam les Époux !
L’on pourrait même dire et affirmer qu’une telle disposition de l’épouse rend le Sacrement de Mariage nul : vice caché, restriction mentale quant à la promesse d’obéissance qui est un des fondements du Sacrement de Mariage !
Ainsi donc l’Époux, le plus légitimement possible et sous le Regard de Son Dieu d’Amour, pourrait, étant donc libre, contracter Mariage ; le premier étant dans ce cas nul et non avenu !
Nous ne levons qu’une question !, un jour il va falloir y répondre ! Pour beaucoup, comme le Bon Dieu nous le demande, ces Époux n’attendent que la Très-Sainte Vengeance de leur Dieu d’Amour !
Que de crimes dans le Sacrement de Mariage, et tout cela qu’à cause des prêtres !, qu’à cause des cloaques d’impureté. Quel compte allez-vous rendre, pervers !, cela fait frémir !, que de prêtres en enfer !
Mais aussi, que de palmes à recevoir pour ces pauvres Époux enfin justifiés, magnifiés, consolés au delà de toutes attentes, véritables martyrs du Sacrement de Mariage !
Pour : de plier devant leur démon en jupon :
DP-06, Restaurer l’Homme, l’Époux, le Père, sa Puissance (II)…; point tout DP-6.F.2, La nuit n’avance que parce que le jour recule !
Et alors, soutenue à pleins bras, jusqu’à financièrement parlant et ayant en sus dedits conseils juridiques susurrés du fond du confessionnal, par ces membres de la synagogue de Satan*, les cloaques d’impureté* de la GFGM*, elles mirent enfin, se dit leur Maître Lucifer : la menace à exécution !
Elles, en opposition frontale à L’Esprit qui tient unies toutes choses*, violèrent leur promesse de fidélité, profanèrent le Sacrement de Mariage, foulèrent au pied l’interdit de Notre Seigneur Jésus-Christ : Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare donc pas.
→ Ainsi donc, tous les Mariages qui n’ont pas tenus, où l’épouse a fui (séparations de corps instiguées et même imposées par ces cloaques d’impureté, revoir notre toute étude) sont des Mariages où l’Époux n’hésitait point à exercer Son Autorité !, et donc à évincer comme de Droit ce qui se mettait en travers de Celle-ci, et malheureusement les prêtres en premier !
Pour : Époux n’hésitait point à exercer Son Autorité :
Adaptation d’une parole de Pie XII (allocution aux jeunes mariés, 10 septembre 1941), dont voici un extrait original : Maris, vous avez été investis de l’autorité. Dans vos foyers, chacun de vous est le chef, avec tous les devoirs et toutes les responsabilités que comporte ce titre. N’hésitez donc point à exercer cette autorité ; ne vous soustrayez point à ces devoirs, ne fuyez point ces responsabilités. La barre de la nef domestique a été confiée à vos mains.
- 3.D.1.b, Ci-dessus, nous avons écrit en cas de ‘différent’. ;
- DP-5.B.2.j, Pourquoi, au point précédent, avoir mis complémentaires entre guillemets ? ;
- et divers.
4.K.4.b - Où l’on en vient à reparler d’un cloaque d’impureté, l’abbé Hervé Belmont
Préliminaire à ce point :
Nous sommes bien bien conscients des très graves accusations que nous faisons à l’encontre de la GFGM* entre autres, c’est pour cela que nous vous demandons de lire notre proposition de confrontation contradictoire, ici :
→ DP-07, Restaurer la dignité de la femme, par sa soumission (I) ; point DP-7.E.9.b, Si nous devions avoir fauté… ;
Passage regardant cette proposition de confrontation contradictoire :
[…] Il peut aussi utiliser notre site…
Par contre, nous nous réservons le droit ‘d’appeler’ comme témoin tout prêtre de cette secte ou consœurs, et ce jusqu’aux 4 évêques ! Cette condition n’est pas négociable ! L’abbé Alain Delagneau aura le même droit !
Ainsi, tout un chacun pourra vérifier les arguments et juger de la tenue du débat. Si nous devions être confondus, nous nous engageons formellement à faire amende honorable sur tous nos ‘errements’ par le même canal !
Nous ne pouvons pas être plus honnêtes !
QJSIOJC
Voici l’affaire :
En faisant une recherche Google, sur Arcanum Divinae Sapientiae, la Lettre encyclique que nous venons d’analyser, nous sommes tombé sur, à la 3ème position, le site de l’abbé Hervé Belmont : quicumque3 !
Sur son site, cet abbé Hervé Belmont qui est un fossoyeur de Mariages au moins par son silence coupable, a le culot d’écrire en introduction pour cette Lettre encyclique : Le dix-neuvième siècle, en triste héritier de la Révolution, a vu se répandre une vaste entreprise de démolition du saint Mariage.
Oui !, parfait hypocrite, comme tous les cloaques d’impureté, pendant qu’il fait semblant de défendre le Sacrement de Mariage, il participe au moins par son silence criminel à la destruction de ceux qui ne lui conviennent pas !, et ce, pour le moins, pour ménager sadite clientèle plus qu’étriquée… Gardez-vous des faux prophètes […] c’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez !4, disait Notre-Seigneur Jésus-Christ !
4.K.4.c - Un exemple parmi tant d’autres
Un de nos correspondants, nous ayant permis de parler de son cas sans citer son nom pour ménager Sa pauvre épouse et pour le bien de Ses enfants, a eu Son Mariage mis en l’air par les cloaques d’impureté de la Trahition*.
Ce loup déguisé en brebis, cet abbé Hervé Belmont qui est le gourou patenté de la Famille dont fut tirée l’épouse, ne cria pas au scandale !
Croyez-vous :
→ qu’il menaça ladite Famille de l’épouse d’exclusion de sa chapelle ?, comme de Droit ! ;
→ qu’il leur refusa l’absolution ?, comme de Droit ! ;
→ qu’il leur refusa la communion ?, comme de Droit ! ;
→ qu’il fit savoir à l’épouse en question qu’il condamnait tout à fait sa procédure de séparation de corps, son crime ?, comme de Droit !
Ce que Dieu a uni,
que l’homme ne le
sépare point5 !
Non !, il valida bien effectivement la longue chaîne de crimes (comme toujours dans ces cas là : profanation du Sacrement de Mariage, déshonneur de l’Époux, séparation si douloureuse, tronçonnage d’un seul et même corps – … ils seront deux dans une seule chair ? Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Que l’homme ne sépare donc pas ce que Dieu a uni. (Mat. 19, 5-6.) – , flot de calomnies, vol et malheur des enfants, vols de tous les autres biens, scandale pour l’Église, etc. Tous, péchés mortels irrémissibles !) de l’épouse, et de celui de la Famille dont elle fut tirée par son Oui, et des autres prêtres qui la soutiennent, principalement ceux de la secte FSSPX !
Pour : Tous, péchés mortels irrémissibles :
La calomnie est un péché mortel aggravé, irrémissible [qui ne peut être remis sans réparation préalable et prouvée] ! Un prêtre qui donne l’absolution [qui donc est nulle] sans que cette réparation ait été prouvée fait retomber sur lui aussi la faute, ce en plus de la confession sacrilège.
Transmis par ce même correspondant : Dom Jean De Monléon et autres.
À preuve, c’est que l’épouse en question dit bien haut et bien fort, comme pour se rassurer dans sa fuite en avant, se justifier, ou plutôt pour se tromper, tromper les derniers souffles de remords que sa pauvre Âme pas encore tout à fait assassinée exhale en ses derniers spasmes : tous les prêtres me soutiennent !, ils disent tous que je peux me séparer, etc.
Et l’abbé Hervé Belmont que dit-il ?, rien !, il dit donc qu’elle peut se séparer !, évidemment ! Ayant effective connaissance de la chose et ne disant rien !, il consent bien !
4.K.4.d - L’abbé Hervé Belmont fait partie de l’immense cohorte de mauvais prêtres.
Voici diverses citations au sujet de ces prêtres :
Pour les sources et bien d’autres citations, voir DP-09, Les Prêtres de l’Église catholique ; point 9.B.3, Les prêtres damnés, relativement plus ou moins nombreux ?
→ Saint Jean Chrysostome : Je ne parle point témérairement et sans fondement, ce n’est pas par exagération que je m’en explique, mais je m’explique suivant mes sentiments et suivant la conviction et la persuasion où je me trouve ; je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de prêtres sauvés et je crois qu’il y en a beaucoup plus de ceux qui se damnent que de ceux qui se sauvent.
→ Saint Bernard : Hélas ! Seigneur mon Dieu, les plus ardents à vous persécuter, ce sont ces mêmes prêtres que vous comblez d’honneur dans votre Église !
→ Notre Seigneur Jésus-Christ : Plus lourde est sa [du prêtre] responsabilité que celle de tout autre. Aussi, la même faute est-elle punie plus sévèrement en lui que dans les hommes du monde.
→ Maurice Pinay : … ce danger interne [les mauvais prêtres], danger souvent bien plus destructeur et plus mortel que celui présenté par les ennemis du dehors.
→ Notre Seigneur Jésus-Christ : Gardez-vous des faux prophètes qui viennent à vous sous des vêtements de brebis, mais au dedans sont des loups rapaces. C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez : instiguent-ils des séparations de corps, soutiennent-ils ces épouses révoltées, valident-ils au moins par leur silence criminel leur révolte ?
→ Notre Seigneur Jésus-Christ parle de l’écrasante majorité des prêtres : Du temple de leur âme, de la sainte Eglise qui est un jardin, ils ont fait un repaire d’animaux. […] Tous répandent l’infection de leurs pêchés mortels !
→ Saint Vincent de Paul : … l’Église, qui va ruinée en beaucoup de lieux par la mauvaise vie des prêtres ; car ce sont eux qui la perdent et qui la ruinent…
→ Saint Alphonse-Marie de Liguori : Mon Père, pardonnez-leur, car ils ne savent ce qu’ils font. Mais cette prière ne compte pas pour les mauvais prêtres ; elle est bien plutôt leur condamnation, car ils savent parfaitement ce qu’ils font.
→ Bourdal : Les plus grands persécuteurs qu’ait Jésus-Christ ne sont pas les laïques, mais les mauvais prêtres.
Etc., etc., etc., voilà ce qu’est toute la GFGM dont fait ô combien partie cet abbé Hervé Belmont.
Évidemment, au sujet de ce qui va suivre, il dira qu’il s’agit des modernistes, ou de la FSSPX*, mais aucunement de lui !, cela ne fait rien, rappelons à ce cloaque d’impureté d’Hervé Belmont, ce que disait Notre Dame à La Salette : Les prêtres sont devenus des cloaques d’impureté. Oui, les prêtres demandent vengeance, et la vengeance est suspendue sur leurs têtes. Malheur aux prêtres et aux personnes consacrées à Dieu lesquelles par leurs infidélités et leur mauvaise vie crucifient de nouveau mon Fils !
Donnons à ce cloaque d’impureté, cet abbé Hervé Belmont, une dernière chance, rappelons-lui ce que Saint Jean-Marie Vianney disait : Si un pasteur reste muet [ce qui est exactement son cas en l’affaire dont nous nous sommes fait l’écho] en voyant Dieu outragé [profanation du Sacrement de Mariage, interdiction de se séparer] et les âmes s’égarer, malheur à lui ! S’il ne veut pas se damner, il faut que, s’il y a quelques désordres dans sa paroisse, il foule aux pieds le respect humain et la crainte d’être méprisé ou haï de ses paroissiens ; et serait-il sur d’être mis à mort après être descendu de chaire, cela ne doit pas l’arrêter. Un pasteur qui veut remplir son devoir doit toujours avoir l’épée à la main pour défendre les innocents, il poursuivra les pécheurs jusqu’à ce qu’ils soient revenus à Dieu ; cette poursuite ne doit cesser qu’à sa mort. S’il ne se conduit pas de cette manière, c’est un mauvais prêtre, qui perd les âmes au lieu de les conduire à Dieu.
Pour cette citation : DP-09, Les Prêtres de l’Église catholique ; point 9.C.12, ±1840 - Saint Jean-Marie Vianney, curé d’Ars.
Cette prière peut l’aider : Dieu qui montrez aux égarés la lumière de votre vérité pour qu’ils puissent rentrer dans la voie de la justice, accordez à tous ceux qui professent d’être chrétiens de repousser ce qui s’oppose à ce nom et de s’attacher à ce qui lui convient. (Collecte, 3ème dimanche après Pâques)
L’expression de notre espoir : … Mes frères, si l’un de vous s’écarte de la vérité et qu’un autre l’y ramène, sachez que celui qui ramène un pécheur de la voie où il s’égarait sauvera son âme de la mort et fera disparaître une multitude de péchés. (Saint Jacques)
Ainsi soit-il.
* - Pour connaître la raison de cet astérisque et des suivants en nos documents, veuillez lire : Leur mode d’emploi…, point Nos documents comportent des astérisques ‘*’…
2Une emberlificote : selon notre site, une tromperie, une énoncée malicieusement alambiquée, voir par ex. le dictionnaire officiel du scrabble : http://www.funmeninges.com/dicoplus-consulter-mot-EMBERLIFICOTES.html
4Mat. 7, 15-16. Nouveau Testament que vous trouverez ici : Livres & sources.
5Voir : DP-10, Les épreuves, tribulations et afflictions, l’Espérance (I) ; point DP-10.B, Non non, je ne divorce pas, je me sépare ! ; et DP-10.C, L’Église catholique et ladite séparation matrimoniale…

2 commentaires:

  1. Nous venons de déposer un message sur le site de l’abbé Hervé Belmont mis en cause en cette nouvelle, à l’adresse de là où il parle de l'Encyclique de Léon XIII :
    http://www.quicumque.com/article-arcanum-divinae-sapientiae-42035374.html


    Voici le message déposé :

    Monsieur l’abbé Hervé Belmont,

    Par honnêteté, nous vous signalons que nous venons de vous mettre gravement en cause en notre site, à la page :
    L’Église catholique, principal ennemi du Sacrement de Mariage ?!

    Adresse :
    http://restaurationdelafamille.blogspot.com/2010/03/leglise-catholique-principal-ennemi-du.html

    Vous avez un "droit de réponse"...
    Bien à vous,
    Que le Bon Dieu vous bénisse, vous et les vôtres,
    Pour la Vérité,
    QJSIOJC

    RépondreSupprimer
  2. Suite à l’avis ci-dessus...

    Le message que nous avons déposé sur le site de l’abbé Hervé Belmont, et dont vous avez copie ci-dessus, a visiblement été refusé, en tous les cas il n’a toujours pas été accepté !

    Quel souci des Âmes, quelle vaillance pour défendre la Vérité !, sans autres commentaires ici.

    RépondreSupprimer

N’étant pas membre de ce site, vous pouvez tout de même déposer un commentaire qu’un membre agréera et publiera ; pour ce, veuillez lire la procédure à suivre à l’adresse : http://restaurationdelafamille.blogspot.com/2010/07/marge-suivre-pour-deposer-des.html